Actualité en ligne

La police maintient son occupation de Villiers-le-Bel, banlieue ouvrière au nord de Paris


La réponse du président Nicolas Sarkozy aux trois nuits d’émeutes anti-policières dans les banlieues nord défavorisées de Paris a été l’intensification des pouvoirs répressifs de l’Etat.


Antoine Lerougetel
Lundi 3 Décembre 2007

La police maintient son occupation de Villiers-le-Bel, banlieue ouvrière au nord de Paris
Par Antoine Lerougetel




Les émeutes avaient commencé à Villiers-le-Bel après la mort de deux jeunes d’origine immigrée, Larami, 16 ans, et Moushin, 15 ans, dans une collision avec une voiture de police. Une force d’occupation d’un millier de policiers restera postée dans cette banlieue à forte population immigrée jusqu’à dimanche, selon Michèle Alliot-Marie, la ministre de l’Intérieur. Les CRS, déployés depuis mardi, sont équipés de l’attirail complet de la tenue anti-émeute, de gaz lacrymogènes, de flash-balls et d’au moins deux hélicoptères munis d’un puissant faisceau lumineux.

Jeudi après-midi, les autorités faisaient état de 60 personnes mises en garde à vue. Sept ont été condamnées pour des faits en relation avec les émeutes. Le tribunal de Pontoise a fait état de peines de prison ferme allant de 3 à 8 mois à l’encontre de trois jeunes adultes.

Sarkozy s’est longuement exprimé jeudi sur la situation à Villiers-le-Bel. Le matin il s’était adressé à un rassemblement de quelque 2000 policiers. Dans la soirée il a accordé un entretien télévisé à une heure de grande écoute, qui a aussi été consacré à des questions économiques.

Dans son discours à la police, Sarkozy a dit qu’il voulait que la police et la gendarmerie soient « les plus modernes d’Europe. » Il a dit qu’il était nécessaire de développer des armes « non létales » tels les pistolets taser et une nouvelle génération de flash-balls d’une portée de 40 mètres ; il a aussi promis de fournir des hélicoptères pour la recherche d’armes qui seraient cachées sur le toit des immeubles.

Il a exposé les grandes lignes de sa vision d’un ordre social maintenu à grand renfort de mesures toujours plus répressives et a catégoriquement rejeté toute conception que la pauvreté et le chômage dans les banlieues abritant 6 millions de Français soient à l’origine des émeutes anti-policières.

A Villiers-le-Bel, ville de 27 000 habitants, 39,5 pour cent des jeunes de 16 à 25 ans sont au chômage.

« Ce qui s'est passé à Villiers-le-Bel n'a rien à voir avec une crise sociale, a dit Sarkozy. Ça a tout à voir avec la voyoucratie. » Il s’est ensuite adonné à un exercice de recherche raciste d’un bouc émissaire à la manière du néofasciste Jean-Marie Le Pen : « Il y a le malaise social, il y a une immigration qui pendant des années n'a pas été maîtrisée, des ghettos qui ont été créés des personnes qui se sont pas intégrées. »

Il a déclaré avec impudence que l’explosion de colère contre la police était le fait de « trafiquants de drogue ». Ceux qui tirent sur la police, a-t-il menacé, « nous [les] retrouverons un par un ».

Une campagne médiatique s’est développée affirmant que la police est confrontée à une guerre de guérilla urbaine et est constamment sous les tirs de feu. Un reportage du New York Times fait état de 30 policiers qui seraient blessés par balles. Mais on ne sait pas vraiment d’où le Times tient ces chiffres.

Sarkozy a dit que 82 policiers avaient été blessés depuis cette collision mortelle et a déclaré que « des individus ont tiré sur la police ». Il a dépeint la police, qui brutalise quotidiennement les jeunes des banlieues à forte population immigrée, comme les victimes et les jeunes comme les agresseurs.

L’optique de Sarkozy a été soutenue sur toute la ligne par la secrétaire d’Etat à la politique de la ville, Fadela Amara. « Le respect de la police, c'est très important, a-t-elle dit. On est dans la violence urbaine, anarchique, portée par une minorité qui jette l'opprobre sur la majorité. Ce petit noyau dur, utilise le moindre prétexte pour casser, brûler, tout péter dans le quartier. »

Amara est issue d’une famille ouvrière originaire d’Algérie. Membre du Parti socialiste et féministe, elle a rejoint le gouvernement de droite, gaulliste, de Sarkozy peu après son élection à la présidence en mai dernier.

L’utilisation par Sarkozy de la tragédie de Villiers-le-Bel pour intensifier les pouvoirs répressifs de l’Etat est la continuation de la politique qu’il avait mise en place quand il était devenu ministre de l’Intérieur sous le gouvernement gaulliste du président Jacques Chirac en 2002.

Un vaste déploiement de mesures législatives, pour la plupart promues par lui-même, a accru les pouvoirs de l’Etat en matière de surveillance et de répression : trois lois sur l’immigration, la Loi sur la prévention de la délinquance, une loi anti-terroriste qui implique les maires, les médecins, les travailleurs sociaux et les enseignants dans la surveillance et le contrôle de la population.

La loi sur l’Etat d’urgence avait été réactivée il y a deux ans, avec pour justification les émeutes des jeunes des cités en 2005. Précédemment utilisée en 1955 durant l’occupation coloniale française en Algérie, elle avait été utilisée pour la première fois contre des citoyens français en 2005.

Aucune de ces mesures n’avait fait l’objet d’une opposition significative de la part du Parti socialiste, du Parti communiste ou des syndicats. A présent, ces organisations, soit explicitement soit par défaut, ne font rien pour défendre les communautés ouvrières des attaques des forces de l’Etat. Elles ont refusé de venir en aide à ces jeunes et ces familles de Villiers-le-Bel. Aucune de ces organisations n’a appelé au retrait du millier de policiers.

François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste, a dit regretter l’utilisation par Sarkozy du terme de « voyoucratie » et le refus de ce dernier de reconnaître l’existence de la crise sociale, mais a ensuite apporté son entier soutien à l’intensification par le président des forces de l’Etat. « On a effectivement des bandes qui ont des actions criminelles et qu'il faut absolument éradiquer, » a-t-il déclaré, ajoutant que « toutes les violences doivent être non seulement condamnées, mais punies ». Quasiment tous les autres commentateurs du Parti socialiste ont adopté la même ligne et appelé à une augmentation de la police de proximité.

La gauche petite-bourgeoise, Lutte ouvrière (LO) et la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ont quasiment ignoré les émeutes anti-policières et l’intensification massive de la police. Tous deux se sont contentés de quelques lignes affichées sur leur site Web.

Le journal de Lutte ouvrière a publié un article déplorant le fait que les jeunes ne pouvaient plus avoir « confiance dans les autorités, les préfets et la police ».

« Il y avait sans doute, poursuivait l’article, dans ces affrontements un certain nombre de meneurs de petites mafias qui empoisonnent souvent la vie des cités et qui ont peut-être été les premiers à incendier les magasins, une bibliothèque ou un bâtiment scolaire… Mais cela n’explique pas que sous l’émotion des centaines d’autres jeunes les aient si rapidement joints. »

L’article déplore les conditions sociales de misère qui règnent dans les banlieues et fait remarquer : « Mais l’usage de la force et de la répression ne résoudront évidemment pas les problèmes de fond à l’origine de ces dramatiques explosions qui périodiquement enflamment certains quartiers. » L’article se termine par un appel à accroître « de toute urgence » le nombre d’établissements scolaires et d’enseignants. L’Etat doit donner « un peu moins aux riches et consacrer les moyens nécessaires pour rendre la vie acceptable dans les quartiers populaires. »

Cela aurait tout aussi bien pu être publié par le Parti socialiste ou la presse de gauche. Il n’y a aucun appel au retrait de la police, ni même de dénonciation de la présence policière massive.

Il y a quatre ans, LO avait apporté un fort soutien à la campagne de Fadela Amara consistant à refuser aux jeunes filles portant le voile islamique l’accès aux établissements scolaires. LO avait de ce fait soutenu une loi du gouvernement droitier renforçant la discrimination de l’Etat contre les immigrés.

La LCR s’est montrée plus rusée encore dans ses commentaires sur les évènements de Villiers-le-Bel. Son porte-parole, Olivier Besancenot, a envoyé ses condoléances aux parents des deux jeunes tués dans la collision et a appelé à une « commission d’enquête indépendante » sur l’incident, sans spécifier comment et par qui cette enquête devrait être menée.

L’éditorial de l’hebdomadaire de la LCR, Rouge, déclare, « Nous devons imposer au gouvernement la mise en place d’un plan d’urgence pour les quartiers. » Il en appelle à « la création d’emplois, services publics renforcés et étendus, garantie du versement des subventions aux associations qui créent du lien social, arrêt des contrôles d’identité permanents et suppression de la BAC [brigade anti-criminalité] ».

Tout comme LO, la LCR n’appelle pas au retrait des forces de police et à la mobilisation de la classe ouvrière pour défendre les jeunes et les familles de Villiers-le-Bel.

Leurs propositions molles esquivent une lutte politique contre le gouvernement de Sarkozy. Ils désarment la classe ouvrière face aux menaces sur les droits démocratiques de la population travailleuse toute entière que pose la répression d’Etat à Villiers-le-Bel.

Ayant oeuvré à fournir une couverture politique à la trahison de la grève des cheminots par les syndicats, ils avancent à présent l’illusion qu’il est possible de faire pression sur le gouvernement pour qu’il mette sur pied un programme intensif en faveur des sections les plus pauvres de la classe ouvrière, travaillant ainsi à aveugler la classe ouvrière sur la nature du régime de Sarkozy et sur la nécessité d’une lutte politique indépendante contre l’ensemble de l’élite dirigeante française et de l’establishment politique bourgeois – de « gauche » comme de droite.

(Article original anglais paru le 1er décembre 2007)


Lundi 3 Décembre 2007


Commentaires

1.Posté par marc le 03/12/2007 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

s'ils ("les élites "politiques de toutes obédiences voulaient réellement une paix sociale dans ces quartiers,elles légaliseraient le cannabis qui rapporte selon leurs propres dires 800millions d'euros aux trafficants,les privants ainsi de leur manne principale et cela éviterais la suspicion automatique et l'humiliation qui en résulte sur tous les habitants de ces quartiers.la prohibition a de tous temps entrainée la formation de groupe passant outre (maffias et autres ...) et la meilleur arme a toujours été de donner un cadre légal d'utilisation afin d'éviter, aux maximum, tous troubles sociales en résultants.les gouvernants connaissent cet état de fait mais ne veulent pas l'appliquer...je pense pour ne pas rendre visible l'échec totale de la répression et pour faire avaler aux français l'utilité d'un renforcement massif des forces répressives policiéres et de leurs matériels qui leurs serviront par la suite en cas d'insurrection plus massive ce à quoi je n'en doute pas ,ils doivent s'attendre en ne voulant pas faire évoluer sainement en paix, cette nation en respectant toutes ses composantes et en tout premier lieu sa jeunesse

2.Posté par Aurélien le 03/12/2007 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'habite en banlieue et à la lecture de cet article je peux être sur d'une chose: c'est que son auteur n'y habite, lui, certainnement pas...

3.Posté par Mickael le 06/12/2007 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai le journal "petit-bourgeois" devant les yeux (lutte ouvriere du 30 novembre 2007, n°2052). L'auteur de cet article affirme que "le journal de Lutte ouvrière a publié un article déplorant le fait que les jeunes ne pouvaient plus avoir « confiance dans les autorités, les préfets et la police ».
Voici ce que, moi, je lis : "Et comment feraient-ils confiance aux autorités, aux préfets, aux ministres et à la police? Il y a deux ans, lors des événements de Clichy-sous-bois, Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, n'a-t-il pas couvert celle-ci jusqu'à ce que,un an plus tard, la preuve soit établie que non seulement des policiers poursuivaient bien les jeunes qui n'avaient commis aucun délit mais que, de surcroît, ils n'étaient pas intervenus alors qu'ils les avaient vus se réfugier dans un transformateur EDF ou deux d'entre eux allaient trouver la mort?"
On constate donc que l'article ne "dépore" pas le fait de ne pas faire confiance aux autorité. Depuis quand LO indique qu'il faudrait faire confiance aux représentants de la bourgeoisie que sont les ministres, préfets et autres policiers????
Sortir une phrase de son contexte, faire dire à l'auteur d'un article le contraire de ce qu'il dit relève de la malhonnêteté!!!

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires