Politique Nationale/Internationale

La chancelière allemande Merkel courtise Bush



Le 4 janvier, la chancelière allemande Angela Merkel (CDU, Union démocrate chrétienne) fit une courte visite à Washington. Quelques jours seulement après que le gouvernement allemand eût assumé la présidence de l’Union européenne, la chancelière avait voulu discuter la future politique européenne avec, selon ses propres mots, « son partenaire transatlantique le plus important ».


Ulrich Rippert
Jeudi 11 Janvier 2007

La chancelière allemande Merkel courtise Bush

Par Ulrich Rippert



Cette rencontre de quatre heures se solda au concret par bien peu de choses. Le plus grand souci de Merkel avait été d’être vue aux côtés du président américain et de lui offrir une coopération et un soutien accrus au Proche-Orient. Elle accompagna sa proposition de relancer le soi-disant Quartette sur le Moyen-Orient, composé de l’Union européenne, des Etats-Unis, de la Russie et des Nations unies, d’un clair soutien de la politique américaine dans cette région.

Merkel souligna le fait qu’elle utiliserait ses fonctions de présidente de l’Union européenne pour obtenir que les gouvernements européens s’engagent plus fermement aux côtés de Washington et elle formula quelques-uns des objectifs centraux de la politique européenne, tel que l’adoption d’une solution à deux Etats dans le conflit israélo-palestinien.

Malgré le fait que les pires craintes de nombreux européens soient devenues réalité en Irak, la guerre commencée par Bush ayant entraîné un désastre social et politique, Angela Merkel s’est abstenue de toute critique vis-à-vis de la politique américaine. Elle préféra user de formulations extrêmement vagues comme celle-ci : « Bien que l’Allemagne n’ait pas de présence militaire en Irak, nous avons un profond intérêt à ce qu’une situation plus pacifique advienne en Irak où les gens n’aient plus à craindre pour leur vie. »

Merkel avait, quelques jours auparavant, fait des déclarations évasives du même genre à propos de l’exécution de Saddam Hussein, bien que cette dernière n’eût été qu’un lynchage public. Une déclaration lapidaire publiée sur le site Internet officiel de la chancellerie dit que l’ancien dirigeant irakien a été condamné par un tribunal irakien et ce jugement exécuté. « Nous respectons ce jugement », y dit-on encore.

La chancelière ajoutait deux phrases à une déclaration selon laquelle le gouvernement allemand était « contre la peine de mort » : « Un jour comme celui-ci mes pensées vont avant tout aux nombreuses victimes innocentes de Saddam Hussein. Je souhaite au peuple irakien d’aller vers la paix et d’être libéré de la violence ».

Après trois ans et demi de guerre et d’occupation militaire par l’armée américaine et qui ont coûté la vie à des centaines de milliers d’Irakiens, dont beaucoup de femmes et d’enfants, ces vœux pieux de Merkel ne peuvent être considérés que comme le comble du cynisme.

En réaction aux flatteries de Merkel, Bush répliquait : « C’était une bonne idée de la part de la chancelière de réunir le Quartette » et, lors d’une conférence de presse, commune il fit cet éloge de la chancelière : « J’écoute beaucoup Angela Merkel. Elle a beaucoup de sagesse ».

Il annonça que la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice irait sous peu au Moyen-Orient. Merkel répondit qu’en tant que présidente de l’Union européenne elle se réjouissait de la future coopération avec Rice. Selon Merkel, il y aurait « une très étroite coordination ».

Il n’est pas inutile de noter que les déclarations de Merkel à Washington représentent une rebuffade du ministre des Affaires étrangères allemand, Frank Walter Steinmeier, (SPD, Parti social démocrate). Celui-ci avait essayé d’inclure la Syrie et le Liban dans la recherche par le Quartette d’une solution à la crise du Moyen-Orient. A la fin du mois de décembre, alors que le gouvernement allemand se préparait à prendre la direction de l’Union européenne, Steinmeier avait été à Moscou pour discuter avec le président russe d’une nouvelle initiative concernant le Moyen-Orient et incluant une coopération avec la Syrie.

Il n’est pas encore bien clair, dans quelle mesure les positions défendues par la chancelière allemande et son ministre des Affaires étrangères représentent des divergences réelles ou simplement une division du travail entre la chancellerie et le ministère des Affaires étrangères, destinée à maintenir la politique traditionnelle de l’Allemagne qui est de balancer entre l’Ouest et l’Est.

Dans son édition online le quotidien munichois Süddeutsche Zeitung écrit à ce propos : « Du bout des lèvres et le visage grave la chancelière démentit à Washington des considérations lancées par le ministère des Affaires étrangères, à savoir qu’une extension du mandat du Quartette au Liban et à la Syrie offrait plus de chances d’obtenir une paix régionale. “Je pense que le Quartette travaille déjà au maximum de sa capacité” se défendit la chancelière. On a déjà offert de nombreuses chances à la Syrie. Ces chances n’ont malheureusement pas été saisies ». Le président Bush acquiesça avec reconnaissance cette ligne dure de la part de l’Europe, qui lui donne un soutien important aux Etats-Unis mêmes, aussi pour ce qui est du conflit à propos de sa future stratégie en Irak. »

Au lieu d’une coopération avec la Syrie, le Liban et l’Iran que préconise la Russie, Washington vise selon toute apparence une collaboration plus étroite avec les régimes de l’Arabie Saoudite, des Emirats arabes unis et de la Jordanie afin d’augmenter la pression sur les sunnites en Irak.

Une fascination pour la violence et la répression

Les efforts de Merkel pour s’attirer les bonnes grâces de Washington ne sont rien de nouveau. L’actuelle chancelière a depuis le début eu une position non critique vis-à-vis de la politique guerrière de Bush. Elle ressemble en cela aux membres des nouvelles élites dirigeantes de l’Europe de l’Est qui s’engagèrent dans la politique dans la période de l’effondrement des régimes staliniens et dont l’enthousiasme pour le capitalisme est étroitement lié à une fascination pour le type d’enrichissement effréné et de politique guerrière incarnés par les Etats-Unis. Elle est aussi peu touchée par les droits démocratiques fondamentaux de la population que par le droit international.

Le président américain a réagi à sa défaite aux élections du Congrès en novembre et à la vaste opposition à la guerre en Irak qu’elles représentent en préparant l’envoi de troupes supplémentaires et en intensifiant la guerre. Cela impressionne Merkel et lui en impose.

Les embrassades et l’échange mutuel d’éloges et d’amabilités entre Bush et Merkel jettent une lumière crue sur la présidence allemande de l’Union européenne. Comme Bush aux Etats-Unis, Merkel et son gouvernement CDU, SPD et CSU (Union sociale chrétienne) de « grande coalition » sont confrontés à la résistance croissante de la population allemande. L’annonce par Merkel et Steinmeier qu’ils imposeraient la Constitution européenne contre toute opposition montre bien la direction prise.

Pour parler en termes simples, la guerre en Irak et son extension aux territoires palestiniens, au Liban et peut-être bientôt à la Syrie et à l’Iran marquent le retour à une politique impérialiste sous sa forme la plus brutale et la plus agressive. Cela ne se limite pas à la politique étrangère. Dans l’Europe de l’après-guerre, une politique étrangère moins agressive était liée étroitement à la paix à l’intérieur sous forme de partenariat social et d’un vaste rééquilibrage social. Le retour à la tyrannie impérialiste est lié à une politique destinée à détruire tout ce qui reste du système social européen.

Les cajoleries de Merkel à l’adresse de Bush montrent clairement que, nonobstant quelques voix isolées qui dénoncent « le capitalisme prédateur américain », l’élite politique européenne représente des intérêts économiques et politiques similaires à ceux de la classe dirigeante américaine et qu’elle aura recours à des mesures du même genre pour faire avancer ses intérêts. Cela annonce des deux côtés de l’Atlantique un nouveau stade d’attaques virulentes des droits démocratiques et sociaux.

(Article original paru le 6 janvier 2007) wsws.org


Jeudi 11 Janvier 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires