Politique Nationale/Internationale

La politique allemande s’est effacée derrière les médias israéliens: Evelyn Hecht-Galinski: «La Palestine est un énorme ghetto, une énorme prison en plein air»



Jeudi 29 Mars 2007

Mme Hecht-Galinski, la violence du débat vous surprend-elle?

Oui et non, car je ne suis pas habituée à autre chose de la part du Conseil central des Juifs en Allemagne. Il a agi une fois de plus en porte-parole du gouvernement israélien, de l’ambassade d’Israël et qualifie les détracteurs d’Israël de Juifs antisémites, de Juifs animés par la haine de soi, ou de Juifs en pleine crise d’identité. J’en ai l’habitude, mais je ne représente plus une opinion isolée, comme le Conseil central ne cesse de le prétendre. Seule-ment, je regrette que les évêques, plus précisément le cardinal Lehmann, soient déjà revenus sur leurs déclarations très modérées ou qu’ils se soient excusés.

Vous trouvez modérée cette comparaison avec le ghetto de Varsovie?


Lorsqu’on a été à Yad Vashem le matin, qu’on a vu l’extermination des Juifs d’Europe, et que l’on se rend ensuite dans les territoires occupés, que l’on voit cette misère, le Mur traversant les terres palestiniennes, cette occupation illégale, on ne peut s’empêcher de parler d’un énorme ghetto, d‘une énorme prison en plein air instaurée dans les territoires occupés par le gouvernement israélien.

Mais faut-il recourir à tout prix à la comparaison avec l’Holocauste?

Ce n’est pas une comparaison avec l’Holocauste. «Ghetto» est un terme usuel qui concerne les banlieues, les ghettos américains.

La comparaison avec l’Holocauste est-elle antisémite et démagogique, comme le prétendent par exemple l’ambassade d’Israël et le Conseil central?

Je le répète, c’est ce qu’on dit habituellement pour faire taire les critiques.

N’est-ce pas répondre brutalement à des paroles brutales?

Je ne trouve pas que la réaction des évêques ait été brutale. Au contraire, je la trouve très modérée. Les évêques ont enfin parlé. Normalement, personne ne dit plus rien. La politique allemande s’est effacée derrière les médias israéliens. Dans leurs reportages, ils ne montrent plus assez la misère. C’est pourquoi je regrette beaucoup qu’on ait une fois de plus fait marche arrière.

L’ambassadeur d’Israël en Allemagne a dit expressément que la critique envers Israël était légitime et que cela dépendait du choix des mots et du bon contexte historique.

Oui, certainement. C’est ce qu’ils disent toujours. Dès qu’on formule une critique, on est taxé d’antisémitisme et cela fait taire les politiciens. Vous voyez, après l’utilisation des bombes à fragmentation, Mme Wieczorek-Zeul a été attaquée. Maintenant, toute parole critique est immédiatement étouffée dans l’œuf.

Est-ce caractéristique de l’Allemagne ou est-ce valable pour d’autres pays également?

C’est valable pour d’autres pays aussi. Malheureusement, comme Tony Judt l’a constaté, comme les lobbys judéo-américains opèrent partout avec leurs réseaux, cela se manifeste aujourd’hui dans le monde entier. Et grâce à l’Amérique, leur pouvoir est devenu si grand que nous, Juifs européens favorables à une paix juste, sommes une minorité, mais nous devenons de plus en plus forts dans le monde entier. Je vais vous dire franchement, je me suis approprié la devise de vie de mon père: «Je n’ai pas survécu à Auschwitz pour me taire face à de nouvelles injustices.»

Votre père, il faut peut-être le rappeler, était Heinz Galinski, l’ancien président du Conseil central des Juifs en Allemagne. Et lorsque vous parlez de votre organisation «Juifs européens pour une paix juste», comment vous sentez-vous au sein de la communauté juive d’Allemagne?

Je ne me sens plus comme un membre de la majorité parce que cette majorité apporte un soutien inconditionnel à la politique israélienne. Je suis une Juive allemande et je ne veux pas qu’on m’instrumentalise pour défendre une politique israélienne qui n’est plus fondée sur le droit ni sur des conceptions démocratiques.

Vos détracteurs vous reprochent d’être animée par la haine de vous-même.

C’est une invective juive courante et je ne peux que hausser les épaules.

Quels seront les effets sur le Conseil central et sur Israël de la vive réaction à la critique exprimée par les évêques? En avril, une importante délégation de personnalités de l’Eglise protestante d’Allemagne va se rendre en Israël.

Cela aura pour effet que l’Eglise protestante entreprendra un voyage touristique, verra les beaux paysages d’Israël et ne dira probablement plus rien. Je pense même qu’il existe un devoir d’assistance envers les chrétiens qui s’engagent, qui se rendent en Israël dans des conditions difficiles pour aller ensuite dans les territoires occupés – ce qui est à vrai dire interdit – afin de venir en aide aux Palestiniens et aux 2% de chrétiens qui y sont restés – ils étaient 20% auparavant. Ceux qui sont partis ne l’ont pas fait à cause des musulmans. Au contraire, ceux-ci espèrent voir rester les chrétiens. Les chrétiens sont partis à cause des tracasseries israéliennes.

Cela veut dire que, pour vous, cette controverse nuira plutôt qu’elle ne profitera à Israël et à tous ceux qui y vivent.

Oui, bien sûr. Au bout du compte, cette politique nuira aussi à l’Etat d’Israël, même si nombreux sont ceux qui ne le croient pas encore. Mais ce qui se passe là-bas ne pourra mener que vers un désastre absolu car on ne peut pas éternellement opprimer un peuple. Il faut oser faire certaines comparaisons entre ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre mondiale et ce qui se passe aujourd’hui, même si cela n’est pas politiquement correct en Allemagne.

Pour vous, il n’existe pas de tabous?

A cet égard, il n’y a pas de tabous. Vous savez, lorsque les colons juifs qualifient leurs adversaires de nazis, qu’ils se servent de l’Holocauste, il n’y a plus aucun sujet tabou dans les médias israéliens. Il ne faut pas que l’Allemagne tombe dans ce piège de l’«amitié». Elle doit s’exprimer. Je regrette que la politique allemande, plus précisément celle du gouvernement, tous partis confondus, prenne toujours le parti d’Israël, sans esprit critique.

Source: Deutschlandfunk du 9/3/07 Traduction Horizons et débats


Jeudi 29 Mars 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires