ALTER INFO

La petite phrase du Ministre de l’Education Nationale


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Iyad Abbara
Mercredi 4 Juillet 2007

La petite phrase du Ministre de l’Education Nationale

Le jeudi 28 juin un peu après 12h30, deux journalistes de Radio BFM, Hedwige Chevrillon et Ruth Elkrief, reçoivent Monsieur Xavier Darcos, Ministre de l'Education Nationale, dans l’émission DUO BFM.

 

 

Différentes questions sont abordées lors de cette interview, dont notamment celle de la réforme de la carte scolaire qui entrera en vigueur à la rentrée scolaire 2007-2008.

 

 

Les journalistes souhaitent savoir comment ça va se passer et ce qui adviendrait aux écoles qui seraient prises d’assaut et celles qui seraient désertées ? Ils veulent comprendre, comme nous tous, le but de cette réforme, ses critères et ses modalités d’application.

 

 

Monsieur le Ministre répond d’abord que des établissements scolaires sont déjà pris d’assaut, sauf, je cite, « qu’ils étaient pris d’assaut par des parents qui avaient les moyens de contourner la carte scolaire sans le dire, des gens puissants, des riches et des affluents ».

 

 

Il s’agit donc, selon le Ministre, d’apporter de la clarté et de définir un certain nombre de critères clairs (élève boursier, élève méritant, fratrie etc.) qui permettraient de déroger. Monsieur Darcos affirme que le but de cette réforme est de faire de la justice sociale, de clarifier les choses et d’assurer la mixité sociale, et nullement de faire le marché libéral de l’école. Nobles objectifs.

 

 

Et pour donner un exemple parlant sur cette justice sociale à établir, Monsieur le Ministre sort son argument imparable : « Je ne vois pas pourquoi j’interdirais par exemple à une jeune fille issue de l’immigration maghrébine qui est dans un collège difficile et qui a envie de réussir scolairement, je dirais ‘Non, tu es assignée à résidence, tu restes là avec les grands frères et les barbus, tu n’as pas à rejoindre...’ ».

 

 

Là, la journaliste coupe le Ministre, non pas pour s’étonner de l’argument, car il semble que tout le monde soit d’accord sur cet objectif de libérer la jeune fille d’origine maghrébine de l’influence des « grands frères et des barbus », en fait elle l’interrompt juste pour demander comment il va faire pour les sortir du quartier ? Va-t-il les emmener en bus comme aux Etats-Unis dans un système de « Bussing » ? Et le Ministre répond qu’il n’y verrait pas d’inconvénient si cela s’avérait nécessaire.

 

 

Si la mission de l’école de la République est d’assurer la transmission d’un socle de savoirs à tous les jeunes qui la fréquente, et d’assurer l’égalité de chances à ces citoyens en devenir, quel est le rapport entre son échec à assumer cette mission dans les quartiers dits « difficiles » et dans les cités ghettoïsées, et ce que le Ministre appelle « les grands frères et les barbus » ? Qu’est ce que cela veut bien dire ?

 

 

Faut-il comprendre que ce sont ces « grands frères et ces barbus » qui empêchent l’école de la République de bien jouer son rôle ? Ou, est ce que ces « grands frères et ces barbus » exercent une pression sur la jeune fille issue de l’immigration maghrébine pour qu’elle néglige ses cours et qu’elle rate ses examens ? Quant est-il alors des autres jeunes filles de ces mêmes quartiers et qui ne sont pas issues de l’immigration maghrébine ? Quant est-il aussi de cette jeune fille musulmane qui porte le foulard et qui l’enlève à la porte de l’école publique pour accéder aux cours, va-t-on la sortir du quartier pour qu’elle enlève le foulard dès qu’elle monte dans le bus ? Et quant est-il encore des jeunes garçons dans ces cités « difficiles » ? Va-t-on les inscrire dans d’autres écoles pour les « libérer » ? Et comment va-t-on faire si c’est un jeune « barbu » qui demande d’aller dans une école de bonne réputation ?

 

 

Va-t-on alors créer des zones « civilisées » avec des bonnes écoles et des jeunes gens modernes et des zones « moyenâgeuses » où règnent « les grands frères et les barbus » ?

 

 

On se souvient que, le soir de 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy, alors fraîchement élu Président de la république Française, avait lancé un appel « à toutes les femmes martyrisées dans le monde » pour leur dire que « La France n'abandonnera pas les femmes qu'on condamne à la burqa, la France n'abandonnera pas les femmes qui n'ont pas la liberté. La France sera du côté des opprimés du monde, c'est le message de la France, c'est l'identité de la France, c'est l'histoire de la France ».

 

 

Monsieur Marcos, est-il chargé de suivre cette ligne tracée par Monsieur Sarkozy et de mener en France un combat pour libérer la femme musulmane « soumise » et en finir ces hommes horribles qu’on retrouve un peu partout où il y a des musulmans, qui sont « les grands frères et les barbus » et qui sont désormais désignés comme la cause de tous les maux dus à l’échec ou plutôt à l’absence d’une politique interne volontariste pour la justice sociale et l’égalité des chances.

 

 

Iyad Abbara

 

 

 

Pour écouter l’interview (laisser passer les infos les 5 premières min) :

 

http://www.radiobfm.com/archive/player.php?id=5152&date=200706281225&duree=35



Mercredi 4 Juillet 2007


Commentaires

1.Posté par ahmad al faransavi le 04/07/2007 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sauf que d'apres une enquette c est en Israël que le nombre de femmes battues est le plus fort !
vérité pas bonne à dire !
de plus le nombre de jeunes femmes Musulmanes obtenant de trés bons résultatsd scolaire n'est pas négligeable il suffit de voir la quantitée de femmes voilées àla fac !
Donc comme d'habitude : procés irrationnel contre l'Islam qui fait d ela pub à l'islam car quiconque posséde un cerveau ne peux pas ne pas se rendre compte de la manoeuvre deloyale dont cette noble religion fait l'objet !

2.Posté par sémite le 04/07/2007 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut

Islamiser les problèmes sociaux, est une méthode qui n'est pas nouvelle elle a été notament utilisé lors de la campagne, des émeutes,..... . Cela n'est pas près de changer.

On invente le mythe de la femme des quartiers maltraitée par des Ken Laden. Ou bien victime de tournantes par des islamo-bamboulas. C'est un fantasme de journaliste, amateur d'échangisme et autres saloperie.

Ces individus n'ont rien compris et donc ne peuvent proposer des solutions aux problèmes sociaux. Rien compris aux dynamiques sociales de ce pays.
Les truands en costard sont fidèles à eux mêmes.

Dernière chose, ces personnages tiennent des propos cohérents compte tenu de leur éducation, situation sociale privilégiée ( bourgeois communautaristes chrétiens).
Ghandi parlera de paix, Hitler de race, Gallo Zemmour....de colonisation civilisatrice.


3.Posté par danie le 06/07/2007 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Décidemment, Israel, déjà accusé de tous les maux, en voilà encore 1 : le pays où il y a le plus de femmes battues ! Mais jusqu'où ira la désinformation subjective contre ce pays ?

4.Posté par phineus le 06/07/2007 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"qu'en est-il ?"

5.Posté par uranium le 06/07/2007 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message haineux supprimé !

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires