Palestine occupée

La judaïsation de la deuxième qibla des Musulmans se poursuit



Vendredi 13 Novembre 2009

La judaïsation de la deuxième qibla des Musulmans se poursuit
L'entité sioniste se prépare à édifier un énorme centre religieux hébraïque dans la place d'Al-Bouraq à Jérusalem-est occupée. Ouvrant la voie à la judaïsation de la deuxième qibla des Musulmans, la mosquée d'AlAqsa.
 C'est l'avocat palestinien Koussaï Nasser qui a révélé ceci à la chaîne qatarie AlJazira, signalant que le plan vise à élargir un centre qui s'y trouvait déjà, baptisé " la maison de Strauss" et dont la superficie actuelle est de 750 m2 devrait s'élever pour atteindre les 1750 mètres carrés.

S'étendant sur quatre étages, le bâtiment sera relié aux tunnels édifiés en dessous de la mosquée d'Al-Aqsa et dissimulera le dôme du rocher du côté ouest de Jérusalem.

Selon la police israélienne, le centre comprendra également un commissariat de police pour abriter les services de sécurité israélien qui surveillent la place de la sainte mosquée. Des caméras ont été installées pour la surveiller à longueur de la journée.
Le directeur du service des manuscrites dans la mosquée d'Al-Aqsa, Najeh Bkirat a assuré que la totalité de la mosquée sainte fait l'objet d'une judaïsation:" d'un côté, il y a le déplacement forcé des habitants arabes, et la destruction de leurs maisons et des sites islamiques de la ville; de plus il nous est strictement interdit d'opérer des travaux de réparation, même les plus minimes; il nous est même interdit d'introduire un quelconque sac de ciment" s'est-il plaint, déplorant qu'en contre partie c'est une véritable judaïsation des lieux saints qui se fait.
Selon l'avocat palestinien, le plan est financé par " la Société de développement du quartier juif" et dont la propriété revient au ministère israélien de logement. Me Nasser constate que les travaux sont effectués à une vitesse record  et bénéficie de facilités qu'aucun autre projet ne dispose.
 

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Vendredi 13 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par Habakuk le 13/11/2009 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne comprends pas le titre et peut-être les musulmans pourraient-ils m’éclairer. En effet, je ne saisis pas pourquoi sont évoquées deux qibla (à ce point que je n'ose pas mettre de "s")…

Je crois savoir que lorsque Mohammed arriva à Médine, le Coran modifia la coutume préislamique des mecquois de prier en direction de la Ka'ba et adopta alors l'usage des juifs, qui font face au Mont du Temple, à Jérusalem, pendant la prière (en fait, le Coran ne définit cette direction que par le mot «Syrie» ; d'autres informations permettent cependant d'affirmer qu'il s'agissait bien de Jérusalem). Cette prescription, la première qibla (direction des prières), ne dura pas très longtemps. Les Juifs critiquèrent la nouvelle foi et rejetèrent les gestes d'amitié des musulmans et, peu après, le Coran annula donc cette première qibla, probablement au début de l'an 624. Cette modification apparaît dans un verset coranique enjoignant aux croyants de ne plus prier face à la Syrie, mais à nouveau en direction de la Mecque, dans Al-Baqara (2) Ayat 144 :

« Nous t’avons vu souvent interroger le ciel du regard. Aussi t’orientons-Nous dorénavant vers une direction que tu agréeras sûrement. Tourne donc ta face vers la Mosquée sacrée ! Et vous, croyants, où que vous soyez, tournez-vous dans cette même direction ! Quant à ceux qui ont reçu l’écriture, ils savent parfaitement que cette vérité émane du Seigneur qui n’est point inattentif à leur comportement.»

Dès lors, pourquoi deux qibla, et pas une seule… ?

D’autant que le verset suivant (145 donc) réitère :

«Quelles que soient les preuves que tu fourniras à ceux qui ont reçu l’écriture, ils n’adopteront pas ton orientation qibla, pas plus que toi tu n’adopteras la leur. D’ailleurs, aucun d’eux-mêmes n’est disposé à adopter celle de l’autre. Si donc tu te laissais tenter par leurs caprices, malgré la science que tu as reçue, tu ferais certainement partie du contingent des injustes ».

Merci à ceux qui voudront bien m’éclairer.

2.Posté par Habakuk le 13/11/2009 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PS: J'ai omis de préciser que Jérusalem n'est jamais citée dans le Coran.

3.Posté par yassine le 13/11/2009 20:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salut Habakuk
Sorate AL ISRA
Juz n°15
Hizb n°29
1. Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Muhammad], de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni l'alentours, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C'est Lui, vraiment, qui est l'Audient, le Clairvoyant.

Ce qui est cité c'est la Mosquée et sont alentour qui a l'époque faisait partie d'un ensemble plus vaste le CHEM actuel Syrie ET c'est la premier foie qu'un prophète n'est pas des leurs mais issu des ARABES et le dernier des envoyer également le sceau des prophète.La KABA et le premier lieu de culte bâtie sur terre détruit puis reconstruit par notre père Abraham et son fils Ismail alayhim a salam et surtout lorsque il invoqua Dieu pour bénir cette terre et la combler de richesse wa Allah a3lam (dieu seul sait).
Le changement de qibla c'est aussi pour voir qui obéit a l'ordre divin.
Les scientifiques de la NASA en put voir hors atmosphère deux champs de lumière qui monte ver l'espace, un vient de la mosquée Al AQSA l'autre de la KABA.

4.Posté par Habakuk le 13/11/2009 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci de ta réponse, Yassine. Je connais bien évidemment le «voyage nocturne» (isra') de Mohamet. Son interprétation majoritaire (voyage à Jérusalem) me pose problème, je ne saurais te le cacher. Muhammad ibn al-Hanafiya (638-700), un proche parent du prophète, est censé avoir démenti que le prophète ait jamais mis les pieds sur le Rocher de Jérusalem: «Ces maudits Syriens», dit-il, parlant des Umayyades, «prétendent que Dieu mit Son pied sur le Rocher de Jérusalem, alors qu'une seule personne a jamais mis le pied sur le Rocher, et ce fut Abraham». Je ne sais si cette opinion fait autorité mais j’ai l’impression qu’il est difficile d’établir qu’une mosquée bâtie près d'un siècle après la révélation coranique pouvait rendre concret ce que le Coran entendait signifier ? Des théologiens musulmans avancent qu’il s’agissait du Paradis, ou du voyage de Mohammed de la Mecque à Médine (l’Hégire). C’est un fait que ce n’est qu’en 715, pour mieux asseoir leur prestige sur leurs territoires, que les Umayyades construisirent une deuxième mosquée à Jérusalem, qu’ils l’installèrent sur le Mont du Temple, et la baptisèrent Al-Aqsa (al-masjid al-aqsa, la mosquée la plus éloignée) pour justifier par le texte même de la Révélation, leur désire de prépondérance. Cette approche te semble-t-elle défendable ? Si j’insiste sur ce sujet, c’est que le droit naturel et historique des palestiniens sur Jérusalem est incontestable et qu’il ne s’agit pas, surtout pas, d’en affadir la portée par des arguments qui risqueraient bien de nous être retournés en pleine face par les sionistes qui s’en ferait grand plaisir... Bon, il est vrai que je me mêle de ce qui ne me regarde pas, puisque chrétien. Néanmoins, sauf à me tromper fondamentalement, je préfère prévenir toute faiblesse dans nos arguments communs. Et puis j’en reviens toujours à ma question première : Pourquoi deux et pas une Qibla ? En référence à la première, soit. Or, la première fut abolie. Cordialement.

5.Posté par Habakuk le 13/11/2009 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PS: Ailleurs dans le Coran (30:2), la Palestine est nommée «la terre toute proche» (adna al-ard): فِي أَدْنَى الْأَرْضِ وَهُم مِّن بَعْدِ غَلَبِهِمْ سَيَغْلِبُونَ


6.Posté par Alif le 13/11/2009 22:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hababuk,

فِي أَدْنَى الْأَرْضِ :C'est une région au alentour de la mer morte,mais rien ne preuve que c'est en Palestine actuelle(Cisjordanie,Gaza et les terres appelées fallacieusement Israël) où s'est déroulée la bataille, entre les pèrses et les romains, dont ce verset parle.


أَدْنَى en langue arabe fait refrence à ce qui n'est pas haut, en autre terme "bas" ou à ce qui est proche,mais la prmiére option est la plus probable vu le contexte dans lequel ce terme
a été utilisé.

7.Posté par Habakuk le 13/11/2009 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Alif. Je creuserai davantage demain... Effectivement, en cherchant un peu plus, j'ai trouver une traduction du Coran qui parle bien, effectivement, de "contrée d'en bas"... On trouve aussi "la contrée voisine"... Ma Bible n'est pas simple à étudier, mais le Coran ne l'est pas davantage.... En plus, à ne pas bien maîtriser l'arabe du tout, sauf les tous premiers rudiments (ça fait bien longtemps que je m'y essaie, mais ça ne veut pas rentrer... Trop difficile pour moi...), ça ne facilite pas la tâche... Je rechercherai de près ce qu'en disent les théologiens de l'islam. Néanmoins, cette histoire de Qibla me trouble et m'embarrasse et je ne sais pourquoi, une intuition me dit qu'à revendiquer Jérusalem comme Qibla 1) ne me semble pas conforme à l'Islam, 2) pourrait bien nuire à une démonstration qui n'avait pas besoin de cela... Ce n'est qu'un pressentiment que je saurais davantage développé encore... A approfondir. Bonne nuit et merci de vos efforts pour m'apporter des réponses. Cordialement.

8.Posté par abdel le 14/11/2009 00:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

slt tt le monde deja ceus qui sont interesse par ce genre d informations vous avez mon respect pour cela mais je voulais preciser quelque info ci vous permettez
la premiere quibla des premiers musulmans se tourner vers jerusalem vers al aqsa -et ce n est pas le meme edifice que dans la photo sur l article celui la et le dome du rocher il en fait parti mais construit par salhdinne (saladin)comme l aime les traducteurs de nom propre -
cette premiere quibla etait le chois du prophete mais apres dieu a fait descendre un coran un jour ordonnant que la quibla soit la mecque en se referant a abraham
et en faite la terre sainte et jerusalem pour comprendre cela il faudrait bcp d etude sur la theologie et je voulais preciser que le verset ou ecrit adna en faite ce mot veut dire tt simplement la basse le verset entier et *les romains ont ete vaincu sur la basse terre*
c est pas palestine c le lieu de la bataille et ce verset montre le miracle du coran car le faite que le verset est dans le passe et pourtant la bataille avait pas encore lieu et c etais contre les musulmans pas les perses et c est parfaitement ce qui c est passer et en deuxieme lieu la basse terre dans ce language simple le lieu de la bataille et le point le plus bas de la terre et en peut savoire cela grace aux satelite des americains et merci

9.Posté par Habakuk le 14/11/2009 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le fait que les musulmans aient prié en direction de Jérusalem pendant près d'un an et demi du temps de Mohammed a entraîné des effets constamment contradictoires sur le rang de cette cité au sein de l'Islam. L'incident conféra à Jérusalem une part de prestige et de sacralité, mais il fit en même temps de la ville un lieu rejeté par Dieu d'une manière unique dans l'histoire. Quelques-uns des premiers hadiths illustrent ce rejet par les musulmans en préconisant de prier le dos tourné contre Jérusalem, un usage dont certains vestiges persistent de nos jours. Ainsi, ce n'est pas un hasard si les musulmans qui prient à la Mosquée Al-Aqsa tournent précisément le dos à l'aire du Temple en direction de laquelle prient les juifs. Ibn Taymiya (1263-1328), l'un des penseurs de l'Islam les plus stricts et les plus religieux, est probablement le porte-parole le plus marquant du courant anti-Jérusalem. Dans ses multiples efforts visant à purifier l'Islam de ses ajouts et impiétés, il dénigra le caractère sacré de Jérusalem comme émanant d'idées empruntées aux juifs et aux chrétiens, et également de la lointaine rivalité des Umayyades avec La Mecque. Un étudiant d'Ibn Taymiya, Ibn Qayyim al-Jawziya (1292-1350), alla plus loin encore et désigna les hadiths sur Jérusalem comme étant des faux. D'une manière plus générale, les musulmans érudits d'après les Croisades savaient que la publicité faite aux hadiths chantant les louanges et la sacralité de Jérusalem était le résultat d'une contre-croisade – c'est-à-dire d'une action politique – et ils ne leur accordaient guère de crédibilité. Des auteurs médiévaux présentèrent la croyance selon laquelle le Jugement Dernier aurait lieu à Jérusalem comme une supercherie visant à inciter les Musulmans à visiter la cité. Les auteurs modernes s'excluent parfois de l'aura de piété qui entoure Jérusalem. En Égypte, en 1930, Muhammad Abu Zayd rédigea un ouvrage si radical qu'il fut retiré de la circulation, au point d'être introuvable aujourd'hui. Dans ce livre, parmi de nombreux autres points, il contesta la notion selon laquelle le voyage du prophète vers le paradis passa par Jérusalem, affirmant que le compte rendu coranique fait référence à l'Hégire ayant conduit Mahomet de La Mecque à Médine; ainsi, «la mosquée la plus éloignée» (al-masjid al-aqsa) n'a rien à voir avec Jérusalem et désignait en réalité la mosquée de Médine. Le fait que ce point de vue soit banni aujourd'hui montre bien la victoire quasi-totale de la vision pro-Jérusalem au sein de l'Islam. Cependant, quelques déclarations ponctuelles continuent d'apparaître ça et là. Lors d'une rencontre au sommet des dirigeants arabes en mars 2001, Mouammar Kadhafi se moqua de l'obsession de ses collègues relatives à la Mosquée Al-Aqsa. Ce n’est pas que je porte le bonhomme dans mon cœur, mais peut-être a-t-il été assez clairvoyant en constatant que ces arguments risquaient d’être plus embarrassants qu’utiles à la cause palestinienne… Je ne sais quoi en penser mais il me semble qu’il y a là une faiblesse et que le droit historique doit prévaloir sur toutes considérations religieuses, sujette à interprétation et soumises à des contingences qui nous échappent largement.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires