Palestine occupée

La démission de Haloutz, la liesse du peuple libanais


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?


La démission de Dan Haloutz, chef d’état-major de l’armée du régime sioniste a eu de larges répercussions dans la région et notamment au Liban, suscitant la liesse des Libanais. Les députés libanais ont considéré la démission de Haloutz comme une seconde victoire de la résistance libanaise face à l’agression du régime sioniste.


Vendredi 19 Janvier 2007

La démission de Haloutz, la liesse du peuple libanais
La presse régionale parle de cette démission comme d’une secousse tellurique qui vient après le tsunami de la défaite d’Israël, et même à l’intérieur de ce régime, la démission de Haloutz est considérée par les députés de la Knesset, comme le premier acte d’un feuilleton qui se poursuivra encore quelque temps. Indubitablement, le départ de Haloutz, considéré comme cerveau de la guerre de 33 jours d’Israël contre le Liban, est la conséquence de la défaite cuisante de l’armée sioniste.

Malgré la démission de Haloutz et le changement de pions en Israël qui signalent une crise grave au sein du régime sioniste, les autorités de ce régime cherchent à cacher les réalités. Après l’abdication de Haloutz, l'étau risque de se resserer autour d'Olmert Premier ministre et Peretz, ministre de la guerre , d’autant plus que le premier devra répondre d’une série d'accusation de corruption et qu’Emir Peretz est soumis à d'intense pression pour quitter la direction du parti travailliste.

Les résultats du rapport d’une commission d’enquête israélienne dite Vinograd, pour déterminer les responsabilités dans l'échec de l'armée sioniste, devraient être publiés dans les prochains jours. C’est la raison pour laquelle Haloutz a présenté sa démission avant la publication de ce rapport afin de réduire les tensions et atténuer la sensibilité de l’opinion publique. Les analystes politiques à l’université Baraylan de Tel Aviv affirment que l’abandon de Haloutz est un prélude à de vives tensions politiques en Israël, et aura pour conséquence, l’affaiblissement du cabinet d’Olmert. Selon les derniers sondages effectués ces derniers jours, l’opinion publique israélienne réclame bel et bien la tête d’Olmert et de Peretz, et cela en raison des scandales financiers et de la défaite militaires de l'été dernier. Haloutz, chef démissionnaire de l’état-major interarmes israélien avait vendu en effet ses actions à la Bourse pour parer aux pertes éventuelles de ses valeurs du fait de la guerre. La révélation d’un tel scandale a fait comprendre aux Israéliens que leurs dirigeants ne pensaient qu’à leurs propres intérêts pécuniaires même au plus chaud de la guerre.

La guerre du Liban a provoqué une crise profonde au sein du régime sioniste, car, l’armée puissante et équipée d’armes sophistiquées du régime sioniste a lamentablement échoué face à un Hezbollah qui n'a eu recours qu'aux moyens de bord pour se défendre. La guerre contre le Liban a révélé au grand jour, la fragilité d’Israël, prouvant que ses dirigeants ne pouvaient se fier même pas à leur peuple qui, au besoin, n'hésitera pas un seul instant à les lacher. La résistance du Hezbollah et du peuple libanais qui vient de porter ses nouveaux fruits, prouve encore une fois la vanité des prétentions à la victoire d’Ehud Olmert.

IRIB


Vendredi 19 Janvier 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires