Diplomatie et relation internationale

La libération des marins britanniques


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


Lors de sa conférence de presse de ce mercredi, à Téhéran, le Président Ahmadinejad a annoncé que le peuple iranien et son gouvernement avaient gracié les 15 marins britanniques qui avaient violé les eaux territoriales du pays, conformément aux enseignements de la religion musulmane et de son Prophète, le Messager de paix, le vénéré Mohammad (que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants).


IRIB
Mercredi 4 Avril 2007

Mahmoud Ahmadinejad a, également, déclaré que cette libération était offerte au peuple anglais et que ces marins pourraient regagner leur pays, dès aujourd'hui. Rappelons que ces 15 marins britanniques avaient été appréhendés, le 23 mars dernier, par les gardes-côtes iraniens, alors qu'ils venaient de violer les eaux territoriales de l'Iran.

Dès lors, le gouvernement anglais, pour couvrir et justifier cet acte illégal, avait prétendu que ces soldats avaient été appréhendés dans les eaux irakiennes. Le Premier ministre anglais, Tony Blair, et sa Ministre des A.E, Margaret Beckett, se sont, alors, lancés dans une campagne d'intoxication, afin d'obtenir un consensus international contre l'Iran. Londres a, tout de suite, bénéficié du soutien du Président américain qui, en tenant des propos intempestifs marqués par un total manque de retenue et de sagesse politique, est allé jusqu'à employer le mot "otage", pour parler des marins britanniques, pourtant, appréhendés, pour avoir, illégalement, pénétré, dans les eaux iraniennes.

Les marins britanniques, que le Président américain a appelés "des otages", ont reconnu leur agression contre les eaux territoriales de l'Iran, mais ils ont, cependant, été bien traités et ont bénéficié de l'hospitalité du gouvernement iranien. La violation de l'espace maritime iranien, de la part des militaires britanniques, le 23 mars dernier, n'est pas le premier du genre. Déjà, en été 2004, un certain nombre de soldats britanniques avaient été appréhendés, dans les eaux territoriales de l'Iran, puis, libérés.

Lors de sa conférence de presse, le Président Ahmadinejad a, même, conseillé au Premier ministre britannique de ne pas poursuivre ses marins, pour avoir reconnu la violation des eaux territoriales iraniennes. Quoiqu'il en soit, l'affaire des 15 marins britanniques a trouvé une issue, ces derniers ayant été graciés. Mais il faut préciser que la patience du peuple iranien et de ses dirigeants a des limites.

Le gouvernement britannique et les autres Etats extrarégionaux, qui ont envoyé des troupes dans le golfe Persique, doivent retenir ce message, que toute agression contre l'espace aérien, maritime et terrestre de l'Iran, ne restera pas sans réponse. Si les marins britanniques ont été graciés, c'est parce qu'ils ont reconnu leur faute et qu'ils ont présenté leurs excuses au peuple iranien, mais tout autre aventurisme éventuel ne se terminera pas de la même manière. En tout état de cause, le gouvernement iranien a mis, à plusieurs reprises, la Grande Bretagne en garde contre tout aventurisme, à l'égard de la RII, qui est mesure de défendre, avec force, ses frontières.


Mercredi 4 Avril 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires