ALTER INFO

La planète Terre comme arme et cible-- Suite (3° partie) -- Le japonais Aum Shinrikyo et la recherche sur les armes électromagnétiques


Dans la même rubrique:
< >


Leuren Moret
Jeudi 18 Octobre 2007

La planète Terre comme arme et cible-- Suite  (3° partie) -- Le japonais Aum Shinrikyo et la recherche sur les armes électromagnétiques


Par Leuren Moret, hiver 2005



LE JAPONAIS AUM SHINRIKYO ET LA RECHERCHE SUR LES ARMES ÉLECTROMAGNÉTIQUES


​​​​Le 23 avril 1993, Aum Shinrikyo, de la secte bouddhiste japonaise « Vérité Suprême, » achetait un ranch d'élevage de moutons de 500.000 acres [200.000 hectares ou 2.000 Km2, 1 acre anglais valant 0,4 hectare, NDT] en dans l'ouest de l'Australie, près de Banjawarn. Le ranch a soudainement été vendu et ils ont quitté l'Australie en octobre 1994. Les signes indiquaient qu'ils avaient prospecté de l'uranium, utilisé des produits chimiques et un laboratoire à des objectifs inconnus, et après leur départ d'Australie, des traces de gaz sarin ont été trouvées sur des moutons et dans la laine (Prolifération mondiale des armes de destruction massive: Une étude de l'affaire de la secte Aum Shinrikyo, Affaires gouvernementales du Sénat sous-commission des enquêtes permanente, le 31 octobre 1995, déclaration du personnel). Plus tard, en 1995, des membres de cette secte étaient impliqués dans l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo. Le leader a été jugé et condamné à Tokyo pendant que j'étais au Japon en été 2003. J'ai rencontré des journalistes japonais qui ont suivi l'histoire et connaissaient personnellement des membres de la secte, dont beaucoup sont des scientifiques. Le Dr Fred Wood, membre du Projet Manhattan, et Alden Bryant, Secrétaire Trésorier du New Energy Mouvement m'ont prévenu de la dangerosité de la technologie des armes exotiques russes, disant qu'elles avaient été louées par la secte Aum de Russie. La secte a recruté des adeptes au Japon, en Russie, en Australie, au Sri Lanka, aux États-Unis, et a visité la Yougoslavie. Les médias japonais ont affirmé qu'elle avait des liens avec les Yakuzas (mafieux japonais) à travers le trafic de drogues.


​​​​En 1995, l'enquête du Congrès sur la secte Aum Shinrikyo indiquait que son intérêt pour les armes de destruction de masse (ADM) était liée aux événements du style Armageddon qu'elle projetait d'organiser contre les intérêts du Nouvel Ordre Mondial :


La secte affirme que les Juifs planifient des massacres analogues dans d'autres régions du monde afin de mettre à exécution un sinistre complot visant à réduire la population mondiale de trois milliards de personnes d'ici à l'an 2000. La secte liait aussi les Juifs à ses autres ennemis au sein de la société japonaise, l'« aristocratie noire » des japonais « internationalistes, » notamment un certain nombre de politiciens et hommes d'Etat japonais actuels et anciens. [3]


​​​​La secte revendiquait 65.000 membres, dont plus de la moitié en Russie. Le gouvernement japonais estime leurs avoirs à un milliard de dollars. De nombreux adeptes de la secte, très instruits dans les domaines scientifiques et techniques, sont diplômés des meilleures universités du Japon. La secte a dépensé plus de 400 millions de dollars en matériel informatique, presque entièrement acheté à une société de Taiwan. Elle a hérité sa culte des armes traditionnelles, mais elle est plus intéressée par les ADM et apparemment les armes les plus meurtrières, si l'on considère la Russie comme la source des armes les plus exotiques.


​​​​Lorsque la Douma russe a fait une enquête sur la secte, Vitaliy Savitsky, le parlementaire russe président du Comité des Affaires Religieuses de la Douma a déclaré à ses collègues, « Ce comité soupçonne sérieusement que la pénétration en Russie d'Aum Shinrikyo a été aidée par les services de renseignements russes. »


​​​​De février à avril 1995, la secte Aum a envoyé un groupe de six membres au Musée Tesla à Belgrade, en ex Yougoslavie, afin d'examiner les thèses originales de Tesla et d'autres documents de recherches ayant trait aux « systèmes d'armes de Tesla » qui se focalisent sur l'amplification des ondes. Le scientifique Nikola Tesla avait expérimenté dans les domaines atmosphérique, électromagnétique, de la dynamique des fluides, et de la géodynamique de la Terre au début des années 1900, et découvert le courant alternatif. Bien que Marconi ait remporté le Prix Nobel pour l'invention de la radio, Tesla a gagné plus tard un procès affirmant qu'il en était l'inventeur légitime. Quand il est mort aux USA en 1943, tous ses papiers ont été saisis et mis au secret par le gouvernement. Les membres de la secte ont étudié les recherches sur la Bobine de Tesla utilisée avec le courant alternatif, ainsi que d'autres inventions et expériences. Ses premières expériences avec les fréquences de résonance testaient la création de tremblements de terre. Il a été cité disant que, grâce à sa technique, il pouvait « couper le monde » en deux. Dans les années 30, Tesla a mis au point un canon à « rayon, » qui était en réalité un accélérateur de faisceau de particules. Cette arme était rapportée capable d'abattre un avion à 200 milles (322 Km), et il affirmait avoir inventé le Bouclier Tesla que rien ne pouvait pénétrer.


​​​​En avril 1993, la secte Aum a dit aux australiens que leur propriété en Australie devait servir à « conduire des expériences pour le bien de l'humanité. » Le 28 mai, seulement 35 jours après l'achat, une étrange météorite semblable à une boule de feu, une explosion, et un tremblement de terre de magnitude 4, ont été signalés dans la région. En septembre 1993, une société écran de la secte a servi à importer en Australie des équipements électriques, notamment des transformateurs, des convertisseurs statiques, des générateurs, des câbles coaxiaux, des batteries, des appareils de mesures et des outils, et des équipements de protection.


​​​​Plus tard, un géologue nommé Harry Mason, a visité la région et enquêté dans la région semi-désertique, recherchant un cratère météoritique. Dans son entrevue avec les habitants, il a découvert que :


...Les gens ont entendu la boule de feu bien avant de la voir ; c'était une grande boule de feu sphérique rouge-orangée avec une toute petite queue conique bleuâtre ; sa vitesse était celle d'un avion de ligne 747 ; elle volait apparemment parallèlement à la courbure terrestre sur une longue trajectoire en arc de cercle à basse altitude (environ 2.000 mètres) sur une distance d'au moins 250 kilomètres ; elle a fait jaillir un arc vers le sol et a disparu derrière les arbres ou les collines basses ; puis une énorme explosion de grande énergie de lumière bleue-blanche aveuglante a éclairé la nuit comme si c'était le jour. Les observateurs pouvaient voir jusqu'à plus de 100 kilomètres dans toutes les directions au niveau du sol ; un flamboiement de couleur rouge a ensuite traversé le ciel verticalement et une grande secousse sismique a atteint les observateurs ; une très forte explosion qui a suivi a été entendue dans un région de plus de 250 km sur 150 km ; des dommages mineurs ont été signalés jusqu'à 150 km au sud-est. (Rapporté dans « Cieux brillants 1ère Partie, » Harry Mason, Nexus en anglais, mars avril 1997.)


​​​​Il y avait de nombreuses irrégularités indiquant que ce phénomène était très différent de tout ce que l'on connaissait avant. Depuis l'événement de la boule de feu en 1993, des milliers d'observations similaires et des émissions de lumière à grande puissance se sont produites en Australie. La Dr Bertell signale que les trajectoires des boules de feu passent à proximité de quatre complexes militaires : Showa et Mizuho au Japon, Molodezhnaya et Novolazarevskaya en Russie. En Sibérie, la péninsule du Kamtchatka est aussi soupçonnée d'être l'un des expéditeurs d'armes vers le monde entier de l'ex Union Soviétique.


​​​​


LA GUERRE ÉLECTROMAGNÉTIQUE NON DÉCLARÉE


​​​​Le travail de conception des Antimissiles Balistiques (ABM), pour l'interception des missiles à longue portée, a commencé en 1946 à l'Université du Michigan. L'Union Soviétique a aussi entamé le développement de sa défense ABM après la Seconde Guerre Mondiale, surtout les recherches théoriques entre 1948 et 1951. En 1967, l'URSS commençait à travailler sur des projets de systèmes d'alerte précoce, de défense spatiale, et sur un système de contrôle de l'espace extra-atmosphérique. Ces projets sont devenus les principales composantes de l'ABM et de la défense spatiale de l'Union Soviétique.


​​​​Amélioré de « au-dessus de l'horizon » à « sur l'horizon, » le radar Duga-2 Iron Yard Sovietique conçu en 1970 pour détecter les missiles ennemis en deux ou trois minutes, a été testé avec succès à Novaya Zemlya. À Nikolaev le bâti du radar comportait 26 énormes émetteurs (chacun de la taille d'un bâtiment de deux étages).


L'antenne d'émission faisait 210 mètres de large et 85 mètres de haut. L'antenne de réception avait 300 mètres de large et de 135 mètres de haut. Le champ d'antennes abritait 330 émetteurs d'environ 15 mètres chacun. Ces radars devaient permettre de détecter de façon fiable les groupes de missiles balistiques intercontinentaux lancés depuis le territoire US.


​​​​Le 4 juillet 1976, au 200ème anniversaire des USA, la première installation de ce genre inaugurait son fonctionnement à Kiev et a toujours été sur les ondes depuis. Les puissantes transmissions électromagnétiques consistaient en signaux pulsés plusieurs fois par seconde, modulés sur des fréquences comprises entre 3,26 et 17,54 MHz. L'émetteur de 2 MW était capté dans le monde entier, interférant au début avec les communications et les radioamateurs, mais des corrections ont été faites de manière à ce qu'il saute les fréquences critiques des avions et des vols transocéaniques car il jouait à travers tout le spectre d'exploitation.


​​​​Deux autres installations similaires ont été construites plus tard près de Chernigov et de Komsomolsk près de l'Amour. Les installations de Kiev et de Komsomolsk assurent la couverture des États-Unis. Une petite installation de puissance moindre à Nikolaeyev près d'Odessa fournit la couverture de la Chine.


​​​​Le 18 juillet 1977, le gouvernement US devenait secrètement partenaire des Soviétiques et le nom du code secret donné pour cela aux Etats-Unis était Projet Woodpecker. Les USA ont envoyé une équipe de scientifiques en Russie avec un aimant de 40 tonnes et d'autres équipements et matériels scientifiques pour favoriser la recherche et le développement.


​​​​Le principal centre de recherche du projet était le Lawrence Livermore National Lab. Depuis le début du projet, le financement secret canalisé par la CIA et la National Security Agency fournissait le soutien avec la collaboration du ministère de la défense et de la NASA. En janvier 1995, la publication des récompenses honorifiques du laboratoire de Livermore annonçait que les 21 membres de l'équipe Woodpecker avaient reçu l'Intelligence Community Seal Médaillon en 1994 pour « leurs travaux sur un projet classé confidentiel visant à améliorer les techniques de collecte des informations. » Le directeur adjoint de la CIA et le directeur de la NSA ont remis le prix au siège de la CIA à Langley en Virginie. La récompense citait la réussite de leur équipe :


...Sur une série de problèmes techniques d'une complexité énorme, a résulté une faculté opérationnelle extrêmement puissante qui peut être utilisée pour rassembler des renseignements provenant de sources exceptionnelles non exploitables par tout autre moyen.


​​​​La publication du laboratoire indiquait que l'équipe du projet avait commencé à travailler sur l'étude de faisabilité en 1985. Le produit final a été remis au sponsors du projet en 1992, exactement au moment où la Guerre Froide prenait fin.


​​​​Le 22 juin 1995, le Dr Armen Victorian recevait la réponse du bureau du ministère de l'énergie d'Oakland à sa demande sous la Liberté de l'Information (FOIA) sur le Projet Woodpecker :


Dans sa résolution du 5 mai 1995, Oakland a déclaré que des recherches avaient été menées pour des documents sensibles à la demande de Victorian, mais qu'aucun dossier n'avait été trouvé par les recherches. Oakland avait précisément déclaré que les informations relatives au projet Woodpecker avaient été détruites.


​​​​En 1952, une réunion secrète se tenait au Nouveau Mexique entre scientifiques russes et étasuniens au Sandia Lab, qui fait partie du programme d'armement nucléaire. Un échange d'informations sur les risques biologiques des micro-ondes et des fréquences électromagnétiques, et sur les niveaux de sécurité, n'a pas été entièrement couronné de succès. Les russes reconnaissaient publiquement les risques, mais les étasuniens ne les prenaient pas au sérieux. Peu après les russes entamaient un programme de 30 ans en irradiant l'ambassade US à Moscou avec des micro-ondes, provoquant la mort de trois ambassadeurs US et des maladies professionnelles chez les employés. Le « Signal de Moscou » découvert par la CIA en 1962, était utilisé par les Russes pour tester les effets des rayonnements électromagnétiques (résonance électromagnétique) à bas niveau sur les employés de l'ambassade US.


​​​​En avril 1976, Henry Kissinger, ministre des affaires étrangères, envoyait le télégramme suivant à l'ambassade US à Moscou, qui résumait les conclusions de l'étude du signal de Moscou :


Objet : Dangers des rayonnements électromagnétiques et des UHF.


Depuis1960, l'Union Soviétique dirigeait des faisceaux de rayonnements à haute fréquence sur l'ambassade US de Moscou, qui n'étaient pas estimés servir à récupérer des informations, mais à provoquer des effets physiologiques sur le personnel. Les effets que les Soviétiques ont délibérément réussi à créer dans le personnel de service (au moins depuis 1960) incluaient (A) des malaises, (B) de l'irritabilité, (C) de la fatigue extrême. À cette époque, les soviétiques estimaient que les effets induits étaient temporaires. Ultérieurement, il a été vérifié que les effets ne sont pas temporaires du tout. Sans aucun doute, les troubles liés à ce genre de rayonnement et aux ondes électromagnétiques UHF/VHF sont les suivants : (A) des cataractes, (B) des altérations sanguines induisant des attaques cardiaques, (C) des tumeurs malignes, (D) des problèmes circulatoires, et (E) des détérioration permanente du système nerveux. Dans la plupart des cas, les séquelles ne deviennent évidentes que longtemps après l'exposition -- une décennie ou plus. (William MacIntosh, Projet Pandora)


​​​​Les soviétiques ont été apparemment les premiers à utiliser la pollution électrique ou l'énergie dirigée avec des intention malveillante. En 1955, l'US Navy conduisait une expérience avec des rayonnements électromagnétiques UHF (ultra haute fréquence) dans le but de cibler des individus, des foules, ou des armées. Les effets, pouvant être augmentés ou réduits, sont appelés aujourd'hui Armes Non Létales. En 2004, un contrat militaire pour une étude de Projectile Douloureux à Énergie Pulsée (PEP), un contrat de l'US Navy considérablement expurgé pour le développement des Armes Non Létales avec l'Université de Floride, a révélé des détails intéressants sur les armes à énergie dirigée à micro-ondes pulsées :


...Des décennies de recherches et d'immenses investissements de millions de roubles dans le processus de psycho-corrections ont donné la capacité de modifier le comportement de sujets volontaires ou non, ajoutent les experts. Les experts russes, notamment George Kotov, ancien général du KGB, signalent aussi une liste de logiciels et de matériels liés à leur programme psycho-correctif qui peuvent être achetés pour seulement 80.000 dollars. Dans la mesure où il est devenu possible de sonder et de modifier le psychisme de l'être humain, malgré sa volonté et sa conscience par des moyens instrumentaux, les résultats obtenus peuvent sortir du contrôle et servir à des fins inhumaines de manipulation du psychisme. (Barbara Opall, Defense News, 11-17 janvier 1993).



L'ARME ULTIME -- L'ÉNERGIE DE LA NATURE ET DE LA VIE


​​​​Comme décrit dans Le monde comme laboratoire : Expériences avec les souris, les labyrinthes et les hommes, de Rebecca Lemov, Hill and Wang (2005). Quand ils sont arrivés, les prisonniers de guerre étasuniens revenus endoctrinés et apathiques de la Seconde Guerre Mondiale, attendant comme du bétail les navires, étaient confus et peu enthousiaste à l'idée de revenir. Les chefs d'état-major militaires, intrigués par l'état mental des soldats, se demandaient s'ils avaient été soumis à de nouvelles techniques inconnues en Occident. En 1953, Allen Dulles, nouvellement nommé directeur de la CIA, a décrit comment les « apparatchiks communistes » avaient transformé les soldats en robots à travers le cerveau des victimes :


...devient un phonographe jouant un disque mis sur son plateau par un génie extérieur sur lequel il n'a aucun contrôle ...


​​​​Sous Dulles, l'Agence a rapidement développé son propre programme pour étudier en détail le contrôle du comportement humain à partir d'une liste de domaines de recherche de la CIA :


En Grande-Bretagne, la recherche sur le contrôle de l'esprit a commencé à l'Institut Tavistock dans les années 50. Dans le principal établissement de recherche psychiatrique de Grande-Bretagne, la « réaction du singe soumis au singe dominant » était d'un intérêt particulier pour les scientifiques. Après avoir identifié le rythme cervical spécifique du comportement docile de la soumission, il a été superposé sur un signal ELF transmis par des émetteurs micro-ondes. La Grande-Bretagne, qui avait mis au point le radar à micro-ondes dans les années 40, était déjà bien avancée dans la technique.


​​​​Il n'est pas étonnant que l'objectif de transformer en arme le contrôle de l'esprit ait été atteint compte tenu des ressources qui y ont été investies, mais la manière dont cela a été conduit est un avertissement. L'arme suprême, parmi celles qui ont été mises au point, est la manipulation de notre environnement électromagnétique. Et à travers cette recherche, la plus importante découverte scientifique a été faite... la nature de la vie. La découverte la plus choquante, pour toute l'humanité, est que cette fois-ci, nous sommes l'ennemi.


​​​​La découverte par la CIA en 1962 d'un ensemble de signaux électromagnétiques complexes à l'ambassade US à Moscou a mené au projet Pandora. Ce projet a été créé pour enquêter sur « les effets sur l'homme des rayonnements électromagnétiques à faible niveau. » Les singes amenés dans l'ambassade et exposé avaient des dommages sanguins et chromosomiques. Le nombre de leucocytes étaient plus élevé de 40% (commun dans la leucémie naissante) chez certains à l'ambassade, et un médecin qui a effectué l'étude a été cité par Associated Press disant qu'il avait trouvé beaucoup de chromosomes brisés. Bien que le ministère des affaires étrangères ait affirmé que le signal de Moscou n'a jamais dépassé 18 microwatts (les dossiers pertinents du projet Pandora auraient été détruits), les protocoles de recherche du projet montaient jusqu'à 4.000 microwatts. Aux entretiens de Glassboro en 1967, le président Johnson a demandé au premier ministre Kosygin de faire cesser l'arrosage de l'ambassade avec des micro-ondes, mais il a continué.


​​​​En 1955, le Naval Medical Research Institute entamait des recherches sur les émetteurs à haute puissance en utilisant des ondes courtes UHF qui brûlaient la peau exposée. Ils ont aussi « cuit » à mort des chiens, et ont développé un grossier lance-flammes électromagnétique [4]. C'était une première expérimentation sur ce que l'on appelle aujourd'hui, les Armes Non Létales qui peuvent bien évidemment être mortelles. Le chercheur Sol Michaelson découvrait en 1958 que les chiens exposés aux ondes UHF luttaient pour se libérer de leurs chaînes, mais pour une raison inconnue, continuaient à faire face à l'émission du faisceau. En 1960, les soviétiques ont découvert lors d'expériences sur des rats que les ondes UHF provoquaient de la faiblesse musculaire et de la léthargie. Vers le milieu des années 60, les soviétiques signalaient qu'un faisceau de micro-ondes pouvait produire de la « fatigue oculaire et des troubles de la vision, des maux de tête, et la perte de la concentration. (Docteur Robert O Becker, Le corps électrique.)


​​​​En 1971, une conférence historique se tenait à Varsovie, dans laquelle des scientifiques de l'Institut de l'Hygiène du Travail et des Maladies Professionnelles de l'URSS présentaient une liste de symptômes qu'ils appelaient « maladie des micro-ondes. » Les premiers symptômes étaient la basse tension artérielle et le pouls lent. Plus tard, les autres symptômes communs étaient :


...L'excitation chronique du système nerveux sympathique (syndrome de stress) et l'hypertension artérielle. Cette phase comprend aussi souvent : des maux de tête, des vertiges, des douleurs oculaires, de l'insomnie, de l'irritabilité, de l'anxiété, des douleurs stomacales, de la tension nerveuse, l'incapacité à se concentrer, la perte des cheveux, plus l'augmentation de l'incidence de l'appendicite, de la cataracte, des problèmes de reproduction, et du cancer. Aux symptômes chroniques succèdent par la suite des crises d'épuisement surrénal et des cardiopathies ischémiques (obstruction des artères coronaires et crise cardiaque). [5] (Dr Robert O. Becker, Le corps éléctrique.)


​​​​Les soviétiques avaient déjà fixé des normes élevées pour la protection contre les champs électromagnétiques [6]. Le Dr Karel Marha, de l'Institut d'Hygiène Industrielle de Prague, recommandait l'adoption de normes plus élevées en Occident.



(À SUIVRE)



Lien vers la première partie
Lien vers la deuxième partie


Original : http://www.mindfully.org/Reform/2006/Earth-Weapon-Moret24feb06.htm
Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info



Notes du traducteur


​​​​3- Aum est donc certainement la secte dont parle Benjamin Fulford, celle qui menace de tuer les Illuminati parce qu'ils veulent dépeupler le monde et l'Orient en particulier. Deux articles sur le site en parlent :

http://www.alterinfo.net/Le-Nouvel-Ordre-Mondial-menace-par-les-Triades-et-Yakusa_a9969.html?voir_commentaire=oui

http://www.alterinfo.net/L-histoire-Illuminati-Comment-furent-asservis-les-peuples-celtiques-par-les-tyrans-babyloniens_a9882.html?print=1

​​​​Benjamin Fulford a un site en japonais et en anglais. Voici le lien sur la partie en anglais :

http://benjaminfulford.com/indexEnglish.html


​​​​4- Cette arme améliorée semble bel et bien exister car elle aurait été été utilisée contre les civils en Irak. Un témoin a décrit un char avec dessus une sorte de lance-flammes qui tirait la foudre avec des résultats épouvantables. Parmi ses effets, un autobus avec tous les voyageurs ont été réduits (réduits au sens propre, comme les têtes réduites des Jivaros) en magma informe. L'article en anglais :

http://www.thetruthseeker.co.uk/article.asp?ID=1031


​​​​5- En bref, beaucoup de symptômes ressentis par les gens qui habitent près des antennes relais de la téléphonie mobile.


​​​​6- On sait, par exemple, que « L'URSS avait interdit les micro-ondes pour leurs effets mortels » :

http://www.alterinfo.net/L-URSS-avait-interdit-les-micro-ondes-pour-leur-effet-mortel_a7784.html




Samedi 20 Octobre 2007


Commentaires

1.Posté par Al le 18/10/2007 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon article, et puisque vous parlez d'électromagnétisme, que pensez vous des épandages quasi quotidiens de produits chimiques sur les pays d'occident, produits incluant du baryum et de l'aluminium et d'autres saloperies comme des fibres de polymères et des cellules non identifiées. Je parle des chemtrails si vous souhaitez faire des recherches.

2.Posté par trine le 18/10/2007 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ok! et rien à propos du HAARP?

3.Posté par Shaosar le 18/10/2007 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

j'ai lu quelque part que pendant les massacres au Rwanda les zones concernées etaient sous influences du systeme HAARP ?
un essai à grande echelle en attandant la generale !

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires