Politique Nationale/Internationale

La diplomatie du missile de croisière : Bush cible l'Iran


Alors que le Congrès et le peuple usaméricain protestent contre la parodie créée par Bush en Irak, notre Président cherche une confrontation avec l'Iran. Bush tient des propos menaçants et opte pour la diplomatie de la canonnière en promettant de « rechercher et détruire » les réseaux iraniens « fournissant des armements avancés et entraînant nos ennemis » en Irak. Mais il n'a produit aucune preuve sérieuse que l'Iran fournit des forces en Irak avec de telles armes ni qu'il fabrique ses propres armes nucléaires.



Marjorie Cohn

Traduit par Gérard Jugant et révisé par Fausto Giudice


Marjorie Cohn
Lundi 5 Février 2007

La diplomatie du missile de croisière : Bush cible l'Iran
Quand je parle de « diplomatie de la canonnière » c'est au sens littéral du terme. Bush a récemment envoyé des navires de guerre et des batteries de missiles Patriot dans le Golfe Persique et des avions d'attaque US en Turquie et dans d'autres pays frontaliers de l'Iran. Des forces US ont pris d'assaut le consulat iranien du Nord de l'Irak et capturé six nationaux iraniens, et Bush a annoncé qu'il poursuivrait tous les Iraniens qu'il considère comme une menace. Il y a aussi des indicateurs selon lesquels l'administration Bush soutiendrait une action militaire d'Israël contre l'Iran. Mardi, l'administration a intensifié sa rhétorique incendiaire. Des officiels US ont dit que des Iraniens étaient derrière les attaquants qui ont tué cinq Usaméricains à Karbala le 20 janvier. Ils ont aussi mis en cause l'armée du Mahdi, la milice contrôlée par Moqtada Sadr. Il est très significatif de relever que le New York Times a caractérisé le ciblage sur l'Iran et l'armée du Mahdi de « commode du point de vue de l'administration Bush ».
Les enquêteurs ont eu la stupéfaction d découvrir que les attaquants portaient des uniformes de type usaméricain, de vraies fausses cartes d'identité US et des fusils usaméricains M-4, et ont utilisé des grenades paralysantes du type de celles utilisées seulement par les forces US. Ils ont aussi été déconcertés par la manière dont le convoi de véhicules utilitaires des attaquants donna l'impression d'être usaméricain et passa les checkpoints irakiens. Un article du Times de mercredi fait état d'une théorie selon laquelle «un groupe de mercenaires occidentaux » pourrait être impliqué. Dans le passé le gouvernement US se servait de la CIA pour renverser secrètement des gouvernements, comme ce fut le cas en Iran en 1953 et au Chili en 1973. Se pourrait-il que ce soit désormais des mercenaires qui fassent la sale besogne de l'administration Bush ?
Le plan d'attaque de l'Iran est en chantier depuis que Bush a déclaré ce pays comme faisant partie de l ' « axe du mal » en janvier 2002. La Stratégie Militaire Nationale de Bush pour 2006 dit « Nous n'avons de plus grand défi d' « aucun pays autre que l'Iran ». En avril 2006 Seymour Hersh (journaliste réputé qui écrit notamment dans le New-Yorker sur les questions militaires, NdT) a révélé que l'armée US était en train de faire des préparatifs pour une invasion de l'Iran. « Des groupes de planification de l'armée de l'air dressent des listes de cibles et des équipes de troupes de combat usaméricaines ont été introduites en Iran, sous couverture, pour recueillir des données sur les cibles et établir des contacts avec les groupes ethniques minoritaires anti-gouvernementaux », ont indiqué à Hersh des officiers des services secrets usaméricains.
Un des projets militaires appelle à l'utilisation d'armes nucléaires tactiques de type « bunker-buster » (destructeur de bunkers) contre les sites nucléaires d'Iran. Cela entraînerait des « nuages de champignons, des radiations, des pertes massives et la contamination pour des années » a déclaré à Hersh un ancien officier supérieur des services secrets. Un conseiller du Pentagone a indiqué que l'US Air Force frapperait des centaines de cibles en Iran, dont 99 pour cent n'ont rien à voir avec la prolifération nucléaire.
Un ancien officier de la défense qui conseille toujours l'administration Bush a informé Hersh que le plan militaire était fondé sur la croyance qu'« une campagne de bombardement soutenue de l'Iran humilierait les dirigeants religieux et conduirait le peuple à se soulever et à renverser le gouvernement ». C'est la même logique défectueuse que le gouvernement US a utilisé pour justifier son cruel embargo et blocus de Cuba depuis la révolution en 1959 de Fidel Castro.
Le Congrès a la responsabilité d'empêcher Bush d'attaquer l'Iran. Étant donné l'opposition du Congrès à sa guerre en Irak, Bush ne demandera probablement pas la permission de faire la guerre à l'Iran. On peut s'attendre à ce que Bush provoque – ou même fabrique - un incident du genre de celui du Golfe du Tonkin (prétexte à l’attaque du Vietnam en 1964, NdT) pour ensuite affirmer qu'il ne fait que répondre à une agression iranienne. Des officiers de haut rang du Pentagone rapportaient dans le Los Angeles Times que des avions de combat de l'Air Force et de la Marine pourraient être utilisés de manière plus agressive le long de la frontière Iran-Irak. Bush va ensuite essayer de s’appuyer sur les autorisations données par le Congrès en septembre 2001 et octobre 2002 pour le recours à la force contre l'Afghanistan et l'Irak, afin d'obtenir le consentement d'attaquer l'Iran.
L'action militaire offensive contre l'Iran serait illégale selon la Charte des Nations Unies, qui exige que ses membres règlent leurs conflits par des moyens pacifiques. La Charte des Nations Unies est un traité ratifié par les USA et fait par conséquent partie de la législation usaméricaine sous la Clause Suprême de la Constitution. Sous la Charte, un pays peut attaquer un autre seulement en légitime défense ou avec la bénédiction du Conseil de Sécurité. En outre, l'usage d'armes nucléaires violerait nos obligations résultant du Traité de Non-Prolifération Nucléaire.
Le Congrès devrait immédiatement voter une résolution exécutoire réaffirmant les obligations légales des USA et informant l'administration Bush qu'elle ne devra concourir à aucune invasion ou action militaire contre l'Iran, qu'il refuserait d'approuver tout crédit à cet effet, et qu'il considérerait des actions en contravention avec la résolution comme des infractions passibles des tribunaux.





Original : http://www.counterpunch.org/cohn02012007.html

Marjorie Cohn est professeur à l'École de Droit Thomas Jefferson, présidente de la National Lawyers Guild, et représentant des USA au comité exécutif de l'American Association of Jurists. Son prochain livre, Cowboy Republic : Six Ways the Bush Gang Defied the Law,sera publié en juin.


Traduit de l'anglais par Gérard Jugant et révisé par Fausto Giudice, membres de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial ; elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l'intégrité et d'en mentionner sources et auteurs.


URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2001&lg=fr



Lundi 5 Février 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires