Politique Nationale/Internationale

La Russie au seuil du club financier du G8


Le remboursement de la dette de la Russie envers le Club de Paris et la libéralisation de la législation monétaire russe sont les deux nouvelles mesures décidées par Moscou pour renforcer ses positions sur les marchés financiers internationaux.


Ria Novosti
Lundi 10 Juillet 2006

La Russie au seuil du club financier du G8


Par Nina Koulikova, RIA Novosti



Bien que la Russie se soit vu confier la présidence en 2006 du G8 qui doit tenir dans une semaine son sommet à Saint-Pétersbourg, certains observateurs occidentaux sont dans le doute : est-elle un membre à part entière de cette organisation ou a-t-elle été invitée à ce club parce que la majorité des autres sept membres dépend des exportations de ressources énergétiques de Sibérie?

"La Russie est un membre à part entière du G8 et un des leaders du système économique mondial", a déclaré le chef du groupe d'experts auprès du président de la Fédération de Russie, Arkadi Dvorkovitch. "Mais nous ne sommes pas membres du club financier du G8. Nous trouvons ce fait étrange parce que sans la Russie il est tout simplement impossible de résoudre les problèmes du système financier mondial liés à la dynamique des prix mondiaux du pétrole ou des cours des monnaies mondiales. L'économie russe est une des plus importantes du monde, autant dire que sans tenir compte de l'opinion du pays qui se trouve à cheval sur l'Europe et l'Asie aucune solution à ces problèmes ne sera efficace et durable", souligne le fonctionnaire.

Les différences entre la Russie et les autres membres du G8 étaient jusqu'à présent évidentes. La Russie est le seul des huit pays à avoir une monnaie qui n'est pas entièrement convertible. D'autre part, son économie était tout récemment encore obérée par une dette publique énorme. Mais les tendances économiques positives et les efforts produits par les autorités russes permettent à Moscou de renforcer petit à petit son rôle sur les marchés financiers. A la fin du mois de juin, la Russie et le Club de Paris ont signé un protocole multilatéral sur le remboursement du reliquat de la dette russe qui se monte à 21,3 milliards de dollars. Depuis le 1er juillet, les dernières restrictions qui existaient encore dans le domaine monétaire ont été abolies pour rapprocher la convertibilité du rouble, objectif stratégique des autorités russes. Ces deux décisions sont très importantes pour Moscou parce qu'elles privent d'arguments ceux qui critiquent son appartenance au G8.

L'amortissement anticipé de la dette envers le Club de Paris est un événement significatif pour l'économie russe. En 1993, Moscou a reconnu la dette extérieure de l'ex-URSS et déclaré son intention de l'éteindre dans sa totalité. Pendant treize ans, la Russie a été à la fois un pays créancier et débiteur du Club. A présent, elle passe dans la catégorie des donateurs. D'après le Secrétariat général du Club de Paris, la prochaine opération de remboursement sera la plus importante de toute l'histoire de l'organisation. La Russie ne sera plus un pays débiteur mais restera dans le club en qualité de créancier à part entière.

"L'amortissement anticipé de la totalité de la dette envers le Club de Paris aura pour effet un nouveau relèvement de la note de la Russie", estime le chef de la Banque pour le commerce extérieur (Vneshtorgbank), Andreï Kostine. "La croissance économique du pays a été à bien des égards consécutive, ces dernières années, au remboursement anticipé des dettes", a-t-il affirmé.

En sa qualité de donateur, la Russie envisage de rejoindre cette année l'initiative du G8 qui a décidé d'effacer la dette des pays les plus pauvres. Il y a quelques années, elle ne pouvait pas participer aux efforts d'aide du G8, mais au fur et à mesure que son économie se développe, ses possibilités ne cessent de se multiplier. Cette année elle projette d'effacer 700 millions de dollars de dette. "Les mesures russes d'annulation des dettes des pays africains envers l'URSS ont une grande importance et elles annoncent le nouveau rôle de la Russie, celui de pays donateur", a affirmé le président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz. "J'aimerais mieux un autre terme, celui de nouveau partenaire", a-t-il ajouté.

L'annulation des dernières limitations dans le domaine monétaire confère, elle aussi, une nouvelle dimension à l'économie russe du fait qu'elle constitue un pas important dans la voie de la libre convertibilité du rouble. Selon le vice-président de la Banque de Russie Konstantin Korichtchenko, le changement le plus important survenu le 1er juillet est le passage de la Russie dans une autre catégorie, celle des pays à libre circulation des capitaux.

Une des conditions obligatoires de la convertibilité totale de la monnaie nationale est l'absence de facteurs limitant les opérations courantes sur les capitaux à l'intérieur du pays concerné. Les limitations courantes avaient été annulées depuis longtemps en Russie, mais celles frappant les opérations sur les capitaux continuaient d'exister. Les autorités ont décidé maintenant d'y renoncer. Le gouvernement a expliqué ainsi sa décision : la levée des limitations sera un argument de plus pour les investisseurs étrangers en faveur des affaires en Russie et permettra aux hommes d'affaires russes d'investir dans d'autres pays sans complications supplémentaires.

Après l'annulation des dernières limitations frappant les opérations sur les capitaux, la confiance envers la monnaie russe ne manquera pas de se renforcer. Les partenaires commerciaux de la Russie ne peuvent pas ignorer que le rouble se fortifie réellement, qu'il est stable et que son cours de change est prévisible. Actuellement la monnaie nationale russe peut être changée librement à l'étranger, mais pas au-delà des Etats de la CEI et des pays baltes. Pour que le rouble devienne effectivement librement convertible, ce qui ne se fera pas du jour au lendemain, il faut que les conditions économiques appropriées soient réunies, ce qui dépend en premier lieu de la volonté des autres pays d'accepter le rouble dans les règlements internationaux, de l'état et du rythme de la croissance économique de la Russie et du rythme de développement du marché financier intérieur. La Russie a tout fait pour rendre sa monnaie convertible. Maintenant la balle est dans le camp de l'Occident.

Ainsi, les récentes mesures prises par le gouvernement russe sont un nouveau pas franchi vers l'abandon de l'économie de la période de transition et l'acquisition du statut de membre à part entière de la communauté économique. En fait, Moscou montre qu'elle entre dans le groupe des pays qui utilisent des normes financières communes. Cela doit favoriser l'intégration de la Russie dans l'économie mondiale et son adhésion au club financier du G8.


Lundi 10 Juillet 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires