Palestine occupée

La philosophie du sionisme et Israël


Dans la même rubrique:
< >

Terreur…
Guerre, exile et massacres…
Cela fait des décennies que la Terre Sainte a été un lieu d'effusion de sang, de larmes et de souffrances…


HARUN YAHYA
Mardi 15 Février 2005




Cependant il fut un temps où la Palestine était l'exemple de paix, de tolérance et de justice.

Les adeptes des différentes religions vivaient ensemble comme des frères et s'adonnaient à leur culte dans un esprit de respect mutuel et de tolérance.

Ce temps-là est révolu comme celui de l'administration musulmane.

Cette région entra sous l'autorité musulmane avec la capture de la Palestine par le calife Omar en 637 après J.C.

Cette nouvelle administration afficha une grande tolérance envers les chrétiens et les juifs dans le pays. Suivant les valeurs islamiques, elle permit aux adeptes des différentes religions de vivre selon les principes de leurs croyances.

Les Ottomans prirent la région en 1517 et démontrèrent la même tolérance et la même justice à l'instar de la première administration musulmane. Ils instaurèrent un climat de paix et de liberté dans la région qui demeura un modèle jusqu'à nos jours.

Grâce au "système de nation", qui permit aux gens de différentes fois de pratiquer leurs religions, les chrétiens et les juifs vécurent dans une atmosphère de tolérance, de sécurité et de liberté dans les territoires ottomans.

Le célèbre intellectuel Edward Saïd, lui-même issu d'une famille de Jérusalem, fait le commentaire suivant sur le système de nation:

Une minorité juive pouvait vivre de la même manière que les autres minorités dans le monde arabe. … ça a bien marché sous le règne de l'Empire Ottoman, avec son système de millet (e.g. nation). Ce qu'ils avaient alors paraît de loin plus humain que ce que nous avons aujourd'hui. (Une interview avec Edward Saïd parue dans le journal israélien Ha'aretz du vendredi 18 août 2000)

Une des raisons qui amenèrent les premières administrations musulmanes ainsi que l'Empire Ottoman à appliquer des règles tolérantes, justes et civilisées est qu'ils se conformèrent à la haute moralité prêchée par Dieu dans le Coran.
Dans le Coran Dieu dit aux musulmans:

Allah vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants droit, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité. Quelle bonne exhortation qu'Allah vous fait. Allah est, en vérité, Celui qui entend et qui voit tout.
(Coran, 4: 58)

L'occupation sioniste de la Palestine

La région se sépara de l'autorité musulmane au 20ème siècle. Le climat de paix céda à la guerre et à la violence.

La Grande Bretagne, qui administrait alors les territoires, soutint le sionisme, qui aspirait à l'établissement d'un état juif en Palestine.

Bientôt, cependant, la violence sioniste se dirigea vers les britanniques eux-mêmes. Des juifs radicaux attaquèrent des unités britanniques et firent sauter des bâtiments du gouvernement, des trains, des bateaux, et des hôtels.

Avec le sionisme, la tolérance mutuelle entre juifs et arabes commença à disparaître.

Un jeune dirigeant arabe a dit: "Jadis les Arabes ne s'opposaient pas aux juifs. Personne ne contredisait l'importance du mur de lamentations pour les juifs. Cependant les juifs devenaient complètement différents avec l'avènement du sionisme... Ils devenaient hypocrites et agressifs. Il devenait impossible de nouer des relations avec eux."

Depuis, la Palestine allait devenir la scène de conflits qui marqueraient le siècle.

L'ordre tolérant que l'Empire Ottoman avait établi en déployant des efforts gigantesques s'était brisé.

Des cendres virent le jour des scènes d'intolérance, de violence et d'hostilité.

Quand les britanniques quittèrent le pays en 1947, ces scènes se propagèrent tout le long du territoire et l'interminable occupation israélienne commença.

Les massacres israéliens réduisirent le taux de la population musulmane, et firent que la population juive augmente par le biais de l'immigration vers Israël.

Les Palestiniens furent chassés de leur terre, et les immigrés juifs s'établirent dans des colonies construites sur le même territoire.

En 1948 l'état d'Israël fut proclamé. Les terres palestiniennes étaient alors divisées entre juifs et musulmans.

55 % des terres les plus productives furent attribuées aux juifs, et les 45 % qui étaient complètement non arables, furent laissées aux musulmans arabes.

En 1948, les juifs occupèrent 15 % de plus des terres appartenant aux musulmans.

En conséquence de cette occupation, presque un million de musulmans furent exilés de leurs foyers vers la Cisjordanie, la Bande de Gaza et vers les pays arabes voisins.

En 1967, pendant la Guerre des 6 jours, la Cisjordanie et la Bande de Gaza, en d'autres termes ce qui restait du pays entre les mains des palestiniens, furent occupées par l'armée israélienne.

Et beaucoup plus de musulmans restèrent sans foyers et sans patrie.

Au même moment, les Monts du Golan, appartenant à la Syrie, et la Péninsule de Sinaï, appartenant à l'Egypte, furent également occupés par l'armée israélienne pendant la Guerre des Six Jours.

Les Israéliens se retirèrent plus tard de la Péninsule de Sinaï seulement.

Toute la Palestine avec les Monts du Golan restèrent sous l'occupation.

Jusqu'à la Guerre des Six Jours, Israël occupait la moitié de la ville sainte de Jérusalem.

Durant cette guerre, il s'empara de la ville entière, et envahit tous les lieux de culte musulman, en particulier la Mosquée d'Al-Aqsa.

En 1980, Israël annonça qu'il élargit les frontières de Jérusalem et annexa ce qu'il appelait "Jérusalem Unifié".

Aujourd'hui il y a toujours 4 millions de Palestiniens vivant dans différents pays.

Environ 1 million d'entre eux ont tout juste de quoi survivre dans les camps de réfugiés des pays voisins, dans la Cisjordanie et dans la Bande de Gaza.

Les conditions de vie dans ces camps sont intolérables.

Vie de ghetto, manque d'infrastructures, niveau de pauvreté qui atteint 98 % et des taux de chômage qui dépassent les 60 %...

En outre, ces régions pauvres vivent depuis des décennies sous l'embargo et l'occupation israéliennes.

Afin d'occuper ces régions pour de bon, Israël établit des zones de colonisation.

Il dressa des centaines de points de control et des barricades sous prétexte de protéger les colonies.

Les Palestiniens qui vont au travail le matin doivent passer par des contrôles humiliants de la part des soldats israéliens.

L'établissement illégal des juifs sur les terres des Palestiniens est un autre facteur qui rend la vie difficile à ces derniers. La plupart de ces colons sont armés et ils entreprirent des attaques contre des Palestiniens, tuant des gens sans défense.

Ils jetèrent des pierres sur des femmes, des enfants et des vieillards, et brûlèrent des mosquées.

Mêmes les maisons et les voitures de musulmans furent les cibles de leur violence aveugle.

Loin d'empêcher les colons extrémistes, les soldats israéliens commirent eux-mêmes des meurtres avec eux.


A travers ces colonies Israël est en train de transmettre le message de sa non intention de quitter les régions appartenant à l'Autorité Palestinienne.

Aujourd'hui la Cisjordanie et la Bande de Gaza sont toujours sous l'occupation israélienne.
Les Palestiniens sont entourés de fils barbelés et de murs en béton tout comme dans des prisons.

Un père palestinien achetant du pain pour sa famille peut être maltraité devant sa femme et ses enfants.

Il peut être détenu sans raison et être sujet à des tortures inhumaines.

Sa maison peut être bombardée, et ce qui est plus grave avec ses enfants dedans.

Une femme palestinienne peut être abattue par balles à partir d'un hélicoptère.

Elle peut être battue alors qu'elle conduit ses enfants à l'école.

Ou même abattue.

Un musulman palestinien peut se trouver face à face avec les fusils de soldats israéliens alors qu'il va à la mosquée.

Un enfant palestinien peut perdre sa vie à cause d'une bombe lâchée dans la cour d'une école.

Toutes ces atrocités eurent vraiment lieu, et les troupes israéliennes sont incapables de donner la moindre justification pour ces crimes.

L'état d'Israël recourt d'une part à la force militaire pour opprimer les Palestiniens, il les appauvrit d'autre part économiquement en les privant de leurs moyens de survie.

Toute cette pression fait partie d'un plan élaboré par les politiciens radicaux israéliens afin d'éliminer la réalité de la Palestine.

Face à ces faits, aucune personne de conscience ne peut rester insensible aux massacres en Palestine.

Il est impossible de fermer les yeux sur les gens sans défense et forcés d'endurer l'oppression, la torture et les fusillades par une armée d'occupation.

Tous les individus consciencieux doivent être les voix des Palestiniens et défendre leurs droits de vivre en paix et sécurité comme toute autre nation.

Les gens morts et ceux qui souffrent toujours sont autant d'avertissements, qui nous rappellent constamment notre devoir.

LA DISTINCTION ENTRE SIONISME ET JUDAISME

Alors pourquoi Israël s'engage-t-il dans une terreur pareille? Comment se fait-il qu'un peuple innocent victime de l'effroyable holocauste nazi pendant la Deuxième Guerre Mondiale puisse faire un holocauste identique en Palestine?

La réponse à cette question se trouve dans l'idéologie qu'on nomme sionisme.

Cette idéologie fut créée à la fin du 19ème siècle par le journaliste juif autrichien Théodore Herzl.

Le sionisme était une idéologie d'état qui avait pour objectif la fondation d'un état juif indépendant. Il se basait sur des théories colonialistes et sociales-darwinistes qui dominaient l'Europe du 19ème siècle.

Selon ces théories, les pays industrialisés de l'Occident avaient le droit de coloniser les pays moins développés. Ceci était envisagé comme le résultat le plus naturel du concept de "lutte pour la survie" prévu par le darwinisme.

Les juifs qui créèrent l'idée du sionisme approuvèrent l'erreur commise par les états européens du 19ème siècle, et construisirent leurs propres idéologies à sa lumière.

C'est pourquoi le racisme est devenu une partie intégrante de l'idéologie sioniste.
Les paroles suivantes du célèbre leader israélien Yitzhak Shamir sur le peuple palestinien sont l'illustration parfaite de ce racisme:

Il est inadmissible que des nations se composant de gens qui viennent juste de descendre des arbres se prennent pour des leaders mondiaux… Comment se fait-il que des êtres primitifs pareils puissent avoir une opinion propre à eux? (Le journal israélien Yediot Ahronot du 14 novembre 1975)

Ménahem Begin qui participa à des attaques sanguinaires dans les années 40 et devint premier ministre d'Israël n'avait pas de scrupules à qualifier les Palestiniens d'animaux à deux pattes.

Les sionistes radicaux ne pouvaient se réconcilier avec leur consciences qu'en déniant que les Palestiniens étaient des humains.

C'est cette idéologie raciste qui est derrière l'oppression qui sévit en Palestine pendant les dernières cinquante années.

En même temps les sionistes usent des concepts du Judaïsme tels que le peuple élu et la terre promise. Ceci, cependant, n'est pas une sincère dévotion religieuse.

Le Judaïsme, une religion divine, est devenu le véhicule du sionisme, une idéologie mondaine.

Le problème n'est pas le Judaïsme ou les juifs, mais le sionisme et les sionistes.

La relation entre le sionisme et le Judaïsme n'a jamais été très réaliste. Ceux qui créèrent l'idéologie du sionisme n'avaient rien à voir avec la religion. Max Nordau, le deuxième plus important leader après Herzl était un athée confirmé.

La plupart des juifs dévots considérèrent le sionisme comme une idéologie contre la religion et le rejetèrent.

Les juifs dévots continuent aujourd'hui de regarder le sionisme en ces termes-là.

Si quelqu'un se promène dans les lieux sacrés de Jérusalem il peut lire des slogans portant la mention suivante: "Le Judaïsme et le sionisme sont diamétralement opposés".

Il y a des juifs dévots qui s'opposent au sionisme et qui portent des slogans pour protester contre la politique sioniste israélienne.

Tout ceci montre qu'il y a un grand gouffre entre la terreur israélienne et le Judaïsme.

En fait il est impossible pour un juif sincère et pieux d'opprimer d'autres peuples.

Pour ces raisons-là, des juifs dévots critiquent la terreur israélienne et la qualifient comme une violation de la Torah. Un d'entre eux le Grand Rabbin du Royaume-Uni, le professeur Jonathan Sacks qui a reproché le fait de traiter la politique israélienne comme l'équivalente du Judaïsme dans des propos qu'il a faits en 2002 où il dit: "Il y a des choses qui se passent tous les jours qui me rendent très mal à l'aise comme juif."

Même certains soldats israéliens s'opposent à la politique sévère du gouvernement. En 2002 quelque 250 soldats israéliens ont refusé de servir dans les Territoires Occupés en disant: "Nous ne voulons pas attaquer des gens innocents."

EVITER LES EXTREMES DANS LA LUTTE

Quelle attitude un musulman doit-il adopter en face de la terreur israélienne?

Tout comme dans sa vie de tous les jours, un musulman doit se comporter selon les valeurs coraniques dans les situations extraordinaires comme la guerre et l'exil. Dans le Coran, Dieu appelle les fidèles à apporter la paix et la tolérance sur la terre.

Il demande aux gens de se conduire avec justice, sans se soucier de la race, de la langue ou de la religion.

Pour cette raison il est hors de question qu'un musulman éprouve de l'hostilité envers des juifs à cause de leur religion ou de leur croyance.

Selon le Coran, les juifs sont des gens du Livre, en d'autres termes des gens qui croient en les révélations de Dieu. L'attitude qu'un musulman doit adopter envers les gens du Livre est celle de la justice, de la tolérance et de la gentillesse.

Tuer une personne pour rien est un des grands péchés dans le Coran. Notre prophète aussi avertit ses généraux de ne pas faire du mal aux civils.

Toutefois, quelques Palestiniens ont mené, ces dernières années, des attaques suicides contre des zones peuplées, à l'issue desquelles des femmes, des enfants et des vieillards ont trouvé la mort. Cette méthode cruelle est un legs des idéologies marxistes-léninistes qui étaient autrefois en vogue en Palestine, et est une violation de l'Islam.

Dans le Coran, Dieu ordonne aux musulmans de se défendre en cas d'attaque ennemie, mais de ne pas aller en excès dans le conflit:

Combattez dans le sentier d'Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes Allah n'aime pas les transgresseurs. (Coran, 2: 190)

Dans un autre verset Il avertit les musulmans de ne pas dévier du chemin de la justice en cédant à l'hostilité avec un autre peuple:

O les croyants! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste. Pratiquez l'équité: cela est plus proche de la piété. Et craignez Allah. Car Allah est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. (Coran, 5: 8)

En outre attaquer des civils induirait les Palestiniens en erreur dans leur lutte justifiée.

Les Palestiniens doivent éviter ces méthodes, qui n'apporteront que plus de souffrance et d'effusion de sang. Leurs armes doivent être la raison, la culture, la diplomatie et le dialogue et non pas les pierres et les bombes.

LA PAIX EN PALESTINE

C'est le souhait de tout un chacun de bonne conscience de voir la fin d'un conflit sanguinaire d'un demi-siècle en Palestine, et de voir juifs et Arabes vivre ensemble en paix.

Cette paix n'est possible que si les deux camps se remettent à la raison, au bon sens et à leurs consciences.

Aucune paix ne peut être achevée avec l'oppression d'un peuple.

Pour qu'il y ait une vraie paix, Israël doit absolument abandonner l'idée d'une Palestine pour les juifs seulement, et accepter de vivre avec les Arabes dans des conditions égales.

Les Arabes doivent reconnaître le droit des juifs de vivre en Palestine.

Israël doit évacuer les territoires qu'il a occupés en 1967.

Jérusalem Est doit être ouvert à toutes les communautés et mis sous autorité palestinienne.

Les Palestiniens exilés de leur terre doivent avoir la permission de retourner dans leur pays.

Les éléments les plus importants dans ce chemin vers la paix sont les croyances et les valeurs communes de l'Islam et du Judaïsme.

Les Arabes et les juifs ne doivent pas être des ennemis. Ils croient tous en Dieu, le Seul et l'Unique, respectent les mêmes prophètes et défendent les mêmes valeurs éthiques.

Se tenir à ces croyances et valeurs, et appliquer avec sincérité les commandements sacrés qu'elles recommandent est le seul chemin de salut pour les deux peuples.

Quand les musulmans respectent la moralité de l'Islam, et les juifs vivent selon les valeurs des prophètes Moïse et Abraham, quand ils sont libérés des influences d'idéologies comme le darwinisme social et le marxisme-léninisme, ils pourront apporter la paix à une région qui a trop souffert du chaos durant un siècle.



source: harunyahya.com


Mardi 15 Février 2005


Commentaires

1.Posté par celui-QUI-decouvre le 09/10/2006 02:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans les lieux sacrés de Jérusalem il est possible de lire des slogans portant la mention suivante: "Le Judaïsme et le sionisme sont diamétralement opposés".
Le sionisme est purement et simplement une ideologie raciste, suite a ca le sionisme pour les sionistes et une sorte de religion sans dieu. Ils se disent juifs alors que les fondateurs qui créèrent l'idéologie du sionisme n'avaient rien à voir avec la religion. Max Nordau, le deuxième plus important leader après Herzl était un athée confirmé. Comment les juifs peuvent etres en accord avec cette ideologie, et avec le Grand Israel ???
pourtant avant que cette ideologie soit mis en place les Arabes et les Juifs vivez en paix !
J'espere de tout coeur que cette guerre sans fin n est plus lieu !INCHA ALLAH !!

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires