Géopolitique et stratégie

La menace du chaos en cas de non-respect des délais constitutionnels : les Américains n’ont jamais sur gérer les effets de leurs actions de déstabilisation


Dans la même rubrique:
< >

-


Samy BOSONGO
Dimanche 17 Avril 2016

La menace du chaos en cas de non-respect des délais constitutionnels : les Américains n’ont jamais sur gérer les effets de leurs actions de déstabilisation
Les opposants dits radicaux, du front citoyen 2016 ainsi que des cartels et personnalités politiques sympathisants, font planer la menace du chaos sur la RDC au cas où les délais constitutionnels pour les législatives et la présidentielle, censées se réaliser le 27 novembre 2016, n’étaient pas respectés. Chaque fois qu’ils en ont l’occasion, ceux-là ne cessent d’avertir qu’il y aurait chaos en RDC si Kabila ne satisfaisait pas leur exigence du respect de la Constitution.
C’est déjà connu que le Front citoyen 2016 est une structure conjoncturelle et fantoche principalement des Américains qui s’activent à placer une marionnette de sang pur à la tête de la RDC, celui qui accomplira leur oukase en défaveur des Congolais. Le Front citoyen 2016 a été créé le 19 décembre 2015 après la messe noire, célébrée du 11 au 14 du même mois sur l’île de Gorée au Sénégal où les opposants se sont fait formater les intelligences pour « réfléchir sur les moyens pour un soulèvement populaire en RDC, la constitution d’un front anti-dialogue et l’obtention des moyens financiers aux fins d’actions de déstabilisation », l’agenda caché des Américains sur la RDC.
Lors de sa sortie officielle le samedi 9 janvier 2016, le Front citoyen 2016 a réservé une belle part aux actions, ce qui pour les analystes, en disait long sur les actions séditieuses voire l’option de la création d’une nouvelle rébellion si Joseph Kabila restait au pouvoir après 2016, en application des injonctions occultes américaines. Le prétexte de la démocratie, du respect de la Constitution et de l’alternance est déjà connu comme le domaine d’action des Américains pour sévir contre le régime congolais, en dépit du fait qu’il est matériellement impossible que les dits délais constitutionnels soient respectés l’année en cours.
Le chaos
Si le chaos survenait parce que les délais constitutionnels n’auront pas été respectés pour des raisons évidentes, ce serait alors de la faute des Américains qui se montrent impatients de se débarrasser du régime Kabila et qui ont insufflé l’intolérance ainsi que l’allergie dans le chef des opposants qu’ils instrumentalisent face aux problématiques du report des élections. Rassurés du secours américain, ces opposants, tel est le cas de Moïse Katumbi, n’ont plus honte et se donne la hardiesse de promettre des étincelles à Joseph Kabila s’il n’organise pas les élections dans les délais qu’eux préfèrent et s’il ose rester au pouvoir après 2016. Si les Congolais s’entendent dans un cadre comme celui dressé par le dialogue en perspective, il est possible, moyennant consensus librement dégagé, d’éviter le chaos à la RDC. Un consensus qui n’a d’ennemi féroce que l’impérialisme américain qui impose aux Congolais, non pas ce qui est avantageux pour eux, mais pour les intérêts criminels et mercantilistes des Américains et autres Occidentaux. Il sied de noter, avec Tony Busselen, que les Américains cherchent sans cesse un prétexte d’initier une guerre ouverte à la RDC, prétexte que jusqu’ici leur ôte sagement le fils à M’zee. Répondant à la question sur le bilan de Joseph Kabila à la tête de la RDC, le spécialiste belge de Grands lacs dit, « …Et il (Joseph Kabila) a ouvert le pays aux économies émergentes, notamment la Chine qui est devenue le partenaire économique le plus important du pays. En même temps, il enlève chaque prétexte aux Etats-Unis et à l’Union Européen de lancer une agression ouverte et il laisse la porte ouverte pour la coopération avec tout le monde.

Œuvres des Américains dans le monde

L’administration américaine, dans laquelle la CIA joue un rôle prépondérant, se sert de son réseau d’organismes et organisations de couverture pour enflammer le monde. Parmi elles, il y a le Groupe international CANVAS /OTPOR financé par Soros et la NED, la vitrine légale de la CIA, l’International Crisis Group(ICG) administré par Soros, NDI, filiale de la NED, USAID et un ensemble d’ONG et médias que l’on retrouve depuis 15 ans dans les « révolutions de couleur » en Eurasie et le « printemps arabe ». Parmi les ONG, citons Human Rights Watch, HRW, dont Soros est le principal financier, etc. Avec son réseau d’organismes et organisation de couverture, la CIA déstabilise, sous plusieurs angles d’attaques, les régimes haïs par les USA.
Avec les « révolutions de couleur » en Eurasie, Europe-Asie, le chaos a été forgé en Roumanie, dans l’ex-Yougoslavie, en Syrie où la cohue a élu domicile sur fond d’un drame humain inqualifiable, en Afghanistan, en Irak, en Iran, etc. Sans compter les tentatives de déstabilisation sur d’autres pays comme la Chine, le Pakistan et la Corée du Nord que les USA ne réussissent pas à déstabiliser jusqu’ici. Avec le printemps arabe, l’Egypte de Moubarak a été déstabilisé de même que la Tunisie de Ben Ali. Dans cette foulée, la Libye ploie dans un sinistre inénarrable depuis la guerre lancée contre Kadhafi. Le Zaïre de Mobutu a été déstabilisée via le stratagème AFDL. Désillusionnés par le nationalisme de M’zee, les USA ont vite fait de le combattre et d’initier, via le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda un cycle infernal de guerres, violences plurielles dont sexuelles contre les jeunes filles et femmes congolaises, et de pillages de ressources dans l’Est de la RDC. L’Est de la RDC où le guêpier s’est installé depuis l’agression du RCD/Goma en août 1998. Des morts, tombés aussi sous un génocide muselé et méconnu, se comptent par plus de cinq millions, les vies chamboulées en permanence innombrables, les pillages des ressources évaluées à plusieurs milliards de dollars sans compter les ravages sur l’écosystème de l’Est et la permanence des milices.
Selon nos sources, « …Comprenez que le mal est concentré à Washington. Au XXIème siècle (13 ans et demi), Washington a détruit en partie ou totalement 7 pays. Des millions de gens ont été assassinés, estropiés, déplacés et Washington n’a montré absolument aucun remord ou quoi que ce soit s’en approchant ; les églises “chrétiennes” non plus du reste. La dévastation que Washington a infligée est dépeinte comme étant un grand succès (de la démocratie). Washington a prévalu. Washington est absolument déterminé à prévaloir et le mal absolu que Washington représente mène le monde à la destruction. ». Ndlr : http://fr.awdnews.com/politique/les-etats-unis-planifient-une-frappe-nucl%C3%A9aire-sur-la-russie

Il est aussi intéressant de noter ces détails : « …Ce que prétend Washington est le contraire de la vérité, selon Lendman. «Washington et ses alliés voyous mènent des guerres sans fin contre l'humanité. La paix et la stabilité vont à l’encontre de leurs intérêts. Les massacres de masse et la destruction les servent. En ciblant un pays après l'autre, ils se dirigent inévitablement vers une confrontation directe avec la Russie et la Chine, et sont prêts à prendre le risque d’une guerre nucléaire pour faire de ces deux pays les vassaux des États-Unis », selon l’auteur américain. « Aucune nation dans l'histoire du monde n’a jamais menacé la survie de l'humanité comme l'Amérique, » a-t-il souligné. », Ndlr : http://www.alterinfo.net/Aucune-nation-n-a-jamais-menace-la-survie-de-l-humanite-comme-les-Etats-Unis_a117406.html

Si donc les opposants congolais dits radicaux parce que voulant appliquer très à la lettre les oukases américaines s’entêtent dans leur idée de semer le chaos à la RDC au cas où leurs élections préférées n’avaient pas lieu dans le délai constitutionnels comme s’il n’y avait, en démocratie et dans la Constitution, que les législatives et la présidentielle, ils doivent savoir ce qu’ils font encourir au pays. Au fond, le grand défi pour la tenue des élections reste aussi financier, domaine où, par le temps qui court, le Congo-Kinshasa éprouve beaucoup de difficultés étant donné la baisse des cours des minerais sur le marché mondial. Peut-être (à coup sûr ?) que si l’on aidait la RDC avec de l’argent conséquent, le glissement ne durera pas longtemps attendu qu’il est déjà impossible de l’éviter. La RDC qui gémit et halète encore sous les douleurs des effets des sinistres du déchirement de 1998 à 2003 ne doit pas de nouveau séjourner dans l’échaudoir parce que des énergumènes instrumentalisés par les USA veulent accéder le plus tôt au pouvoir pour enclencher les pillages malins et méthodiques de richesses ou l’effritement du pays de Lumumba. Ce que les Américains ont fait ailleurs sans en maitriser les effets pervers ne doit plus se faire en RDC qui ne fait que souffrir depuis que les rapaces occidentaux l’ont découverte.
Samy BOSONGO, Journaliste poète-essayiste, +243811530303, +243901020043


Dimanche 17 Avril 2016


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires