Palestine occupée

La Paix Maintenant expose une perspective générale de l'état actuel des check points militaire en Cisjordanie


CISJORDANIE. 30 Juin 2007. Un rapport du mouvement anti- colonisation, la Paix Maintenant, a exposé une perspective générale de l'état actuel des check points contrôlés par Israël en Cisjordanie. Elle a publié un rapport, mercredi 27 juin, dans lequel elle décrit la situation aux barrages routiers présents en Cisjordanie et appelle à leur démantèlement.


fullin13@caramail.com
Jeudi 19 Juillet 2007

La Paix Maintenant expose une perspective générale de l'état actuel des check points militaire en Cisjordanie
La Paix maintenant a recensé un total de 560 points de contrôle, dont 467 barrages routiers permanents. L'association souligne que la plupart d'entre eux sont des barrages routiers internes à la Cisjordanie, et pas un point d'entrée en Israël. Ils ne représentent donc selon elle aucune nécessité pour assurer la sécurité des Israéliens.

Le rapport a révélé l'existence de 93 check points avec des soldats, 58 desquels ne sont pas des points de passage pour entrer en Israël, mais des check points interne à la Cisjordanie.
Le rapport a révélé aussi la présence de 467 check points abandonnés - des cages, des blocs de ciment ou des buttes de terre. Le groupe a affirmé aussi qu'il n'y avait aucune raison de maintenir le 83% des check points interne à la Cisjordanie, vu qu'ils ne pouvaient pas empêcher une pénétration du territoire israélien. Le principal effet de ces check points internes est de restreindre la liberté de mouvement des Palestiniens.
Les check points diminuent la sécurité des soldats israéliens qui se trouvent dans la région palestinienne. Selon le rapport, ces check points ont augmenté le risque d'attentats contre les soldats israéliens.
Le rapport a mentionné le temps excessivement long dont les Palestiniens ont besoin pour traverser ces check points. Les routes principales sont contrôlées de façon à ce que le temps nécessaire de voyage entre deux villes soit augmenté d'une durée de vingt min à deux heures et demi. De plus, la plupart des Palestiniens n'ont pas les permis pour traverser les check points. Ils sont ainsi obligés de prendre un taxi et de traverser chaque check point à pied.
Ce rapport se fonde sur des données fournies par B'Tselem et Ocha.
" Nombre total de barrages et de check points : 560
" Check points avec soldats : 93 (16,61%)
" Barrages permanents (portails, blocs de ciment, monticules de terre) : 467 (83,39%)
Sur le nombre de check points (93) :
" Check points entre la Cisjordanie et Israël : 35 (37,63%)
" Check points internes : 43 (46,24%)
" Check points internes à Hebron : 15 (16,13%)
Il ressort de ces chiffres que plus de la moitié des check points où sont postés des soldats (et la quasi totalité des barrages routiers) sont internes, et ne constituent pas le dernier point de passage avant de prénétrer en Israël. Ainsi, ceux-ci ne représentent pas une nécessité immédiate en termes de sécurité qui empêcherait des infiltrations terroristes à l'intérieur d'Israël. Ces barrages et check points restreignent la liberté de circulation d'une majorité de Palestiniens. Un court déplacement entre une zone et l'autre se transforme en un long voyage ponctué d'attentes à chaque check point.
Par ailleurs, un check point est un endroit dangereux pour les soldats qui y sont postés. On leur demande de surveiller une zone pendant de longues périodes, et d'entrer en contact avec la population palestinienne, ce qui augmente le risque d'attentats suicides. Chaque check point requiert la présence d'au moins 6 soldats par tour de garde, ce qui mobilise une portion importante du personnel de l'armée.
Exemples d'effets des barrages routiers
Déplacement entre Naplouse et Tulkarem (par la route 557) :
" Distance : 30 km
" Durée du trajet : environ 25 mn (1 h en cas d'encombrements)
" Check points : 2 (Beit Iba et Anabta) avec entre 30 mn et 1 h d'attente à chaque point.
" Seuls les véhicules autorisés peuvent pénétrer dans Naplouse, les autres doivent être laissés à l'entrée de la ville.
" Le trajet est prolongé de 2 heures à cause des check points.
Entre Naplouse et Ramallah:
" Distance d'origine : 47 km (cette route principale a été bloquée de façon permanente par des monticules de terre, entre les routes 60 et 465).
" Distances par d'autres trajets : 52 km par Bir Zeit ou 62 km par Qalandia.
" Durée approximative du trajet : 1 heure.
" Check points : 3 - Hawara, Tapouah' Junction, Atara or Jaba (Lil)
" Le trajet est prolongé de 1 à 2 heures à cause des check points.
Entre Ramallah et Hébron:
" Distance d'origine : environ 60 km par Jérusalem Est
" Distance par un autres trajet : 80 km par Qalandia, Ma'aleh Adoumim, Wadi Nahar et Khalkhoul Est.
" Durée approximative du trajet : 1h 45 (la route est étroite et ventée).
" Check points : 4 - Jaba (Lil), " The Container ", Khalkhoul Est, Pont de Khalkhoul.
" Le trajet est prolongé de plus de 2 heures à cause des check points.


SOURCE : IPC+agences


Jeudi 19 Juillet 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires