MONDE

La réaction du MLAN-CI suite à l'orage mediatique des Forces Nouvelles



contact@mlan.fr
Lundi 8 Septembre 2008

Depuis septembre 2002, la Côte d’Ivoire connaît une crise politique, la plus remuante de son histoire. Une frange de la population aujourd’hui indexée sous la bannière de Forces Nouvelles (FN), a pris les armes contres la Côte d’Ivoire. Après des résolutions multiples et nombreuses, l’Accord Politique de Ouagadougou (APO) sonnait comme une trompète annonçant l’aube d’une période nouvelle où le pays sera à jamais réunifié.
Force est de constater que le rêve des ivoiriens se dissipe dans un nuage de désespoir et de doute au regard de la lenteur de la réunification du pays. Notre organisation, le Mouvement de Libération de l’Afrique Noire (MLAN), a contribué et continue d’apporter sa part à l’édification de la paix.
Conscient de la souffrance des ivoiriens et des populations étrangères qui vivent de notre pays, le MLAN-CI a appelé les anciens belligérants à déposer les armes pour reprendre les armes du développement.

Le comportement de certains soldats des Forces Nouvelles et la surenchère militaro-politique de certains de leurs responsables restent pour le moins inexpliqués. Il y a plus de deux semaines, d'anciens rebelles démobilisés ont manifesté pour réclamer le paiement de 5 millions de francs CFA (7 500 euros) de prime, contre les 270 000 francs CFA prévus par le gouvernement. Pourtant, un plan de désarmement est en cours et il prévoit une démobilisation progressive des 36 000 soldats revendiqués par les Forces nouvelles, avec le versement à chaque soldat démobilisé d’une allocation forfaitaire de 90 000 francs CFA pendant un trimestre. Ce processus a toutefois pris un important retard, faute de moyens nonobstant, cela n’autorise pas à se laisser aller dans des ébats soldatesques.
Aussi les propos du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Konaté Sidiki, soutenant que les Forces nouvelles reposent sur trois pieds, à savoir, l’armée, la branche politique et administrative et la population, nous paraissent inappropriés dans la nouvelle contexture que connaît le pays.
Enfin, le MLAN-CI s’étonne de la curée médiatique au sujet de la sortie de madame Gbagbo à Katiola. En effet, lors de l’inauguration de l’hôtel Hambol, réhabilité, Mme Gbagbo s’est élevée contre l’appellation com-zone, qui selon elle, n’est pas républicaine. « Quand j’entends com-zone, ça me dérange. » disait-elle.

«Vétcho, je voudrais vous demander d’accepter de ne plus être Com’zone (Commandant de zone) mais d’être un Ivoirien respectable et respecté par tous».
Les Forces Nouvelles ont demandé une séance de travail entre la délégation du Fpi, conduite par la vice-présidente, Mme Simone Ehivet Gbagbo, et une délégation politico-militaire de haut niveau des Forces nouvelles, pour le dimanche 07 septembre 2008 à 17 heures à l’hôtel Ran de Bouaké, pour des clarifications.
Le MLAN-CI voudrait rappeler aux Forces Nouvelles qu’elles ont été les premières à prendre les armes contre leur pays et donc, si les conditions d’une paix sont réunies, elles doivent déposer ces armes et laisser l’administration républicaine travailler.
A vrai dire, la Côte d’Ivoire n’a pas de « commandant en chef », pour dire les choses très clairement vu que des « com-zone » règnent sur une partie du territoire.
Le dire n’est pas être contre la paix mais pour la paix car on ne peut rien construire dans une situation de bicéphalisme militaro-politique. Le temps des cette cacophonie est terminée, il faut laisser jouir la république.

Le MLAN-CI prévient du risque que court la Côte d’Ivoire d’aller à des élections avec des « com-zone » travaillant comme des préfets.

Le MLAN-CI appelle la communauté internationale et nationale à considérer ce désordre politique et militaire comme un signe avant-coureur d’un verglas politique susceptible de retarder le retour à la normalisation.

Que Dieu bénisse la Côte d'Ivoire !

Fait à Abidjan, le 8 septembre 2008.



Le délégué MLAN-CI
Konan Yao Alexis
1er vice-délégué
Koffi Jean Martial
2e vice-délégué
Loukou Kouamé Theodore
Le secrétaire général du MLAN-CI
Obou Serge Eric

contact@mlan.fr
mlan5@yahoo.fr



Lundi 8 Septembre 2008

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires