Analyse et décryptage

La face cachée du plan américain d'installation d'un système anti-balistique sur la territoire européen


Dans la même rubrique:
< >

Au cours d'une récente visite, à Moscou, le Conseiller-adjoint à la sécurité nationalee américaine, Stephen Hadley, a affirmé que le système de défense anti-balistique que les Etats-Unis envisageaient d'installer, en Pologne et en République tchèque, visait à contrer "la menace nucléaire iranienne et nord-coréenne", selon ses propres termes.


IRIB
Samedi 24 Février 2007

Dans le même temps, le Commandant des forces de la défense balistique russe a averti, pour sa part, que si les deux pays autorisaient l'installation, sur leur sol, du système anti-missile américain, les dites installations seraient intégrées dans la liste des cibles stratégiques des missiles russes. D'autre part, le Chef d'état-major de l'armée russe a averti, lui aussi, que son pays pourrait se retirer du Traité conclu, en 1987, avec le gouvernement américain de l'époque, sur les missiles à moyenne portée. En outre, des sources européennes ont parlé, ces derniers jours, "de nouvelles tensions liées à la politique belliqueuse américaine et du spectre d'une nouvelle guerre froide".

Dans un tel contexte, le Président américain a dépêché son Conseiller-adjoint à la sécurité nationale dans les capitales européennes et à Moscou, avec, naturellement, pour mission de justifier ses politiques hégémoniques. En fait, depuis les attentats du 11 septembre 2001, la politique étrangère américaine consiste à créer des ennemis fictifs pour les Etats-Unis, voire, pour la Communauté internationale, pour réaliser leurs objectifs expansionnistes. La coalition américano-britannique n'a-t-elle pas déclenché la guerre en Irak, en mars 2003, sans l'aval des Nations-unies, et sous prétexte de neutraliser la menace des soi-disant ADM irakiennes? Le peuple irakien est toujours victime des attaques terroristes issues de l'occupation prolongée du pays, alors que l'on n'a pas trouvé la moindre trace d'armes de destruction massive. Sous couvert de la lutte contre le terrorisme, la Maison Blanche s'est soustrait à nombre de Traités internationaux et s'est autorisée à violer, à plusieurs reprises, les Droits de l'homme et des lois internationales. Le Monde est aussi devenu beaucoup moins sûr qu'il ne l'était avant les attentats du 11 septembre.

Pour poursuivre leur politique consistant à se créer des ennemis fictifs, l'administration américaine semble avoir pris, aujourd'hui, dans son collimateur, la Corée du nord et, surtout, l'Iran, qui n'a jamais présenté une quelconque menace pour aucun pays du monde. Tout au contraire, la RII a été, elle-même, victime des menaces les plus sérieuses, en raison de sa politique basée sur une aspiration à la justice et à la liberté, qui lui a valu d'endurer 8 années d'une guerre, imposée, par l'ancien régime baathiste irakien, toujours, avec l'appui washingtonien. La RII se veut le pionnier de la paix et de l'amitié universelle. C'est pourquoi, les capacités militaires du pays sont de nature défensive, sans que le moindre danger ne menace les autres pays. En tout état de cause, les campagnes malveillantes des Américains contre l'Iran relève de l'animosité des Etats-Unis envers la glorieuse nation iranienne, qui, par son attitude révolutionnaire, a mis au défi la politique moyen-orientale de Washington.


IRIB


Samedi 24 Février 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires