Politique Nationale/Internationale

La dévaluation du dollar et la classe ouvrière



Barry Grey
Vendredi 16 Octobre 2009

La dévaluation du dollar et la classe ouvrière
Il y a des signes grandissants d'un changement majeur des alignements en matière de devises internationales. Depuis mars, le dollar américain ne cesse de décliner, se dépréciant de 13,3 pour cent sur la base d'une pondération en fonction des échanges. La semaine dernière ce déclin s'est accéléré, poussant le prix de l'or à des niveaux records et poussant un certain nombre de banques centrales asiatiques à intervenir sur les marchés monétaires afin de ralentir la chute du dollar.
Plutôt que de mettre en garde contre les implications de cette érosion de la valeur de la plus importante monnaie d'échange et de réserve du monde, les publications financières les plus importantes et les analystes économiques arguent que cette tendance devrait être accueillie comme quelque chose de positif et qu'on devrait laisser décliner encore davantage la valeur à long terme du dollar. Samedi, le Financial Times de Londres a publié un éditorial intitulé « Une Amérique forte a besoin d'un dollar affaibli. » Le journal écrit que « cette chute de la valeur du dollar, bien qu'importante, ne devrait pas susciter la crainte ni ne devrait être stoppée... Ce serait en fait une bonne chose si le dollar s'affaiblissait davantage... Les effets d'un dollar moins cher seraient d'aider les exportateurs américains tout en rendant plus chères les importations vers les Etats-Unis. »
«C'est ce dont les Etats-Unis, et le monde, ont besoin. A moyen terme, comme l'a dit un peu plus tôt cette année M. Summers [Lawrence Summers, principal conseiller économique d'Obama], 'l'économie américaine reconstruite doit s'orienter davantage vers les exportations et moins vers la consommation.' Autrement dit, l'Amérique doit commencer à vivre selon ses moyens et le reste du monde doit cesser de compter sur son extrême prodigalité. »
Le Financial Times de lundi 12 octobre a publié un article du chroniqueur économique Wolfgang Münchau intitulé « Plaidoyer pour un dollar faible. » Il prône un ré-équilibrage de l'économie mondiale dans lequel le déficit massif du compte courant des Etats-Unis serait réduit de façon draconienne, l'excédent asiatique serait réduit et le déficit des seize pays de l'eurozone « augmenterait quelque peu. »
«  A long terme, » écrit-il, « un tel monde nécessiterait une réforme significative du système monétaire international. A court terme, une chute du taux de change du dollar nous permettrait d'y arriver. » Il suggère que « les promesses d'un dollar fort » par les représentants américains ne sont pas honnêtes et que les Etats-Unis encouragent un déclin supplémentaire du dollar comme étant un aspect d'une stratégie de redressement par l'exportation. Münchau poursuit en disant que la nécessaire réforme à long terme du système monétaire international implique un rôle international réduit de façon permanente pour le dollar. Il prédit que le monde va vers un « double système dans lequel le dollar et l'euro fonctionnent dans les faits comme monnaies de réserve mondiales. »
Ces commentaires et d'autres semblables éludent les risques immenses qui accompagneraient inévitablement une dévaluation permanente du dollar et une dilution de son statut de monnaie de réserve. Un tel projet porte les germes d'un effondrement du marché mondial. L'idée est fort douteuse que ce changement puisse être mené à bien de façon ordonnée, sans provoquer de dévaluations compétitives par l'Europe et l'Asie, de formation de blocs monétaires et commerciaux, d'éruption d'une guerre commerciale et finalement de conflit militaire entre les grandes puissances.
Parmi les commentaires les plus creux en faveur d'un dollar plus faible on trouve celui de l'économiste et chroniqueur américain du New York Times Paul Krugman. Dans un article d'opinion publié lundi, il rejette comme excentriques ceux qui s'inquiètent des implications à long terme du déclin du dollar.
Sans accorder la moindre attention aux implications internationales d'une chute continue du dollar, ou de ses conséquences sur les relations sociales au sein des Etats-Unis, il dit de « l'actuelle levée de boucliers » sur le déclin du dollar: « En vérité, la chute actuelle du dollar est une bonne nouvelle. »
Un dollar plus faible est « bon pour les exportateurs américains, » écrit Krugman, « et nous aide à à nous éloigner des énormes déficits budgétaires pour atteindre une position internationale plus durable. » Il argumente en faveur du maintien en attente, pour les deux prochaines années, voire plus, du taux d'intérêt de référence, effectivement à zéro à présent. »Il ne dit rien des conséquences d'une dépréciation du dollar pour le statut de la monnaie américaine comme monnaie de réserve mondiale.
Ce qui est certain c'est que la perte du statut de monnaie de réserve mondiale incontestée du dollar a des implications dévastatrices pour la classe ouvrière américaine.
Un dollar fort et stable était la base du système monétaire capitaliste international qui fut mis en place à la conférence de Bretton Woods à la fin de la Seconde guerre mondiale. Le dollar sert depuis près de sept décennies de monnaie de réserve et de commerce par excellence dans le monde entier. La position unique et privilégiée du dollar, qui a apporté au capital américain d'immenses avantages, se fondait sur la suprématie économique incontestée des Etats-Unis à la fin de la guerre. Ceci, à son tour, se fondait sur la domination mondiale de l'industrie américaine.
Le déclin à long terme du capitalisme américain, qui se reflète de façon la plus significative dans l'affaiblissement de sa base industrielle, a eu pour conséquence les déséquilibres mondiaux massifs entre les Etats débiteurs, en tout premier lieu les Etats-Unis, et les Etats créditeurs tels la Chine, le Japon et l'Allemagne et qui a conduit à l'implosion de l'économie mondiale il y a un an. C'est la transformation des Etats-Unis de moteur industriel mondial en centre de spéculation financière et de parasitisme mondial qui, en dernière analyse, sous-tend l'érosion de la position internationale du dollar .
Permettre que le dollar continue de chuter revient à reconnaître la réalité du déclin de l'Amérique et la nécessité pour le capitalisme mondial de trouver une nouvelle base à sa croissance. Au coeur d'un tel « ré-équilibrage » économique international on trouve une restructuration fondamentale des relations de classes au sein des Etats-Unis. Le cadre de Bretton Woods avait donné à la bourgeoisie américaine un avantage énorme dans la gestion des relations sociales au sein des Etats-Unis. La classe dirigeante américaine pouvait recourir à une politique inflationniste et de dépenses déficitaires pour accorder des concessions aux revendications de la classe ouvrière parce que le monde entier acceptait sans problème le dollar. Sans cet avantage, les Etats-Unis devront adhérer à des contraintes monétaires et fiscales onéreuses, dont le fardeau sera placé sur la classe ouvrière.
Ce processus est déjà bien avancé. Au nom du ré-équilibrage économique mondial et de réformes dans le pays, le gouvernement Obama cherche à diminuer la consommation de la classe ouvrière, à réduire de façon drastique les coûts de production et à augmenter les exportations américaines.
Ceci revient à assujettir les travailleurs américains au type de « thérapie de choc » économique que le Fonds monétaire international (FMI), dominé par les Etats-Unis, ont prescrit à un grand nombre de pays endettés du Tiers Monde durant ce dernier quart de siècle. La dévaluation de la monnaie, accompagnée de coupes budgétaires des dépenses de l'Etat pour les services sociaux et le recours au chômage pour faire baisser les salaires et accroître l'exploitation, telles sont à présent les méthodes employées contre la classe ouvrière américaine.
Le processus par lequel les Etats-Unis ont fermé les sites industriels et externalisé la production vers des paradis de travail à bas coût dans le monde entier, ce qui a eu pour conséquence de faire que Etats-Unis dépendent, et cela ne pourra pas durer, de l'injection de crédit de la part de nations excédentaires tels la Chine et le Japon, sera inversé. L'industrie sera ravivée aux Etats-Unis mais sur la base de la destruction des salaires, des conditions de travail et du niveau de vie de la classe ouvrière.
Les Etats-Unis se transformeront en un producteur à bas coût de marchandises pour le marché mondial. La classe ouvrière américaine va faire l'expérience de niveaux d'exploitation auxquels elle n'a pas été confrontée depuis un siècle. Son salaire et son niveau de vie se rapprocheront de plus en plus de ceux des travailleurs surexploités d'Asie.
Cette politique de guerre des classes sous-tend l'attaque d'Obama contre les emplois et les salaires des travailleurs de l'industrie automobile, son refus d'accorder de l'aide aux Etats et régions en faillite et ses efforts pour évider les prestations de soins de santé pour les travailleurs et pour attaquer les grands programmes sociaux, à commencer par Medicare.
L'Amérique donnera une fois de plus l'exemple au capitalisme mondial, en servant de modèle pour des attaques similaires contre les travailleurs de tous les pays.
Mais la classe ouvrière des Etats-Unis n'a aucune intention de se soumettre à son propre appauvrissement. Le décor se met en place pour une renaissance de la lutte des classes aux Etats-Unis et internationalement à une échelle colossale


Vendredi 16 Octobre 2009


Commentaires

1.Posté par jeannin le 16/10/2009 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous devriez mettre sur vos pages ce qui concerne le dossier BILDERBERG et un lien du
site : http://systi.net/bigbrother.htlm , les lecteurs seraient vraiment surpris de savoir à quelle
sauce les états unis et puissants de ce monde envisagent l'avenir de l'humanité .
merci

2.Posté par Oulianov le 17/10/2009 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le capital est en crise. La crise s’affirme comme dévalorisation. La dévalorisation est la seule façon qu’a le capital de poser les bases d’un nouveau cycle d’accumulation, et d’imposer la discipline nécessaire pour que la classe ouvrière accepte les nouvelles conditions de l’exploitation, mais cela met en jeu la reproduction - même du rapport capital – travail. La nationalisation des banques est insuffisante pour parer à la crise. L’économie fait face à la récession ou à la dépression et au spectre de la déflation. Les patrons d’Etat du capital sont pris dans en ciseau entre d’une part le déficit gigantesque augmenté par le financement de la caution du système financier (par l’achat des valeurs toxiques, la recapitalisation des banques et la garantie des nouveaux emprunts) et d’autre part la glissade des déficits, dont l’Etat capitaliste a besoin pour maintenir les niveaux de demande effective, et qui sera de plus en plus difficile à financer. La question de la valeur du crédit des banques se hausse maintenant au niveau de la valeur du crédit des Etats capitalistes (Les banques centrales et les trésors d’Etat)

Le capital doit trouver une sortie de crise : il va chercher à maintenir ou accroître la profitabilité dans l’économie réelle par la pression sur les salaires (bien que cela ait un effet déflationniste pervers) et l’intensification du travail (la hausse de l’exploitation des travailleurs) c’est-à-dire des stratégies pour accroître aussi bien la plus-value relative que la plus-value absolue. Chercher à sortir de la crise financière et de la crise économique intensifie l’exploitation à l’échelle planétaire et met en crise le rapport entre capital et prolétariat. Dès restructuration du 19ème et du 20ème siècle, jusqu’à la restructuration des années 70 et 80 le prolétariat pouvait s’affirmer comme pôle positif dans le rapport d’exploitation. Maintenant la reproduction du prolétariat est de façon croissante médiée par la finance, et ainsi immédiatement intriquée à la reproduction du capital( avec pour effet que la reproduction d’un nombre, croissant aussi, de prolétaires est de plus en plus précaire , comme le montre la vague actuelle de saisies) et à la financiarisation, cela permet l’intégration de l’exploitation de la force de travail à l’échelle planétaire, les mêmes moyens dont le capital use pour pouvoir se battre et trouver sa sortie de crise fait grimper la menace de crise au niveau même de la reproduction du rapport de classe

3.Posté par duperrier le 17/10/2009 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La honte quant un Pays préfère jeter des Milliards de dollars pour envoyer une BOMBE sur la soi-disant Lune ,et si elle avait explosé au départ ou juste au dessus de nos têtes,et ce Pays ne peut même pas nourrir,soigner son Peuple,c'est à pleurer,Il faut que vraiment les peuples soient aveuglés par l'orgueil ,et cette vanité nous à emmener dans l'abime ,trop de pauvres la honte à nous ,

4.Posté par kephil le 18/10/2009 22:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Petit correctif pour le post précédent de jeannin, l'adresse du la page web est:

http://syti.net/BigBrother.html

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires