Politique

La lettre du MLAN aux présidents africains


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 24 Février 2011 - 03:59 Ce que j’ai dit à Stuttgart

Jeudi 14 Janvier 2010 - 10:59 Turquie-Russie : amour et tubes



contact@mlan.fr
Mardi 1 Mai 2007

« L’Afrique et l’équilibre du monde ». C’est sous ce thème que débutait en Février 2007 à Cannes, le 24e sommet France/Afrique. Force est de constater que ce continent aussi grand à l’instar de ses richesses naturelles ne décolle pas véritablement. Au nombre des facteurs limitants qui constituent les obstacles à son développement, la corruption occupe une place de choix. Cette notion complexe fonctionne selon le principe de comptabilité en partie double car il met en cause un corrupteur et un corrompu. Pour mieux jouer au funambule entre les solutions extrémistes ou ineptes qui recherchent trop souvent des boucs émissaires entre groupes sociaux ou entre nations, on oublie de nommer les bourreaux de l’Afrique. On ne peut plus rendre la seule immixtion étrangère responsable des maux de l’Afrique. Notre présente réflexion s’adresse aux chefs d’Etats africains. Nous allons d’abord nous appesantir sur l’attitude on ne peut plus désastreuse des chefs d’Etats corrompus, puis encourager ceux qui gouvernent selon les principes de la démocratie sociale et, enfin, lancer un appel pour une AFRIQUE NOUVELLE.

Au lendemain des indépendances, le vent de la liberté qui a soufflé sur le contient africain s’est vite estompé avec l’apparition de satrapes au pouvoir. Les Etats, devenus aujourd’hui adultes, ont toujours à leur tête des dirigeants dont la gestion est lapidaire. Ces leaders corrompus et avides de pouvoir ne ménagent aucun effort pour s’éterniser à leur poste une fois élu.

Pour le MLAN, l’apitoiement sur l’Afrique et les Africains est insupportable et humiliant. En vérité, les chefs d’Etats africains (les corrompus) n’aiment pas leur peuple et sont responsables de nos malheurs. Comment prétendre aimer son peuple quand on ne vit pas la réalité quotidienne de ses administrés. Du système de santé au système éducatif, ces chefs d’Etat n’assurent pas les besoins élémentaires de leurs populations.

Comment améliorer le système de santé quand leur moindre mal est soigné dans les hôpitaux occidentaux ?Comment améliorer le système éducatif quand leurs enfants sont depuis la maternelle inscrits dans les écoles occidentales ?
Comment lutter contre l’inflation quand ils font leurs emplettes dans les supermarchés occidentaux ?
Comment prétendre aimer son peuple quand sa résidence principale se trouve en occident et la secondaire dans son pays ?

Le temps est venu de rompre avec cette déification de la richesse matérielle et avec les abus qui appauvrissent la population et empêchent notre continent d’accéder au développement économique. Examinez vos pensées et vous en conviendrez avec nous que depuis les indépendances rien n’a évolué si ce n’est la corruption.

Le MLAN n’aura de cesse de fulminer contre les grandes puissances occidentales “mercantiles” et contre certains chefs d’Etats africains “corrompus”. Pourquoi les dirigeants africains sont issus de cette « race » d’homme dont la course à l’enrichissement matérielle est devenue une addiction ? La poursuite de cette nébuleuse idée n’est en réalité qu’un jeu à somme nulle. Dans cette équation, la pauvreté des masses devient nécessaire pour l’enrichissement de quelques-uns, et la corruption du pouvoir politique, l’unique moyen d’y parvenir.

L’Afrique a souffert d’une gestion défectueuse des décennies durant, pendant lesquelles ses ressources, au lieu d’être exploitées au bénéfice de sa population, sont devenues une source de détresse. Assis sur un trésor, les peuples africains commencent un nomadisme sans précédent. Ces ressources sont non seulement gaspillées par des gouvernements incompétents mais encore détournées par des autorités corrompues. Elles sont à l’origine de guerres dévastatrices, entre les citoyens des pays auxquels elles appartiennent, mais aussi entre les armées d’États voisins, qui interviennent dans les conflits et profitent cyniquement de ces situations malheureuses.

Comme le rappelait le Président Thabo MBEKI « L’Afrique n’a pas besoin non plus de gangsters qui gouvernent en usurpant le pouvoir par des élections frauduleuses, ou en l’achetant par des pots-de-vin et la corruption. Les voleurs et leurs complices, les corrupteurs et les corrompus sont africains comme vous et moi. Nous sommes le corrupteur et le courtisan qui agissent de concert pour avilir notre continent et nous avilir nous-mêmes. Le temps est venu de dire : ça suffit ! D’agir pour bannir la honte et d’être les hérauts de la renaissance africaine ».

Tout en fustigeant les commanditaires externes du mal africain, la Nouvelle Jeunesse Africaine (NJA) est plus que jamais déterminée à prendre en main son avenir. Alors que certains chefs d’Etats pillent les deniers publics de connivence avec des multinationales étrangères, des jeunes africains meurent aux bords des enclaves de Melilla et de Ceuta.

Ce que nous voulons, nous jeunes africains, c’est ce que demandait Patrice Lumumba. Dans une lettre adressée à son épouse peu avant son assassinat, le héros écrivait: “ Ce que nous voulions pour notre pays (au sujet du ZAÏRE, aujourd’hui, la République démocratique du Congo), son droit à une vie honorable, à une dignité sans tache, à une indépendance sans restriction, le colonialisme belge et ses alliés occidentaux ne l’ont jamais voulu… Ils ont corrompu certains de nos compatriotes, ils ont contribué à déformer la vérité et à souiller notre indépendance ”. Dans la même lettre, le patriote congolais déplorera que l’indépendance de l’Afrique ait été transformée en “ une cage où l’on nous regarde du dehors, tantôt avec compassion bénévole, tantôt avec joie et plaisir ”. Ce qui est valable pour le Congo l’est aussi pour toute l’Afrique. Aujourd’hui, notre Afrique est méconnaissable car si nos pays ne sont plus des colonies, ils le restent par l’ordination de leur économie aux besoins des anciennes métropoles.

A vous chefs d’Etats africains corrompus, qui faites votre miel de toutes les ruches et qui laissez les richesses de la TERRE MERE partir en lambeaux, le MLAN vous en conjure devant Dieu, l’Histoire et notre peuple. Esprit frondeur, le MLAN ne peut plus assister à l’agonie du peuple africain dont les chaînes du désespoir leur servent de cheville. La jeunesse africaine à l’instar de ce qu’elle a montré en GUINEE souhaite désormais écrire elle-même les pages de son Histoire. C’est pourquoi, nous appelons ces dirigeants, dont la corruption et l’amour du pouvoir ont endurci les coeurs, de voir dans notre propos une admonestation ultime et utile. Ayez à l’esprit à chaque instant que l’histoire ne se reproduit jamais à l’identique car les mentalités et les hommes changent et évoluent. A cette génération de dirigeants à l’esprit tourné vers l’enrichissement illicite, le MLAN vous invite avec insistance à abandonner cette œuvre sordide et à œuvrer pour le bien-être de vos populations. Vous qui reprenez en échos les couplets des cantiques des instances internationales comme alibi pour appauvrir vos populations, nous vous demandons d’écouter les sirènes du changement. Vous qui obéissez au doigt et à l’œil à vos maîtres à penser en vous constituant en servile exécutant de destruction de l’Afrique, le moment est venu de renoncer à ce premier amour. En désespoir de cause, la Nouvelle Jeunesse Africaine, piquée au vif ne peut plus demeurer dans ce panurgisme. Dans la fonction tribunitienne qui est la nôtre, nous nous battrons afin que ce qui est devenu votre panière et bannière soit votre croix.

A l’endroit de ceux d’entre vous qui fustigent cette ploutocratie galopante, le MLAN salue votre sens de gestion. Refusant cette corruption transhistorique et omniprésente qui enveloppe nos économies, vous tracez ainsi les sillons d’une Afrique nouvelle et prospère.
A vous dirigeants irrépréhensibles au milieu d’une génération de présidents perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux, le MLAN vous exhorte à ne pas succomber à la tentation de la cupidité. Au reste, bien-aimés et dignes fils de l’Afrique, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui mérite approbation, ce qui est vertueux soit l’objet de vos pensées. Tournez le dos à la corruption et donnez l’exemple en entamant ainsi le refrain d’un hymne nouveau, celui de la renaissance africaine. Faites de la bonne gestion, la poursuite de la démocratie sociale, votre niche écologique afin de donner envie à vos populations d’être fiers de l’Afrique.

Enfin sachez que c’est le peuple d'Afrique qui peut permettre par sa sagesse et sa puissance de rééquilibrer l'économie de notre continent ;
En réformant sa société et en développant une pensée libre, il s'affranchira de ceux qui l'asservissent.
La lutte d'hier n'est pas finie, il nous faut un esprit de rassemblement et d'union.
Africains et africaines, imprégnons nous de cette ferveur idéologique qui prend le pas sur l’émotion pour construire ensemble dans la solidarité notre beau continent.

Que Dieu punisse les présidents corrompus !

Que Dieu bénisse l’Afrique !



Fait à Paris, le 5 Avril 2007
le Président du Mouvement de Libération de l’Afrique Noire (MLAN)
Prao Yao Séraphin
www.mlan.fr
contact@mlan.fr








Mardi 1 Mai 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires