Néolibéralisme et conséquences

La crise est loin d’être passée



William A. M. Buckler
Mercredi 27 Janvier 2010

La crise est loin d’être passée

La liste des choses qu’il aurait fallu faire pendant la première décennie du XXIe siècle est infinie. Le résultat, en particulier aux Etats-Unis, est que de nombreux analystes poli­tiques et économiques parlent de «décennie perdue». Et c’est bien ce qu’elle a été: perdue.
Dans le «monde développé», une large majorité de personnes l’ont terminée dans une situation plus mauvaise qu’elles ne l’avaient commencée et c’est regrettable, mais ce qui est pire encore est le fait que partout les gouvernements ont décidé de faire en sorte qu’il soit le plus difficile possible pour tout le monde, y compris eux-mêmes, de tirer les leçons de leurs erreurs. Cette décennie a été celle d’un boom financier suivi d’une faillite sans précédent dans l’histoire contemporaine.

Quand l’échec est trop grave pour qu’on puisse en prendre la mesure

Le 14 janvier 2000, il y a10 ans, le Dow Jones clôturait à 11722,98 points. Il ne retrouva plus ce niveau avant octobre 2006. Pendant cette période de presque 7 ans, les derniers vestiges de politique fiscale ou monétaire raisonnable ont été abandonnés. Les taux d’intérêts américains officiels ont été baissés de haute lutte par la Fed en 2001, la tendance s’accentuant à la suite du sinistre 11-Septembre. Les déficits du budget fédéral, qui étaient loin d’avoir été éliminés pendant l’année fiscale 2000, remontèrent en flèche. L’endettement atteignit des niveaux qu’on n’aurait jamais crus possibles auparavant. On inventa de nouveaux instruments financiers représentant des billions de dollars. L’achat et la vente informatiques d’actions (program trading) s’imposa. L’évaluation des titres devint imaginaire tandis que le monstre ingérable des «dérivés» était alimenté sans jamais avoir été soumis à un quelconque négoce.
Ensuite, au milieu de 2007, éclata la crise financière mondiale. Dans la seconde moitié de 2008, tout s’effondra. Au début de mars 2009, l’apocalypse financière globale menaçait. Finalement, la Banque d’Angleterre et la Fed annoncèrent en mars 2009 qu’elles allaient sauver le monde (financier) en vendant directement les créances que leurs gouvernements devaient vendre afin de fonctionner. On considéra qu’il était inimaginable que les gouvernements ne le fassent pas. Mais la mesure fut reportée.
En ce début de 2010, les milieux officiels sont de plus en plus optimistes, attitude extrêmement dangereuse.  



Source: The Privateer no 645, mi-janvier 2010, p. 1

(Traduction Horizons et débats)



Mercredi 27 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par aze"ézz&zazaééaaz le 29/01/2010 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ARMAGEDON - Bruce Willis FR TBon - Science fiction 2050

2012.THE.MOVIE.FRENCH.TS.MD.XviD.REPACK.1CD-BOWSER 13 et 14 aussi voir jusuque 2050 ety plus si y leux .....aligement des planéttes ..qui commencer il a 20 a 25 ans .................mise en place....................pour qui soit vers 2012 au centre

Le.Monde.Presque.perdu.2050.Fantastique.FRENCH.DVDRiP.XViD-vers 2050
Le Jour d'Après-DIVX-Version Francaise. vers 2050
FILMS A VOIR AUSSI OUI

FAIT AUSSI DES MISSILES POUR LES FAIRE EXPLOSER
VOS BANQUES ET BANQUES CENTRAL FMI BANQUES VOS POLITIQUES ETC ET BOMBES OUI QUI EXPLOSE TOUS AVEC SUR TERRE OUI

LES¨PLUS GROS DU MONDE COMME NOUS
BZ2 INTRECONTINENTAL ETC ................. OUI

TOUS TYPE DE NOUVEAUX MISSILES POUR FAIRE SAUTE
LEURS OR ARGENTS DIAMENTS GAZ PETROLES TOUS MATIERS AUSSI








Le FMI relève sa prévision de croissance mondiale, et insiste sur la dette
De Hugues HONORÉ (AFP) – Il y a 18 heures

WASHINGTON — Le Fonds monétaire international a relevé mardi ses prévisions de croissance dans le monde, mais aussi adopté un ton alarmiste sur le risque de voir la dette des Etats menacer la reprise économique.

Après un recul en 2009 (-0,8%), le produit intérieur brut mondial devrait reprendre sa croissance cette année (+3,9%, contre 3,1% prévus en octobre). "L'économie mondiale est en phase de reprise", a affirmé l'économiste en chef du Fonds, Olivier Blanchard.

Le FMI a particulièrement relevé sa prévision pour la première économie mondiale, les Etats-Unis, à 2,7% (contre 1,5% auparavant) et pour la Chine, qui doit devenir cette année la deuxième économie mondiale (10%, contre 9% auparavant).

Dans la zone euro, la prévision a été rehaussée à 1,0% (contre 0,3% précédemment), grâce principalement à l'Allemagne (1,5%, contre 0,3%) et également à la France (1,4%, contre 0,9%), tandis que l'Espagne resterait en récession (-0,6%).

Pour le Japon, la prévision de croissance a été laissée inchangée à 1,7%. En revanche, le FMI a nettement relevé celles de la Russie (3,6%, contre 1,5% auparavant), de l'Inde (7,7%, contre 6,4%) et du Brésil (4,7%, contre 3,5%).

L'amélioration récente de la conjoncture a été plus forte que ne le pariait le FMI, qui a cité la consommation américaine et le rebond des économies émergentes parmi les meilleures surprises.

Mais pour l'institution internationale, la période est délicate pour les gouvernements. Ils "font face à une tâche gigantesque: ils doivent rééquilibrer la demande en faveur du secteur privé et non plus du secteur public (...) tout en remettant en état le secteur financier".

La croissance dépendant du soutien des mesures de relance dans les pays développés, cela justifie pour le FMI de "soutenir la reprise là où elle n'est pas encore fermement enclenchée". Précisément, "les mesures de relance budgétaire prévues pour 2010 doivent être exécutées intégralement".

Mais dans le même temps, le FMI insiste sur la nécessité de progrès "dans la conception et la communication de stratégies de sortie crédibles", avec pour objectif de remettre la dette et le déficit publics sur le bon chemin.

"Les investisseurs opèrent de plus en plus de distinctions entre les pays", pénalisant ceux "aux prises avec des déficits et des dettes publics considérables", a-t-il prévenu.

Et d'après lui, "l'inquiétude croissante concernant la dégradation des situations budgétaires et la viabilité des finances publiques pourrait déstabiliser les marchés financiers et enrayer la reprise, en rehaussant le coût de l'emprunt pour les ménages et les entreprises".

Le FMI avait estimé en novembre qu'en moyenne dans les "économies développées du G20", les déficits publics allaient peu diminuer en 2010, passant à 8,7% du PIB, uniquement grâce à l'arrêt des mesures de soutien au secteur financier, et que la dette allait franchir la barre de 100% du PIB pour la première fois.

D'autres facteurs pourraient "freiner la reprise dans les économies avancées", a énuméré le Fonds, comme "le niveau élevé du chômage", ou encore "l'existence de systèmes financiers qui ne sont pas encore complètement rétablis et, dans certains pays, la fragilité des bilans des ménages".

La santé du secteur bancaire reste aussi une source d'inquiétude. Les banques devront probablement "mobiliser beaucoup plus" de capital "pour contribuer à la reprise du crédit et entretenir la croissance", d'après le FMI.

HYPRES RESECION JUQUE EN 2050 VOIR 5000 ANS VOIR 100.000 ANS

SI NON GUERRE MONDIAL 3 OU 4 OU 5 ETC.
OU ON FAIT DES ARMES DES MISSILES POUR LES FAIRE EXPLOSER AVEC LEURS

ARENTS OR DIAMENT PRETS CREDITS EMPRIMTS % PLUS FACILE A COMTE SUR TERRE.....AUSSI CALCULER AUSSI
PLUS GROS QUE LEURS CHIFFRE et argents
qui a dans tous les presse du monde AUSSI........PLUS JUSTE AUSSI

DES NOUVEAUX TOUS LE JOURS
DES ARMES AUSSI ET OUI

NOS HERTRIAGE DES NOUVEAUX MISSILES CHAQUE SEconde des PLUS GROS
A CE MONDE A VANT LA FIN DU MONDE ..

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires