Conflits et guerres actuelles

La France envisage l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan


Le 26 février, le quotidien Le Monde a publié un article laissant entendre que Paris envisageait le déploiement supplémentaire de centaines de soldats en Afghanistan en dehors de la capitale Kaboul.


Kumaran Ira
Samedi 22 Mars 2008

Par Kumaran Ira




Selon Le Monde, le gouvernement du président Sarkozy est à développer une nouvelle politique française pour l’Afghanistan. « Leur destination serait des zones de combat potentiellement intense, de préférence la région est de l'Afghanistan, face aux régions tribales pakistanaises, pour y combattre les militants d’Al-Qaïda », a rapporté le journal. Le porte-parole de Sarkozy, David Martinon, a refusé de confirmer ou nier le contenu de l’article. Il a déclaré à Reuters que « Le président de la République n'a pris aucune décision. Nous sommes en discussion avec nos partenaires, notamment au sein de l'OTAN. »

La décision de Sarkozy de déployer davantage de troupes, particulièrement dans les zones où les combats anti-occupation sont les plus intenses, représenterait un changement majeur dans la politique étrangère française. L’an dernier, durant sa visite d’un jour en Afghanistan le 22 décembre, Sarkozy ne s’était pas engagé à déployer davantage des troupes françaises, bien qu’il avait insisté sur la présence politique et militaire à long terme de la France dans la région. La publication de l’article survient alors que le gouvernement américain intensifie la pression sur ses alliés européens afin qu’ils envoient davantage de troupes dans les régions très instables du sud de l’Afghanistan, critiquant ses alliés pour ne pas avoir suffisamment soutenu la mission afghane.

Depuis le début de l’occupation menée par les Etats-Unis en 2001, les forces américaines et de l’OTAN ont dû faire face à une opposition populaire grandissante. Le développement de l’insurrection contre les forces d’occupation s’est particulièrement intensifié dans le sud. Ces forces ont récemment subi leurs pertes les plus importantes. Jusqu’à présent, les Etats-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Danemark et la Roumanie ont déployé des troupes dans la région du sud. Ces pays ont demandé à d’autres alliés européens d’envoyer davantage de soldats dans la région ou de permettre à leurs forces situées dans les zones relativement moins dangereuses du nord et de l’ouest de l’Afghanistan d’être redéployées au sud.

Au début de février, le Canada — qui a déployé 2500 soldats dans la province très instable de Kandahar au sud de l’Afghanistan — a averti l’OTAN que ses soldats quitteraient l’Afghanistan à la fin de leur mission en février 2009 si les alliés de l’OTAN ne déployaient pas plus de soldats dans les régions où les combats sont les plus violents. Pendant ce temps, le premier ministre canadien Stephen Harper contactait Sarkozy pour lui demander des renforts de soldats et de matériel dans l’éventualité où le Canada demeurerait en Afghanistan. « Le déploiement supplémentaire de troupes françaises à l’est de l’Afghanistan permettrait aux soldats américains dans la région de se rendre dans la province de Kandahar pour combattre aux côtés des Canadiens », a mentionné Le Monde.

Au début du mois de février, lors d’une réunion des ministres de la Défense à Vilnius, la capitale de la Lituanie, les Etats-Unis et les autres troupes au sud de l’Afghanistan ont demandé aux pays de l’OTAN d’envoyer plus de troupes dans cette région. À la fin du mois de janvier, le secrétaire à la Défense des Etats-Unis, Robert Gates, a envoyé une lettre aux alliés de l’OTAN, particulièrement l’Allemagne et la France, qui demandait un engagement plus large quant au déploiement de troupes et d’équipements militaire dans le sud de l’Afghanistan.

L’Allemagne, qui a quelque 3200 soldats déployés dans le Nord de l’Afghanistan, une région relativement paisible, a été hésitante à réaliser ce déploiement, parce que les deux tiers de la population allemande s’opposent à la mission militaire allemande en Afghanistan. La France ne s’est pas encore engagée à déployer plus de troupes, réagissant de la même manière que l’Allemagne.

La France a environ 1600 troupes en Afghanistan dans le cadre de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) menée par l’OTAN, la plupart d’entre elles étant déployées autour de la capitale Kaboul. Tout de suite après le 11 septembre 2001, la France a offert ses ressources et ses capacités militaires afin de soutenir la campagne militaire dirigée par les Etats-Unis, l’Opération liberté immuable. Les avions de combat français ont régulièrement offert une étroite collaboration aérienne aux troupes terrestres de FIAS.

La France a participé à l’entraînement opérationnel de l’Armée nationale afghane. Dans l’est de l’Afghanistan, la France a déployé quatre équipes d’instructeurs spéciaux de l’armée française (Équipes de liaisons de soutien opérationnel, OMLT), chacune composées de 50 soldats intégrés dans des unités de l’armée afghane. La France a aussi envoyé plus d’avions de combat à Kandahar dans le sud de l’Afghanistan. Le mois dernier, deux avions jets Rafale à usages multiples sont retournés à la base aérienne de Kandahar afin de soutenir les troupes du FIAS contre les insurgés.

Lors de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, le ministre de la Défense Hervé Morin a confirmé que Paris envisage de s’engager davantage en Afghanistan. Il a refusé de donner les détails, mais a laissé entendre que le Président Sarkozy pourrait annoncer un changement dans la politique française dans le cadre d’un sommet de l’OTAN à Bucarest en Roumanie.

Le secrétaire général de l’OTAN Jaap de Hoop Scheffer a rencontré pour la première fois Sarkozy à Paris, le 1er février. Scheffer a déclaré à la conférence de presse : « Je ne peux pas dire que [Sarkozy] m’a donné des garanties précises, mais j’ai l’impression qu’après les négociations… et les indications que j’ai reçues laissent entendre que la France pourrait bien prendre plus de responsabilités en Afghanistan, mais, bien sûr, c’est la décision du gouvernement français. »

La France sera à la tête de la présidence en alternance de l’Union européenne en juillet. Les Etats-Unis ont recommandé avec insistance à la France d’utiliser sa présidence pour accroître les armées de l’Europe en augmentant les dépenses militaires et l’investissement dans le matériel et les troupes afin que les alliés européens des Etats-Unis puissent jouer un plus grand rôle militaire dans l’occupation de l’Afghanistan et l’Irak.

L’impérialisme français a des intérêts considérables dans l’Asie du Sud-Ouest. Ses firmes d’énergies jouent un rôle majeur concernant la politique régionale des pipelines, et ses corporations ont des contrats lucratifs dans la défense et les infrastructures. Bien que dans une certaine mesure, elle soit en compétition avec les États-Unis, une défaite des États-Unis en Irak et en Afghanistan déclencherait des forces sociales qui menaceraient ses propres intérêts dans la région.

Depuis l’élection de mai, Sarkozy a pris une attitude plus pro-américaine sur toute une série de questions internationales. Il a promis son appui à l’occupation dirigée par les États-Unis en Afghanistan et en Irak et sur la « guerre au terrorisme ». Il a adopté la ligne dure contre le programme nucléaire iranien. Lors de sa visite aux États-Unis en novembre dernier, Sarkozy a promis que la France « demeurerait engagée en Afghanistan le temps que ça prendra, parce que le futur de nos valeurs et de celles de l’alliance Atlantique sont en jeu dans ce pays ».

Dans une entrevue accordée au New York Times en septembre 2007, Sarkozy avait dit que la France était prête à se joindre à la structure de commandement militaire de l’OTAN — de laquelle elle était absente depuis la décision du président Charles de Gaulle en 1966 de quitter l’OTAN dans le cadre de son plan de développement d’une politique de défense indépendante de la France. La décision de Sarkozy a été chaudement accueillie par les États-Unis.

Sarkozy s’est rangé derrière les prétentions de l’Administration Bush que l’Iran représente une menace nucléaire qui doit être contrée par des sanctions plus énergiques et par l’utilisation possible de la force militaire. Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères de la France, s’est prononcé l’automne dernier en faveur d’une attaque militaire contre l’Iran « si les négociations échouaient ».

Plus tôt cette année, la France annonçait l’établissement de sa toute première base militaire permanente près des côtes de l’Iran, qui devrait être établie en 2009 dans la région du golfe Persique. Les militaires français viennent tout juste de terminer un exercice militaire conjoint de deux semaines, nommé Bouclier du Golfe 01, avec les troupes des Émirats arabes unis (EAU), et du Qatar. Les exercices se sont déroulés sur le territoire des Émirats arabes unis et dans les eaux internationales près du détroit d’Hormuz, à travers lequel navigue plus du tiers du pétrole mondial. Les exercices ont impliqué 1500 soldats français, 2500 des Émirats Arabes Unis et 1300 du Qatar, opérant sur terre, sur mer et dans les airs. Près d’une demi-douzaine de navires de guerre, 40 avions et des douzaines de véhicules blindés étaient impliqués dans l’exercice.

La base donnera à la France sa première présence permanente dans cette région dans une autre action provocatrice contre Téhéran. L’Iran a qualifié l’établissement de la base française de geste non amical. « Nous croyons qu’une telle présence n’est pas porteuse de paix et de sécurité dans la région, » a déclaré Mohammad Ali Hossein, le porte-parole du ministre des Affaires étrangères iranien.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Samedi 22 Mars 2008


Commentaires

1.Posté par laury le 22/03/2008 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour a tous cette article me fait vomir du sarkozysme .Se président nain parmi les
grands se prend vraiment pour Napoléon mais ne lui arrive même pas a la cheville .
la France n'ai pas dans l'OTAN et n'a rien a faire dans se pays où les sionistes veule faire
la guerre.La France fait parti comme les autre pays européens.d'une même union et si
il doit y avoir déploiement militaire sa doit être au non de l'Europe ,où alors si cette
entité ne sert a rien il faut la dissoudre.Quelqu'un peu n'expliquer pourquoi ses pays
France ,Allemagne ,le Danemark,les Pays-Bas,la Roumanie qui fond partie de l'Europe
ne sont pas sous commandement Européen ?.Le président Sarkozy va prendre la
présidence de l'union Européenne en juillet cela veux t'il dire que toute l'Europe va être
réduit a une meute de caniche a l'exécutif Américain?????

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires