Politique Nationale/Internationale

La mission impossible, ou les rêves brisés de Bush


On ne doute pas que c’est sur la base d’un engagement de Tsahal à en finir très rapidement avec la résistance armée du Hezbollah que Olmert a dû donner des garanties à Bush quant à une issue heureuse d’une guerre éclair contre le Liban.


Farid@evhr.net
Dimanche 6 Août 2006

Réconforté par cette assurance et par l’engagement des pays arabes à ne pas soutenir le mouvement de Nasrallah, Bush avait non seulement donné son accord aux Israéliens pour détruire et envahir le Liban, mais il s’est aussi engagé à les soutenir, sur les plans politique, financier et militaire, jusqu’à la fin, c’est-à-dire jusqu’à la victoire.

Après vingt-trois jours de frappes aériennes incessantes et de pilonnage continu et avec un premier lot de sept régiments de plus de dix mille soldats, de soldats d’élite, de compagnies aéroportées, de quatre cents blindés et de deux cents engins, force est de constater qu’aucune réalisation n’est à inscrire à l’actif des Israéliens qui, malgré les moyens impressionnants mobilisés, n’arrivent qu’à s’éloigner à peine de leurs propres frontières.

Cet échec cuisant de Tsahal a mis mal à l’aise tous ses partenaires. L’Egypte, l’Arabie Saoudite et la Jordanie, qui s’étaient empressés de déclarer publiquement leur désaccord avec le Hezbollah et, de ce fait, leur feu vert à Israël, révisent leur position à la recherche d’un nouvel hymen auprès de leur opinion publique et, surtout, auprès de la rue arabe. Les ministres des Affaires étrangères de ces trois pays, secoués par la dure réalité, tentent de rattraper le temps perdu en improvisant des visites insensées et plutôt inopportunes à Beyrouth, pour les uns et, pour l’autre, une conférence de presse superflue et inutile.

Olmert ne sait plus s’il est plus sage de s’entêter et de continuer donc à s’enfoncer dans le bourbier libanais ou de sonner la retraite de ses troupes affectées et au moral affaissé. Mais Bush, investi à fond dans cette guerre et dont les rêves se sont fracassés sur le mur de la résistance farouche du Hezbollah, ne veut et ne peut autoriser un quelconque cessez-le-feu. Le rappel à l’ordre immédiat à l’adresse de sa secrétaire d’Etat, qui a, diplomatiquement pourtant, émis le voeu d’aboutir à un cessez-le-feu dans quelques jours, en dit long sur la disposition de l’administration américaine à tout faire pour ne pas perdre cette guerre parce que, et il convient de le signaler, jusqu’à présent, et en dépit du génocide perpétré par les Israéliens, la victoire est bien libanaise, et ce ne sont pas les cinq civils enlevés par Tsahal qui feront changer la victoire de camp !

L’ONU et le Conseil de sécurité, qui n’ont brillé dans l’art de la tergiversation depuis le début du conflit armé que pour donner le temps nécessaire à Olmert pour détruire le mouvement de résistance libanais, ne savent plus quoi faire devant l’impossibilité de réalisation de cet objectif, d’une part, et le refus de Bush d’entendre parler d’un cessez-le-feu avant une victoire israélienne, d’autre part. Une victoire qui se fait de plus en plus éloignée pour une armée israélienne de moins en moins sûre d’elle, qui commence à douter des capacités des hommes politiques qui lui confient une mission impossible.

A.H
Le Quotidien d'Oran


Dimanche 6 Août 2006


Commentaires

1.Posté par jil le 06/08/2006 07:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il ne faut surtout pas oublier le role qu'a jouer la france en pressant les syriens de sortir du liban , sa sentait l'odeur du complot et les libaians se sont precipiter dans ce piege , mais je pense que tout le monde a tiré des leçons , en france ou sont les defensuer des droit de l'homme et de la democratie , les fameux chroniqueur qui faisait la moral a tout les pays arabes et musulmans , ou sont les politiques , personne n'a oser critiquer les sionnistes , par peur d'un lynchage mediatique ou d'un proces papon Bis , j'espere que nos frere libanais qui croyait que la france les defender seront ou es la verite , c'est les resistants brave et courageux comme ceux du hezbollah qui defendrons le liban , et pas les faux discours a la française .

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires