Géopolitique et stratégie

La Pologne et la Tchéquie ouvrent les bras au système ABM américain


Lundi au cours d'une conférence de presse le premier ministre polonais, Jaroslaw Kaczynski, et son homologue tchèque, Mirek Topolanek, ont clairement laissé entendre que leurs pays étaient prêts à accepter les propositions des Américains. Les deux pays sont sûrs que le système sera uniquement au service de la défense passive des pays membres de l'OTAN et ne sera pas dirigé contre la Russie.


Vedomosti
Mardi 20 Février 2007


La Pologne et la République tchèque ont convenu d'entamer sur une position concertée les négociations avec les Etats-Unis au sujet du déploiement des bases. La semaine dernière Jaroslaw Kaczynski avait déclaré à la presse que son gouvernement et lui-même étaient en principe d'accord avec l'implantation du système ABM, "mais pas à n'importe quelles conditions". Un diplomate polonais en poste à Moscou a déclaré au quotidien Vedomosti qu'en qualité de service réciproque Varsovie pourrait demander aux Américains de moderniser le système de défense antiaérienne de la Pologne. Il pourrait être question de la livraison à la Pologne de missiles sol-air Patriot RAC 3 et, éventuellement, THAAD. Actuellement le système de DCA polonais est doté de missiles sol-air soviétiques à bout de ressources, a indiqué le diplomate.

La Russie a déclaré à plusieurs reprises qu'elle jugeait inadmissible la construction de sites ABM en Pologne. Pour Evgueni Miasnikov, expert du Centre d'étude des problèmes du désarmement près le Fonds international des technologies et des investissements, les missiles antimissiles déployés en Pologne ne seront pas en mesure de faire barrage aux missiles russes dirigés sur les Etats-Unis. De l'avis de Mikhaïl Barabanov, rédacteur scientifique de la revue "Export vooroujenij", de par ses performances le système ABM déployé en Europe est surtout orienté sur l'Iran. Cependant, les Américains pourraient se servir du radar en chantier en Tchéquie pour surveiller l'espace aérien russe, a fait remarquer Mikhaïl Barabanov.

Le commandant des Troupes balistiques stratégiques russes (RVSN), Nikolaï Solovtsov, a répondu à la déclaration faite lundi par les premiers ministres polonais et tchèque. Il a mis en garde que la Russie pourrait dénoncer le Traité de 1987 sur l'élimination des missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée et déclaré que des missiles à moyenne portée pourraient être livrés aux RVSN d'ici 5 à 6 ans. Evgueni Miasnikov pense que le déploiement de ces armes n'est aucunement justifié sur le plan militaire et que les propos tenus à ce sujet n'ont pas d'autre but que d'intimider les pays est-européens. La vice-présidente de American Enterprise Institute, Danielle Pletka, estime que la Russie n'a pas le droit de dicter aux autres pays ce qu'ils doivent faire chez eux.


Mardi 20 Février 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires