Politique Nationale/Internationale

La politique nucléaire de l’Iran


Il se tenait le 6 mars 2010, au Centre Culturel Iranien à Paris (1), une conférence sur la politique nucléaire de l’Iran, qui a développé des arguments très convaincants car très rationnels, de mon point de vue. Cette conférence venait surtout comme un ballon d’oxygène, tant la désinformation est massive concernant l’Iran. La contre-information peine à exister mais cette conférence était, en la matière, un lancement magnifique !


yves.ducourneau@club-internet.fr
Dimanche 7 Mars 2010

Une petite phrase, absente de l’article sur lequel s’appuyait la conférence (2), résume bien l’état d’esprit des dirigeants iraniens : le conférencier, lui-même iranien, Maître de conférence en Relations Internationales, a dit qu’étant donné la puissance des ennemis de l’Iran, « notre première erreur sera la dernière ». Pour chaque action que l’Iran entreprend, la prudence est donc de mise, comme nous allons le vérifier.

L’Iran, c’est d’abord une croissance intérieure qui a amené la demande d’énergie à y augmenter de 8 à 10% par an, ces dernières années. Si les choses continuent ainsi, cette demande finira par manger toute la production pétrolière du pays, production actuellement exportée pour moitié. Ceci priverait le pays de son principal revenu. Or, d’après la National Iranian Oil Company (NIOC), le kilowatt/heure thermique est 3,3 fois plus cher que le kilowatt/heure nucléaire, ceci grâce au fait que l’Iran possède aussi d’énormes réserves d’uranium. En passant au nucléaire, l’Iran exportera davantage de pétrole, faisant rentrer davantage de devises, tout en se protégeant contre le fameux Pic de Hubbert (Pic Pétrolier).

Petit retour en arrière : en 2003, sous la pression occidentale – mais sans naïveté, l’Iran accepte de stopper son activité d’enrichissement du combustible, l’Occident annonçant qu’il est prêt à livrer le combustible. « Sans naïveté », car l’Iran subit un embargo depuis 30 ans et car l’Occident a déjà déployé beaucoup d’efforts pour empêcher l’Iran d’accéder au nucléaire civil. N’obtenant rien des négociations et comprenant qu’il ne s’agissait que de gagner du temps, 20 mois plus tard, l’Iran réouvre ses installations. Cet épisode explique pourquoi l’Iran tient à être maître de son approvisionnement et à ne pas dépendre de partenaires qui sont tout sauf coopératifs...

Comme gage de ses objectifs purement civils, l’Iran prend les devants, signe tous les traités et invite l’AIEA à inspecter ses installations, ce qui sera largement fait, des caméras permanentes étant même installées. Les inspecteurs font des visites inopinées et confirment, rapport après rapport, que l’enrichissement pratiqué en Iran ne dépasse par le taux d’un usage civil, soit 3,6 %. La récente affaire de la centrale nucléaire « cachée » était une pure mystification, la centrale ayant été déclarée de longue date ! (comme le rapportait morice sur AgoraVox (3))

Mais le clou du raisonnement était un examen de l’utilité militaire de “la” bombe, la bombe atomique bien sûr. En termes militaires, il y a dissuasion quand la « deuxième frappe », c’est-à-dire la réponse à la « première frappe », atteint la « suffisance raisonnable », c’est-à-dire l’intensité nécessaire pour détruire l’adversaire et le dissuader véritablement de commettre la première frappe. Or, insiste le conférencier, seuls les États-Unis et la Russie atteignent la suffisance raisonnable. Le petit Iran avec sa première bombe ne serait pas en mesure de dissuader quiconque et, en cas d’attaque, serait par contre sûr de périr lors de la deuxième frappe, Israël possédant par exemple plus de 400 têtes. Donc, non seulement la bombe est militairement impraticable pour l’Iran mais pire, elle pourrait constituer justement l’une de ces erreurs dont il était question au début ! Comme dit le conférencier : même si on nous la donnait, on n’en voudrait pas. Et d’ailleurs, ajoute-t-il, la bombe a-t-elle empêché l’effondrement de l’URSS ? Empêche-t-elle les États-Unis de s’embourber en Irak ? A-t-elle empêché Israël de se prendre une raclée au Liban ? La bombe est loin de répondre à toutes les situations.

De plus, une bombe iranienne amènerait sans doute d’autres pays (inamicaux) de la région à la vouloir aussi, ce qui constituerait autant de nouvelles menaces sur l’Iran. Non, définitivement, la bombe n’est pas une bonne idée pour Téhéran.

Dans cette logique implacable, le seul point qui m’interroge est cette affirmation de l’électricité nucléaire moins chère que l’électricité thermique. Il me semble que l’infrastructure nucléaire est très coûteuse (4). Pourquoi la solution nucléaire ne semble-t-elle ingénieuse que pour l’Iran et pourquoi les mêmes questions que pour le pétrole ne se posent-elles pas ? (exportation de l’uranium versus consommation intérieure) Est-ce parce que le Pic Pétrolier est en avance sur celui de l’uranium ? (5) Qu’on me pardonne de ne pas trancher la question et de la laisser aux experts.

J’emprunte la conclusion à Tabatabaeï : « Celui qui a la bombe A, qui a toujours refusé de signer le TNP et qui ne supporte aucune inspection [agit en] procureur d’un accusé qui n’a pas la bombe, fait partie du TNP et s’est soumis à des inspections inopinées sans répits et interminables de son territoire. » Suivez son regard...

J’espère que cette excellente conférence, filmée, arrivera sur internet, et en tout cas c’était le souhait du public (une quarantaine de personnes).

Yves Ducourneau, le 7 mars 2010

La politique nucléaire de l’Iran
Note : En illustration, le village iranien troglodyte de Kandovan. (1) Centre Culturel Iranien, 6 rue Jean Bart, Paris 6e, métro Notre-Dame des Champs ou Saint-Placide. Je le précise car c’est introuvable dans les pages jaunes ! (2) “La diplomatie nucléaire iranienne”, par Seyed Mohammad Tabatabaeï, Confluences Méditerranée n° 65 ( http://www.confluences-mediterranee.com/spip.php?article2014 ) (3) “Poker menteur à Pittsburgh”, par morice ( http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/poker-menteur-a-pittsburgh-62204 ) (4) Voir le graphique ici : “L’économie du nucléaire”, par le CEA ( http://nucleaire.cea.fr/fr/repere/nucleaire_economie.htm ) (5) Sur le pic uranium : “La pénurie d'uranium programmée condamne le nucléaire”, par Isabelle Chevalley et Pierre Bonnard ( http://ichevalley.blog.24heures.ch/archive/2008/06/21/la-penurie-d-uranium-programmee-condamne-le-nucleaire.html )


Dimanche 7 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par john Lloyds le 07/03/2010 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut yvesduc

superbe article. Je viens de le plusser en modération sur AV, il en était à +4 -1

A+


2.Posté par brigitte le 07/03/2010 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un bon article qui mérite d'être connu et que je fais passer sur mon blog.

3.Posté par ishtar le 07/03/2010 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Or, insiste le conférencier, seuls les États-Unis et la Russie atteignent la suffisance raisonnable.
-----------------------------------------------------------------------
Faux Monsieur le conférencier

et la chine elle compte pour du Beurre ???

280 millions de chinois mort la chine s'en remettra»
280 millions d'américains Mort ,l'amerique ne s'en remettra»jamais
280 millions de mort russe, la russie ne s'en remettra» jamais

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires