ALTER INFO

La crème du Sionisme discute du nettoyage ethnique des palestiniens et promeuvent la domination juive aux USA et en Europe


Dans la même rubrique:
< >


Khalid Amayreh
Vendredi 13 Juillet 2007

La crème du Sionisme discute du nettoyage ethnique des palestiniens et promeuvent la domination juive aux USA et en Europe


Khalid Amayreh à Jérusalem Est occupé, le 12 juillet 2007


​​​​Les chefs sionistes de partout dans le monde discutent des moyens pour effectuer plus profondément le nettoyage ethnique des palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem ainsi que la consolidation de l'influence et de la domination juive dans l'hémisphère occidental, particulièrement en Américque du Nord et en Europe.


​​​​Participaient à la conférence de trois jours, organisée par l'Institut Juif de Planification de la Politique des Peuples (JPPPI), les chefs des principales organisations juives des Etats-Unis et du Canada ainsi que des rabbins et des juifs magnats des affaires de partout dans le monde.


​​​​Les orateurs de la conférence incluaient, entre d'autres, le premier ministre Ehud Olmert, le chef de l'opposition MK Binyamin Netanyahu, le président du conseil du JPPPI et ancien Ambassadeur US Dennis Ross, le président de l'Agence Juive Ze'ev Bielski, et Jehuda Reinharz, le président de Brandeis University.


​​​​Un document à discuter pendant la conférence, intitulée « Le peuple Juif en 2030, » suggère que le monde a peu de probabilité de voir une augmentation significative du nombre de juifs.


​​​​Par ailleurs, le document déclare que « le peuple Juif fait face à un problème sérieux de leadership de haute qualité, spirituelle, politique et professionnelle, sans tendance évidente à l'amélioration. »


​​​​Selon les médias israéliens, les participants, surnommés la crème de la crème du peuple Juif, discutent de trois thèmes principaux : l'opposition occidentale croissante à l'occupation israélienne de la Palestine, que de nombreux délégués voient comme l'expression de « l'antisémitisme, » le renforcement de l'identité Juive, une référence implicite aux efforts et aux plans israéliens pour enrayer la croissance démographique palestinienne, et l'assimilation des juifs en Occident.


​​​​Les orateurs ont sévèrement condamné les « voix critiques d'Israël » dans l'arène étasunienne, apparemment en référence à une récente étude de deux éminents universitaires US qui ont déclaré que la politique US au Moyen-Orient est en grande partie déterminée par Israël et son puissante lobby juif, et aussi à la publication récente d'un livre, portant le même message, de l'ancien président Jimmy Carter.


​​​​Selon des journalistes couvrant la conférence (les journalistes palestiniens sont interdits d'accès à Jérusalem Ouest), les chefs sionistes d'Amérique du Nord ont soutenu « qu'une approche sage mais efficace » devait être adoptée afin d'isoler « ces voix non conformistes » et désamorcer la possibilité qu'elles « fassent boule de neige. »


​​​​« Nous devrions faire tout notre possible pour empêcher ces voix de se développer en événement, mais sans paraître faire taire la liberté de parole, » aurait dit Dennis Ross, ancien délégué de la paix au Moyen-Orient du président Clinton. Ross est le président du JPPPI.


​​​​Ross aurait évité de traiter d'antisémites les deux professeurs, John Mearsheimer de l'Université de Chicago et Steven Walt de l'École Gouvernementale Kennedy de l'Université de Harvard du gouvernement.


​​​​Cependant, il a suggéré que leur mise en cause du lobby juif pourrait proliférer dans une opposition plus large à Israël et à son influence à l'intérieur des USA.


​​​​Mersheimer et Walt ont parlé d'un consortium de groupes sionistes étasuniens et d'individus qui ont forcé les administrations US successives à soutenir Israël en violation de leurs intérêts nationaux.


​​​​En ce qui concerne le « recul démographique d'Israël en Palestine, » les chefs sionistes auraient proposé « d'enclencher des mesures » pour compenser la « tendance inquiétante, » en favorisant un taux de natalité plus élevés chez les juifs par une offre financière et d'autres incitations, en explorant des moyens pour rabaisser la natalité arabe à un taux approprié surtout en Israël, et en encourageant les palestiniens à émigrer ainsi qu'en promulguant des lois qui renforcent l'identité juive d'Israël.


​​​​Quelques orateurs ont suggéré que les incitations économiques et financières soient acheminées exclusivement vers les juifs d'Israël à travers des agences non gouvernementales spéciales afin d'éviter d'avoir l'air d'adopter une politique discriminatoire envers la minorité arabe d'Israël. Les arabes en Israël constituent presque un quart de la population du pays.


​​​​La conférence se devait de débattre de la question controversée de l'antisémitisme.


​​​​Quelques chefs sionistes, comme l'ancien premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, auraient suggéré qu'Israël et le Sionisme se tiennent réellement prêts à tirer avantage de l'ambiance anti-juive et anti-israélienne en Europe et même en Amérique du Nord.


​​​​Netanyahu a soutenu que l'antisémitisme avait toujours été et continue à être « une raison clef » derrière « le retour des juifs sur leur terre ancestrale. »


​​​​Cependant, beaucoup de leaders juifs en Amérique du Nord et certains en Europe avaient de sérieuses réserves sur les vues de Netanyahu, les appelant « paradoxales » et « non-juives, » pour la raison que la plupart des juifs vivant en Occident ne souhaitent pas immigrer en Israël et sont bien intégrés dans leurs sociétés respectives.


​​​​Aucune mention de la « paix »


​​​​De façon intéressante, la paix entre Israël et les palestiniens était ostensiblement absente des discussions de la conférence.


​​​​Selon Rene Shmuel, l'ancien Rabbin en chef de France qui participe à la conférence, la question de faire la paix avec les voisins d'Israël n'avait pas de place dans l'ordre du jour de la conférence.


​​​​Rene a protesté sur le fait qu'il semblait que le mot « paix » soit un « gros mot » dans le discours public juif.


​​​​« Sans paix, le peuple Juif n'a aucun futur, » sont les paroles de Rene citées par Ha'aretz.


​​​​Le JPPPI a été fondé en 2002 par l'Agence Juive comme une institution indépendante chargé non pas de la recherche, mais de l'utilisation des informations disponibles pour conduire la planification du peuple Juif en général.


http://www.thepeoplesvoice.org/cgi-bin/blogs/voices.php/2007/07/12/elders_of_zionism_debate_ethnic_cleansin

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info





Samedi 14 Juillet 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires