EUROPE

La Présidence suédoise de l’Union européenne


Dans la même rubrique:
< >


Jeudi 2 Juillet 2009

La Présidence suédoise de l’Union européenne
A compter de ce 1er juillet, la Suède succède à la République tchèque et assure, pour six mois, la Présidence tournante de l'Union européenne. La lutte contre le réchauffement climatique et le chômage, ainsi que la mise en place d'une régulation des marchés financiers, seront les priorités de la Présidence suédoise de l'Union européenne. "La crise financière et le changement du climat, avec la préparation de la conférence de Copenhague, seront nos principales priorités.", a déclaré à la presse le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, à la veille de la Présidence suédoise. Cité, par l'AFP, il a déclaré, également, que Stockholm souhaitait entraîner l'Union européenne dans la signature d'un nouveau Traité des Nations unies sur le réchauffement de la planète qui doit être négocié, en décembre, à Copenhague, et qui doit remplacer le Protocole de Kyoto sur les émissions de carbone qui expire, en 2012. Le Premier ministre et son gouvernement de centre-droit qui prennent le relais, après une Présidence tchèque chaotique, seront confrontés à une tâche difficile à accomplir, durant ces six prochains mois, car le bloc des 27 pays de l'Union traverse une période d'incertitude: le Parlement européen vient juste d'être élu, la Commission de Bruxelles va changer, le nom de son président est toujours incertain, le cadre institutionnel de l'U.E sera sans doute modifié par un référendum, en Irlande, sur le Traité de Lisbonne, à l'automne. La Suède, qui, comme la République tchèque, n'est pas membre de l'euro, veut rétablir la confiance sur les marchés financiers, en mettant en place un organisme européen de surveillance de la stabilité. "Nous devons travailler, d'une manière plus coordonnée et par delà les frontières, pour plus de surveillance.", selon Reinfeldt. La Suède veut aussi "jeter les bases d'une nouvelle stratégie pour l'emploi et la croissance", afin d'aider les millions de chômeurs européens, selon le programme de la Présidence. Selon M. Reinfeldt, les vingt-sept doivent donner la priorité à la supervision des marchés financiers et réduire les "très gros déficits" générés par la crise. Un discours qui promet de belles passes d'armes avec M. Sarkozy, lequel refuse toute politique de rigueur et promet de nouveaux investissements financés par un grand emprunt national. Les obstacles sont, cependant, nombreux, et ils risquent de compliquer sa démonstration. M. Reinfeldt craint, par-dessus tout, de voir sa présidence s'embourber dans les questions institutionnelles. Le sort du Traité de Lisbonne est suspendu à un second référendum irlandais, début octobre, puis, à la signature des Présidents, tchèque et polonais. Le dirigeant suédois n'exclut pas de "nouveaux reports", avant l'entrée en vigueur du traité destiné à améliorer le fonctionnement de l'Union.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Jeudi 2 Juillet 2009


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires