ALTER INFO

La crise, la Géorgie et l'Afghanistan: les trois fronts de l'OTAN


Dans la même rubrique:
< >

Trois problèmes ont été examinés jeudi et vendredi lors d'une rencontre informelle des ministres de la Défense de l'Alliance à Budapest. Si sur l'un d'entre eux - la crise financière mondiale - un consensus entre les participants était prévisible (les crises affaiblissant la sécurité), on ne peut pas en dire autant concernant les deux autres. Il s'agit des perspectives d'adhésion de la Géorgie à l'OTAN et de la présence de l'organisation en Afghanistan.


Mercredi 15 Octobre 2008

La crise, la Géorgie et l'Afghanistan: les trois fronts de l'OTAN
Par Piotr Gontcharov, RIA Novosti



En ce qui concerne l'adhésion de la Géorgie, pour l'instant, seul Washington soutient ardemment Tbilissi. Mais les Etats-Unis doivent encore persuader leurs alliés de la nécessité d'accorder à la Géorgie le Plan d'action pour l'adhésion à l'Alliance (MAP).

L'octroi du MAP devait avoir lieu en décembre au cours du sommet de l'OTAN. Mais le chef du Pentagone Robert Gates est pressé, car on ne sait pas comment se conduiront les alliés après l'élection présidentielle aux Etats-Unis, surtout en cas de victoire du démocrate Barack Obama.

Les alliés n'ont jamais été unanimes concernant l'entrée de la Géorgie dans l'OTAN et, après les événements qui se sont produits en Ossétie du Sud, des doutes se sont nettement fait entendre au sein de ce choeur incertain. Par conséquent, même après la rencontre de Budapest, Robert Gates a encore du pain sur la planche. Ce sujet sera à nouveau abordé prochainement. Le 14 octobre, la situation en Géorgie doit être examinée à Genève par Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, dont le pays assume la présidence de l'UE, et Alexander Stubb, chef de la diplomatie finlandaise et président en exercice de l'OSCE. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le Haut représentant de l'UE pour la politique extérieure et de sécurité commune Javier Solana participeront également à la réunion.

Le problème afghan se pose quelque peu autrement. En effet, il s'agit de l'avenir de l'OTAN dans ce pays, c'est pourquoi Robert Gates avait une mission difficile à accomplir dans la capitale hongroise. Il fallait, d'une part, dissiper les humeurs défaitistes des "compagnons d'armes" et, de l'autre, les persuader de façon adéquate de la nécessité de revoir non pas la tactique des actions, mais toute la stratégie de l'opération antiterroriste.

On peut comprendre l'inquiétude du Pentagone. Presque tout le monde ces jours-ci parle de l'impossibilité de remporter une victoire en Afghanistan. C'est même le général Mark Carleton-Smith, commandant des forces britanniques sur place, qui a ouvert la discussion sur ce thème, bientôt rejoint par le général Richard Blanchette, porte-parole de l'OTAN en Afghanistan, qui a exprimé presque mot à mot la même position: "nous savons que nous ne pouvons pas vaincre militairement". Ils ont été appuyés par le général français Jean-Louis Georgelin, chef d'état-major des armées, qui a jugé la réconciliation entre Afghans nécessaire.

En d'autres termes, les principaux acteurs de la coalition antiterroriste en Afghanistan et l'OTAN, qui a pris des engagements en vue de coordonner les actions de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), exigent l'application d'une politique foncièrement nouvelle dans ce pays.

Il s'agit, en fait, d'une politique de réconciliation nationale, dont la nécessité avait déjà été soulignée par l'actuel président de l'Afghanistan Hamid Karzaï (il avait même fait un premier pas en ce sens) dès 2002. A cette époque, ses initiatives avaient été brutalement rejetées par les Etats-Unis, l'ISAF en voie de formation et le reste de la communauté internationale. D'ailleurs, on trouvait même des partisans de cette "juste" indignation en Afghanistan.

Mais le temps a prouvé que Hamid Karzaï avait raison. Il était inadmissible d'accuser gratuitement les talibans d'être les "ennemis" du peuple afghan. Les problèmes du Nord et du Sud, des Pachtounes et des non-Pachtounes, de l'émancipation des femmes et d'autres encore continueront à se poser en Afghanistan. Cela ne dépendra pas du régime au pouvoir: monarchie constitutionnelle, technocrates modérés, islamistes modérés ou radicaux. Certains talibans peuvent aider à régler une partie de ces problèmes.

Le Pentagone a apparemment compris cette simple vérité. Le quotidien britannique The Guardian a cité vendredi certains détails intéressants d'un rapport du renseignement américain. D'après ces fuites, ce rapport contient une proposition destinée aux autorités américaines leur demandant de revoir immédiatement la stratégie des actions en Afghanistan. Les auteurs du rapport estiment désormais que le règlement du conflit passe par la voie politique, et non pas militaire.

Entre-temps, Kaboul a déjà agi en vue d'engager des négociations. Le gouvernement de Hamid Karzaï avait déjà mené des pourparlers secrets avec des représentants du mouvement des talibans, entre autres, avec Gulbuddin Hekmatyar, le plus odieux de ses leaders. Ces pourparlers avaient eu lieu avec la médiation de l'Arabie Saoudite: compte tenu du statut particulier de ses rapports avec les Etats-Unis, c'est un fait qui en dit long. Un dîner officiel offert par le roi d'Arabie Saoudite Abdallah à l'occasion de la fin du ramadan a réuni Gulbuddin Hekmatyar, le frère du président afghan Qayum Karzaï et l'ancien premier ministre du Pakistan Nawaz Sharif.

Etant donné que cette rencontre s'est déroulée sans l'aval de la Maison Blanche, elle n'a pas beaucoup enthousiasmé le Pentagone. Néanmoins, elle s'est tenue dans le contexte de la compréhension croissante de la part de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis du fait que l'organisation de négociations entre les parties belligérantes est l'unique solution au conflit, ce qui jouera probablement un rôle important.

En ce qui concerne la nouvelle stratégie en Afghanistan, Robert Gates bénéficiera probablement, en fin de compte, de la compréhension et du soutien de tous ses collègues. La question de l'accroissement des effectifs des contingents militaires est néanmoins plus difficile.

Les exhortations lancées par les Etats-Unis aussi bien à leurs alliés au sein de la coalition qu'aux membres de l'ISAF ne trouvent pas de véritable soutien, sauf, peut-être, de la part de l'Ukraine. Le ministre ukrainien de la Défense Iouri Ekhanourov a assuré à Robert Gates que l'Ukraine était prête à partager par la suite également la responsabilité collective de la stabilisation de la situation en Afghanistan et qu'elle y enverrait cet automne sept hommes en plus des trois médecins militaires qui s'y trouvent déjà.

Cependant, il est peu probable qu'un tel renfort puisse régler le problème afghan.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

http://fr.rian.ru/ http://fr.rian.ru/



Mercredi 15 Octobre 2008


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires