Conflits et guerres actuelles

La Rébellion Dément les Massacres, Accuse l'Angola



Samedi 8 Novembre 2008

La Rébellion Dément les Massacres, Accuse l'Angola
Au lendemain des accusations de l’organisation Human Rights Watch selon lesquelles rebelles et milices pro gouvernementales seraient responsable de massacres ciblés dans la région d’affrontements, la rébellion de Laurent Nkunda a démenti vendredi "de la manière la plus catégorique.

"Le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) dément de la manière la plus catégorique les allégations tendancieuses et diffamatoires (...)" faisant état "d'assassinats ciblés" à Kiwanja, déclare un communiqué signé de Laurent Nkunda.

Jeudi, l'organisation Human Rights Watch (HRW) avait affirmé qu'au moins 20 civils avaient été "délibérément" tués par des rebelles et des miliciens pro-gouvernementaux Maï-Maï dans la localité de Kiwanja, à 80 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu.
La Mission de l'ONU en RDC (Monuc) s'était aussi dit jeudi "gravement préoccupée" par de possibles exactions des rebelles de Laurent Nkunda dans cette localité, et a envoyé une équipe sur place pour enquêter.

Kiwanja, située à environ 80 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, a été le théâtre mardi d'affrontements entre combattants rebelles et miliciens Maï-Maï, suivie le lendemain d'une "opération de ratissage" du CNDP.

Nkunda a aussi accusé l'Angola d'avoir envoyé des troupes en RDC, affirmant vendredi que des troupes angolaises combattaient en soutien de l'armée gouvernementale congolaise dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), au nord de la ville de Goma, ce qu’a appuyé une source occidentale sous couvert d’anonymat.

"Il y a des troupes angolaises sur le terrain. Tout le monde les a vues. Tout le monde les a entendues", a affirmé le porte-parole de la rébellion, Bertrand Bisimwa.

"Une cinquantaine de militaires angolais et zimbabwéens sont en mission de reconnaissance en appui aux unités congolaises sur le front de Kibati", a indiqué de son côté une source diplomatique occidentale, qui a requis l'anonymat.

Un haut responsable de l'ONU a peu après démenti l'information.
"Nous pouvons affirmer avec confiance qu'il n'y a pas de troupes angolaises, ni d'autre nationalité, en territoire congolais à l'heure actuelle", a déclaré à New York Edmond Mulet, sous-secrétaire général de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix.

Pendant ce temps avait lieu, à Nairobi, le sommet international sur le conflit dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) appelant vendredi à un "cessez-le-feu immédiat" des groupes armés du Nord-Kivu et à la "mise en place d'un corridor humanitaire".
Le sommet a également décidé de "la mise en place d'un corridor humanitaire dans la zone pour permettre d'apporter une réponse à la crise et à la tragédie humanitaire".
Il exige en outre "la mise en oeuvre immédiate" de tous les accords déjà signés "pour assurer une paix et une stabilité politique durables" dans l'Est de la RDC.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Samedi 8 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par mascarade le 08/11/2008 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Manipulation et mensonge, ils ne savent faire que ça.

2.Posté par joszik le 09/11/2008 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous appelez 'la rébellion" les mercenaires de Laurent Nkunda.Alors vous pouvez aussi appeler "libérateurs" les soldats américains en Irak. A force de prendre les gens pour des cons vous finissez par être con comme un pied.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires