Diplomatie et relation internationale

La Russie change de tactique sur la Syrie



M K Bhadrakumar
Samedi 15 Décembre 2012

La Russie change de tactique sur la Syrie
La Russie jette finalement l'éponge après deux années de discours enflammés sur la Syrie qui ont rappelé la rhétorique de l'époque de la Guerre froide. Au Conseil de Sécurité de l'Onu, elle s'est retranchée avec ténacité en brandissant son veto pour bloquer toute intervention occidentale en Syrie, mais ses plans ont été déjoués sur le terrain et elle se retrouve face à un fait accompli : le régime à Damas qu'elle a soutenu risque de devenir très bientôt une chose du passé.
L'envoyé spécial du Kremlin pour la Syrie, Mikhaïl Bogdanov, a admis pour la première fois, jeudi, que les rebelles engrangeaient victoires sur victoires sur le terrain et que cet élan pourrait les conduire à gagner sans appel contre les forces gouvernementales. Bogdanov a envisagé une victoire des rebelles. Sans mâcher ses mots, il a dit : « Il faut regarder les faits en face. Malheureusement, la victoire de l'opposition syrienne ne peut pas être écartée ».

Cette déclaration franche fait écho de façon assourdissante à la remarque triomphante, également jeudi, du secrétaire général de l'OTAN, Fogh Rasmussen, que « le régime à Damas est sur le point de s'effondrer ».

La glasnost [« transparence »] dont a fait preuve Bogdanov arrive à peine trois jours après la mise en garde menaçante du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, que la Russie « ne permettra pas que l'expérience libyenne se reproduise en Syrie ».

Il est vrai que pour l'instant Lavrov a encore raison puisqu'il n'y a pas eu, jusqu'à présent, d'intervention directe des Occidentaux en Syrie et qu'il semble très peu probable qu'il y en ait une. En fait une intervention comme en Libye pourrait bien être inutile. [En Syrie] le modèle pourrait être similaire à celui de l'Afghanistan en 2001, lorsque l'Alliance du Nord a renversé le régime Taliban et que les bottes occidentales ont fait leur apparition seulement après sur le terrain, dans l'Hindu Kuch, pour prendre le commandement du régime qui a succédé.

Toutefois, nous sommes fondamentalement dans une logique à la libyenne. Une fois encore, un régime du Proche-Orient qui a refusé d'obéir à la stratégie du monde occidental est renversé et la communauté mondiale se retrouve sans autre choix que de l'accepter. Point final.

On peut toujours ergoter sans fin sur la moralité de tout cela ou de la légitimité selon la loi internationale, ou même sur ce qui se produit dans cet ordre mondial au système westphalien (lequel, ironiquement, est né de l'histoire ensanglantée de l'Europe), mais tout ce qui compte est que cela se produit tout le temps.

Il n'est plus question de prétendre que c'est l'idéalisme du Printemps Arabe qui a provoqué le soulèvement en Syrie. Ce jeu porte pour nom « la géopolitique ». La semaine prochaine, en Turquie, les puissances occidentales vont rencontrer la branche militaire de l'opposition syrienne. En attendant, des centaines de milliers de Syriens se sont retrouvés sans abri ou ont été forcés de s'exiler dans le désarroi. Les rebelles syriens ne cachent plus que le Qatar, l'Arabie Saoudite et la Turquie encouragent cette guerre en les finançant, en les équipant, en les entraînant et en leur fournissant refuges, renseignements et logistique. Il ne cachent pas non plus que des centaines de volontaires étrangers combattent dans leurs rangs.

Plutôt isolée

Mais le discours russe s'est poursuivi sans relâche jusqu'à aujourd'hui. Encore mercredi, Moscou a démoli la décision prise par le Président US Barack Obama d'accorder la reconnaissance politique à l'alliance de l'opposition syrienne nouvellement formée. Lavrov a déclaré :
J'ai été assez surpris d'apprendre que les Etats-Unis, par la voix de son président, ont reconnu la coalition nationale comme seul représentant légitime du peuple syrien. Cela est contraire aux accords fixés dans le communiqué de Genève appelant à un dialogue à travers toute la Syrie entre les représentants du gouvernement de ce pays, d'un côté, et l'opposition, de l'autre.
Chose intéressante, Bogdanov a également changé d'avis sur la question sensible des armes chimiques. Si le patron de la sécurité russe, Nikolaï Patruchov, il y a encore trois jours, écartait toute intention du régime syrien d'utiliser des armes chimiques, Bogdanov a désormais ajouté une mise en garde, disant qu'il y avait néanmoins un problème sérieux, puisque ces armes chimiques pourraient tomber entre les mains de groupes radicaux parmi les rebelles syriens.

Il a déclaré que « le plus grand danger est que des parties de la Syrie continuent de tomber sous le contrôle de l'opposition, où des extrémistes, des terroristes et al-Qaïda tiennent des positions fortes. Cela pourrait avoir de sérieuses conséquences ».

Que fait la Russie maintenant ? Moscou est assez isolé sur la question syrienne et s'est quasiment mis dans une impasse. Le fait est que plus de cent pays, lors de la réunion des « Amis de la Syrie » au Maroc, mercredi dernier, ont exprimé leur reconnaissance de l'alliance de l'opposition syrienne nouvellement formée.

Désormais, la seule issue pour Moscou est de chercher à passer un accord avec les Etats-Unis, et les diplomates russes sont certainement des experts. Pour réconforter la Russie, il se trouve que les Etats-Unis se collettent une situation complexe.

Les rebelles syriens ont forcé le rythme du changement de régime à Damas et ont pratiquement ôté l'initiative à l'opposition démocratique au régime. Les Etats-Unis se sont démenés (avec l'aide du Qatar) pour concocter à la hâte cette toute nouvelle alliance de l'opposition, mais, comme Josef Staline le disait jadis du Pape au Vatican, cette entité est inefficace puisqu'elle n'a aucun contrôle sur les combattants, alors que le pouvoir de la force est l'actif crucial lorsque l'anarchie prévaut. Le parallèle avec l'Afghanistan s'effondre là, bien que subsiste la nécessité d'une « conférence de Bonn » (décembre 2001) pour installer un nouveau régime.

Dans ce marchandage, il existe un réel danger que des groupes radicaux parmi les combattants rebelles prennent un avantage indu. Cette possibilité inquiète aussi Washington - qui est déjà confronté à une expérience virulente en Libye. En échange, cette « préoccupation partagée » offre une fenêtre d'opportunité aux diplomates russes. Et Moscou ferait bien d'amplifier ses convergences d'intérêts avec Washington sur la Syrie.

Mais un « compromis » sur la Syrie, dans les meilleures traditions du tango russo-américain, pourrait être impossible à réaliser parce que la Russie sera dans une position désavantageuse pour négocier. Dit autrement, le besoin de Moscou de travailler avec les Etats-Unis est sans aucun doute beaucoup plus grand aujourd'hui que le besoin de Washington de se faire aider par les Russes - et les Américains doivent le savoir.

Un revers stratégique

Cependant, Moscou a un atout dans sa manche, à savoir, le spectre des stocks d'armes chimiques en Syrie qui hantent la sécurité internationale si ce pays devait se décomposer. Il va sans dire que les services de renseignements russes devraient avoir une assez bonne idée quant à la localisation des stocks d'armes chimiques syriennes. Ces renseignements deviennent une « marchandise » échangeable dans cette situation qui évolue rapidement.

Jeudi, Bogdanov a peut-être habilement envoyé paître certains lorsqu'il a ouvertement commencé à spéculer publiquement sur cette question explosive, qui est dans toutes les têtes. « Tout le monde en est effrayé, y compris nos partenaires américains », a-t-il dit, ajoutant que les partisans de lutte armée étaient déjà en train de prendre le contrôle sur le terrain des arsenaux syriens, dont les missiles anti-aériens.

Cela pourrait également se produire pour les stocks d'armes chimiques, a dit Bogdanov. Il a ajouté, « Cela s'est déjà produit à Alep avec la capture d'une usine de fabrications de composants chimiques qui peuvent être utilisés pour des objectifs terroristes ».

La Russie peut espérer jouer sur les peurs manichéennes de Washington. La décision des Etats-Unis de déclarer le Front al-Nousra comme étant un groupe d'al-Qaïda souligne que l'administration Obama garde un œuil sur la Libye. Une fois encore, les Etats-Unis ne se sont pas encore définitivement jetés à l'eau en armant les combattants rebelles. En fait, la porte-parole du Département d'Etat, Victoria Nuland, a depuis clarifié que l'annonce d'Obama, mardi, était « une étape politique, pas une mesure légale » et qu'elle est destinée à « encourager ceux qui travaillent à une transition politique en Syrie » et à « ceux qui planifie un avenir qui serait démocratique, pluraliste et unifié ».

Par conséquent, ce qui émerge, tout compte fait, est qu'il pourrait encore y avoir une convergence significative entre les Etats-Unis et la Russie, émanant des « préoccupations communes » des deux pays quant à ce qu'il se produira au lendemain d'un changement de régime en Syrie, et cette convergence pourrait très bien atteindre une masse critique sur une voie politique dans les jours ou les semaines à venir.

Du point de vue des Etats-Unis, le meilleur résultat en Syrie aurait été une prise de pouvoir militaire, qui aurait laissé les structures de l'Etat intactes - comme en Egypte - et ouvert la porte à l'expansion de l'influence américaine à Damas pour diriger le pays vers une issue démocratique acceptable. La Russie exerce une grosse influence sur l'armée syrienne.

C'est là que se trouve le fondement de quelque optimisme pour la diplomatie russe. L'administration Obama vient juste d'inviter le chef de la coalition syrienne d'opposition, Moaz al-Khatib, à se rendre à Washington pour des consultations. Moscou a fait également une ouverture cette semaine en direction du Qatar, le maître du dynamitage de la Syrie, avec l'annonce que son entreprise d'énergie Gazprom ouvrira un bureau à Doha.

Ce qui reste à voir est si à la fin de tout cela, la Russie parviendra à conserver sa base navale à Tartous, qui est sa seule présence [dans la région] en dehors de la Mer Noire. Mais l'état actuel des relations américano-russes devrait exclure cette éventualité. La Secrétaire d'Etat Hillary Clinton n'a affirmé que la semaine dernière qu'un processus de « re-soviétisation » est en cours en Eurasie et que les Etats-Unis se tiennent prêts à la contrecarrer. Elle se référait aux projets de la Russie d'une Union Douanière et d'une Union Eurasiatique.

Le Président Poutine s'est senti provoqué et a réagi fermement en disant que Clinton racontait des « balivernes ». Washington vient juste d'imposer des restrictions humiliantes sur les visites de responsables russes impliqués dans des violations des droits de l'homme.

L'un dans l'autre, il est par conséquent très probable que Washington mette un terme à la présence navale russe à Tartous dans la phase post-Assad, et pourrait penser à évincer la Russie de la Méditerranée orientale. Les Etats-Unis ont déjà bloqué la proposition de la Russie de collaborer avec Israël dans le développement du champ gazier massif Léviathan.

En tout cas, la Turquie veut également voir la Russie hors de la Méditerranée orientale. Ainsi, le changement de régime en Syrie devient un sérieux revers pour la Russie. Il ne fait aucun doute que la capacité de Moscou d'influencer la transformation historique du Moyen-Orient a été sérieusement affaiblie.
M K Bhadrakumar a servi en tant que diplomate de carrière dans les services extérieurs indiens pendant plus de 29 ans. Ses affectations incluent l'Union Sovétique, la Corée du Sud, le Sri Lanka, l'Allemagne, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Ouzbékistan, le Koweït et la Turquie.
 

M. K. Bhadrakumar
Asia Times Online, le 15 décembre 2012

article original : "Russia changes tack on Syria"
 
Copyright 2012 - Asia Times Online / Traduction JFG-QuestionsCritiques - Tous droits réservés.


Samedi 15 Décembre 2012


Commentaires

1.Posté par MOMO le 15/12/2012 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En armant les moudjahidins en Afghanistan contre l'invasion russe, les américains ont appris que les conquêtes géopolitiques se faisait grâce à la lutte armée rebelle, plutôt que d’envoyer sa propre armée entraînant le conflit dans une mesure incalculable, ou disons nucléaire...C'est moins cher aussi e faire faire le sale boulot par des sous-fifres en quête d'une pseudo liberté !

2.Posté par rachidus1 le 15/12/2012 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les russes ont démenti cette info et maintiennent leur soutien à la Syrie

3.Posté par claudio le 15/12/2012 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Publier ce genre d'articles est une atteinte à la conscience et à l'engagement de tous ceux qui s'informent sur ce site que nous aimons bien, car il répond à nos aspirations.
Ce n'est pas la première fois que nos amis d'Alterinfo s'égarent avec la reproduction d'informations propagandistes distillées par les ennemis de la Liberté.
La Russie a vivement réagi aux interprétations fallacieuses des propos tenus par Mikhaïl Bogdanov, en réitérant sa position qui demeure inchangée et ferme sur le conflit syrien.
Peut-être qu'Alterinfo ne le sait pas encore...
Cet article doit être retiré.

4.Posté par VIRGILE le 15/12/2012 20:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vont-ils frapper simultanément la Syrie et l'Iran ? Ce sera le prochain cadeau de Noël ? A l'heure où tout est possible (en horreurs), je crains le pire. Espérons qu'Obama gardera la tête froide malgré tous ces enfants assassinés aux USA...

5.Posté par HAMENI Nassim le 15/12/2012 21:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'auteur tente d'interpréter son cauchemar tel un rêve impossible! non seulement la Russie et Bogdanov lui même ont fait plusieurs démentis, mais un jour avant, à l'assemblée fédérale de Russie, Poutine c'est exprimé aux yeux du monde avec la déclaration officiel : je suis prêt à défendre la Syrie jusque dans les rues de Moscou.
Malheureusement pour l'auteur rêveur ce n'est pas pour Tartous car la première cible et frappe nucléaire Russe sera l'Espagne! Alors pourquoi? et c'est une cible stratégique bien calculé conformément à la position géopolitique russe qu'elle défend et déclare ouvertement depuis toujours!


6.Posté par Florian le 15/12/2012 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au sujet de la Syrie, nous en avons traités lors de notre dernier entretien. Pour plus de détails :

L'entretien du 8 décembre 2012 sur l'actualité politico-médiatique(deuxième du nom) entre Philippe Ploncard d'Assac et Florian Rouanet :

http://ploncard-dassac.over-blog.fr/article-entretien-sur-l-actualite-n-2-avec-florian-rouanet-113424829.html

La liste des sujets qui ont étés traités :
- la succession à l'UMP entre Fillon et Copé
- la manifestation du 18 novembre 2012 contre le « mariage »
- Femen et leurs sosies les Pussy Riot
- Casapound
- Thibault de Chassey
- le rabbin de Cisjordanie et l’islamisation
- le rabbin Ron Chaya
- la Syrie de Bachar Al Assad
- la reconnaissance d'un « état » Palestinien
- Cécile Duflot et les biens du Clergé
- la multinationale Peugeot
- racialisme ou assimilationnisme

7.Posté par jo le 15/12/2012 22:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.youtube.com/watch?v=k8N_c1fHN1Y

Ne vous inquiétez pas il y aura un changement, bien évidement après cette évènement tragique pour la Syrie et son nettoyage de terroriste tels que la faite l’Algérie. Viendra un vraie processus démocratique pour ne pas à nouveaux tomber dans le piège de Sion, inchallah. J'aimerais voire ces forces de l'OCS intervenir pour nettoyer cette racaille de l'OTAN.

8.Posté par ALYTAAHER le 15/12/2012 23:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salaam bonjour*
cet article est une pure propagande pro U-Sion -OTAN en emporte le vent !

9.Posté par Zaheer le 16/12/2012 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bizarre, je me sentirais vraiment mal d'utiliser les armes offertes par ceux-là même qui s'en servaient et servent encore pour tuer du musulman (Afghanistan, Tchétchénie, Irak,...)

10.Posté par sabra13 le 16/12/2012 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je sais que c'est hors sujet mais j'ai appris par les actualités sur google que la cocue de clinton a eu une commotion cérébrale et quelle serait en convalescence

11.Posté par ab le 16/12/2012 17:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@jo, tu en dis des bêtises de contradiction. Ce que tu crois vouloir de la démocratie c'est l'occident qui te l'enseigne. Tu regardes la télé occidentale et crois penser par toi-même?

L'Algérie une démocratie? L'Algérie est dirigée par des médiocres qui ne font que recopier d'autres médiocres: ceux de France. L'Algérie glisse de plus en plus vers le koffarisme malheureusement.

Les actions en 90 en Algérie contre le peuple ont été menées par l'OTAN pour faire du peuple algérien un peuple arriéré et suiveur et c'est ce que les algériens ont avec à leur tête Bouteflika qui a dit lui-même qu'il n'y avait qu'une voie à suivre... Mais bon bref pour toi plus tu ressembles à ce que tu vois à la télé, à la France plus tu es content et démocrate. il y a longtemps que tu as perdu l'essentiel.

12.Posté par consty le 16/12/2012 17:44 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il pense qu'ils ont gagne ca ne fait ho president de syrie je suis de coeur avec toi Allah t accompagnera dans ta quette

13.Posté par Mem1 le 16/12/2012 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@consty,

...Allah t accompagnera dans ta quête.

(sinon, cela altère la signification du mot)

14.Posté par jo le 16/12/2012 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'est ce que tu me raconte, je vivais aux USA et on connaissait deja le Nouvel Ordre Mondiale, les Illuminatis et son pouvoir maçonnique. J'en suis sure que vous citoyen Européen ayant connaissance de la verité qu'après le 11/09/01. Tu ne m'as pas compris, quand je parle de démocratie ce n'est en aucun cas la democratie algérienne arabe ou autre qui est plus ressemblant à cette soit disant démocratie française, occidentale.
Je sais très bien que les gouvernement Algériens sont sous la tutelle des généraux Twfik, Lamari, Mediene, etc... ont été placé par la France après les accords d'Évian
Quand je parle de démocratie ou si t'as un autre synonyme du peuple qui décide, c'est de sa que je parle, comme celle pratiquer lors des Sihaba du Rassoulh Mohamed SWS. Et les terroriste ne sont que des wahhbiste financer par les états du golf entraîner par l'OTAN mais également des mercenaire.
J'ai des amies Algériens qui m'ont fait part de certain terroriste arreter sous l'effet du musk, khabat, qu'ils n'étaient en aucun cas circoncis, c'est à dire non musulman. Tu ne m'apprend rien, mais avant de critiquer mes propos essaye un peu de bien les lire et de les comprendre, "Allah y dik".

15.Posté par jo le 16/12/2012 22:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"et son nettoyage de terroriste tels que la faite l’Algérie", je parle du peuple et non pas de l'armée qui tout le monde le sait à pris part à cette guerre face aux civile. Tout comme lors de cette soit disant révolution, "printemps arabe", "hiver hypocrite" pour ne pas utiliser le terme Islamique qui serait une insulte à ma religion.
L'armée Tunisienne, enfin Général Ammar foutus Maçons a également pris part à l’assassinat du peuple, avec l'aide du Mossad, MI6, CIA, C.C.G à travers des mercenaires slave ainsi que des sniper du G.F.S

16.Posté par the dude le 18/12/2012 20:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article est un ramassis de poubelle et une apologie propagandiste par excellence

17.Posté par Djillali le 20/12/2012 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au diable les Saoud (c'est déjà fait ! ) Longue vie à Bashar et laissez son peuple choisir en Paix loin des médias envérolés assoiffés de profit.
Les images sur la TNT ?Les images sur la TNT ? Les images sur la TNT ?
Conformes aux ordres de la Franco-salafy sous caution fiscale des travaillieurs européen : un drame moral.
Iran tiens bon les musulmans du monde n'ont plus que toi.
France soulèves-toi tu prends des coups tous les jours.
"Elus étrangers de 82 et avant " binationoSS et NATO cassez vous de l'europe allez dans votre newyork ou à Holiiood car vos scalps sont comptés.
Je me demande comment les historiens vont expliquer toutes ces bombes crématoires ?


18.Posté par Djamel le 20/12/2012 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'est ce que c'est que cet article sans queue ni tête!!! c'est un fake ??? comment prendre au sérieux un texte avec autant de contradictions !!! on croirait lire un délire de benghamine Ghatanayou ou du Kimone PERREZ !!!

19.Posté par Bernard le 20/12/2012 23:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est quoi cet article au service des prédateurs nord-atlantiques, des dynasties familiales apatrides, a-nationales, a-démocratiques et obsurantistes du Golfe persique et de leur prétendu printemps "arabe" ?...

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves
16/04/2014

Vers une Otan arabe


VIDEO
Hicham Hamza | 01/04/2014 | 3479 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 158


Commentaires