Diplomatie et relation internationale

La Grande-Bretagne propose à l'Iran des négociations directes à deux (Downing Street)


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Ria Novosti
Mercredi 4 Avril 2007

La Grande-Bretagne propose à l'Iran des négociations directes à deux (Downing Street)
La Grande-Bretagne a proposé à l'Iran d'engager des pourparlers bilatéraux directs sur le sort des quinze marins britanniques capturés par l'Iran, a annoncé mercredi le service de presse du premier ministre britannique, Tony Blair.

La porte-parole du gouvernement a annoncé que mardi soir de "nouveaux contacts" ont eu lieu entre les deux pays, auxquels a pris part Ali Larijani, principal négociateur pour la partie iranienne et secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale (CSSN) de l'Iran.

"La Grande-Bretagne a proposé des négociations bilatérales directes, et quand la réponse parviendra les pourparlers pourront commencer", a dit la représentante de Downing Street.

"Les deux parties souhaitent régler au plus vite ce problème par des négociations directes", lit-on dans le communiqué du service de presse.

"Le premier ministre britannique reste attaché à une solution (du conflit) par des voies diplomatiques", a souligné la porte-parole du chef du gouvernement britannique.

Tony Blair avait déclaré mardi que les prochaines quarante-huit heures seraient "critiques" pour le dénouement du conflit autour des marins britanniques retenus par l'Iran et que les propos tenus par Ali Larijani sur cette question "ouvraient certaines perspectives".

Ali Larijani a déclaré que l'Iran avait pour objectif prioritaire de "régler ce problème par les voies diplomatiques requises".

De son côté le premier vice-président iranien, Parviz Davoudi, a déclaré que le problème des quinze marins britanniques ne pourra être réglé que si le gouvernement britannique admet la violation de la frontière de la République islamique.

La ministre britannique des Affaires étrangères, Margaret Beckett, a déclaré mardi soir qu'il ne fallait pas escompter un prompt règlement du conflit.

"Nous devons nous montrer circonspects et ne pas miser sur un règlement rapide (du conflit). Des efforts diplomatiques se poursuivent", a-t-elle dit en ajoutant "que beaucoup de choses se passaient dans la coulisse".

Le 23 mars, le ministère britannique de la Défense avait annoncé que 15 marins britanniques du HMS Cornwall avaient été retenus illégalement dans les eaux territoriales irakiennes où, conformément à la résolution 1723 du Conseil de sécurité, ils inspectaient des navires de commerce. Téhéran affirme de son côté que les marins en question se trouvaient dans les eaux territoriales iraniennes. Les deux pays ont présenté des coordonnées géographiques divergentes de l'endroit où se trouvaient les marins au moment de leur capture.


Mercredi 4 Avril 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires