Diplomatie et relation internationale

La Russie et les Etats-Unis repoussent une proposition du directeur de l'AIEA


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


La Russie et les Etats-Unis ont repoussé la proposition du chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, de suspension des sanctions contre l'Iran.


RIA Novosti
Mardi 30 Janvier 2007



Le directeur général de l'AIEA avait appelé Téhéran et le Conseil de sécurité de l'ONU à prendre un "temps mort". Il avait souligné que l'Iran devait suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium tandis que simultanément la communauté internationale levait ses sanctions à l'égard de ce pays.

Cependant, les représentants des Etats-Unis et de la Russie à l'ONU ont déclaré que la seule condition de la suspension des sanctions était l'application par Téhéran de la résolution du Conseil de sécurité.

"Dans la résolution du Conseil de sécurité votée le 23 décembre il est clairement mentionné que la condition de la levée des sanctions est l'abandon par l'Iran de son programme d'enrichissement d'uranium", a déclaré à la presse le président du Conseil de sécurité et représentant permanent de la Russie à l'ONU, Vitali Tchourkine.

Le diplomate russe a ajouté qu'une déclaration de Téhéran sur le respect des exigences du Conseil de sécurité serait insuffisante pour entraîner la suspension des sanctions du moment que le mécanisme de vérification de l'application de la résolution suppose un contrôle rigoureux.

Le représentant permanent des Etats-Unis à l'ONU, Alexandro Wolff, a appuyé son collègue russe. "Les sanctions ne seront levées qu'après la pleine application de la résolution par l'Iran. Il ne saurait y avoir aucune autre interprétation", a déclaré le diplomate américain à la presse.

Dans les couloirs de l'ONU on dit que les propos de Mohamed ElBaradei sont un jugement personnel et qu'ils ne sauraient être perçus comme un appel de l'AIEA. Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique n'a effectué aucune démarche officielle auprès du Conseil de sécurité de l'ONU.

Mohamed El-Baradei avait déclaré au Forum économique mondial de Davos que des pourparlers directs entre l'Iran et les Etats-Unis, similaires à ceux qui ont lieu actuellement entre Washington et Pyongyang, pourraient favoriser la recherche d'une issue à la situation autour du programme nucléaire iranien.

La résolution votée par consensus par le Conseil de sécurité interdit la livraison à Téhéran de matériaux et de technologies pouvant être utilisés dans la réalisation de programmes nucléaires militaires, gèle les comptes de personnes physiques et juridiques liées à l'activité nucléaire en Iran et à la conception de vecteurs d'armes nucléaires.


Mardi 30 Janvier 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires