Palestine occupée

La Semaine de la solidarité internationale en Palestine vue par 45 femmes françaises



islamenfrance@live.fr
Samedi 28 Novembre 2009

Yamina Kraria a témoigné jeudi, dans le cadre de la Semaine de la solidarité internationale, à son retour de Cisjordanie  « Tout se dégrade rapidement »
 
 La question palestinienne aura-t-elle un jour une réponse ? Pas tout de suite, à en croire les nouvelles en provenance du Proche-Orient. Et à écouter les témoignages de ceux qui en reviennent, ou le débat de la Semaine de la solidarité internationale, jeudi soir, aux Terres Neuves.
 
 Jeudi, Yamina Kraria a livré ses impressions au retour de quatre jours de visite en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Voyages de 45 femmes françaises, militantes syndicales comme elle (1), journalistes, intellectuelles... à la rencontre d'associations de femmes palestiniennes, de syndicalistes, de la maire de Ramallah, entre autres.
 
 « J'étais à peu près aux mêmes endroits au mois d'avril. Je suis frappée par la dégradation très rapide de la situation en quelques mois. Du désespoir de tous ces gens qu'on a rencontrés et qui sont pourtant des militants. »
 
 « Contaminé par la violence »
 
 « À Jérusalem-Est, une famille palestinienne alors menacée d'expulsion est maintenant à la rue, sous une tente. Ils ont été jetés à la rue en pleine nuit. Le lendemain, il y avait des colons israéliens à leur place. Et Tel-Aviv annonce de nouvelles colonies à Jérusalem-Est. »
 
 Le prisme féminin du voyage oriente le témoignage de la Béglaise.
 
 Le mur ? « Ce n'est pas un mur de séparation, c'est un mur d'annexion, qui sépare les enfants palestiniens des écoles palestiniennes, les mères palestiniennes de leurs médecins ou des hôpitaux. »
 
 Quant aux droits des femmes palestiniennes, Yamina Kraria assure : « Quand on leur pose des questions du féminisme, comme les violences conjugales, les femmes que nous avons rencontrées répondent que la société tout entière est contaminée par la violence. Les hommes sont humiliés toute la journée par l'occupation, subissent des violences. Ils rentrent et sont violents avec leurs femmes. Les femmes sont humiliées aussi par les barrages, les difficultés pour les soins, les courses. Elles sont violentes avec leurs enfants. Et les enfants sont violents entre eux. »
 
 « Les enseignants, ajoute Yamina Kraria, ne se sentent plus crédibles quand ils parlent d'accords de paix à leurs élèves. » Et puis, ajoute la militante, « ils ne croient plus en Obama. Et ils nous en veulent de plus en plus de ne pas les soutenir ».
 
 Divisions
 
 Les soutenir : c'est sur ce thème que s'est achevée dans la divergence la conférence-débat qui ponctuait la Semaine de la solidarité internationale organisée par la mairie et Génération Palestine.
 
 Un an après les manifestations bordelaises contre l'offensive israélienne sur Gaza, il y avait assez peu de monde dans l'amphithéâtre de la Croix-Rouge. Deux élus municipaux, Zouina Hammi (majorité) et Jean-Jacques Paris (PCF), seulement. Les deux historiens invités, Samaha Khoury et Mahmoud Doua (par ailleurs figure d'un islam bordelais « moderniste »), ont eu beau s'appuyer sur la Bible et le Coran pour réfuter « les mythes » fondateurs d'Israël et le caractère religieux d'un conflit « colonial », les plus radicaux leur ont reproché de ne pas aller plus loin. D'autres citent l'Afrique du Sud de l'apartheid, l'Algérie de la colonisation.
 
 Dans le public, entre les partisans du « soutien à la résistance » et ceux qui veulent croire encore à la diplomatie et aux pressions politiques, le fossé reste profond. Génération Palestine argumente sa campagne en faveur du boycott et des sanctions internationales. Yamina Kraria rapporte ce qu'elle a « entendu sur place : beaucoup annoncent une troisième intifada ».
 
 Auteur : Gilles Guitton
 http://www.islamenfrance.fr


Samedi 28 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par Aigle le 28/11/2009 21:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Entretenir le fossé entre ceux qui resistent legitimement et ceux qui veulent croire encore aux fumisteries des Occidentalocentristes , est une facon d'essayer de TUER la resistance dans les meandres des grandiloquent discours creux sur la paix et tutti quanti ....

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires