Géopolitique et stratégie

La Turquie reste attachée au projet de gazoduc Nabucco



Ria Novosti
Mardi 29 Mai 2007

La Turquie reste attachée au projet de gazoduc Nabucco
Le ministre turc de l'Energie, Hilmi Güler, a déclaré mardi que l'ambitieux projet de gazoduc transcaspien Nabucco destiné à exporter les hydrocarbures de la mer Caspienne vers l'Europe en contournant la Russie serait réalisé malgré tout.

"Nous réaliserons nécessairement le projet Nabucco prévoyant les exportations de gaz naturel du bassin de la mer Caspienne vers l'Europe via la Turquie. Aucun événement conjoncturel ne pourra empêcher sa mise en oeuvre", a-t-il souligné à Ankara à l'occasion du congrès international du pétrole et du gaz IPETGAS 2007.

Estimé à 6,14 milliards de dollars, le projet Nabucco prévoit la pose d'ici 2011 entre la région de la mer Caspienne et l'Autriche d'un gazoduc passant par le territoire turc. La construction et l'exploitation de la conduite ont été confiées à un consortium international dirigé par la compagnie pétrogazière autrichienne OMV.

La capacité maximale du projet Nabucco est estimée à 31 milliards de mètres cubes de gaz.

"Nous sommes des gens sérieux et nous occupons de projets sérieux. Chacun des projets que nous réalisons a ses clients ainsi que son étude de faisabilité et sa zone d'intérêts. Bien entendu, nous suivons de près les événements, nous les prenons au sérieux et nous les évaluons", a expliqué le ministre turc, répondant à la question de savoir si la réalisation de Nabucco ne serait pas affectée par l'accord russo-kazakho-turkmène sur la construction d'un gazoduc le long du littoral caspien.

"Au projet Nabucco participent la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et l'Autriche. En outre, il est supervisé par le commissaire européen à l'Energie. Nous sommes déjà sur le point de terminer le projet sur le sol turc, nous avons toutes les infrastructures nécessaires pour subvenir aux besoins européens en gaz naturel pour au moins dix ans", a souligné M. Güler.

Les présidents russe, kazakh et turkmène ont convenu le 12 mai dernier de la construction d'un gazoduc longeant le littoral de la mer Caspienne. Dans une déclaration, les trois leaders ont promis de signer un accord approprié avant le 1er septembre prochain.

Pour le coordinateur en chef du Centre d'études stratégiques d'Eurasie (ASAM), Necdet Pamir, l'accord tripartite ne manquera pas d'affecter la réalisation du projet Nabucco.

"Pour l'instant, il n'y a pas de décisions concrètes sur le projet de gazoduc longeant la mer Caspienne. Les présidents russe, kazakh et turkmène n'ont fait qu'annoncer leur intention d'acheminer les hydrocarbures via le territoire russe. Dans le même temps, la mise en oeuvre de leurs ententes rendra le projet Nabucco inutile", a indiqué à RIA Novosti ce grand spécialiste des questions énergétiques.

M. Pamir a laissé entendre que le gazoduc Nabucco ne serait pas rentable sans le gaz russe et turkmène. "Le gaz iranien et azerbaïdjanais ne suffira évidemment pas pour réaliser le projet", a-t-il dit.


Mardi 29 Mai 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires