Analyse et décryptage

La Russie déplace l'axe de sa politique étrangère vers l'Orient (expert russe)


Dans la même rubrique:
< >

Les résultats des visites du président russe en Inde et au Proche-Orient et les nouvelles tendances exposées à la conférence sur la sécurité à Munich témoignent du changement d'axe de la politique étrangère de la Russie qui se tourne vers l'Orient, estime le général Leonid Ivachov, premier vice-président de l'Académie des problèmes géopolitiques.


RIA Novosti
Mercredi 14 Février 2007

"J'envisagerais cette visite dans l'optique du triangle New Delhi-Munich-Proche-Orient", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse à RIA Novosti consacrée au bilan du voyage du président russe au Proche-Orient.

Selon l'expert, ce triangle marque le tournant opéré par la Russie dans la politique mondiale.

"Le résultat de la visite de Vladimir Poutine en Inde et l'intensification des rapports avec la Chine et, en général, avec l'Asie de l'Est, montrent que la Russie se tourne vers l'Orient", estime l'académicien. Il a rappelé que, peu avant la visite de Vladimir Poutine au Proche-Orient, le Secrétaire du Conseil de sécurité russe Igor Ivanov avait mené des pourparlers fructueux à Téhéran.

La visite du président russe a été précédée de la conférence de Munich où il a exposé sans fard la situation mondiale et soumis la politique des Etats-Unis à une critique intransigeante. "A Munich, Vladimir Poutine a réfuté la stratégie politique américaine d'emploi de la force. Il a montré que les Etats-Unis avaient détruit l'espace de droit international créé après la Seconde Guerre mondiale", a souligné Leonid Ivachov.

Après avoir exposé à Munich ses points de vue sur la politique internationale et la sécurité internationale, Vladimir Poutine s'est rendu dans les pays qui se trouvaient traditionnellement dans la sphère d'influence des Etats-Unis, a fait remarquer l'expert.

Tout cela témoigne que la Russie change de place dans la politique mondiale. "Rejetant toute subordination par rapport aux Etats-Unis et à l'Europe, la Russie commence à jouer le rôle d'acteur actif indépendant", résume l'expert.

"L'essentiel est que la communauté mondiale accueille ce rôle avec reconnaissance, voire avec enthousiasme. Le monde attendait depuis longtemps la participation de la Russie à la grande politique", estime l'académicien.


Mercredi 14 Février 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires