Palestine occupée

La ligne droite qui va de Soweto à Gaza / ISRAËL/PALESTINE : Arrêtés par l'apartheid


AUTEUR: Henning MANKELL
Traduit par Esteban G. Édité par Fausto Giudice


Henning MANKELL
Mercredi 1 Juillet 2009

La ligne droite qui va de Soweto à Gaza / ISRAËL/PALESTINE : Arrêtés par l'apartheid

Israël, en mai 2009


Cette année, à la fin du mois de mai je me suis rendu en Israël et en Palestine. J'y suis allé avec une délégation d’écrivains qui représentaient plusieurs continents. Nous devions participer à une conférence littéraire palestinienne. L’inauguration était prévue au Théâtre National Palestinien de Jérusalem. Mais juste au moment où nous allions nous réunir, des soldats et des policiers israéliens bien armés sont arrivés et nous ont dit qu'ils venaient nous en empêcher. Nous leur avons demandé quelle était la raison. Leur réponse fut celle-ci: « Vous êtes un risque pour la sécurité ».


Évidemment, prétendre qu'à cet instant-là nous étions une menace pour la sécurité d'Israël n'avait aucun sens. Mais, en même temps, ils avaient raison quelque part. Quiconque vient en Israël pour dire ce qu'il pense de l'oppression israélienne contre le peuple palestinien constitue une menace. Ce n’est pas plus étrange que la menace que moi et de milliers d’autres constituions dans le temps pour le système d'apartheid en Afrique du Sud. Les mots sont dangereux.


 Henning Mankell var själv en av de författare från hela värl 
Henning Mankell au festival de littérature palestinienne qui a eu lieu du 23 au 28 mai 2009.

Photo Raoof Haj Yahia


C’est aussi ce que j’ai dit lorsque les organisateurs de l'événement ont pu obtenir le transfert de l’inauguration au Centre culturel français, qui a bien voulu nous accueillir :


« Ce qui se passe ici aujourd’hui est une copie exacte du méprisable système d'apartheid qui traitait les Africains et les gens de couleur comme des citoyens de seconde classe sur leur propre terre. Mais n'oublions pas que ce système d’apartheid n'existe plus maintenant. Au début des années quatre-vingt-dix la force des êtres humains l’a envoyé dans les poubelles de l’histoire. Il y a une ligne directe qui unit Soweto et Sharpeville avec les derniers événements à Gaza ».


Au cours des trois jours suivants nous avons visité Hébron, Bethléem, Jénine et Ramallah. Un jour nous sommes allés nous promener dans les montagnes avec l'écrivain palestinien Raja Shebadeh, qui nous a montré comment les colonies israéliennes se multiplient, confisquant la terre palestinienne, détruisant des routes et en construisant d’autres réservés aux seuls colons. Le harcèlement n'a pas tardé aux postes de contrôle. Il va sans dire que pour ma femme Eva et moi cela a été beaucoup plus facile de les passer. Mais pour les personnes de la délégation qui avaient un passeport syrien ou qui étaient d'origine palestinienne, le passage à été plus difficile. Ils devaient décharger leur valise de l'autobus, la déballer, la recharger, pour à nouveau la décharger…


 En palestinsk kvinna visiteras av en israelisk soldat i Hebr 
Scène de la vie quotidienne à Hébron.
Poto: AP



Mais même en enfer il y a des degrés. Le pire, c’est Hébron: au milieu d'une ville de 40.000 palestiniens, 400 colons juifs vivent dans une partie du centre-ville qu’ils ont confisqué. Ils sont brutaux, ils n’hésitent pas à agresser leurs voisins palestiniens à tout moment. Pourquoi ne pas leur pisser sur la tête par la fenêtre lorsqu’ils passent dans la rue ? Nous avons vu un documentaire, entre autres, dans lequel des femmes colons et leurs enfants donnaient des coups de pieds et frappaient des femmes palestiniennes sans que les militaires interviennent. C’est la raison pour laquelle, à Hébron, il y a des gens qui, au nom de la solidarité, accompagnent volontairement les enfants palestiniens de leur maison jusqu’à l'école et les ramènent ensuite à leur maison. Ces 400 colons sont protégés vingt-quatre heures sur vingt quatre et sept jours sur sept par 1500 soldats israéliens. Chaque colon a quatre ou cinq gardes du corps. De plus, les colons sont autorisés à porter des armes. Lorsque nous avons visité un des pires carrefours d’Hébron, un colon très agressif nous a filmés. S'il apercevait quelque signe palestinien - un bracelet ou un pin’s- Il courait immédiatement en informer les soldats.


Il est bien évident que, rien de ce que avons vécu durant ces jours ne pourrait être comparé avec la situation vécue par les Palestiniens. Nous les avons rencontrés dans des taxis et dans la rue, dans des séances de lecture, dans des universités et dans des théâtres. Nous avons parlé avec eux et pu entendre les abus auxquels ils étaient soumis.


Qu’y a t-il- de surprenant si certains d’entre eux, désespérés, décident de devenir des kamikazes puisqu’ils ne voient aucune autre issue ? On peut le comprendre. Le plus surprenant c’est qu'il n'y en ait pas davantage qui prennent cette décision.


Le mur qui aujourd’hui divise le pays, empêchera de futures attaques à court terme. Mais c’est une preuve trop claire de l’exaspération du pouvoir militaire israélien. Au final, il aura le même sort que le mur qui divisait Berlin.


La situation dont j'ai été témoin pendant le voyage est très claire : l’État d’ Israël dans sa forme actuelle na aucun avenir. En outre, ceux qui propagent la solution de deux États sont dans l’erreur.


En 1948, année de ma naissance, l'État d'Israël a proclamé son indépendance sur des territoires occupés. Il n’y a aucune raison pour affirmer que ce fut un acte légitime du point de vue du droit International. On a simplement occupé le territoire palestinien. Et le territoire qu'ils occupent n'a pas cessé de s’étendre, après la guerre de 1967 et, aujourd’hui, par l’extension constante des colonies. De temps en temps on démantèle une de ces colonies pour la galerie. Mais elle est immédiatement installée ailleurs. La solution de deux États ne signifie pas que l'occupation historique sera terminée.



 
Carlos Latuff
 


Israël finira de la même manière que l'Afrique du Sud de l'apartheid. La seule question qui reste à élucider est si les Israéliens seront capables d'écouter la voix de la raison et d'accepter volontairement le démantèlement de l'État de l'apartheid ou s’il faudra le leur imposer.


Personne ne peut dire quand cela arrivera. Le soulèvement final commencera de l'intérieur. Mais des changements politiques inopinés en Syrie ou en Égypte pourront y contribuer.


Il faut aussi tenir compte que, dans très peu de temps, l’Usamérique ne pourra plus payer cette monstrueuse machine de guerre qui empêche que les enfants grandissent en liberté et qui les pousse à lancer des pierres.


Quand ces changements auront lieu, chaque Israélien, homme ou femme, devra décider s'il est préparé pour renoncer à ses privilèges et à vivre dans un État palestinien. Je n'ai été témoin d'aucun antisémitisme pendant le voyage, seulement d’une haine parfaitement normale contre les occupants. Il est vital de maintenir cette distinction.


Le dernier soir nous avions l'intention de clôturer l'événement de la même façon dont nous l’avions commencé à Jérusalem. Mais le théâtre a été fermé de nouveau par les militaires et l’événement a dû se dérouler ailleurs.


L'État d'Israël ne peut s’attendre qu’à une défaite, c’est le destin de toute puissance occupante.


Les Israéliens détruisent des vies, mais ils ne peuvent pas détruire des rêves. La chute de ce méprisable système d'apartheid est la seule solution pensable puisque nécessaire.


La question n’est donc pas si mais quand elle aura lieu. Et de quelle façon.



Carlos Latuff








Source : Aftonbladet- Stoppad av apartheid

Article original publié le 2/6/2009

Sur l’auteur

Esteban G. est rédacteur du blog http://letacle.canalblog.com/, Fausto Giudice est rédacteur du blog Basta ! Journal de marche zapatiste. Tous deux sont membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=7972&lg=fr


Mercredi 1 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par anna le 01/07/2009 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'espere que tous les musulmans du monde vont se reveiller de leur long sommeil.

2.Posté par Predicateur le 01/07/2009 23:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et patati et patata ..

et blablabli et blablabla ..

pendant ce temps, les cannibales dévorent la Palestine ..

3.Posté par dik le 02/07/2009 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ anna Post 1

Votre question est compréhensible, mais en réalité, elle devrait être posée à la communauté internationale, la Communauté dans le sens authentique du terme, pas dans la limite des us américains ou des européens. Ce sont ces derniers qui ont créé l'apartheid en Afrique du Sud puis en Israël. L'apartheid est leur bébé qu'ils allaitent soigneusement et défendent bec et ongles contre vents et marées. Que peuvent faire les arabes et les musulmans dont toute velléité d'union, de développement ou de progrès est farouchement combattue par les puissances, que serait-ce une quelconque résistance?

Mais, comme le dit l'auteur, et si bien, le coût de l'injustice finit par être exorbitant !

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires