EUROPE

La complicité de l’Europe dans le mal


Dans la même rubrique:
< >


Vendredi 11 Septembre 2009

La complicité de l’Europe dans le mal

VDARE, Paul Craig Roberts, 10 septembre 2009


      [Note de l’éditeur : Il s’agit de l’allocution de l’Honorable Paul Craig Roberts, titulaire d’un doctorat et Chevalier de la Légion d'Honneur, à la Conférence Mut zur Ethik, « Sovereignty or Imperialism » (Souveraineté ou Impérialisme), à Feldkirch en Autriche, le 5 septembre 2009.]


      Obama étant noir et membre d'une race opprimée, il est largement supposé qu’il imprégnerait sa politique étrangère d’une plus grande moralité que celle subie par le monde sous Bush et Clinton. Il s'agit d'un fantasme.


      Comme tout autre président des dernières années, Obama représente l’idéologie de l’« Exception » Américaine. Cette idéologie décrit les États-Unis en Nation Vertueuse et fournit la base de la croyance en leur droit, et même en leur devoir, d’imposer leur hégémonie au monde, par la corruption ou la force. La prétention en l'Exception Américaine produit une forme de patriotisme qui aveugle la population à l'immoralité des guerres d'agression de leur pays.


      Rien n'a changé sous Obama. Obama a intensifié la guerre en Afghanistan ; a entamé une nouvelle guerre au Pakistan ; a toléré ou soutenu le coup d'État militaire qui a renversé le président élu du Honduras ; construit 7 nouvelles bases militaires en Colombie, en Amérique du Sud ; poursuit la planification de divers projets militaires assurant l'hégémonie militaire globale des États-Unis, du style Prompt Global Strike initiative, destiné à donner la capacité de frapper n'importe où sur Terre en 60 minutes ; s'emploie à déstabiliser le gouvernement de l’Iran, avec l’option d’une attaque militaire toujours envisagée ; soutient le nouvel African Command militaire des États-Unis ; a l'intention d'encercler la Russie de bases étasuniennes dans les régions constitutives de l’ancienne Union Soviétique ; a dénaturé les troupes de l'OTAN en mercenaires des guerres d'agression étasuniennes.


      Comment devrait réagir l'Europe ?


      L'Europe devrait se désolidariser des États-Unis et passer dans l'opposition active à leur politique étrangère. Les Européens devraient exiger de leurs gouvernements qu’ils se retirent de l'OTAN, car il ne sert pas leurs intérêts. Les deux puissances militaristes agressives, les États-Unis et Israël, devraient être sanctionnées par l'ONU et l'embargo.


      Au lieu de cela, l’Europe se fait complice des crimes de guerre, étasuniens et israéliens.


      Du fait de la Guerre Froide, l'Europe est habituée à suivre le leadership étasunien. L’avantage financier du refuge fourni par la puissance militaire étasunienne anéantit l’indépendance des politiques étrangères européennes. En réalité, les pays d'Europe occidentale sont devenus des États fantoches des États-Unis.


      Comment ferait l'Europe pour échapper à une relation subalterne de plusieurs décennies ? Ce n’est pas facile. Les États-Unis sont habitués à faire la pluie et le beau temps et réagissent durement quand ils rencontrent de l'opposition. Par exemple, l'opposition française à l'invasion de l'Irak de Bush a provoqué la diabolisation immédiate de la France de la part des médias étasuniens et des membres du Congrès.


      Le gouvernement étasunien use de sanctions financières et menace d’ébruiter des informations personnelles sensibles, recueillies par ses réseaux d'espionnage mondiaux, pour discipliner tout esprit d’indépendance de la part des leaders européens.


      L'Europe est pour l’essentiel captive et contrainte de mettre les intérêts étasuniens avant les siens. Par conséquent, sauf si les Européens trouvent le courage de se débarrasser de leur état servile, l'Europe sera embringuée par le harcèlement dans de nouvelles guerres et en fin de compte entraînée dans une guerre dévastatrice contre la Russie. Un pays européen isolé n’a guère de pouvoir, mais l’action concertée serait efficace. Par exemple, pourquoi les Européens ne protestent-ils pas contre le criminel de guerre Tony Blair, qui a obtenu un poste dans l'Union Européenne ?


      L'attitude du régime Obama envers l'autodétermination et la souveraineté des peuples, c'est que ces concepts élevée sont des platitudes utiles pour masquer ses intérêts hégémoniques. L’argent et la propagande des États-Unis fomentent des révolutions « de velours » ou « colorées » qui transforment d’autres pays en leurs États fantoches.


      Des platitudes servent aussi à masquer le renversement des libertés civiles étasuniennes, comme l'habeas corpus, une règle de droit élémentaire, et l'interdiction de la torture et de la détention préventive.


      Pendant la Guerre Froide, l'un des piliers de la propagande étasunienne contre l'Union Soviétique fut l'impossibilité des citoyens soviétiques à voyage dans leur pays sans autorisation gouvernementale. Cet affront est désormais infligé aux citoyens étasuniens. À compter de septembre 2009, le citoyen étasunien ne peut plus voyage en avion dans son pays sans autorisation de l'Administration de la sécurité des transports.


      L'administration Obama a adopté les procédures de recherche du régime Bush. En vertu de ces règles, les ordinateurs, les téléphones cellulaires et les autres appareils des voyageurs peuvent être saisis pour des recherches qui peuvent prendre jusqu'à 30 jours. Si vous êtes en route pour une réunion et que votre présentation se trouve sur votre ordinateur, avec les numéros de vos contacts sur votre téléphone cellulaire, vous êtes dans la mouise jusqu’au cou.


      « La menace terroriste » est le prétexte pour ces pratiques gestapistes. Toutefois, il n'y a eu aucun acte de terrorisme dans le pays en 8 ans. Les quelques « complots » ayant conduit à des arrestations ont tous été initiés par des agents du FBI afin de faire perdurer dans l'esprit du public une menace inexistante. Pourtant, au mépris de tout danger terroriste réel, l'État policier continue à gagner du terrain. Vu l'ampleur de l'oppression étasunienne sur les gens à l'étranger, on pourrait s'attendre à bien plus de retour de flamme, en supposant que le 11/9 ne fut lui-même un coup monté de l’intérieur, conçu pour donner un prétexte aux guerres d'agression en Afghanistan, en Irak et au Pakistan.


      L'Europe doit regarder au-delà de la rhétorique politique vide sur la « liberté et la démocratie » et admettre l’émergence des chemises brunes de l'État américain. La démocratie se dérobe des États-Unis. Sa place est prise par une oligarchie de groupes d'intérêts puissants, comme la finance, par le complexe militaro-sécuritaire contre lequel le Président Eisenhower avait mis en garde, et par l’AIPAC. Les contributions des groupes d'intérêt aux campagnes politiques déterminent le contenu de la politique intérieure et étrangère. Un pays où le gratin politique est au-dessus des lois et peut violer impunément la législation contre la torture et la protection constitutionnelle des libertés civiles, n'est pas un pays libre.


      Les dirigeants politiques et le peuple des États-Unis ont besoin d'aide de l'Europe afin d'éviter la dégénérescence de leur particularité politique. La liberté étasunienne, ainsi que l'indépendance souveraine ailleurs dans le monde, ont besoin des critiques des politiques étrangers et intérieurs. Les médias étasuniens, qui ont été concentrés entre quelques mains pendant le régime Clinton, jouent le rôle d’un ministère de la propagande pour le gouvernement. Ce fut le New York Times qui rendit crédible la propagande néo-conservatrice et les documents falsifiés utilisés pour vendre l'invasion de l'Irak au public. Ce fut le New York Times qui resta assis pendant un an sur les preuves de forfaitures commises par le régime Bush quand il viola la Foreign Intelligence Surveillance Act. Il fallut attendre la réélection de Bush avant que le journaliste puisse imposer son histoire grâce à un éditorial de l'opposition.


      Les Étasuniens ont besoin des critiques de l'Europe pour compenser l'absence de médias indépendants chez eux. Ils ont besoin d'une aide extérieure pour arriver à comprendre l'immoralité de la politique de leur gouvernement, car ils ne reçoivent pas cette aide de leurs propres médias. Sans aide de l'Europe, ils sont incapables de retrouver l'esprit de liberté et de tolérance que leur ont légué leurs pères fondateurs. Les États-Unis eux-mêmes sont victimes de la quête de leur hégémonie internationaliste néo-conservatrice et libérale.


      Nous, aux États-Unis, nous avons besoin d'entendre beaucoup de voix nous dire qu'il est autodestructeur de se rendre semblable à l’ennemi pour vaincre l’ennemi. Comme l’ont appris les savants allemands sous Hitler et les Russes sous Staline, l’ennemi le pire et le plus dangereux, c’est l'ennemi interne, l’élite non tenue à rendre des comptes qui contrôle le gouvernement du pays.


      Si les États-Unis ont des ennemis opposés à la « liberté et à la démocratie, » ils doivent alors s'assurer eux-mêmes de ne pas sacrifier leurs propres libertés civiques et la souveraineté des autres peuples à une « guerre contre le terrorisme. » Le coût des actes terroristes est faible par rapport à celui de l'érosion des libertés civiques, qui prennent des siècles à être conquises. Bien plus de gens sont morts pour obtenir la liberté que dans des attentats terroristes.


      Quand leur gouvernement confisque les libertés de ses propres citoyens, les États-Unis ne peuvent se prétendre garants des libertés.


      Quand leur gouvernement use de tromperie pour attaquer d'autres pays sur de faux prétextes, les États-Unis ne peuvent se prétendre garants de la paix et de la démocratie.


      L’Europe, dont la culture fut détruite par les guerres du 20ème siècle, l'Europe, qui connut la tyrannie de l’extrême gauche et de l'extrême droite, a une légitimité en propre voix.


      L'Amérique a besoin d'entendre cette voix.



      Paul Craig Roberts fut ministre des Finances adjoint dans l'administration Reagan. Il est coauteur de The Tyranny of Good Intentions. Il peut être contacté à l'adresse : PaulCraigRoberts@yahoo.com.



Original : vdare.com/roberts/090910_europe.htm
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Vendredi 11 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par dik le 11/09/2009 22:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme l’ont appris les savants allemands sous Hitler et les Russes sous Staline, l’ennemi le pire et le plus dangereux, c’est l'ennemi interne,

Ibn Khaldoun l'avait déjà dit dans sa Moqaddima des lustres auparavant : "Le mal vient de l'intérieur, non de l'extérieur". Effectivement, les USA se font beaucoup de mal actuellement, tant sur le plan des libertés et de la démocratie que sur le plan économique, et, au-dessus de tout, sur le plan de l'éthique. Un autre sage arabe (dont le nom m'échappe) avait dit, lui :"Les peuples c'est leur éthique; si leur éthique disparaît, ils disparaissent".

2.Posté par AROMATIQUE le 11/09/2009 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’union soviétique a disparu, dîtes-vous ? Pas du tout.

Il est faux de dire que l’union soviétique a disparu, elle s’est délocalisée. Mais où exactement ? Eh bien faisons une enquête en appliquant la méthode d’élimination pour tous les pays du monde. On arrive à ce pays nommé par trois lettres : USA.

Dans ce pays, on constate les faits suivants :

a) diffusion de faux chiffres du chômage ;
b) l’économie vacillante va toujours bien ;
c) l’usage de la langue de bois ;
d) arrestations arbitraires de citoyens étasuniens (sources articles de journalistes américains d’investigation) ;
e) la presse entière est un porte-parole d’un certain groupe de pression (lequel ? suivez mon regard) qui forme de par l’uniformité de son idéologie un quasi parti unique ;
f) fabrication d’un ennemi imaginaire (le terrorisme « islamiste ») pour obtenir l’adhésion des prolétaires étasuniens à la politique agressive de la maison blanche ;
g) surveillance et mise sur écoute tous azimut de toute la société, avec fichiers informatiques sur les citoyens « égarés » ;
h) tout l’appareil de renseignement a pour but de manipuler, de semer le désordre, voir d’éliminer physiquement toute personne gênante (dans un pays normal, l’appareil de renseignement a pour but unique de surveiller l’intégrité du territoire) ;
i) la diffusion forcenée de fausses informations dans la société américaine et dans le monde entier donne aux USA l’aspect d’un empire du mensonge ;
j) suppression d’états démocratiquement élus par leurs peuples et substitution à ces états des régimes aux ordres de la maison blanche.

Tous ces faits existaient bel et bien dans l’ancienne URSS; on les retrouve intégralement aux USA.

Par conséquent, on peut dire que l’URSS s’est délocalisée aux USA.

3.Posté par VIRGILE le 11/09/2009 23:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher @ AROMATIQUE

Et bien oui ! Le Serpent n'a pas de frontière et comme il rampe de "gauche à droite" pour aller faussement "droit", il est effectivement des deux côtés. Douglas REED, dans son anthologie stupéfiante (La Controverse de Sion - dispo. en ligne) nous en fait une belle synthèse et nous donne de précieuses "clés" sur cet hydre sans frontière.

L'URSS est un pur produit talmudo-sioniste. Les dramatiques doctrines communistes athées, matérialistes, etc. (Marx, Trosky, etc...) ont ruiné et mortellement ravagées ce pays.
Alexandre Soljenytsine nous a laissé également un pavé d'anthologie (Deux siècles ensemble) et qui fait frémir tout homme devant l'effroyable manigance de ces "Juifs-Bolchevicks" qui ont assassiné plus de 30 millions de Russes dès 1917. (soit5 fois la Shoah tout de même !). Au passage, "ils" ont assassiné le dernier Empereur Russe Nicolas II ainsi que toute sa petite famille, dans un bain de sang bien programmé.

Nous apprenons que ce sont "les mêmes" qui ont financé, de "droite à gauche", aussi bien des "Rouges", Hitler que les Saxons. De Rotschild à Warburg, etc., et ce depuis leur coup génial d'instauration du papier de singe (FED 1913), "ils" n'arrêtent pas et ce n'est même plus un secret !!! Le derinier krak boursier, à l'instar de 1929 est mené en main de "Maître" ! Les mêmes encore ! C'est qu'ils sont persévérant les bougres !

Les Russes relèvent à peine la tête mais ils ont compris la leçon. Le problème est que ces "néo-bolchevicks", relookés "néo-cons" et autres sobriquets d'enfumade, ne démordent pas et veulent toujours se garder les "énergies" du Caucase (vieille affaire avec la famille Nobel, etc.) et ce n'est pas pour rien que tous les "pions sionistes" sont mobilisés pour "sécuriser" la région, de Bakou jusqu'au terminal israélien, en passant par la Turquie... L'Iran "gêne" leurs plan, il faudra les raser !

Ne soyez donc pas étonné des coups de griffes contre l'Ossétie, que ce soit par le pantin géorgien ou autre false flag à répétition dans "cette région". Rotschild avait acquis pour une poignée de cerises, d'immense champs pétrolifères sur le dos des russes caucasiens. Poutine récupère progressivement ces biens. Ca chauffe "en coulisse" car ils l'ont "Maussade" !

Il n'y a pas plus européens que les Russes, ces grands gaillards blonds aux yeux bleus. Mais ils ne veulent plus forcément être sous la fiente et le contrôle des talmudo-sionistes car ils pleurent encore leurs dizaine de millions de morts, tant de cette effroyable WWII aux profits des banquiers circoncis tout comme de leur famille impériale assassinée par ces fils du diable dit "zélus trosko-bolcheviks" et leur impitoyable "Polit Biro" qu'ils déplacent dans toutes les capitales occidentales actuellement sous forme de "Conseillers spéciaux" (non élus démocratiquement évidemment !).

Que justice soit faite et que cette "Europe" récolte ce qu'elle a semé" et que les "lucides" se lèvent !

4.Posté par la truie qui file le 16/09/2009 07:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Les USA ou le mythe du camp du bien et c'est une belle facade pour une noirceur eugéniste qui date de la fondation meme de l'etat par des colons venus d'europe et notamment tous les exilés de droits communs , c'est à dire tout ce que l'europe n'arrivait pas à assimiler .

Et le phénomene n'est ni nouveau ni reduit à ces tribus de tous peuples qui pretendent etre les garantes du bien en envoyant leurs brebis galeuses coloniser d'autres pays et d'autres peuples .

Les exiles politique evidemment il y a ceux qui ont tenté de communiquer une impulsion réellement ethique à la nation Américaine qui est parvenue ainsi à se forger une apparence crédible pour elle même et ensuite pour les autres . Quelle hypocrisie

Mais tout ceci est au prix d'un oubli magistral : Le GENOCIDE AMERINDIEN .

C'est à dire qu'en 200 ans les colons ont massacré ou fait massacré au moins 50 millions d'Amérindiens et leurs ont volés la terre de leurs ancètres , leur faisant signer des traité aussi faux que ceux qui ont fait naître une autre version de l''etat sioniste en plus grand ( pour l'instant ...)

Et ce n'est meme pas pour un pretexte de monothéisme puisque la religion naturelle des améréridiens à simplement ete ignoré , comme leurs coutumes leurs langue , leur ecriture .

La politique des colons se pretendant monothéistes est de qualifier ces population des "sauvages " donc "un bon indien est un indien mort" !

Et ce génodide continue encore , dans un lente invasion des etat indépendants du sud par des lobbies economiques piloté par ce nouveau grand etat "sioniste" ou simplement d'un impérialisme mortel pareil à tous les autres de l'histoire des monstres à face humaine de beni-oui-oui

Et il ne faut pas blamer seulement les anglosaxons , la seule Mine d'argent de Potosi en bolivie à vu mourir plus d'un million d'hommes et d'enfants depuis sa reprise par les colons bandits hispaniques ...


D'autres genocides continuent à grande echelle comme sur le continent africain qui par l'etat de misère et de délabrement de la population , la corruption de ces responsables politiques dés-formés à l'ecole technocratique européenne
du profit roi et de la négation de la vie humaine meme au sein d'elle meme .

Et le trafic d'esclave continue , 50 000 enfants dans les estimations les plus optimistes seulement dans un ou deux pays du sud ouest ..

Et ce vil traffic d'etre humain et bien il à existé meme avant la colonisation occidentale osez regardez qui etaient ces marchands qui prospèrent encore ...
Les bandits d'occidents l'ont seulement planifié et organisé avec les méthodes modernisées de la Rome impériale , et à une epoque il ne faut pas oublier qu'ils ont meme tenté d'utiliser tous les autres ethnies et meme la leur à l'occasion ...



Et si on regarde vers l'est l'ancienne russie le terme slave signifie Esclave , plus loin encore en chine c'est des milliers de peuples qui ont ete décimés ou éradiqué par des politiques imperialiste du type de l'invasion japonaise dont aucun historien occidental n'est capable de donner un seul chiffre .


Alors l'axe du mal , il n'est pas qu'en Europe il est partout et les criminels sont toujours dans le fondement les mêmes sur toute la terre :

Cette vermine des marchands pour commencer pour qui la vie humaine ne compte pas devant le profit et qui veut bien s'allier à l'autre excrement militariste qui malgré son profond mepris l'utilise pour etre son intendance et son fondement en temps de paix et pour le prochain conflit .
Et pour donner un semblant de bonne conscience à ces deux tetes de gorgones il en faut une troisieme : la religion !
Le monothéisme de facade pieuse cautionne et soutient en realité MOLOCH l'avaleur de peuples de Babylone meme dans toutes ses declinaisons terrestres .
La "bete" à defaut de pouvoir en engloutir d'autres finit toujours par avaler ceux qui l'ont alimentés par leurs crimes .

Alors la source du mal , il faut le chercher dans un seul lieu bien clos :

Le Petit humain doit scruter le fond de son coeur et débusquer toute ces ambitions dévorantes de l'EGO , qui sont les fondements de celles des tribus , celles des armées, celles des nations , celles des peuples , celle de l'espece humaine contre les autres especes
et c'est seulement à ce moment que la créature pourra commencer à regarder le véritable visage du divin en soi et dans l'univers qui s'appelle respect , partage, amour et ceci pas seulement cantonné à l'aspect anthropomorphe du divin sous des traits humains .

Et certains peuples ne s'y sont pas trompés , le divin pour eux pouvait tout aussi bien prendre la forme d'un Kraken , ou d'un oiseau comme celle d'un dauphin ..Les monothéistes bibliques crient à l'horreur alors que celle ci est avant tout dans la noirceur de leur coeur et pour la justifier dans son existence de vampire des "civilités"
Le divin unique est effectivement paré de toutes les formes de la vie et encore plus, d'ou la multiplicité des representations ou l'absence délibérée de celles ci ...

Et les bienheureux ceux qui comprennent cette abstraction , la violence disparait peu à peu de leur coeur et de leur comportement , on peut les avoir appelé sauvages alors qu'ils etaient simples ...



5.Posté par farid le 16/09/2009 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pensez- vous VIRGILE....que poutine,ahmedinedjad,chavez..ont de facon tres lucide compris ...et tentent par tout les moyens d'eviter ce piege ?peuvent ils cependant former un bloc ou se trouvera deriere eux tout les esprits libre qui veulent en finir avec cette ideologie imperialo-sioniste ?

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires