Diplomatie et relation internationale

La France et le choix de la politique anti-iranienne de Washington


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Irib
Samedi 29 Septembre 2007

Les médias politiques et médiatiques sont surpris par l'alignement de la France sur la politique des Etats-Unis, dont les dirigeants ne savent plus à quel saint se vouer, en raison de l'échec constant de leur stratégie unilatéraliste et maximaliste, à l'égard de l'Iran. Les divergences entre les grandes puissances ont, une fois de plus, stoppé les objectifs maximalistes que la Maison Blanche entend mener contre l'Iran, via le Conseil de sécurité.

Le Ministre iranien des A.E, Manoutchehr Mottaki, vient de préciser que la poursuite de la coopération constructive entre Téhéran et l'AIEA permettrait de régler, dans les 2 à 3 mois à venir, toutes les questions liées aux activités nucléaires civiles iraniennes. Même les membres du Conseil de sécurité ont insisté sur la nécessité de soutenir cette coopération. Or, les tentatives de Paris, pour imposer des sanctions européennes, hors du cadre de l'ONU, méritent réflexion. Ces tentatives prouvent, en effet, que la France, la Grande Bretagne et les Etats-Unis sont déçus, car ils ne peuvent pas mener leurs objectifs anti-iraniens, par le truchement du Conseil de sécurité. Le Ministre français des A.E, Bernard Kouchner, a annoncé que Paris s'efforçait d'obtenir l'aval de l'U.E, pour imposer des sanctions à Téhéran, lors du rendez-vous européen du 15 octobre prochain, ce même M. Kouchner, qui a insisté sur le règlement diplomatique du dossier nucléaire iranien, dans le cadre d'une coopération avec l'AIEA, au terme d'un entretien avec son homologue iranien, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. De telles déclarations contradictoires montrent que l'alignement du gouvernement peu expérimenté de la France sur la politique de Washington contre l'Iran, qui tout le monde le sait, est un constat d'échec, a suscité une polémique au sein de la classe politique française.

On se demande pourquoi Paris souhaite, à tout prix, s'aligner, désormais, sur la politique de Washington, qui prêche ce gros mensonge, au sujet du nucléaire civil iranien, en voulant lui donner le faux qualificatif de militaire. Or, même au sein de l'U.E, il existe de profondes divergences de vue sur l'affaire nucléaire iranienne. Cela mène les analystes à dire que la France est en train de commettre les mêmes erreurs que les Etats-Unis. Par conséquent, ajoutent-ils, Paris ne serait pas en mesure de former une coalition anti-iranienne chez les 27. Au contraire, ce genre d'agissements ne fera que discréditer la France, au sein de l'U.E.


Samedi 29 Septembre 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires