Conflits et guerres actuelles

La nouvelle menace mondiale


A la recherche d’un ennemi...

La chute du mur de Berlin et le démantèlement début nonante de l’ex URSS en diverses républiques balkanisées permit de fermer la parenthèse « communiste » qui depuis la seconde guerre mondiale était pour les Occidentaux (européens et américains) la principale menace.


Vendredi 7 Octobre 2005


Une fois le problème russe « écarté mais non réglé »... l’occident s’en est allé à la recherche d’un nouvel ennemi... La guerre contre l’Irak en 1991 permit à l’administration américaine et (dans une moindre mesure) européenne de présenter officiellement au monde le dictateur irakien comme la toute nouvelle menace mondiale... Rappelons nous, les spécialistes, certains politiques et journalistes présentèrent l’armée du dictateur irakien comme la 4ème puissance mondiale. Nous avions eu droit pendant des semaines à un matraquage, à une lobotomisation parfaitement orchestrée (1-2)... l’objectif était de faire peur, de présenter l’ex-ami des américains et des français comme un candidat sérieux pour le leadership mondial de l’horreur et ce pour mieux l’anéantir... certains affublèrent le despote Saddam d’ Hitler du Tigre ou de Bagdad, alors que trois ans plus tôt, il était encore « l’ami » de Chirac et de l’administration Reagan, dont un certain Donald Rumsfeld.
En quelques semaines, l’armée irakienne et la population subiront un feu nourri rarement égalé au sein de notre histoire...Ce fût aussi l’occasion pour les occidentaux de tester leur « formidable » arsenal. Le dossier Irakien plié trop rapidement, il fallait à l’Occident un ennemi disons plus « consistant »...

L’islamisme ?

Suite à la main mise et à l’installation durable américaine sur l’Arabie et les régions du Golfe, l’Occident fera connaissance avec un discours radicalement posé, menaçant et religieux (ainsi que quelques attentats contre des intérêts américains) qui convaincra définitivement les pontes américains et européens de l’imminence d’une nouvelle menace planétaire qu’est « l’islamisme » pour ne pas dire l’islam.

Le choc civilisationnel entre l’islam et le monde « judéo-chrétien » est une thèse ayant été défendu il y a plus de 40 ans par l’islamologue américain Bernard Lewis (3a). Par la suite le penseur marocain Mehdi El Mandjra (3b) (avec une approche néanmoins différente) et le professeur Samuel Hutington (3c) développeront cette théorie en la contextualisant.

L’islamisme, (4) devenait pour les Occidentaux, la nouvelle terreur à éradiquer.
Voici donc l’ennemi présenté, construit et offert à la vindicte populaire... Les médias, tout au long de ces dix dernières années, vont dans leur grande majorité se lancer dans une surenchère populiste et surfer sur l’islamophobie (5) (à part quelques médias sérieux comme Le Monde Diplomatique, le Soir, la RTBF, TV5, la BBC ou d’autres, qui traiteront l’information avec pertinence, analyse et profondeur...). Le musulman pratiquant devenait un danger potentiel... Il remplaçait le communiste ou le bolchevique.

Le paradoxe fait que l’Amérique et l’Europe continueront à traiter avec des pays dits islamistes ou intégristes comme l’Arabie Saoudite ou les pétromonarchies peu enclines à la démocratie et aux respects des Droits de la femme et de l’homme. Cette incohérence se répétera à maintes reprises.

« The business is the business » ou si vous préférez « l’argent n’a pas d’odeur »...

Entre temps près d’un million de civils irakiens innocents vont périr à cause de l’embargo et de la politique occidentale... le fait de participer à ce « génocide » planifié de près d’un million de morts (les autorités occidentales avaient connaissance du nombre de décès via les Nations Unies et les ONG sans que cela n’influe leur politique) ne heurte nullement les consciences de la plupart de nos démocraties à la mémoire sélective, pire encore, fin des années 90 la prêtresse et secrétaire d’état de Bill Clinton, Madeleine Albright va au cours d’une interview prononcer cette phrase glacial : « Nous pensons que le prix en vaut la peine ». (6) à un journaliste qui lui posait la question de savoir que lui faisait la mort de prés de 600.000 enfants irakiens.
Comprenez, 600.000 enfants morts, sont le prix à payer afin que les Etats-Unis d’Amérique puissent continuer à contrôler la région, protéger les puits de pétrole et l’économie yankees. Etonnant ? Pas du tout, cela correspond à la mentalité Yankee militariste faite de mépris de la vie humaine, d’arrogance et de violences. Pour l’administration Clinton et Bush, seule la vie américaine compte et a un sens.

Pourtant cette déclaration passera quasi inaperçue au sein des médias européens. Cette déclaration dénote d’un esprit profondément génocidaire. Les génocidaires ne sont pas toujours des barbares à la machette, ils ont d’ailleurs souvent fait partie de la civilisation, justifier les crimes les plus abjects de manière aussi froide et continuer à vivre sans pour autant avoir le sentiment d’avoir participé à l’entreprise la plus honteuse de l’après seconde guerre mondiale (avec le génocide rwandais et bosniaque) fait assurément froid dans le dos, sachant que ces discours viennent de La civilisation qui est censée imposer au monde (arabe) sa vision du monde libre.

Le 11 septembre 2001, New York alla connaître sa matinée la plus sanglante de son histoire...Prés de 3000 innocents furent incinérés.
Le terrorisme « islamiste » représenté par Oussama Ben Laden devenait l’ennemi numéro 1.

Cependant plusieurs éléments font que cette menace « mondiale » n’en est pas une...D’abord la faiblesse du camp Ben Laden et de ses adeptes est criante (pas de projet de société même si leur objectif est le départ des troupes américaines et l’instauration d’un état théocratique intégriste) et puis le monde « islamique » et « islamiste », « collabore globalement contre le terrorisme » qui touche avant tout les populations musulmanes et innocentes. Pour terminer « le monde musulman » reste un espace chaotique où faiblesse, analphabétisme et dictatures font globalement force de loi.

Le nouvel ennemi, « l’empire » du Milieu ?

Devant cet ennemi, que certains estiment de moins en moins consistants... Le monde occidental part à la recherche d’un ennemi plus imposant, massif, mieux armée et qui représente même l’avenir et le centre du monde... A lui seul il représente prés d’un quart de la population mondiale, il s’agit de « l’empire du Milieu », la Chine.
Depuis quelques mois ,la guerre armée a fait place à une joute verbale et à une guerre économique (qui est la principale cause des guerres) qui fait craindre à l’Europe et à l’Amérique la perte d’un vaste marché, le spectre du chômage ainsi qu’une délocalisation généralisée. Aujourd’hui l’économie régit la vie des citoyens et des nations. L’ouverture du marché chinois au libéralisme et au productivisme fait craindre le pire.

Les déclarations intempestives des 6 derniers mois de certains émissaires européens et hommes politiques américains tendent à démontrer que l’Occident se construit un nouvel ennemi, sachant que ce qu’on appelle « l’islamisme » n’a aucune chance ni de s’imposer, ni de représenter une alternative. La Chine, pays socialiste d’un milliard trois cents millions de personnes avec une économie qui décolle, représente avec les nouveaux dragons asiatiques, l’avenir du monde... (7)
Un probable axe Sino-russe donnerait des sueurs froides aux conseillers du président américain qui ne savent plus quelle stratégie adopter.

Sa diabolisation a connu ces derniers temps un paroxysme rarement atteint...il a fallu l’intervention de quelques émissaires européens pour calmer les esprits des va t-en guerre occidentaux, qui voient des ennemis partout. Faut-il rappeler que l’empire du Milieu a souvent été perçu depuis les Mongols (qui ne sont pas Chinois, mais nous ne sommes pas à une généralité près !!!) comme des « barbares » ?

Le phare de la civilisation ?

L’époque d’un Occident Européen « sûr », « riche » et « fier » tel que nous l’avons connu au 19ème et 20ème siècle s’éteint lentement, l’Europe le sait, c’est la fin d’une époque, certains diront d’une belle épopée... Ses colonialismes, ses progrès industriels et scientifiques, ses deux guerres mondiales et ses 30 glorieuses signent la fin d’un monde... le monde de l’opulence, des grandes guerres et du « boom » économique et social.
Cependant l’Europe reste une puissance, elle possède une expérience et une sagesse que l’Amérique assimile à de la faiblesse ou de la couardise, d’où les « incompréhensions » entre les deux Hercules en fin de règne. L’Europe a compris qu’elle devait évoluer avec le monde, cette chance elle l’a doit à son histoire mouvementée, cependant attention à un retour généralisé d’un populisme et d’un extrémisme politique et idéologique qui risquerait de plonger l’Europe dans une crise politique, économique et culturel sans précédent.

A mon sens le danger mondial ne vient nullement de la Chine, de l’Inde, du Venezuela (Chavez représente à lui seul, une partie des soucis du président Bush), de Cuba ou du monde arabe et islamique (englué dans ses dictatures et despotismes chroniques). La plus grande menace pourrait être l’administration Bush et ses conseillers conservateurs, plus proches de l’extrême droite que de la droite.

A lui seul, ce pays (l’Amérique) est à la tête d’un arsenal militaire et nucléaire sans précédent, il est aussi responsable ces 50 dernières années des crimes et conflits les plus sanglants de notre histoire récente... de la bombe atomique, au Chili en passant par le Nicaragua, le Panama, le Vietnam ou le soutien des militaires ultra droitiers et fascistes (cette période vit le retour des fascistes ayant quitté l’Europe qui mirent leurs « expériences » au profit de ces régimes) de l’opération Condor (opération concertée de 6 dictatures d’Amérique du Sud ultra-libéraux qui devait éliminer physiquement tout opposant politique) sans oublier la guerre en Afghanistan, Kosovo, Irak et Somalie...Son tableau de chasse est impressionnant ! Comparer Ben Laden à l’administration américaine est presque indécent !

Nul pays au monde n’a plus assassiné ou kidnappé (ces derniers temps des centaines de citoyens « islamistes » ou simplement suspectés ont été enlevés d’Europe et du monde par la CIA et envoyés manu militari dans des dictatures arabes pour être « nettoyés » (8) sous couvert de la lutte contre le terrorisme. Ce pays est un énorme paradoxe car en son sein se trouvent aussi des valeurs fortes et positives.

Si l’Amérique représente aujourd’hui un danger réel, c’est dû avant tout à la couardise de l’Union Européenne et du reste du monde. Cet empire qui piétine le droit international, régnera encore quelques longues décennies voir tout au long de ce 21ème siècle...cependant il est amené à se réformer ou à imploser, car ce géant au pied d’argile se fragilise via sa politique internationale calamiteuse ainsi qu’à une dualité sociale (40 millions de pauvres) et ethnique (racisme et discrimination). L’Europe quant à elle propose un beau projet de société (le plus réaliste au monde, car il allie un socialisme libéralisme, respectueux des droits de l’Homme) qui évolue et tend vers plus de justice et d’humanisme malgré ses imperfections chroniques, liées notamment à des politiques ultra-libérales et sécuritaires.

La vraie grande menace mondiale...

La nouvelle menace mondiale à mon sens est plus terrible encore, cet ennemi, nous l’avons couvé, dressé et aujourd’hui il nous fait face. Cette menace est la plus terrifiante que l’Homme ait connue... Cette épée de Damoclès risque dans les décennies à venir de nous faire mal, très mal que l’on soit européen ou non, riche ou non...du Nord ou du Sud, d’Est ou d’Ouest.

Cette menace mondiale nous a déjà causé quelques dégâts, quelques drames ici et là, mais ce n’est rien par rapport à ce qu’elle pourrait devenir, à savoir une formidable force de frappe qui pourra réduire n’importe quel pays, n’importe quelle armée en grain de sable ou en cendre...Cette menace se dresse face à nous pour nous rappeler nos oublis, notre irrespect et nos pillages et dépeçages...

Le déchaînement des éléments naturels sont le plus grand danger pour l’Homme et la vie terrestre... certains parlent de revanche de la nature sur l’Homme. Cette menace n’est pas quantifiable...Elle ne possède ni flotte, ni armée, ni pays...Elle est partout et nulle part, elle attend son heure et frappera là ou elle passera sans se soucier des dégâts... Le tsunami, les cyclones, les inondations, les tremblements de terre, les éruptions volcaniques seront la plus grande menace pour l’Homme et pour notre bonne vieille Terre... l’Homme pensait pouvoir maîtriser la nature et le monde grâce à sa technologie, sa science et sa suffisance... Peut-être que cette menace planétaire permettra à l’Homme de proposer un autre projet de société, juste et équitable (pour ne pas dire humain)...Espérons seulement qu’il ne soit trop tard.

Hommage aux peuples dits « barbares »

Il est d’ailleurs frappant de constater que tous les peuples respectueux de la nature et de l’environnement (soit dit en passant tous considérés comme des barbares ou sauvages) ont tous été méprisés, réduits à l’esclavage ou achevés...Aborigènes d’Australie, certaines peuplades Papous de la Nouvelle Guinée et d’Asie du Sud est, les autochtones de la forêt amazonienne ou de la cordillères des Andes... les peuples primitifs d’Afrique, tous ont été lâchement achevés par les dépositaires de la civilisation des « lumières » (Ce n’est pas la France qui est visée mais toutes les civilisations qui au nom de leurs idéaux politiques, idéologiques ou religieux ont asservi des peuplades jugés primitives) qui voyaient en eux les « ténèbres »... de l’humanité ou l’inhumanité pour ne pas dire bestialité.

Un animal ou un « sauvage » aussi féroce soit-il, a-t-il un jour mené une guerre sainte ou une croisade ? Largué une bombe sur une population civile ? Les dépositaires de la civilisation ne sont-ils pas les plus dangereux ? Les civilisateurs ne sont-ils pas les pires, justifiant leurs crimes pour souligner les inégalités « raciales » et de facto leurs suprématies ? Je vous laisse à votre réflexion...et à votre conscience.

La plus grande menace : nos modes de vies ?

La plus grande tâche de ce millénaire sera de changer radicalement notre mode de vie afin d’espérer vivre en harmonie avec notre environnement. Transmettre à nos petits enfants une terre dans un état acceptable...Je ne vous étonnerai pas en vous disant que les Etats-Unis sont parmi les plus réticents à ce changement... Les accords de Kyoto, estiment Bush et ses conseillers, ne doivent pas empêcher les entreprises américaines de produire et polluer encore et plus... A t-il pensé que notre maison, la seule que nous possédions brûle déjà ? Les humains n’ont-ils pas prévu ou stipulé que l’irresponsabilité du plus grand « responsable » soit traduit devant une Cour Internationale (chef d’inculpation : irresponsabilité criminelle pouvant mener le monde à sa destruction) que ce denier continue de mépriser ?
Cependant il serait trop facile de rejeter la responsabilité sur un pays, un gouvernement ou un homme aussi puissant soit il.
La plus grande menace reste à mon sens nos modes de vies qui doivent changer radicalement !
Pour cela, nous sommes tous responsables ! Oui vous l’avez bien lu, tous nous avons une responsabilité écrasante !!!
Il est venu le temps de faire une pause, d’arrêter notre rythme infernal pour comprendre, agir et remettre la nature au centre de notre vie. Le respect de cette dernière ainsi que sa préservation permettront à l’Homme de revenir à une posture plus humble, plus respectueuse et espérons le en adéquation pour ne pas dire en harmonie avec notre mère...La planète bleue.
Le peuple amérindien estimait à juste titre, que nous n’étions que des locataires et qu’il fallait donc remettre les clés de notre maison dans les meilleures conditions à nos enfants afin que ceux-ci transmettent le message des anciens pour toutes les générations. Un message empli de sagesse, de bon sens et de respect.
Pour terminer, j’aimerai rendre un hommage appuyé à toutes ces peuplades « sauvages » qui nous ont montré la voie et qui ont su respecter les richesses naturelles inestimables de notre planète.

Mouedden Mohsin,
Fondateur de l’association Splendeurs du Monde
Mohsin18mai2003@yahoo.fr


J’ai connu autrefois...

J’ai connu autrefois, dans une autre vie...

J’ai connu autrefois un monde merveilleux...
La nature indomptable, que l’on refusait de dompter
Les nuages enchanteurs, que l’on voyait défiler aux cieux
Et le temps incertain, que l’on acceptait sans maugréer
J’ai connu autrefois un lieu merveilleux
Où l’harmonie régnait dans un désordre orchestré par le Dieu,
Et des esprits de toutes sortes que l’on savait loyaux
Et qui ne nous asservissaient pas d’impossibles idéaux

J’ai connu autrefois un lieu merveilleux...
Les montagnes étaient hautes, si hautes... mais jamais infranchissables
Les rivières charriaient dans leur lit notre réserve d’eau potable
Et soulageaient nos pieds fatigués par les sentiers rocailleux
Elles étaient parfois profondes ces rivières qui jaillissaient
En torrents sauvages et limpides, dans lesquelles on se désaltérait
Elles étaient profondes, si profondes... mais jamais on ne s’y noyait
Elles exprimaient leurs murmures fougueux, à nos oreilles qui les écoutaient

J’ai connu autrefois un lieu merveilleux
Les oiseaux gazouillaient fièrement parmi les feuilles qui bruissaient
Agitées par mille vents célestes qui nous rafraîchissaient
Comme autant de soupirs divins qui nous rendaient heureux
J’ai connu autrefois un lieu merveilleux
Où le soleil réchauffait nos esprits et nos cœurs
Nous rendant le sens de l’immensité de la richesse intérieure
Nous éclairant sur les chemins parfois longs de nos jours heureux

J’ai connu autrefois un monde merveilleux
Qui ne demandait rien, sauf notre respect, pour éviter son courroux,
Qui ne demandait rien, à nous, qui donnions tout
J’ai connu, autrefois... un monde... merveilleux...
Un monde que vous n’avez pas compris...
Un monde à jamais anéanti, que vous avez détruit
Insensibles aux cris de douleur qui montaient de votre Mère la Terre
Quand, sans regret, elle fut massacrée, toute entière...

Et nous avec, et nous aussi... et moi aussi...
Car un homme, une femme, en enfant, c’est si petit...
Texte amérindien

Notes

1-2 Anne Morelli est enseignante en histoire à l’université libre de Bruxelles (1).
En 2001, -avant le 11 septembre- elle a rédigé un livre :
Principes élémentaires de la propagande de guerre, utilisables en période de guerre chaude, tiède ou froide (édition Labor) .
Cet opuscule est inspiré par les travaux de Pon Sombi sur la "Grande guerre" (écrit en 1928).
Au-delà de son actualité, ce livre permet à tous et toutes de décrypter les discours et actes de propagandes appliquées à toutes les guerres, mais aussi aux "conflits" sociaux et sécuritaires
Les dix principes de la propagande militaire :
- Nous ne voulons pas la guerre, nous ne faisons que nous défendre
- Le camp adverse est le seul responsable de la guerre
- Le chef du camp adverse a le visage du diable (l’affreux ou le bouc émissaire de service)
- C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers
- L’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement
- L’ennemi utilise des armes non autorisées
- Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes
- Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause
- Notre cause a un caractère sacré
- Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres.

2) Propagande médias et démocratie (N. Chomsky)

3
a) l’islamologue Bernard Lewis
http://www.monde-diplomatique.fr/2004/09/GRESH/11390
http://en.wikipedia.org/wiki/Bernard_Lewis http://www.lepoint.fr/
B) http://www.elmandjra.org/
http://www.elmandjra.org/couv_guerre.htm
http://www.elmandjra.org/livre1/Tablematiere.html
c) http://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Huntington

4) Le terme islamisme signifie de nos jours fascisme, comme islamiste signifie « intégriste » ou « terroriste ». Autant le dire, ces deux termes fabriqués par l’Occident ont une signification erronée. L’islamisme est considéré par les occidentaux comme un mouvement politico-religieux préconisant l’islamisation forcée, tandis que l’islamiste est un citoyen qui fait de l’islamisme sa finalité quitte à agir avec violence ou terreur. Pour les musulmans, cette définition est faussée, car elle tend à criminaliser l’islam et ses pratiquants (je reviendrai prochainement avec une analyse argumentée sur le sujet).

(5) Le musulman cathodique, cet indésirable
L’islam à la télévision analysé par Thomas Deltombe
Thomas Deltombe a passé au crible les journaux télévisés du 20 heures sur les principales chaînes depuis 30 ans. Il démonte dans L’islam imaginaire (éditions La Découverte), toute la mécanique médiatique de l’islamophobie en France. Plongée dans un univers schizophrène.

(6) Madeleine Albright qui était alors l’ambassadeur des USA aux Nations Unies, avait courageusement essayé de garder bonne figure. Lorsqu’un journaliste de TV lui fit remarquer qu’il y avait plus d’enfants morts en Irak à cause des sanctions, qu’il n’y en avait eu de tués à Hiroshima, Mrs Albright lui lança sa fameuse réplique : "Nous pensons que le prix en vaut la peine »

(7) http://cjm.cerium.ca/article949.html

(9) une vingtaine de pays figurent sur la liste... Les plus utilisés l’Egypte, la Jordanie e et la Syrie. Des pays comme le Maroc figure aussi sur la liste.


bellaciao


Samedi 8 Octobre 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires