Palestine occupée

La guerre au Liban, une opération de reconnaissance?!


Plusieurs indices donnent à penser, même si nous ne sommes pas des experts, que la guerre du Liban n'a pas été israélienne à cent pour cent. La cause avancée de l'offensive et son objectif, la décision rapide et le timing de l'attaque qui concorde avec la tenue à Peters Bourg de la réunion annuelle des du G6. A cela s'ajoute la réaction presque unanime de ce qu'on appelle la communauté internationale! Tout cela laisse penser que l'opération est loin d'être une guerre israélo-arabe, mais bel et bien, une opération de reconnaissance qui s'inscrit dans les ambitions étasuniennes !


ajaghvou@hotmail.fr
Samedi 2 Septembre 2006

L'histoire retiendra que la cinquième puissance militaire du monde a été tenue en échec par un groupe armé ou, disons, un groupe terroriste. Cette guerre de trente trois jours, était elle préméditée ou était-elle le fruit du hasard? Qui croirait à la cause avancée par Israël qui s'était lancée dans l'attaque après, seulement, trois heures de l'enlèvement de ses deux soldats? A rappeler que Hezbollah en avait tué huit autre pendant l'opération. Selon Seymour Herch, l'un des journalistes d'investigation américains au New Yorker daté du 21 août, Israël avait mis au point un plan d'attaque contre le Hezbollah au Sud Liban bien avant la capture de ses trois militaires. D'après lui, « les États-Unis étaient parfaitement au courant des intentions des Israéliens… Le président George W. Bush et le vice-président Dick Cheney étaient convaincus qu'une campagne de bombardements de l'aviation israélienne sur les installations souterraines et les rames de lancement du Hezbollah au Liban pourrait être une solution aux problèmes de sécurité d'Israël ainsi qu'un banc d'essai pour une éventuelle attaque préventive américaine visant à détruire les installations nucléaires de l'Iran, dont certaines sont elles aussi profondément enterrées. »

Ceci mène à dire que la compagne israélienne transformée en guerre, n'était qu'une grande opération de reconnaissance qui précède traditionnellement un ordre de bataille. Ainsi, pour mener des attaques contre l'Iran, il fallait connaître et mettre à jour les renseignements sur l'ennemi et son armement méconnus jusqu'alors. Et comme Hezbollah est le miroir de l'Iran, et que celui-ci est pour Israël une organisation terroriste, on a sauté sur l'occasion du 12 juillet pour faire de ces raids un « banc d'essai » pour une éventuelle attaque contre les installations nucléaires iraniennes. C'est dans ce contexte qu'il faudrait situer cette guerre. « Si les Israéliens réussissent leur campagne de bombardements, a dit Dick Cheney à Hersh, nous apprendrons ce qu'il faudra faire en Iran en regardant ce que les Israéliens ont fait au Liban. »

Allez poser la question aux plus chevronnés des militaires, ils vous répondront que pour déclarer une guerre, il ne faut pas moins de quelques jours, et pour une bonne raison! Or, le 12 juillet dernier, il n'a fallu que quelques heures pour prendre une décision d'une guerre de 34 jours, avec les résultats que nous connaissons et des conséquences que nous attendons et que nous appréhendions! Le côté précipité de cette décision appartient assurément à Israël mais le côté prémédité appartient sans aucun doute, à l'administration Bush.
Selon New Yorker daté du 21 août, un spécialiste du Moyen-Orient a affirmé que la capacité de résistance démontrée par Hezbollah et le fait qu'il ait pu continuer ses tirs de roquettes sur le nord d'Israël sont «un sérieux avertissement pour ceux qui, à la Maison Blanche, sont favorables à un coup de force contre l'Iran et qui croient que des bombardements favoriseraient un soulèvement de la population ». Et au lieu de l'éclatement du Liban, au lieu d'une guerre civile, c'est l'administration de Bush qui risque l'éclatement et c'est l'union nationale du Liban qui a été consolidée. A croire le New Yorker, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, aurait exprimé ses craintes quant aux limites des frappes aériennes. Le 3 août, a-t-il déclaré devant la commission des services armés du Sénat : « Il y a une sensibilité au désir que ni notre pays, ni nos intérêts, ni nos forces ne soient exposés à de plus grands risques à la suite de ce qui se passe entre Israël et le Hezbollah… Il y a une variété de risques auxquels nous sommes confrontés dans cette région, et c'est une situation difficile et délicate. »

Cette nouvelle guerre qui a commencé au Liban risque, non pas, de redessiner le nouveau Moyen-Orient comme le désirait Rice, mais elle risque de changer effectivement, l'ordre mondial comme le voudrait les peuples du sud. Le premier round de cette guerre dont le Liban a été le théâtre, a dévoilé les craintes des USA quant au désastre humain qui s'en suivrait. Relisons avec attention une partie de la déclaration de M Donald Rumsfeld : « Il y a une sensibilité au désir que ..ni nos forces ne soient exposés à de plus grands risques à la suite de ce qui se passe entre Israël et le Hezbollah » ! Voilà qui va intéresser les dirigeants militaires iraniens s'ils veulent vraiment résister. Ils doivent concentrer leurs efforts, non pas, pour défendre leurs infrastructures, peine perdue, mais pour infliger à l'ennemi le plus grand nombre de victimes que les Américains ne sauraient supporter.

Après cette reconnaissance, les Américains auront-ils le culot de s'aventurer dans le bourbier iranien ? Accepterons-t-ils de détruire les infrastructures iraniennes au risque de perdre définitivement un allié de la taille d'Israël? Laissons le temps au TEMPS !

Laïd DOUANE


Samedi 2 Septembre 2006



Commentaires

1.Posté par ali le 02/09/2006 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sans le HEZBOLLAH le LIBAN aurait ete anexe par les sionistes ILS veulent toujours plus de terre.

2.Posté par ali le 02/09/2006 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE MAITRE DU TEMPS C EST L IMAM MEHDI (a.s.)

3.Posté par Laïd DOUANE le 02/09/2006 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'est ce que c'est cette histoire de maître du Temps? Mais c'est quoi l'Imam Mehdi? Tavaillez un peu vos cervelles!

4.Posté par mustapha le 04/09/2006 18:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette guerre n'à rien a voir avec "IMAM MAHDI",c 'est une guerre puremet politique, entre un occupant farouche sutenu par la première puissance mondiale et peut etre par d'autres, sinon le probléme aurait trouve un issu correct depuis bien longtemps tout simplement parceque l'USA [malgré sa puissance] ne peut pas neutraliser l'attitude de l'europe que malheureusement etait si proche de celle de Bush et de ses amis, donc je peux dire que l'EUROPE NE PENSE PAS COMME IL LE FAUT.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires