Géopolitique et stratégie

La Maison Blanche dément les affirmations selon lesquelles la guerre entre Israël et le Hezbollah était une répétition de la guerre américano-iranienne


La Maison Blanche a démenti les affirmations selon lesquelles la guerre entre Israël et le Hezbollah avait été conçue comme une répétition de la prochaine guerre entre les Etats-Unis et l'Iran.


RIA Novosti
Lundi 14 Août 2006

La Maison Blanche dément les affirmations selon lesquelles la guerre entre Israël et le Hezbollah était une répétition de la guerre américano-iranienne


"L'affirmation, selon laquelle les Etats-Unis et Israël ont planifié et coordonné l'attaque contre le Hezbollah en tant que prélude à l'attaque contre l'Iran est tout à fait fausse", a déclaré Stephen Hadley, conseiller du président américain pour la sécurité nationale, cité par le service de presse de la Maison Blanche.

La Maison Blanche a fait cette déclaration après que l'éminent journaliste américain Seymour Hersh eut affirmé que, selon des sources bien informées, les chefs des forces aériennes des Etats-Unis et d'Israël avaient examiné en secret, dès le printemps dernier, la stratégie militaire pouvant être employée non seulement par l'armée israélienne dans la lutte contre le Hezbollah, mais aussi, éventuellement, par les forces armées américaines au cours d'une opération militaire contre l'Iran.

Seymour Hersh affirme qu'Israël avait reçu le feu vert des Etats-Unis pour l'offensive au Liban et que l'administration Bush avait participé à la planification des représailles israéliennes dans le Sud-Liban après l'enlèvement des soldats israéliens par le Hezbollah.

Se référant à des représentants anonymes des services secrets et des milieux diplomatiques, Seymour Hersh écrit dans la revue New Yorker qui paraît lundi que George Bush et Richard Cheney étaient certains que les frappes israéliennes visant les rampes de lancement et les postes de commandement souterrains du Hezbollah pourraient servir de prélude à l'attaque préventive éventuelle des Etats-Unis contre les sites nucléaires iraniens, dont certains se trouvent également profondément sous la terre.


Lundi 14 Août 2006


Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires