Géopolitique et stratégie

La coopération Russie-OTAN n'est qu'une fiction (experts russes)


La coopération Russie-OTAN n'existe qu'en paroles, l'Alliance ne tenant compte ni de l'avis ni des préoccupations de Moscou quand il s'agit d'adopter d'importantes décisions, estiment les experts militaires russes à la veille d'une réunion du Conseil Russie-OTAN à Bruxelles.


Ria Novosti
Mercredi 25 Avril 2007



"Il y a eu énormément de rencontres et beaucoup de discussions, il y a eu aussi des repas fraternels, mais il y a eu également la poussée vers l'Est de l'Alliance de l'Atlantique Nord, des opérations militaires de l'OTAN contre la Yougoslavie souveraine, le déploiement de bases otaniennes dans l'espace postsoviétique et l'adhésion de nouveaux membres à l'Alliance... Ces dix dernières années, nous avons perdu beaucoup en matière de sécurité et n'avons presque rien gagné", a déclaré mercredi à RIA Novosti le général Leonid Ivachov, président de l'Académie des problèmes géopolitiques (Russie).

Le général Ivachov a évoqué la loi américaine sur le soutien de l'adhésion à l'Alliance de l'Ukraine et de la Géorgie parmi les résultats de cette "coopération".

"Les otaniens pratiquent nettement et de façon conséquente une politique d'avancement de leurs contingents et de leurs moyens de destruction vers nos frontières... Le potentiel militaire russe est de plus en plus entravé justement par celui de l'OTAN", a poursuivi l'expert.

Outre la rivalité militaire, la confrontation politique entre la Russie et l'OTAN s'aggrave de plus en plus.

"Nous assistons même aujourd'hui à l'activité d'un nouveau canal de guerre psychologique et informationnelle. Les nouveaux et futurs membres de l'Alliance sont en train d'accomplir une nouvelle tâche qui consiste notamment à rayer l'Union soviétique de l'histoire, à minimiser son rôle dans la victoire sur le fascisme, à la diaboliser comme une certaine force sinistre d'occupation et à ternir l'image politique et historique de la Russie", a indiqué M. Ivachov.

L'expert considère le Conseil conjoint permanent (CCP) Russie-OTAN comme une sorte de paravent qui dissimule l'absence d'affaires concrètes. Aussi propose-t-il de suspendre le travail du CCP.

Selon Alexandre Khramtchikhine, chef du département analytique à l'Institut d'analyse politique et militaire (Russie), le Conseil Russie-OTAN n'existe que pour montrer que les deux parties ne sont pas définitivement brouillées.

Commentant l'intention des Etats-Unis de déployer des éléments de leur bouclier antimissile en Europe, l'expert a supposé qu'il y avait là beaucoup de politique et de propagande.

La réunion du Conseil Russie-OTAN au niveau des ministres des Affaires étrangères aura lieu à Oslo le 26 avril prochain. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov y participera. La discussion y portera essentiellement sur les problèmes liés au déploiement envisagé d'éléments du système de défense antimissile des Etats-Unis (DAM/ABM) en Europe.


Mercredi 25 Avril 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires