PRESSE ET MEDIAS

"La radiolina"


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective


Manu Chao a vendu près de 7 millions d’exemplaires des trois albums réalisés sous son nom. Paru en 2007, La Radiolina (Because Music) a été accompagné d’une tournée géante. Avec ses musiciens, le Radio Bemba Sound System, Manu Chao a parcouru 23 pays, dont les Etats-Unis, et s’apprête à jouer en Argentine et au Brésil.
Altermondialiste, le cofondateur du groupe Mano Negra vit en globe-trotter du rock latino. Le chanteur parisien d’origine espagnole, domicilié à Barcelone, était en France à la mi-novembre pour terminer le mixage d’un live qui sera diffusé sur Arte avant Noël, et mettre la dernière main à sa fondation caritative, La Fondachao.


Lundi 24 Novembre 2008

"La radiolina"
"C’est quoi ?"

"c’est le nom du site de Manu Chao"
"pourquoi le publies-tu sur notre site à nous ?"
"Manu est un ami à nous comme celui de tous ceux qui luttent et résistent"
"et alors ?"
"en plus, il le met en musique et le chante bien, alors j’ai pensé que c’est une bonne chose de partager avec tous, surtout en ces temps de grisaille présents et à venir, malgré que certains pensent que le pire est derrière nous... ces quelques notes musicales qui mettent du boum aux coeurs"
"je vais voir..."
"non, il faut aller écouter"
"et comment faire ?"
"c’est tout simple, il suffit de brancher le haut-parleur de ton ordi et de cliquer sur -> La Radiolina "
"c’est tout !?"
"oui, mon frère..."
"et si je suis au bureau ?"
"préviens tes camarades et invite-les à patager avec toi ces quelques minutes d’espoir"
"et si je suis à la maison ?"
"alors là, pas de problème... ça s’écoute en famille, surtout avec les enfants... ils vont adorer"
"je sens que ça va être la fête ce soir... chao et merci pour le tuyau"
"chao et bonne écoute !"
"..."

Al Faraby
Lundi, 24 Novembre 2008

***

Manu Chao, une vie de tournée

Manu Chao a vendu près de 7 millions d’exemplaires des trois albums réalisés sous son nom. Paru en 2007, La Radiolina (Because Music) a été accompagné d’une tournée géante. Avec ses musiciens, le Radio Bemba Sound System, Manu Chao a parcouru 23 pays, dont les Etats-Unis, et s’apprête à jouer en Argentine et au Brésil.
Altermondialiste, le cofondateur du groupe Mano Negra vit en globe-trotter du rock latino. Le chanteur parisien d’origine espagnole, domicilié à Barcelone, était en France à la mi-novembre pour terminer le mixage d’un live qui sera diffusé sur Arte avant Noël, et mettre la dernière main à sa fondation caritative, La Fondachao.

Vous ne ressentez pas de lassitude après cette tournée ?
Je n’aime pas beaucoup les avions, mais je pourrais passer ma vie dans un bus de tournée. En Europe, on a traversé des pays comme la Serbie ou la Roumanie. C’était si beau que ça donnait envie de lécher les carreaux. On a parfois fait des trajets de 35 heures, mais les gars ne m’en ont pas voulu.

Avez-vous le temps de profiter des pays que vous traversez ?
Parfois, on a juste le temps de renifler une ambiance. Il reste quand même de belles images, comme ce dimanche passé à traverser la Roumanie, avec des mariages dans chaque village. L’important est de revenir. La première fois que nous sommes allés en Amérique latine, en 1989, avec la Mano, nous avions très peu de temps, mais je me suis ensuite beaucoup servi des contacts qu’on avait pris là-bas.

(JPEG)

L’Amérique latine est-elle votre terrain préféré ?
Je me suis d’abord passionné pour le Mexique, puis la Colombie. En Argentine, quand je casse une corde, les spectateurs reprennent la chanson en choeur pour m’aider. Cela vient de leur culture des stades de foot. J’ai mis plus de temps à aimer le Brésil. Au départ, je trouvais ce pays un poil indolent, puis j’ai été pris par son swing. Rio est la ville que j’aime le plus au monde. J’ai appris le portugais. J’ai un fils qui vit dans le Nordeste. J’essaie aussi de monter un projet dans la région du Ceara (Etat du Nordeste brésilien), mon rêve est d’acheter des locaux et de permettre à des couturières d’y travailler.

Que pensez-vous de l’évolution politique des pays latino-américains ?
Ce qui se passe avec Hugo Chavez au Venezuela est passionnant. Cette révolution ne sort pas d’un bouquin, elle s’invente tous les jours. Tout n’est pas parfait, mais Chavez fait confiance aux jeunes.

Il a aussi des détracteurs...
Le Venezuela n’est certes pas le paradis, mais pour beaucoup, Chavez est devenu le diable. Pour moi, c’est un lynchage médiatique comparable à celui de Cuba.

Y a-t-il des pays d’Europe pour lesquels vous avez autant d’attirance ?
J’adore les pays de l’ex-Yougoslavie. Peut-être parce qu’il y a quelque chose qui me rappelle la Galice (Manu Chao est galicien par son père) dans leur manière de faire la fête. J’adore les musiques des Balkans, cette façon de mélanger tous les sentiments, les rires, les pleurs.

Vous venez de chanter aux Etats-Unis. Comment évolue votre rapport avec ce pays ?
Avec la Mano Negra, on avait eu beaucoup de mal à imposer notre manière de travailler. Quand on ne fait pas comme eux, les Américains ne vous considèrent pas comme un pro. Quand je suis revenu sous mon nom, j’avais derrière moi le public latino. Le rapport de force a changé, j’ai pu imposer ma loi.

Aux Etats-Unis, votre public n’était pas exclusivement latino.
Avant, mon challenge était de ne pas décevoir ce public latino, aujourd’hui il est de convaincre des assemblées de 70 000 personnes, comme au festival d’Austin (le 26 septembre, au Texas). Je suis retourné aux Etats-Unis parce qu’il faut connaître ce qu’on critique. Je fais une distinction entre un peuple et son gouvernement. Cela dit, je trouve que c’est un curieux pays. Les gens semblent anesthésiés. On a envie de leur dire de se fâcher.

L’élection de Barack Obama ne vous semble pas un bon signe ?
J’ai trouvé magnifique ce qui s’est passé. Mais si j’ai été ému par l’événement, je ne suis pas sûr que le changement puisse venir d’en haut. Quelques jours après l’élection, j’étais à Londres, un chauffeur de taxi antillais m’a dit : "Obama, c’est Tony Blair peint en black." Ça m’a fait rire.

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=5159 http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=5159



Lundi 24 Novembre 2008


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires