Palestine occupée

La résistance du Hezbollah a dérouté les plans des comploteurs, les promesses non tenues des chefs d'Israël.


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?


Ce peuple a suivi son élite politico-militaire en contrepartie de promesses faites du haut de la tribune de la Knesset (Parlement israélien) pour exterminer la résistance libanaise.


Farid@evhr.net
Jeudi 10 Août 2006

Bint Jbeil, Maroun Al Ras, Aîtroun, Maîs Al Jabal et Debel pour ne citer que ces villages du Sud-Liban, sont sortis de l’anonymat pour s’exprimer au monde entier et Israël particulièrement, et dire que la volonté des peuples ne sera jamais vaincue. Ces villages martyrs ont sauvé l’honneur des terres arabes, souillées par l’attitude traitre des uns et la complaisance des autres. Armés de leur foi et d’un courage qui fait trembler le corps d’élite de Tsahal, le Golani, les combattants du Hezbollah ont perpétué la tradition des guerres populaires. De la guérilla portée par les petites gens.

Celle des peuples qui font face aux agresseurs pour défendre la patrie menacée. Nasrallah est devenu un héros national, arabe et musulman en tenant tête à cette arrogante armée israélienne victorieuse à plusieurs reprises des armées arabes réunies. Une question s’impose. Comment le Hezbollah a réussi là où une noria de chefs d’Etat a échoué? Cette question mérite d’être posée même si Israël n’a pas encore abdiqué, et encore moins dit son dernier mot. L’os est difficile à digérer. Il est en passe d’asphyxier l’état-major dirigé par le général Dan Haloutz qui cherche des boucs émissaires parmi ses officiers pour les sacrifier et justifier ainsi les errements de ses troupes au Sud-Liban. La tête du commandant du front, le général Udi Adam, est déjà tombée. La couleuvre sera difficile à faire avaler au peuple israélien qu’on dit aussi futé qu’intelligent. Ce peuple a suivi son élite politico-militaire en contrepartie de promesses faites du haut de la tribune de la Knesset (Parlement israélien) pour exterminer la résistance libanaise organisée tout au long de la ligne frontalière du nord du pays. Pas moins de dix mille bras armés sont mobilisés sur le front terrestre appuyés d’un rideau de feu aérien de l’une des meilleures aviations du monde, généreusement armés par les fabricants locaux et l’industrie militaire américaine. Un décor qui fait du face-à-face Israël-Hezbollah un remake moderne du légendaire duel de «David et Goliath», source d’inspiration de l’idée de la suprématie des Israéliens et centre de rayonnement du mythe d’invincibilité de l’Etat hébreu. A la différence que cette fois, le casting a changé. David n’est plus David et Goliath n’est plus Goliath. David est devenu un monstre impitoyable qui écrase tout sur son passage. Surtout qui n’hésite pas à massacrer plus d’un millier de personnes et à détruire tout un pays pour répondre à la capture de deux de ses soldats pris dans le champ de guerre. Surpris en flagrant délit de colonisation car occupant une parcelle du territoire arabe.
Les vertus du juif David, émissaire de Dieu, ont pris corps dans la personnalité de ce chef de guerre calme et serein respecté aussi bien par les musulmans que les chrétiens de son pays, Hassan Nasrallah. La leçon est à retenir aussi bien par le «peuple élu» d’Israël que par les rois et les présidents des régimes arabes. Particulièrement ceux d’entre ces derniers qui ont cru bon de faire allégeance aux héritiers de Sharon qui ne sont que de pâles copies du «boucher de Sabra et Chatila» et d’accepter d’être mis sous la botte de la puissance américaine et de servir les desseins de ce couple «venimeux» qui tient à faire du Grand Moyen-Orient et de ses richesses pétrolières sa chasse gardée et son nid de vipères prêtes à tenir en respect les petits arabes. Le revirement diplomatique enclenché par la Ligue arabe sous la pression de la résistance héroïque des combattants du Hezbollah, ces derniers jours, n’effacera pas les errements des premiers jours du début de l’agression. Les «fetwas» idéologiques collées de façon diabolique sur le dos des préceptes de la religion musulmane resteront comme une tache noire et une marque de traîtrise sur le front de ceux qui ont le devoir de venir en aide à des frères martyrisés. L’histoire ne pardonnera rien même si le complot a échoué. Les peuples non plus.


Quotidien l'Expression -Algerie-
L'Expressiondz.com
Kamel BENMESBAH




Jeudi 10 Août 2006


Commentaires

1.Posté par amra le 03/10/2008 20:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la défaite militaire d israel au liban est révélatrice de l incompétence des gouvernements arabes...comment ces derniers ont ils pu échouer là ou une milice peu nombreuse a réussi.????

De plus, depuis que la guerre israelo arabe a commencé, aucun état arabe n a été capable de développer une industrie militaire capable de rivaliser avec israel.....cela démontre une politique à courte vue......voir un mur d incompétence!!!!!!!

Imaginons que demain la chine, les usa, l europe, la russie, le japon décident de se partager le monde arabe et ses richesses!!!!!!!!..........les arabes ne seraient pas capable d opposer une résistance viable....


ne riez pas.....les réserves de pétroles de gazs sont immense dans ces pays et attirent toutes les convoitises surtout en ces temps de pénurie..........." tant de richesses et aucune épée pour les garder"


l incompétence des gouvernants et l inaction des peuples.....
ARABEs!!!!.....prépareZ vos enfants à l esclage car vous n avez pas su protéger leur avenir!!!!!!

2.Posté par Jake le 20/04/2009 04:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

John D. Rockefeller vers 1875

en 1913 John D. Rockefeller est un des grand participant de la création de la banque centrale des États Unis et un des grands génies de la création du Reserve systeme de 1913, (federal reserve note),cette grande idée qui propulsa sa grande famille dans une dynastie extraordinaire de grand banquier internationaux contrôlent les actions de catégorie (A) que profite aujourd'hui sa grande famille.

John Davison Rockefeller (8 juillet 1839 – 23 mai 1937) est un industriel et philanthrope américain, fondateur de la famille Rockefeller, qui a fait fortune dans l'industrie du pétrole. Il est le frère de William Rockefeller. Il est considéré comme l'homme le plus riche de l'ère moderne.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires