Conflits et guerres actuelles

La boucherie de Gaza : un nouvelle avatar de l'Allemagne nazie



gai_chat@yahoo.fr
Dimanche 11 Janvier 2009

La boucherie de Gaza : un nouvelle avatar de l'Allemagne nazie

SOTT.net
Samedi 3 Janvier 2009

israeli_raid_on_gaza

Quasiment tout a déjà été écrit sur le massacre des Palestiniens de Gaza qui dure depuis huit jours. En effet, que dire de plus alors qu'il apparaît clairement que le gouvernement israélien ignorera royalement toutes pétitions, implicites ou explicites visant à stopper ces meurtres de masse.

Au moins 450 morts à ce jour (selon d'autres rapports ce chiffre est plus proche de 500), dont de nombreux civils, des femmes, des enfants, des jeunes et des personnes âgées, le reste étant des policiers ou des membres du Hamas. Au moins 2 000 blessés, dont la plupart trop grièvement pour survivre ou être soignés dans les hôpitaux de Gaza soumis à un blocus total. En résumé, au cours de huit derniers jours, l'État d'Israël a tué approximativement 500 Palestiniens innocents et en a grièvement blessé 2 000, et les dirigeants des plus grandes démocraties de la planète demeurent quasiment silencieux. Ne soyez pas dupé par les comptes-rendus des médias de masse, chaque Palestinien mort ou blessé suite aux bombardements israéliens est innocent. Lorsque des individus sont dépossédés de leurs terres, de leurs ressources et de leurs foyers, voient leur patrie occupée, sont périodiquement éliminés et régulièrement soumis à des famines, agissent afin de résister et de se défendre, ils ne sont en rien coupables ils protègent leurs droits tels qu'établis par la Déclaration des Droits de l'Homme et les conventions internationales.


Le gouvernement israélien et ses laquais au sein des médias de masse sont toutefois prompts à semer la confusion autour de cette vérité indéniable. Ils tentent de présenter en des termes bien vagues le tir au pigeon orchestré à Gaza. Il est souvent fait mention des «violences» à Gaza et de leur chiffrage. Considérez ce titre et cette synthèse diffusés par CNN suite à la première journée de bombardement:

Obama et Rice discutent des frappes contre Gaza

Samedi, le président élu Barak Obama s'est entretenu avec la secrétaire d'État Condoleezza Rice au sujet des violences à Gaza, qui ont fait 225 victimes, d'après les déclarations de deux représentants du plan d'aide pour une transition démocratique.

Vous voyez? Ce sont les «violences à Gaza» qui ont tué des Palestiniens, et non pas la politique du gouvernement israélien et ses avions de guerre.

Le même jour une dépêche de Reuters a au moins mentionné les termes «Israël» et «tuer» dans un même titre.

Les bombardements israéliens ont tué de nombreuses personnes à Gaza.

Mais les 229 personnes tuées par Israël devinrent pour quelques raisons «de nombreuses personnes». Il fallait lire le reste de l'article pour découvrir que «nombreuses» signifie «des centaines» dans la langue de Reuters.

GAZA (Reuters) - Samedi les avions de guerre israéliens ont bombardé la bande de Gaza administrée par le Hamas, tuant au moins 229 personnes au cours d'un des jours les plus sanglants pour les Palestiniens au cours des 60 années de conflit avec l'État d'Israël.

Dans le contexte de l'état déplorable de notre monde, le fait que les Palestiniens soient éliminés sans discrimination peut sembler secondaire aux yeux de l'Occidental moyen. Après tout, au cours des dernières semaines des milliers d'Ougandais ont été tués par les rebelles de la LRA (pour prendre un exemple de massacres parmi tant d'autres). Aux yeux du citoyen lambda d'un pays occidental, les souffrances des Ougandais sont-elles moins importantes que celles des Palestiniens? Oui et non. D'un point de vue humanitaire, elles ne sont pas plus négligeables, mais d'un point de vue politique et social, les crimes contre l'humanité commis à Gaza sont plus importants. En tant que citoyen d'une grande démocratie occidentale, vos dirigeants politiques et les médias de masse tentent de vous faire croire que les actes d'Israël et de son armée sont justifiés et que même lorsqu'ils larguent des bombes d'une tonne sur les maisons palestiniennes, l'État d'Israël demeure, comme l'a récemment déclaré George Bush, «une lumière au-dessus des nations» et une nation démocratique amie. On ne vous demande de croire que les rebelles de la LRA sont autre chose que des psychopathes sanguinaires (quoique secrètement soutenus par les gouvernements occidentaux). Sont en jeu (hormis les vies de Palestiniens innocents) votre conscience et votre capacité à détecter les mensonges flagrants et délétères lorsque vous les lisez ou les entendez. En jeu également, une dernière chance, peut-être, de comprendre la véritable nature des gouvernements démocratiques occidentaux.

J'ai déjà souligné que l'on (des sites alternatifs comme SOTT) avait déjà quasiment tout dit à propos de la destruction de Gaza et de ses habitants. Quasiment tout de ce que vous devez savoir pour comprendre la situation réelle de Gaza est disponible dans les articles ci-dessous - quasiment tout mais pas tout. Il y a un détail qui (à ma connaissance) n'a pas été abordé, mais qui est crucial si l'on veut comprendre la véritable teneur du mensonge proféré par l'État d'Israël.

Le gouvernement israélien prétend que le Hamas a récemment rompu le cessez-le-feu et s'est mis à tirer des roquettes sur Israël, et que le bombardement de Gaza par l'armée de l'air israélienne vise à stopper le tir de roquettes par le Hamas.

La vérité est que le 4 novembre 2008 Israël a rompu un cessez-le-feu de cinq mois et demi avec le Hamas en assassinant 6 représentants du Hamas à Gaza. Remarquez la date retenue pour ces meurtres (jour des élections aux États-Unis). Comme rapporté récemment par Haaretz, les attaques contre Gaza étaient prévues depuis six mois. Le gouvernement israélien a également rompu de manière flagrante les termes d'un accord signé en novembre 2005 stipulant qu'avant la fin 2006, 400 camions transportant des produits d'exportation seraient autorisés à quitter Gaza chaque jour. Aucun produit n'a été autorisé à quitter Gaza et des apports de nourriture et de médicaments vitaux ont été régulièrement bloqués au cours des 4 dernières années, faisant souffrir la majorité des 1,5 millions d'habitants de Gaza de sous-nutrition.

Israël affirme que les roquettes artisanales propulsées par du sucre qui quittent laborieusement Gaza vers les environs des villes israéliennes situées à proximité et qui généralement s'écrasent loin de leurs cibles sans faire de dégâts, sont la cause du conflit. Ces roquettes sont manifestement rudimentaires et après tout ce temps les Palestiniens doivent bien réaliser que ces armes sont inutiles dans la lutte contre l'occupation israélienne de leur pays. Plus encore, chaque Palestinien doit bien réaliser que le moyen le plus sûr d'augmenter les chances que les membres de sa famille et lui-même soient déchiquetés par un missile israélien est de continuer à lancer des roquettes inefficaces vers Israël. Par conséquent, la VÉRITABLE raison d'être de ces roquettes est de justifier la poursuite du massacre et des violences en général à l'encontre du peuple palestinien.

La déduction logique est donc que ce n'est pas le Hamas mais l'État d'Israël lui-même qui lance des roquettes depuis Gaza vers Israël. En octobre dernier, un haut dirigeant du Hamas déclarait la même chose:

Albawaba.com

Dimanche 12 octobre 2008

Mardi, les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza ont interpelé des individus qui tiraient des roquettes sur Israël depuis les territoires palestiniens et ce, en violation de la trêve qui dure depuis sept semaines. Ils les ont qualifiés de collaborateurs à la solde d'Israël. Le Dr Mahmud Zahar, un haut dirigeant du Hamas a déclaré: «Je pense que les responsables de ces tirs de roquettes sont ceux qui collaborent avec Israël car il y a un consensus entre tous les groupes palestiniens visant à respecter la trêve».

Lundi, une roquette tirée depuis la bande de Gaza s'est écrasée dans un champ, au sud d'Israël en périphérie de la ville de Sderot, sans causer ni blessures ni dégâts.

Selon l'AFP, Zahar a déclaré sur une station de radio de Gaza que les individus qui ont lancé ces roquettes sont «liés à Israël puisque qu'ils offrent un prétexte d'exercer des pressions sur le peuple palestinien».

À la suite de cet incident, Israël a fermé mardi le passage de Nahal Oz qui sert à approvisionner Gaza en carburant ainsi que le poste de Sufa par lequel la nourriture atteint ce territoire isolé et appauvri. De son côté, Jamal Al-Khudari, membre du Parlement palestinien et chef du Comité Contre le Siège de Gaza, a dénoncé fermement mardi la décision israélienne de fermer les points de passage, soulignant que les passages commerciaux de la bande de Gaza sont déjà fermés malgré l'absence de violences.

En juin 2008, reconnaissant qu'il ne savait pas qui tirait les roquettes de Gaza vers Israël, le Premier ministre palestinien Ismail Haniyeh a demandé aux factions de maintenir le cessez-le-feu.

Que des agents de l'État d'Israël soient derrière la plupart si ce n'est toutes les «roquettes du Hamas» est une conclusion raisonnable et en cohérence avec la tendance depuis longtemps avérée du gouvernement israélien à créer de toutes pièces le terrorisme musulman.

Par exemple:

Le Yémen démantèle une cellule terroriste liée à Israël

BBC News

7 octobre 2008

Le président yéménite Ali Abdullah Saleh a déclaré que les services de sécurité avaient arrêté un groupe de prétendus militants islamiques liés aux services secrets israéliens.

M. Saleh n'a pas précisé quelles preuves avaient permis de démontrer les liens entre ce groupe et Israël, un ennemi régional du Yémen.

D'après des sources officielles, ces arrestations ont eu lieu suite à l'attaque de l'ambassade des États unis à Sanaa le mois dernier qui a tué 18 personnes,

Le ministre des Affaires étrangères israélien a rejeté ces accusations comme «totalement ridicules».

«Une cellule terroriste a été démantelée et sera présentée aux autorités juridiques eu égard à ses liens avec les services secrets israéliens», a déclaré M. Saleh au cours d'une rencontre à l'université al-Mukalla dans la province de Hadramawt.

Et selon le Yemen Observer:

Le président Saleh a révélé lundi que les services de sécurité yéménites avaient démantelé un réseau d'espions arabes à la solde d'Israël. Il a révélé cette information pendant son discours à l'université Hadhramout devant le Premier ministre, des membres du conseil de la Shura, des membres des conseils locaux, des universitaires, des militaires et des responsables de la sécurité.

D'après le président, dès que les enquêtes seront terminées, les individus suspectés d'espionnages seront jugés dans le cadre d'un procès public.

D'après des sources issues des services de sécurité politique et nationale, le réseau était constitué de 40 personnes originaires de différentes nations arabes et espionnant pour le compte du Mossad, le service secret israélien. Pour entrer au Yémen, les membres de ce réseau d'espionnage ont fait valoir des activités commerciales et touristiques et même l'enseignement religieux dans des mosquées. Saleh a déclaré que ces individus suspectés d'espionnage formaient une cellule terroriste qui utilisait aussi l'Islam pour atteindre ses cibles.

Et aussi cet article du Sydney Morning Herald datant de 2002 :

Des Palestiniens arrêtent des individus se faisant passer pour des membres d'Al-Qaïda

8 décembre 2002

Un haut responsable a déclaré hier que les services de sécurité palestiniens avaient arrêté un groupe de Palestiniens pour avoir collaboré avec Israël et s'être fait passer pour des agents du mouvement terroriste d'Osama Ben Laden, Al-Qaïda.

Ces arrestations se sont produites deux jours après qu'Ariel Sharon, Premier ministre israélien ait accusé des militants d'Al-Qaïda d'opérer depuis Gaza et le Liban.

«L'autorité palestinienne a arrêté un groupe de collaborateurs qui ont avoué travailler pour Israël et se faire passer pour des agents d'Al-Qaïda au sein des territoires palestiniens», a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat.

Il a déclaré que ces individus suspectés de collaboration «avaient pour objectif de discréditer le peuple palestinien, de justifier tous les crimes perpétrés par Israël et de légitimer le lancement d'une nouvelle agression (militaire) dans la bande de Gaza.»

Et aussi cette dépêche:

L'armée libanaise a neutralisé une «cellule terroriste» mise en place par le Mossad.

Mercredi 14 juin 2006

Beyrouth - L'armée libanaise a déclaré qu'elle avait capturé les membres d'une cellule terroriste suspectée de travailler pour le Mossad et qu'un des suspects avait avoué avoir participé à l'assassinat de dirigeants du Hezbollah et de la Palestine.

Samedi dernier, l'armée a déclaré avoir arrêté Mahmoud Rafeh, un citoyen libanais de 59 ans, policier à la retraite, pour l'attentat à la voiture piégée du 26 mai qui a tué Mahmoud Majzoub, un des principaux dirigeants du Jihad islamique, et son frère devant leur domicile dans la ville de Sidon dans le sud du Liban. D'après une des déclarations, Rafeh «avait des liens avec les services secrets israéliens».

mahmoud20rafeh

Mardi, l'armée a déclaré que Rafeh avait reconnu son rôle dans l'assassinat des frères Majzoub et dans d'autres opérations... dont les explosions qui coûtèrent la vie à deux dirigeants du Hezbollah, Ali Hassan Dib en 1999 et Ali Saleh en 2003, ainsi que l'assassinat en 2002de Jihal Jibril, le fils d'Ahmad Jibril, chef du Front Populaire de libération de la Palestine (FPLP-CG), qui est localisé en Syrie et dispose de bases au Liban.

Rafeh was part of a "terror network working for the Israeli Mossad," and its members took "training courses in and outside Israel," the statement said.

D'après cette déclaration, Rafeh faisait partie d' «un réseau terroriste à la solde du Mossad israélien» et ses membres ont suivi «des cours sur le territoire israélien et à l'extérieur de celui-ci»

On y ajoute aussi que les enquêteurs ont découvert du matériel israélien: ordinateurs, appareils photo, munitions, uniformes, fausses cartes d'identité (voir photos plus bas) dans les caches des membres du réseau.

L'armée a déclaré que la cellule avait fait passer depuis Israël la porte piégée de la Mercedes qui a tué les frères Majzoud.

L'article concluait qu'une enquête visant à arrêter les autres collaborateurs était en cours.

Selon le journal Safir, une chasse à l'homme a actuellement lieu afin de capturer un autre suspect, Hussein Khattab, un représentant palestinien du FPLP-CG. D'après ce journal, la police libanaise et les services de sécurité du FPLP-CG avaient pensé qu'il était impliqué dans le meurtre de Jibril pour lequel il avait été ensuite blanchi.

Le journal An Nahar a révélé que Rafeh travaillait pour le Mossad depuis 1994 et que l'armée avait trouvé à son domicile de faux papiers d'identité libanais que des femmes, agents du Mossad, utilisaient pour pénétrer dans le pays en se faisant passer pour les épouses des membres du réseau.

Le journal précise que les agents secrets israéliens restaient dans l'appartement que Rafeh avait loué à Sidon près de la résidence des frères Majzoub afin de suivre les déplacements de ces derniers.

An Nahar ajoute que six membres de ce réseau ont d'ores et déjà été arrêtés et que deux autres sont soupçonnés de s'être réfugiés en Israël.

Dans une déclaration faite depuis son bureau, le président Emile Lahoud a félicité les services libanais pour le démantèlement de ce réseau terroriste et a déclaré: « la solidarité est la véritable force qui nous permet de faire front face à Israël et d'éviter les querelles de clocher».

Sheikh Naim Qassem, secrétaire général adjoint du Hezbollah, a qualifié ces arrestations et ces aveux «de message» à l'attention de tous les Libanais démontrant que leur pays n'était pas immunisé contre «une influence directe d'Israël» - malgré le retrait d'Israël du Sud-Liban en 2000.

Mardi dernier Kassem a déclaré sur Al Manar, la chaîne du Hezbollah qu'«Israël considère toujours le Liban comme un territoire dont il pourra profiter politiquement à l'avenir»

Au Liban, de nombreuses personnes ont déjà été arrêtées en raison de suspicions d'espionnage pour le compte d'Israël. En 2004, une Tunisienne d'origine palestinienne et quatre complices ont été accusés de préparer avec Israël l'assassinat du chef du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah.

Les forces armées libanaises félicitées

Ahmad Yasseen, observateur de la vie politique locale a déclaré à Ya Libnan: «le fait que l'armée libanaise ait démantelé ce réseau d'espions du Mossad prouve qu'elle devrait être seule responsable de la sécurité du Liban.»

Yasseen a ajouté:«le temps est venu que toutes les milices armées du Liban et de la Palestine aient foi dans l'armée libanaise, au lieu d'agir comme des «États dans l'État», ce qui déstabilise le pays»

Commentant les déclarations de Lahoud et du Hezbollah, Yassen a dit à Ya Libnan: «Ils auraient dû féliciter l'armée au lieu de tenter de justifier l'existence des mouvements de résistance».

mossadequipment

L'armée libanaise révèle une photographie de la saisie de documents et d'équipements du Mossad.

Arafat: Israël est derrière les attentats suicide.

25 août 1995

Jerusalem Post

Les relations complexes entre Israël et la Palestine ont donné naissance à un mythe malsain qui a débuté, comme nombre d'autres mythes, par un mensonge si flagrant qu'il ne peut être que risible. Celui-ci pourrait bientôt devenir une opinion communément admise.

Peu de temps après le massacre de Beit Lid, au cours duquel 21 soldats israéliens furent tués par deux kamikazes du Jihad islamique, le chef de l'autorité palestinienne, Yasser Arafat, a déclaré à un groupe de dirigeants en visite en Palestine que les Israéliens d'extrême droite avaient collaboré avec les meurtriers. Autrement, ces derniers n'auraient pas pu traverser plusieurs postes de contrôle de l'armée sans être arrêtés.

Les conséquences étaient terribles: non seulement Arafat insinuait que des Israéliens avaient participé à ce meurtre de masse de soldats israéliens, mais il déclarait également que les comploteurs israéliens avaient tellement de pouvoir qu'ils pouvaient contrôler les unités militaires tout au long du trajet que les assassins avaient suivi depuis Gaza jusqu'à Beit Lid.

Les visiteurs qui ont entendu cette histoire, conscients qu'il pouvait seulement s'agir des délires d'un déséquilibré, l'ont généralement gardé pour eux.

Étant des partisans du processus de paix, ils pensaient qu'une telle révélation pourrait mettre Arafat dans l'embarras et saper sa crédibilité. Mais au moins l'un des participants a révélé en privé le contenu de cette discussion qui s'est ensuite propagée. À la surprise d'un grand nombre d'observateurs, Arafat n'arrêtait pas de répéter cette histoire à ses visiteurs qu'ils soient étrangers ou israéliens.

Mardi, au lendemain de l'explosion du bus piégé à Jérusalem, Arafat a décidé de rendre ces «révélations» publiques. Non seulement il a annoncé depuis Gaza qu'il y avait collaboration entre ce qu'il appelait « des extrémistes israéliens et palestiniens» mais qu'il avait des documents qui prouvaient cette thèse.

L'un de ses lieutenants, Tayeb Raheem, secrétaire général de l'autorité palestinienne, est rentré dans les détails. Il a déclaré que l'armée israélienne et d'autres services de sécurité géraient des organisations secrètes telles que l'OAS française durant la guerre d'indépendance algérienne. Il a ajouté qu'Israël et les fanatiques islamistes ont un intérêt commun à voir les accords d'Oslo échouer, répétant que l'OLP disposait de documents étayant ces allégations.

Portraits de la résistance palestinienne

Electronic Intifada

Rima Merriman

8 juin 2006

La résistance palestinienne à de nombreuses facettes, certaines d'entre elles consistent en une résistance armée assurée par des groupes organisés et animés par diverses idéologies. Ces groupes sont constitués de jeunes hommes peu entraînés qui opposent leurs faibles moyens aux forces d'occupation israélienne, l'une des armées les mieux entraînées et les mieux équipées de la planète. Parmi les 76 Israéliens qui sont morts en 2005, seulement 6 ont été tués par des attaques palestiniennes. Les autres sont morts suite à des maladies ou à des accidents. Trente d'entre eux se sont suicidés.

De par la différence de moyens entre les deux forces en présence, Israël élimine de fait les jeunes martyrs palestiniens les uns après les autres. Toutefois, la plupart des victimes palestiniennes sont des civils (et des enfants) qui vivaient simplement leur vie de tous les jours, et se sont retrouvés au coeur d'une offensive israélienne, aérienne ou terrestre, sous les tirs et les attaques incontrôlés des forces israéliennes.

Le contrôle exercé par Israël sur la Cisjordanie et de la bande de Gaza, les barrières érigées par Israël autour de ces territoires, ses tentatives incessantes d'écraser à tout prix la résistance palestinienne reposent en grande partie sur les renseignements obtenus par le Shabak [Ndt: ex-Shin Bet], le Service de Sécurité Général d'Israël dont les effectifs s'élèvent à 5 000 personnes et dont la devise est «Le Défenseur qui ne doit être vu»

Grâce à un réseau d'informateurs israéliens bien entraînés, parlant arabe et ressemblant comme deux gouttes d'eau à des Palestiniens, le Shabak a peu de difficultés à obtenir des renseignements sur un peuple dont chaque mouvement est régulé par des centaines de postes de contrôle et par une mainmise totale sur ses frontières. Ces infiltrés exploitent l'hospitalité et la gentillesse innées des Arabes. Les Palestiniens les appellent les « musta'ribeen », c'est-à-dire « ceux qui ressemblent à des Arabes ». Les Palestiniens ne sont pas surpris quand quelqu'un, quelque part, s'approche d'eux et leur dit : « Je vous ai eus ! ».

À Bethlehem, la police palestinienne ouvre le feu sur des soldats israéliens déguisés en Arabes

Ha'aretz

30/11/2005

Hier, des policiers palestiniens ont ouvert le feu sur des soldats déguisés de l'armée israélienne au cours d'une opération à Bethlehem. Aucun soldat n'a été blessé au cours de cet incident, et l'armée israélienne a déclaré que selon son enquête aucun policier n'avait été blessé. Toutefois, les Palestiniens ont déclaré qu'un policier avait été blessé. D'après l'enquête préliminaire conduite par l'armée, la police palestinienne n'avait pas été informée de cette opération armée. Par conséquent, lorsque les soldats, qui étaient déguisés en Arabes, sont venus arrêter un homme recherché à proximité de l'Hôtel de Ville, les policiers les ont pris pour les membres d'un gang armé palestinien.

Confusion au sein de la police palestinienne, qui a lancé la roquette Qassam?

Ynet

27/11/2006

La confusion régnait au sein de l'autorité palestinienne après qu'une roquette Qassam ait été tirée sur l'ouest du Negev depuis la bande de Gaza. L'une des cellules des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, le bras armé du Fatah, a revendiqué ce tir.

Toutefois, Abu Ahmad, l'un des principaux dirigeants dans le nord de la bande de Gaza, a déclaré à Ynet qu'il n'avait pas connaissance que ses hommes soient à l'origine de ce tir.

Il a ajouté: «Pour l'instant, nous continuons à respecter la trêve, mais nous nous réservons le droit de répliquer à des agressions israéliennes».

Des agents israéliens accusés de créer de fausses cellules d'Al-Qaïda

Sophie Claudet depuis la ville de Gaza

AFP

9 décembre 2002

Un haut responsable des services de sécurité palestinien affirme que ses équipes ont démantelé un plan israélien visant à mettre en place une fausse cellule d'Al-Qaïda dans la bande de Gaza, accusation qu'Israël a qualifiée d'absurde. Rashid Abu Shbak, chef des Services de sécurité préventive à Gaza, a déclaré que des agents israéliens se faisant passer pour des membres d'Al-Qaïda recrutaient des Palestiniens dans la bande de Gaza. M. Abu Shbak a ajouté: «au cours des neuf derniers mois nous avons enquêté sur huit affaires similaires».

Cette déclaration est venue après que le Premier ministre israélien Ariel Sharon ait affirmé que des militants d'Al-Qaïda opéraient depuis la bande de Gaza et le Liban, attisant les craintes d'une intensification de l'occupation militaire israélienne.


Combien de preuves nous faudra-t'il avant d'admettre que l'existence d'Israël, dans sa forme actuelle, est fondée sur «la menace vitale» posée par ses voisins arabes et que le gouvernement israélien fera tout ce qui est nécessaire pour entretenir cette menace? Combien de fois autoriserons-nous le gouvernement israélien à qualifier d'«absurde» les déclarations et les preuves démontrant qu'il est derrière l'essentiel du «terrorisme musulman» auquel il réplique avec tant d'enthousiasme?

L'armée de l'air israélienne est en train de bombarder les maisons, les universités et les mosquées palestiniennes.

five_sisters_gaza

Voilà l'œuvre de ce que Bush qualifie de «lumière au-dessus des nations» - cinq sœurs palestiniennes, cruellement tuées par les forces israéliennes alors qu'elles dormaient dans leurs lits.

L'armée israélienne utilise des GBU-39, missiles anti-bunker récemment achetés au gouvernement étasunien qui a donné sa bénédiction à cette transaction. Elle tire des missiles sur des voitures remplies de civils puis publie les vidéos sur YouTube en prétendant que ces véhicules transportaient des roquettes. Il y a deux jours, l'État d'Israël a tué 5 soeurs, âgées de 4 à 17 ans, alors qu'elles dormaient dans leurs lits. Même les ânes tirant une charrue avec des enfants constituent une cible de choix pour les SA de Yahweh. Hier, un missile particulièrement précis a décapité un enfant palestinien et réduit en morceaux les corps de ses deux frères, qui jouaient tous trois dans la rue. Le gouvernement israélien vous exhorte, vous citoyen occidental, non seulement à pardonner ces atrocités, mais également à accepter qu'elles soient perpétrées en votre nom.

Il y a près de 60 ans, des scènes similaires à celles que l'on voit actuellement à Gaza avaient lieu en Allemagne et en Pologne, et le gouvernement nazi de cette époque appelait les citoyens occidentaux à accepter tous ces actes comme nécessaires et légitimes. Beaucoup alors acceptèrent et pardonnèrent les atrocités commises par les nazis et encore plus regardèrent ailleurs.

poland_42_12

1942, la guerre menée par les nazis conte les «terroristes» polonais

gaza_08_1

2009, la guerre menée par Israël contre les «terroristes» palestiniens

Vous devez en avoir marre que l'on vous répète que ceux qui ne tirent pas les enseignements de l'Histoire sont condamnés à la répéter, ou que l'Histoire se répète. Mais vous devriez vous souvenir que l'Histoire se répète seulement lorsque les gens se rendorment et prennent leurs désirs pour des réalités en croyant que cette fois-ci ce sera différent. Pendant 12 années, de 1933 à 1945, les nazis ont massacré des millions d'innocents. La Deuxième Guerre mondiale (qui fit 65 millions de victimes) fut déclenchée par un acte de violence dont la nature est fort similaire à ce qu'Israël commet actuellement en Palestine. Les héritiers idéologiques des banquiers, des politiciens, des officiers, des stratèges de la géopolitique globale qui ont financé, orchestré et profité de la dernière «grande» guerre s'ont désormais réunis à Tel Aviv, Washington et Londres, ayant en tête à nouveau des meurtres de masse et la destruction.

Alors, ne laissons pas l'Histoire se répéter une nouvelle fois, en permettant que la moralité manifestement psychopathe de nos dirigeants politique soit déguisée en «liberté et démocratie» ou en un «simple affrontement» avec un ennemi fabriqué de toutes pièces. Résistons, même si ce n'est qu'à travers notre conscience collective, à ces crimes flagrants contre l'humanité et ces massacres d'innocents qui se déroulent actuellement à Gaza. Et souvenons-nous du problème de fond et de l'injustice qui doivent être réglés avant que la reconnaissance de l'État d'Israël ne puisse jamais être envisagée:

palestine_map

Traduction française: Axel D. pour Futur Quantique



Dimanche 11 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par anna le 11/01/2009 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une boucherie qui dure depuis plus de 60 ans ...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires