Palestine occupée

La résistance passive, la nouvelle stratégie des Palestiniens


Dans la même rubrique:
< >


Beaucoup de personnes dans les territoires occupés pensent que la solution à deux États est irréalisable en raison des 480.000 colons israéliens. L'échec des négociations entre Palestiniens et Israéliens en vue de la création d'un Etat palestinien a incité certains Palestiniens et Israéliens à envisager de nouvelles stratégies pour défendre les droits des Palestiniens et parvenir à une coexistence pacifique.

Par Eyad Bornat > majdarmajdar@yahoo.com


Jeudi 13 Novembre 2008

La résistance passive, la nouvelle stratégie des Palestiniens
Les villageois de Cisjordanie ont opté pour des stratégies à la Gandhi pour contrer la colonisation israélienne.

Le village de Bil'in, située dans les collines couvertes d’oliveraies à l'ouest de Ramallah, est le foyer d’un mouvement qui organise chaque semaine des manifestations contre le Mur, les checkpoints et les colonies d’Israël qui fragmentent la Cisjordanie.

Le chef du Comité populaire de Bil'in, Iyad Burnat, indique que les groupes populaires en Cisjordanie ont l’intention de s'unir dans le cadre d’une organisation-mère en vue de coordonner les activités sur le terrain et de "dire au monde ce qui se passe ici".

Suite à une réclamation déposée par le village de Bil'in, la Haute Cour israélienne a ordonné que le mur, qui vole au village 60% de ses terres, soit déplacé. Bien que l'armée n'ait pas tenu compte de la décision, Bil'in exhorte sa mise en œuvre.

Les agriculteurs de l’ensemble de la région, soutenus par des volontaires israéliens et étrangers, montrent également leur détermination à continuer à récolter leurs olives sur leurs terres. Toutefois, en ce faisant, ils risquent d'être attaqués par des colons et arrêtés par des soldats israéliens pour leur refus de demander une autorisation à l’armée d’occupation. "La Cisjordanie possède de nombreux Ghandis", a déclaré M. Burnat, lors de sa récente visite à Dublin et à Galway.

De nombreux Cisjordaniens déclarent que l'Autorité Palestinienne (AP), qui a été créée lors des Accords d'Oslo en 1993, devrait être dissoute et que l'occupation israélienne soit officiellement réinstallée. Il y a un mécontentement général en raison de la corruption et de l’ineptie de l’Autorité Palestinienne dirigée par le Fatah et une désillusion de ses négociations inutiles avec Israël.

"Si nous supprimons la feuille de vigne de l'Autorité Palestinienne, l'occupant israélien devra prendre la responsabilité de notre bien-être», affirme un homme d'affaires. "Nous pouvons exiger nos droits humains et civils. Nous ne pouvons pas être plus mal lotis que nous le sommes maintenant, confinés dans des enclaves non à l’abri des incursions israéliennes, sans démocratie ou de niveau de vie décent."

Toutefois, peu de Palestiniens pensent que le Fatah accepterait de renoncer à sa politique et aux postes administratifs.

Alors qu'Israël et la communauté internationale pensent que la solution à deux États, un État palestinien à côté d'Israël, est la voie à suivre, un nombre croissant de Palestiniens disent que les 480.000 colons Israéliens à Jérusalem-Est et en Cisjordanie rendent cela impossible.

Ils disent que les deux côtés devraient relancer l'idée d'un État démocratique où les deux nationalités ont des droits égaux. Cette proposition a été avancée dans les années 1920 par les intellectuels juifs, Martin Buber et Judah Magnes, et a été adoptée en 1969 par le Front Démocratique Marxiste et le Fatah.

Ghada Karmi, auteur et universitaire, dit qu’Israël, qui a déplacé 4,5 million de Palestiniens et mené des guerres contre ses voisins, ne sera jamais accepté dans la région.

Pour ce faire, l'occupation doit cesser et Israël devrait être remplacé par un Etat démocratique qui serait la "patrie de ses habitants actuels et anciens", y compris les réfugiés palestiniens de 1948.

Elle explique que cet objectif pourrait être atteint, si les gens "l'acceptent comme la seule voie à suivre... Il faudra beaucoup de temps, beaucoup de travail et de compréhension stratégique. Nous devons faire un modèle de ce que pourrait être le nouvel Etat, de ses mécanismes de protection et administratifs."

Karmi développe en disant que "l’idée de deux Etats pourrait être utilisée dans une fédération avec des frontières ouvertes" jusqu'à ce qu’un seul État unitaire soit établi.

Une dizaine de livres proposant un État démocratique ont été publiés, y compris le livre du Dr Karmi, « Marié à un autre homme ». Mais la plupart des Israéliens s’opposent à cette solution qui insistent sur le fait qu’Israël doit rester un Etat juif, et par les Palestiniens qui veulent une séparation

Merci pour votre soutien constant

Iyad Burnat- Chef du Comité Populaire de Bilin
Ched des Amis de la Liberté et de la Justice à Bilin

Email- ffj.bilin@yahoo.com
Mobile- (00972) (0) 547847942
Office- (00972) (2) 2489129
Fax- (00972) (2) 2489129

www.bilin-ffj.org

Traduction : MG pour ISM


Jeudi 13 Novembre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires