Politique Nationale/Internationale

La réaction du Porte-parole de la diplomatie iranienne aux dernières allégations des autorités américaines



Vendredi 10 Novembre 2006



Le Porte-parole de la diplomatie iranienne, Seyyed Mohammad-Ali Hosseini, réagissant aux propos et aux récentes positions anti-iraniennes des autorités américaines, a fait savoir que de telles attitudes témoignaient de l'opportunisme et des politiques erronées des néo-conservateurs. Notons que les hommes d'Etat américains ont déclaré, le mercredi 8 novembre, que l'incapacité des membres du Conseil de sécurité à adopter la résolution sur les sanctions anti-iraniennes qui avait été proposée, jetait le discrédit sur ce Conseil et mettait en exergue l'indécision de la Communauté internationale. Si l'on s'attarde sur les conséquences de l'unilatéralisme américain, on se rend compte que la meilleure façon d'y pallier et de renforcer le prestige des organisations internationales serait de faire appel à la raison et de privilégier le dialogue et l'application de la justice, lors du règlement des problèmes internationaux. Et ce sont, justement, les points importants auxquels les Etats-Unis n'accordent aucune importance, ce qui s'est, d'ailleurs, traduit, par de nombreux revers, pour Washington, sur l'échiquier international. Lors des récentes élections, le peuple américain a fait savoir qu'il ne soutenait plus les politiques irrationnelles et extrémistes des néo-conservateurs au pouvoir. De même, les divergences de vue accrues sur les sanctions illogiques contre l'Iran témoignent, également, de cette réalité, dans l'arène internationale. Certains pays occidentaux, les Etats-Unis, en tête, s'efforcent d'instrumentaliser le Conseil de sécurité, pour le contraindre à adopter la résolution anti-iranienne, et cela ne peut, bien entendu, que porter un coup dur à la crédibilité de cette instance internationale. Contrairement aux allégations des autorités américaines, l'opposition aux politiques extrémistes des décideurs de la Maison Blanche témoigne, hélas, trop modestement, encore, d'un certain réalisme des membres du Conseil de sécurité des Nations-unies.

Le Conseil de sécurité, bien qu'il soit chargé d'établir la sécurité et de défendre les droits des pays du monde, représente, en général, Washington, au sein des Nations-unies, cautionnant, ainsi, les politiques hégémoniques de la Maison Blanche, sur le plan international.

Parallèlement, la nation iranienne, ne pouvant que déplorer les faibles agissements du Conseil de sécurité, insiste toujours sur ses droits inaliénables. L'Iran insiste sur la politique du dialogue, l'entente, basée, sur la justice, ainsi que sur le respect des droits des membres du TNP à bénéficier des bienfaits de la technologie nucléaire, à fins civiles. C'est pourquoi, certains membres du Conseil de sécurité, avant d'approuver toute résolution contre Téhéran, s'efforcent d'évaluer les conséquences de toute décision hâtive, dans cette affaire. Une telle approche montre que le Conseil de sécurité tente, tant bien que mal, de redorer son blason.


Vendredi 10 Novembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires