Economie

La charge de la dette française est le second poste du budget mais son service est le 1er depuis des années !

La vérité des chiffres dérange, rétablissons les comptes !


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 1 Décembre 2018 - 01:14 Finances : CumCum, CumEx... (sans CUMmentaire)



Pascal Franchet
Mardi 7 Décembre 2010

La charge de la dette française est le second poste du budget mais son service est le 1er depuis des années !
Une campagne idéologique mensongère
Les gouvernements qui se sont succédé depuis une trentaine d’année nous ont tous tenu le même discours : « la dette publique est abyssale, c’est le 2ème poste budgétaire, il faut réduire les déficits publics et la dette  ».
Ils ont même essayé (et essaient encore) un discours culpabilisant (« nous laisserons un fardeau pour les générations futures »).
Au nom de cette dette « abyssale », nos gouvernants n’ont pas décidé d’augmenter les impôts des grandes entreprises ou des ménages fortunés, ceux qui ont les moyens de contribuer à la chose publique, mais, bien au contraire, ils les ont diminués, en France comme tous les pays de l’UE, aux Etats-Unis et au Japon, diminuant ainsi les ressources de l’Etat et aggravant, année après année, le déficit budgétaire et empruntant pour boucher les trous. Par contre, ils ont privatisé à tout va, ils ont réduit les dépenses sociales, comprimé les dépenses publiques, réformé l’Etat et supprimé des centaines de milliers de postes de fonctionnaires dans la fonction publique.
Et depuis des années, les gouvernants nous assènent la charge de la dette comme étant le summum de la monstruosité cataclysmique, le tsunami qui risque fort de nous emporter si nous ne nous serrons pas la ceinture !
Nous, c’est aujourd’hui la grande majorité de la population qui subit les plans d’austérité.
Et alors que leurs moyens de contribuer se sont accrus avec les cadeaux fiscaux et autres éxonérations de cotisations sociales, rien n’est exigé des ménages les plus fortunés, rien n’est exigé non plus des grandes entreprises ou des institutions financières, pourtant responsables de la crise économique et fnancière mondiale.
En diminuant la part des salaires dans les richesses produites par le travail, en privilégiant les investissements spéculatifs plutôt que productifs, ils ont créé les conditions qui sont à l’origine de cette crise. Ce sont ceux-là qui spéculent aujourd’hui contre les dettes souveraines des pays de la Périphérie de l’Union Européenne et de la Zone Euro (ZE).
Au fait, c’est quoi cette « charge de la dette » ?
Pour les pays du Sud et dans les comptes du FMI et de la Banque Mondiale, on parle du service de la dette, c-à-d le total du capital remboursé et des intérêts d’emprunts servis au titre de l’année.
On compare ce chiffre avec d’autres éléments (PIB, exportation, etc.) pour apprécier la capacité de ces pays à rembourser la dette. C’est une présentation budgétaire qui intéresse avant tout les créanciers. Peu importe la misère des populations, peu importe aussi qu’un pays consacre 40% de son budget au service de la dette et entre 4 et 8% à l’action sociale (santé et éducation). L’important, pour les institutions financières internationales, est de mesurer sa capacité à honorer les contrats de prêt. _ Dans les pays dits développés, au Nord , on parle de « charge de la dette » dans les présentations des budgets. On se place du point de vue de l’emprunteur, ou plutôt on détourne l’attention sur l’emprunteur pour ne pas trop montrer les créanciers. Cette « charge de la dette » ne représente en fait que les seuls intérêtsservis aux détenteurs de créances envers l’Etat.
Pour beaucoup, y compris parmi les journalistes spécialisés (voir page suivante), les engagements financiers, la dette, la charge de la dette ou le service de la dette, c’est la même chose.
Et pourtant, dans les présentations du budget, le capital remboursé est totalement occulté.


Il faut rétabir la réalité des chiffres
Dans la letttre d’information de la revue Alternatives Economiques en date du 26 novembre 2010, on trouve la citation suivante : « La progression la plus marquante parmi les dépenses de l’Etat concerne ses engagements financiers (le paiement des intérêts et le remboursement de la dette) : ils progresseraient de 6,3% en 2011, pour devenir le premier poste de dépenses, devant l’enseignement hors pensions » [[http://www.alternatives-economiques...
Cette présentation est inexacte comme le montre le tableau 1 ci-dessous mais bien compréhensible si on tient compte de la campagne incessante sur cette question.
Tableau 1. Evolution en valeur et à périmètre courant des crédits de paiement de la mission (en euros) Source : commission des finances, d’après le projet annuel de performances
http://www.senat.fr/rap/l10-111-312...
Le service de la dette ( remboursement du capital et intérêts servis)…c’est pire encore !
En fait de « charge de la dette », la seule chose prise en compte dans le budget de l’Etat, ce sont les intérêts à payer au titre de l’année considérée. Mais qu’en est-il du capital ? Vous ne le trouverez pas dans les dizaines de pages des lois de finances, qu’elles soient initiales, rectificatives ou définitives.
Et pourtant, ces émissions de bons du Trésor, ces obligations, à moyen ou à long terme, comportent bien un terme à l’issue duquel le débiteur (l’Etat en l’occurrence) doit rembourser le capital prêté. Et ce remboursement, où est-il ?
Pour le trouver, il faut aller faire un tour du côté du site internet de l’Agence France Trésor qui gère la dette de l’Etat. (http://www.aft.fr/), ensuite dans la rubrique « le cadre budgétaire », ouvrir les onglets et choisir celui intitulé « besoins et ressources de financement ».
Année, par année (menu déroulant), vous trouvez comment l’Etat résout ses problèmes de financement.
Dans les sommes à payer (besoin de financement), vous trouvez avec le déficit budgétaire, le remboursement à effectuer du capital emprunté (remboursement appelé ici « amortissement, voir tableau 2. »).
http://www.aft.gouv.fr/aft_fr_23/ca...
Ainsi, pour 2010, l’Etat français a dû rajouter à un déficit budgétaire de 149,7Mds d’€ (qui inclut les intérêts de la dette à payer pour un montant de 42,5Mds d’€), les « amortissements » des dettes à moyen et long terme arrivant à échéance en 2010 pour un montant de 83Mds d’€. La charge de la dette (intérêts à payer) représente 96% des engagements financiers. Le service de la dette pour 2010 s’élève ainsi à 125,5 Mds d’€ (83+ 42,5) . (voir tableau 3 ci-dessous.)

1995-2011, le capital emprunté a déjà été remboursé 4,6 fois et il en reste encore 3 fois plus à rembourser !
En 1995, le stock de la dette publique s’élevait au 31 décembre à 431 Mds d’€. Fin 2011, le total cumulé des intérêts servis et des capitaux remboursés s’élèvera lui, à 2 013Mds d’€, soit 4,6 fois plus qu’en 1995.
Dans le même temps, la dette aura été élevée à 1 333 Mds d’€, soit plus de 3 fois le montant de 1995.
Les intérêts payés (658Mds d’€) représenteront plus de 2 fois le total des dépenses du budget général (285,7Mds d’.€ pour 2011).
La dette publique représente 37% des dépenses publiques !
La dette publique n’est pas le 2ème poste mais bien le 1èr. poste de dépenses publiques depuis des années. Ce qu’on nous présente comme « charge de la dette » ne représente que les intérêts d’emprunts. Les présentations budgétaires omettent d’afficher le capital remboursé, et ce n’est pas neutre.
Si nos économistes patentés, les « personnes autorisées » (pas par moi, se moquait le regretté Coluche), affichaient la réalité, sans doute notre perception de la dette serait différente, sa contestation prendrait des dimensions qui ne feraient pas plaisir aux dirigeants de l’Etat, tout dévoué au service des créanciers.
Montant en Mds d’€ ; en%
Le « camembert » présenté par le ministère du budget occulte totalement le capital remboursé.
Ce n’est pas uniquement un choix technique de présentation comptable mais un choix politique d’affichage.

Le service de la dette, c’est autant de moins pour l’action publique en 2011 !

- Plus de 3 fois le budget de l’enseignement scolaire !
- Près de 4 fois le montant dédié aux pensions !
- 6 fois les sommes allouées à la recherche et à l’enseignement supérieur !
- 8 fois le budget de la justice !
- 11 fois celui de l’écologie, l’agriculture et l’aménagement durable !
- 11,6 fois celui de la solidarité, l’insertion et l’égalité des chances !
- 12.5 fois celui consacré au travail et à l’emploi !
- Plus de 18 fois le budget de la culture !
Comment ne pas remettre en cause cette dette publique ?
Alors qu’on supprime en France plus de 30 000 postes de fonctionnaires par an, que l’Education Nationale est exangue, qu’on détruit les régimes de retraites par répartition pour les livrer à la capitalisation et aux assurances, que la recherche et l’enseignement supérieur souffrent cruellement de manque de moyens, que la justice n’a plus les moyens de fonctionner, que la mission « écologie » est totalement détournée de son objet, que la mission « solidarité, insertion, égalité des chances » relève de la déclaration d’intention, que le budget consacré à celle du travail et de l’emploi ne permet pas aux agents de faire leur travail correctement ni aux chômeurs de retrouver un emploi, et que la culture reste superbement ignorée, hormis les expressions de prestige ?
Publier les vrais chiffres de la dette, une exigence citoyenne à satisfaire !
Les éléments qui la constituent doivent être publiés.C’est un exigence que nous avons envers tous les gouvernements . Les présentations budgétaires ne doivent pas cacher l’ampleur du coût de la dette publique. La dette est publique, sa réalité doit être montré au public. De même, les bénéficiaires doivent être clairement identifiés. LE CADTM réclame l’instauration d’un registre des détenteurs de la dette et une totale transparence.
Rétablir la vérité des chiffres, pour mieux annuler la dette !
Cette dette publique est le produit direct des politiques néolibérales pratiquées depuis le début des années 1980. C’est en son nom que sont imposés les plans d’austérité qui frappe aujourd’hui les peuples européens. La question du défaut depaiement est posée.
Mais il serait dangereux d’attendre un défaut à l’initiative des créanciers. A coup sur, le montant de la dette ne diminuerait pas et un nouveau plan d’austérité accompagnerait sa restructuration au nom de « l’assainissement des politiques budgétaires ».
Un moratoire avec suspension du remboursement du capital et des intérêts doit être prononcé à l’initiative du pays débiteur. Aucun intérêt de retard ne doit être comptabilisé.
Une commission d’audit citoyenne doit examiner si cette dette a été contractée dans l’intérêt commun ou non. Les résultats de ses travaux doivent être rendus publics et être appropriés par les mouvements sociaux.
Sa légitimité doit être examinée et un gouvernement véritablement au service du peuple devra notifier l’annulation totale ou partielle comme le droit international le permet. Ce sera un des enjeux des élections présidentielles de 2012 en France. Les programmes des candidats doivent se situer clairement vis-à-vis de cette question.
«  Le « service » des intérêts opère ensuite un transfert de richesse au bénéfice des détenteurs des titres de la dette », dit à juste titre Jean Gadrey sur son blog pour Alternatives Economiques le 24 novembre dernier.
(http://alternatives-economiques.fr/....)
Annuler la dette jugée illégitime est indispensable pour contribuer à un réel transfert des richesses, mais cette fois en faveur de la grande majorité de la population.
Pour annuler, mobilisons nous à l’échelle européenne !
Mais cette démarche ne sera possible que si elle est soutenue par une mobilisation des peuples européens contre la dette et les plans d’austérité. Il y a là un enjeu considérable. Les tenants du pouvoir économique sont en phase avec l’Union Européenne et la BCE pour faire payer la crise aux salariés , aux jeunes et aux retraités.
En réponse, le CADTM et son réseau Europe proposent à tous les mouvements sociaux et tous les partis politiques qui, en Europe, sont convaincus qu’il faut développer une riposte populaire face à l’offensive que le Capital lance à la faveur de l’explosion de la dette publique, d’organiser ensemble la bataille des idées et la mobilisation unie à l’échelle europénne contre la dette et les plans d’austérité.
C’est tous ensemble et en même temps que nous devons lutter !



Mardi 7 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par thierry3468 le 07/12/2010 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Soyons courageux et refusons de payer cette dette .....Les banques vont-elles saisir la Tour Eiffel et l'Elysée? Cette dette est l'alibi pour faire passer toutes les réformes impopulaires et de privatiser tout ce qui reste du secteur public.Le scandale d'EDF est la preuve qu'il y a la volonté de privatiser des pans entiers des ressources nationales qui ont été financées par les Français.Un État ne peut pas être en faillite alors que les banques oui .Soyons solidaires et reprenons le pouvoir que nous avons donné aux banques .Le système financier est devenu fou et il convient de le ramener à la raison,de lui ôter cette mégalomanie qui crée de la misère de masse pour enrichir une petite minorité décadente .La lutte est quotidienne et chacun peut agir à son niveau.Le bank run n'est qu'un début de cette résistance citoyenne face à la finance et ne doutons pas de notre victoire car nous avons le pouvoir de changer le monde....

2.Posté par ROBERT GIL le 07/12/2010 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’argumentation de la dette publique n’est qu’un prétexte pour justifier de nouvelles privatisations. Un gouvernement qui baisse les impôts des plus riches et qui multiplie les cadeaux sans contrôle ni contrepartie, ne peut s’étonner de la hausse du déficit de l’Etat. Plus de 45 milliards d’euros transitent chaque année des finances publiques vers les caisses des banques ou des individus qui détiennent des bons du trésor.


La dette publique ne vient pas d'une hausse des dépenses, mais d'une baisse des recettes. L'État dispose d'un moyen dont les particuliers sont dépourvus : il fixe lui-même ses recettes par l'impôt, alors que ce n'est pas nous qui décidons de nos salaires ! Et quand on limite soi-même ses propres recettes, il faut bien trouver d'autres sources de financement : c'est l'emprunt. Et à qui emprunte-t-on sous forme d'obligations du Trésor ? Aux plus riches évidemment ; si au lieu de faire payer les plus riches par les impôts, le gouvernement leur emprunte, cela ne peut qu’aggraver le déficit ! Alors, pour payer, il faut vendre EDF, GDF, autoroutes, ouvrages d’art, patrimoine administratif, industriel etc. Il faut vendre nos services publics aux services privés, réduire les effectifs de la fonction publique et nos dépenses sociales, fermer nos maternités, nos hôpitaux. Il faut ouvrir le secteur public au secteur marchand.


L'Etat n'est plus qu'une courroie de transmission qui sert à enrichir les riches et appauvrir les pauvres.

conscience citoyenne responsable

3.Posté par Anita1945 le 23/02/2011 07:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Site : les moutons enragés - Les moutons en ont marre, ils s'informent ! ! !
La POSTE, sans Employé, en Tests en FRANCE.
Publié : le 22/02/2011 par Benji dans Actualité générale.

Officiellement, c’est pour lutter contre les braquages, la Poste teste des Agences sans employé, officieusement, cela va permettre de virer nombre d’employés devenus inutiles, une grosse économie pour l’ETAT qui suit la Méthode déjà mise en place par les grandes Banques Mondiales.
Le chômage doit exploser dans les mois à venir, l’U.M.P. veut virer 80 % des fonctionnaires, certains Députés veulent baisser le S.M.I.C. de 25 %, bref, les économies souhaitées par le Gouvernement vont faire mal, et le coup du Bureau de Poste sans employé n’est, en aucun cas, une bonne Nouvelle…
Comment dissuader les braqueurs de s’attaquer aux bureaux de Poste ?
En les privant de tout butin potentiel.
En Seine-et-Marne, la Poste est en train de déployer son nouveau concept de Bureau sans argent, testé depuis quelques mois en Provence, dans le Nord, et dans certains départements d’Ile-de-France.
Le premier vient d’être inauguré à Mitry-Mory.
Un autre sera mis en place au Bureau Principal de Savigny-le-Temple en Novembre,
mais aussi à Roissy-en-Brie, Combs-la-Ville et dans un
quatrième Bureau encore inconnu pour l’instant.
Ces Sites ont été choisis :
« car ils ont été la cible de vols à mains armées répétés », confie-t-on au sein de la Poste.
« Concrètement, le client souhaitant déposer ou retirer de l’argent liquide se rendra au guichet, où l’Employé lui remettra une « carte encodée à usage unique ».
« Ensuite, direction un automate dédié ».
Il n’y aura plus de manipulation d’argent entre le guichetier et le client », explique l’enseigne.
Les Postiers auront ainsi des fonds de caisses beaucoup moins fournis qu’actuellement.
Ils garderont ,toutefois, un peu de monnaie car certaines opérations simples utilisant de petites sommes (achat de timbres, envoi en recommandé…) pourront toujours s’effectuer à leur niveau.
« Mais la plupart des clients utilisent les machines en libre service pour ce type d’opérations. »
Pour compléter ce dispositif, la Poste Principale de Savigny deviendra un minibunker avec l’installation d’
« enceintes sécurisées protégeant au mieux le bureau, la caisse, les automates… ».
Mais la Direction refuse d’en dire plus :
« Nous ne voulons pas divulguer tout ce que nous mettons en place. On voudrait éviter de trop renseigner les éventuels agresseurs. »
Côté Syndicats, on n’approuve qu’à moitié la mesure :
« Renforcer la Sécurité, c’est bien.
Mais le Bureau sans argent de Mitry vient seulement d’ouvrir, nous n’avons pas encore le recul nécessaire pour voir si c’est efficace. Nous regrettons que la Poste installe de plus en plus d’automates et retire certaines Missions à ses guichetiers », s’insurge Patrick Brunon, Secrétaire Départemental Adjoint du Syndicat SUD-PTT 77, qui craint que le Bureau sans argent ne devienne un Bureau sans Agent.
LE PARISIEN.]b

4.Posté par nabs le 23/02/2011 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

elle a bon dos la crise,dans les medias on nous la sort constamment pour justifier tout et n'importe quoi!
il faut cibler clairement les responsables (wall street &consort,banksters,traders....) et leur demander
des comptes..!se debarasser de ce systeme capitaliste moribond et criminel..systeme qui fait croire au population que n'importe qui peut devenir riche,foutaises c'est tjrs les memes qui profitent de ce systeme(que les gens sont credules..in fine c'est tjrs le casino qui gagne)!!
il faut empecher les speculateurs de nuire sur les denrées alimentaires de base (blé ,mais,sucre...... )car ce sont les pires voyous et recuperer l'argent volés..renationaliser les ex-grandes entreprise d'etat (edf, veolia ,gdf etc....)!!!
reveiller les français resignés et touchés par un abrutissement generalisés..qu'ils arretent de ne penser qu'a
preparer leur vacances d'hiver ,d'été,j' ai l'impression ke c'est des gosses qui ne pensent qu'a se distraire,
danser,jouer,regarder les jeux tv!!! en attendant le match des presidentielles prevu par l'oligarchie se met
doucement en place:20tour à ma gauche l'imposteur DSK et à mon extreme droite sa faire valoir M.LEPEN..
le resultat est connu d'avance DSKsera president en 2012..français continuer à skier et à bronzer!!!!

5.Posté par abeilles le 23/02/2011 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Anita 1945
Le Crédit Agricole de Melun voila plus d'un an qu'il n'a plus de guichet avec argent que par carte Bancaire ,les grande surfaces de plus en plus de Caisses sans Caissière ,une machine pour carte et pour billet ,elle vous rend la monnaie
Mais es-que nos enfants a part la Dette faramineuse ,car depuis que nous avons donné aux Banques de faire notre monnaie ,elles nous ont Ruiné l'Etat vend ,il ne nous restera plus RIEN
Avis aux Acquéreurs
1 ?? Une maison d'Arrêt
localisation 56 boulevard Jacques Cartier 35000 Rennes Ille -et-Vilaine
superficie 13.470 m²
2,??Un central téléphonique enterré
localisation Lieu-dit "La Seyte "05100 Briançon Hautes Alpes superficie 1200m²
3 ,?? Le domaine thermal de Vichy
localisation avenue Eisenhower Vichy Allier description Bueux ,boutiques Centres thermaux hôtels restaurats et sources ,si vous portez acquéreur vous devrez continuer d'exploiter le omaine ????
4??l'Hôtel de la Marine ,Place de la Concorde Paris75008 SUPERFICIE 5518 m²
il y a un problème Gisgard d'Estain a signé la pétition des Amis de l'Hôtel de la Marine ,moi aussi ,et mes Amis
5? Un fort à Briançon Lieu-dit l'Infernet ,05100 Briançon terrain 95320 m²
6,?? Une base Aérienne Lieu-dit Untere-Hart 68890 Meyenheim Haut Rhin
superficie 3840 km² et 101 km² de bâtiments
7 ,;; Un Stand de Tir
localisation chemin de Panazol 87350 Panazol Haute-Vienne
8..?Un fort des XVIIe et XIXe siècles localisation Le fort 50460 Querqueville Manche
terrain 6 hectares Ce fort est constitué de plusieurs bâtiments protégés par des douves et des remparts
9 ?? Un ancien Tribunal d'Instance
24 rue du Maréchal Foch 67260 Sarre-Union Bas Rhin terrain 1974 m² et bâtiment 764m² 484 m² au sol
10??Un champ de tir et de manoeuvres
localisation Lieu-dit Bois de Crisolles ,60400 Crisolles Quesmy Oise
terrain 1850km² et bâtiment 555m²
11 ?? Un fort dans les Ardennes
localisation Lieu-dit Fort de Charlemont 08600 Givet
superficie 876 km² et de bâtiment de 17769 m²
A cette allure que va t'il rester a nos enfants ,pourquoi se battre ;pour défendre dire que nos anciens sont morts ,pour sauvegarder notre Patrimoine
OU EST PASSE L'' ARGENT DE NOTRE PATRIMOINE

6.Posté par aviseur le 21/11/2012 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et si on nous mentait question déficit! Comme sur le reste.......


Mais que voulez vous à la fin. Vous voulez finir comme la Grèce?

http://aviseurinternational.wordpress.com/2012/11/21/la-une-de-keg-des-unes-du-21112012-mais-que-faisons-nous-devant-ce-qui-nous-attend-lexemple-de-la-grece-est-pourtant-eloquent/

Cordialement

Aviseur

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires