Politique Nationale/Internationale

La réponse de la diplomatie iranienne aux allégations de Zalmay Khalilzad


Le Porte-parole de la diplomatie iranienne, Hamid-Reza Assefi a répondu, le dimanche 13 août aux prétentions de l’Ambassadeur américain en Irak, Zalmay Khalilzad qui a, tout récemment, accusé Téhéran de s’immiscer dans les affaires intérieures irakiennes. Selon lui, l’Iran incitait les milices chiites irakiennes à attaquer les forces de coalition, en Irak, pour ainsi réduire les pressions de l'Occident sur son dossier nucléaire.


IRIB
Lundi 14 Août 2006

La réponse de la diplomatie iranienne aux allégations de Zalmay Khalilzad




Lors de sa conférence de presse heddomadaire, le porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères, a évoqué les allégations de l’ambassadeur américain. "Lorsque l’ambassdeur en personne et son gouvernement respectif essuie un échec, il va de soi qu'à travers des allégations sans fondement et répétitves, ils font passer les autres comme responsables de l'inefficacité de leur politique.", a-t-il constaté.

De telle allégation de la part de Washington, accusant l'Iran d'ingérence dans les affaires irakiennes, n’est pas chose nouvelle.

Pour les Etats-Uis et leurs alliés, peu après l’occupation de l’Irak, la démocratie à l’américaine y serait rétablie, ce qui leur permettrait d'assurer leurs projets à long termes, dans la région. Cependant, la résistance du peuple irakien devant les forces d’occupation, et la solidarité nationale entre les différents groupes irakiens de tout horizon et la vigilances des sources d’imitation et de hauts dignitaires religieux ont déjoué les plans américains. Il est très dur à Washington de reconnaître ses erreurs, en Irak, et cela bien entendu après sa campagne de désinformation sur l’Irak afin d’y justifier son intervention manu militari et son impuissance d'y rétablir la paix.

Ce qui explique les allégations anti-iraniennes des néo-conservateurs de la Maison Blanche, pour justifier leurs revers consécutifs, dans la région. Et ce, alors que les fauteurs des violences, en Irak font notamment parties des groupes dont les lien avec les forces et les services secrets anglo-saxons ont été prouvés. Après le peuple irakien, c’est la RII qui bénéficiera plus que quiconque, du rétablissement de la paix, dans son pays voisin. En revanche, un Irak stable et libre ne serait pas apte à assurer les intérêts des pays qui l'ont occupé.

Il va de soi que la spirale infernale de violences dont on est, quotidiennement, témoin en Irak, permet aux forces américaines de justifier la poursuite de leur présence usurpatrice dans ce pays.

L’allégation américaine à l'encontre de l'Iran , l'accusant de s'ingérer dans les affaires intérieures irakiennes en viennent à l’appui. Cela dit, la nation et les responsables irakiens ne laissent jamais Washigton réaliser ses desseins néfastes dans la région.


Lundi 14 Août 2006


VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires