Géopolitique et stratégie

La fin des États-Nations en Europe



Rachid Meguellati
Dimanche 9 Mai 2010

La fin des États-Nations en Europe
La mise en place d’une gouvernance mondiale vient de procéder à une nouvelle étape dans sa mise en place, qui pour le coup, se révèle dument calculée.
 
 La Grèce, dont les comptes sont faussés depuis des années grâce à la complicité de Goldmann-Sachs, vient de perdre toute souveraineté sur sa politique économique, donc sur le reste.
 
 Goldmann Sachs, chantre du mondialisme et de la dérégulation, l’a tranquillement achevée après l’avoir aidée à s’épuiser.
 
 L’Europe, « solidaire », s’est chamaillée pendant quinze jours, comme si elle n’était d’accord, avant de céder aux recommandations des USA et du FMI. C’est ainsi que le FMI s’introduit en Europe…
 
 Certes, les besoins espagnols risquent d’être tellement plus élevés que le recours au FMI est indispensable, sans compter qu’il risque d’y avoir ensuite le Portugal, l’Irlande, l’Italie (quid des pays est-européens ?), mais on ne peut s’empêcher de penser qu’après l’installation du FMI en Europe, il en sera fait d’une politique économique européenne collégiale.
 
 D’aucun diront que le négociations sans fin avant chaque prise de décision étaient préjudiciables donc que la mise en place d’une Gouvernance Économique Européenne est une bonne chose.
 
 D’autres diront qu’il s’agit de la fin de la souveraineté des nations au sein de l’Europe. Les grands pays européens sont déjà prêts !
L'Allemagne est une fédération, Le Royaume Uni est composé de régions autonomes, tout comme l’Espagne, la Belgique et dans une moindre mesure l’Italie.
 
 Pour ce qui concerne la France, nous n’en sommes qu’au début du process, et la mutation sera violente pour les régions qui n’ont pas su développé un régionalisme, première étape vers l’autonomie, au sein de l’Europe s’entend.
 
 Nous allons donc vers une gouvernance européenne et un redécoupage des frontières réelles basé sur les régions et non plus les états.
 
 Mais alors, les États dans tous ça ?
 
 En vérité, il n’existe plus depuis longtemps, ils ne sont plus qu’un ectoplasme destiné à la politique intérieure qui utilise le nationalisme sportif, la culture et la langue pour tromper les citoyens, tenus à l’écart des stratégies depuis toujours.
 
 Cependant, en Grèce, le « coup d’état » européo-efémiesque sur le pouvoir de décision économique va se traduire par une baisse du niveau de vie sans précédent et une grande souffrance pour le peuple. Il en sera ainsi pour chaque pays au bord du Credit Defaut Swap !
 
 L’Espagne étant un « gros morceaux », tant du point de vue de la population que de l’économie, il fallait trouver un moyen de diviser l’opinion sur quelques sujets afin d’éviter des mouvements sociaux trop incontrôlables. L’affaire « relancée », du procès du franquisme tombe à point !
 
 La politique n’est pas un jeu de petit « Garzón » !
 Alain Meguellati
 
 J’aurais pu écrire un texte en 500 mots histoire que cela soit plus facile à insérer dans une maquette. Cependant, je suis pas journaliste, juste un citoyen qui a son point de vue, ou plutôt son angle de vision…
 
 Il appartient à mes contradicteurs de développer mon texte, mais il leur faudra me prouver que je trompe !



Dimanche 9 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par dan le 09/05/2010 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


citoyen RACHID je partage tout à fait votre analyse de ce qu'est devenue la souveraineté des états européens

Elle avait été plombée définitivement par le traité de Lisbonne

Les politiques ont été les complices des grandes banques qui leur ont dictée leur loi
Ils font semblant maintenant de prétendre que les marchés financiers ne gagneront pas en sachant que c'est impossible que les états reprennent la main

Ce qui est à craindre c'est que les états (du moins ce qu'il en reste) montre l'autre du doigt comme c'est déjà le cas avec la Grèce en laissant à penser que la population a vécu au-dessus de ses moyens
Ce qui est une façon malhonnête de détourner la vérité sur les véritables organisateurs de cette super-faillite européenne

la semaine à venir sera sans doute déterminante car Wall Street ne va pas pouvoir faire des tours de passe-passe comme elle l'a fait vendredi 7 mai
































































2.Posté par sousou le 09/05/2010 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais enfin !!! est ce que vous allez vous réveiller !
Nous avons un pouvoir énorme nous le peuple, à savoir le bulletin de vote. Si nous nous abstenons de voter, Ils ne pourront pas se gargariser du nombre de voix qu' ils auraient ramasser à coup de vote électronique.
Et si ils nous font le coup du chantage que l' extreme droite pourrait prendre le pouvoir, sachez que c'est impossible. La dictature n'est elle en fait le fait qu'ils répète tous sans exception le mêmes discours dans toutes les langues. L'extreme droite est déjà au pouvoir.

3.Posté par dan le 09/05/2010 20:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

-@sousou---

Rappelez vous, nous avons avec d'autres pays voté NON à l'Europe et vous avez vu le résultat!!!!!!!!!!!!!!!

Le bulletin de vote n'est plus l'arme ultime pour le peuple - Il faudra s'en trouver d'autres!!!!!!!!!!

Je rappelle que l'extrême droite représentée par LE PEN a toujours a toujours annoncé la situation dans laquelle se trouve l'Europe aujourd'hui et il semblerait qu'ils avaient raison

Le vote est un jouet qu'on donne au peuple - Souvenez vous des 2 élections de Bush et de ses trucages

Avez vous encore envie d'aller voter après cela?

Le plus important est de garder notre liberté et je crains que l'avenir nous réserve un gouvernement totalitaire mis en place par les Illuminatis

4.Posté par Amar le 10/05/2010 06:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@sousou
Le défunt Coluche disait:
"si le vote servait réellement a quelque chose ,il y aurait déjà longtemps que ce serait interdit "
Le NON a l'Europe c'est transformé en OUI après un plan B que tous les politiciens ont appliquer et ce malgré leurs déclarations de démocratie et de respect des citoyens

5.Posté par joszik le 10/05/2010 23:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci citoyens Rachid pour cette fine analyse.

6.Posté par Kalix le 11/05/2010 00:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'agissant de l'Espagne, ils ont intérêt à y aller avec des pincettes, au moment où on découvre l'ingénieuse imposture de la pieuvre du N.O.M., l'ETA a depuis longtemps pris ses résolutions... La phase de démantèlement souverain de certaine région espagnole s'annonce explosive...

7.Posté par Bernard le 11/05/2010 07:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'insistance des médias à nous matraquer sans arrêt de Football, de l'équipe des "joueuuurs", etc... démontre à quel point ils veulent détourner notre attention .

Et ces commentaires désolants des joueeuuurs :

- "on fait ce qu'on a pu", (on a couru après le ballon ?)
- "le ballon nous a échappé" (véridique ! je l'ai entendu à la radio !)
- "on n'a pas fait ce qu'il fallait, ... on a joué" (il voulait dire qu'il fallait être sur la défensive)

et toutes ces violences et comportements ineptes des supporters , ces endormis du bulbe qui klaxonent à tout va en disant "ON A gagné" (gagné quoi au juste ?)
C'est à tomber sur la tête. Je ne SUPPORTE PLUS le Foot (je ne l'ai d'ailleurs jamais supporté) , et il faudrait faire un sondage.

Combien de Français le supportent ?

8.Posté par Assis Tranquille le 25/04/2012 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Soyons mesurés. En effet, il faut faire attention au discours que l'on tient, surtout si l'on veut être entendu, et bien entendu. Admettons votre hypothèse, que des groupes de pression occultes sont en train de mettre fin à notre système étatique. Est-ce nécessairement une mauvaise chose ? Cela peut signifier, à terme, la fin des guerres entre les nations. Cela veut dire aussi qu'au fur et à mesure, les conceptions "xénophobistes" seront minées à la racine, cela inclura la possibilité de voyager librement. Il faudra certes du temps, mais la division du monde que nous connaissons actuellement, avec le tiers monde où vont délocaliser les entreprises pour produire moins cher, au dépend des peuples en état de grande pauvreté, ne sera plus envisageable. Alors, que craint-on dans ce monde en train de changer, qui vire, employons un concept optimiste, au cosmopolitarisme ? L'homme est un animal social, aussi, si les États abandonnent leur souveraineté qui serait nécessaire pour la cohésion de notre sociabilité, d'autres formes de politique apparaîtront, se substituant aux anciennes, avec de nouvelles conceptions de l'entraide. Il ne faut pas désespérer de l'humain.
De toute façon, nous sommes dépassés par les événements, aussi bien nous les citoyens lambda, que nos politiciens, nos maniganceurs au nom de leur porte monnaie. Croyez vous qu'ils aient réellement le contrôle, alors qu'ils ne sont que des assoiffés de pouvoir, d'argent, guidés par leur appétit ? Ne croyez pas à tous ces discours qui vous le font croire. Seul compte ce que vous faites dans votre quotidien. Même s'il voulait tout contrôler, vos choix en votre âme et conscience qui font votre quotidien restent en votre pouvoir. Mais si vous oubliez même ça, alors ils auront gagnés. Qui ils sont ? Vos propres démons qui obscurcissent votre jugement.
Soit vous croyez en l'Europe et applaudissez à ce qui se fait en tentant d'apporter ce que vous pouvez pour améliorer, soit vous n'y croyez pas, cela n'étant qu'un concept historique, qui, dans moins d'un millénaire, n'aura plus aucune existence, si ce n'est qu'en tant que souvenir. Vous me faites penser à des gaulois qui pleurent la fin de la Gaule sans même savoir ce que c'est (puisqu'elle n'était qu'un regroupement militaire de tribu pour lutter contre l'envahisseur romain). Qu'est-ce que la France en dehors de tout ce qui est dit ? Ne confondez pas les moyens et la fin. Le langage est le lieu du pouvoir, mais pas celui de la réalité, malgré qu'il l'influence.
S'il est réellement impossible de lutter contre le mouvement que vous êtes en train de dénoncer, cherchons alors comment évoluera notre monde, notre humanité, et tentons d'y faire participer les principes de la raison en lesquels nous croyons. Ne baissons pas les bras en cultivant le pessimisme (sinon, c'est précipiter la fin de la démocratie. Notre influence a peut-être diminué, mais elle ne doit pas s'éteindre complètement) et trouvons les moyens d'influer sur les choix de nos politiques, cherchons les moyens de créer un nouveau pouvoir. Surtout, n'oubliez pas que la réalité de l'ouvrier n'est pas celle de nos dirigeants. Chacun dans notre monde au quotidien devons trouver la meilleure façon de vivre ensemble. Les temps ont changé, ils changeront encore.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires