Proche et Moyen-Orient

La DCRI au Hezbollah:"Vous pouvez prendre nos soldats en otage"



Mercredi 15 Septembre 2010

La DCRI au Hezbollah:"Vous pouvez prendre nos soldats en otage"
« Les services de renseignements français craignent que le Hezbollah ne prennent en otage ses soldats dans la FINUL et sont préoccupés par son expansion » ! 
 
C’est du moins ce que rapporte un article de Mahmoud Ballout,  publié dans le quotidien libanais as-Safir,  qui souligne que les services de renseignements français  estiment que le retour en force du Hezbollah sur la scène internationale comporte certains risques notamment celui de mettre en danger ses soldats qui opèrent au sein de la FINUL !
 
A ce titre, Ballout  note que le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, a estimé que la menace d'un attentat «n'a jamais été aussi grande» en France.
 
 «Nous sommes aujourd'hui au même niveau de menaces qu'en 1995», année marquée par une vague d'attentats sanguinaires commis par des terroristes islamistes, estime Squarcini  dans une interview publiée dans le « Journal du Dimanche » !
 
Selon Bernard Squarcini, la principale source d'inquiétude vient d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), «franchise d'Al-Qaïda» qui a revendiqué l'assassinat de l'otage français Michel Germaneau et qui avait été visé par un raid meurtrier mené conjointement par la Mauritanie et la France. 
 
 «La menace en France est triple, poursuit-il. Le Français converti qui se radicalise et monte son opération seul; Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui dépêche un commando pour commettre des attentats en France; et les djihadistes, ces Français qui partent en Afghanistan ou au Yémen, demain en Somalie, et qui reviennent clandestinement, aguerris, pour poursuivre leur combat sur le sol français.»
 
Or, poursuit Ballout dans son article, « c’est la première fois qu’un haut- responsable de la sécurité évoque un lien entre un retour du Hezbollah sur la scène internationale et la poursuite des menaces terroristes ».
 
Squarcini a évité de détailler les menaces qui peuvent provenir du Hezbollah, mais il a  sélectionné les points de friction et de tension qui ont surgi avec le parti libanais dans le sud du Liban, renforçant  l'hypothèse d’une menace internationale,  en parlant d’un risque de voir les soldats français dans  la FINUL, pris en otages ou victimes d’attaques potentielles.
 
Squarcine a justifié les préoccupations des services de renseignement français par le fait  que «le Hezbollah est revenu sur la scène mondiale, aussi par l’approche de  la date du procès de l'assassinat de Hariri, devant le Tribunal spécial pour le Liban, où nos soldats sont stationnés dans le cadre des  forces de la FINUL».
 
Selon  des sources françaises, citées par Ballout, «  le parti chiite a étendu son influence en Irak, où il joue un rôle clé dans la préparation des combattants et des mouvements de résistance , notamment Asaeb al-Haq, pour lutter  contre les Américains. Or, l'opération de remise en liberté de l'un de ses cadres, Ali Mousa Duqmaq et du chef des Asaeb, s’est réalisée en échange de la libération d’otages britanniques ».
 
Toujours selon ces sources, le « Hezbollah opère à Gaza en soutenant le Hamas, tant sur le plan logistique que  politique à travers les tunnels de Gaza, où ses cadres ont joué un rôle clé dans le réarmement  de ce mouvement, qui contrôle la bande de Gaza, après «l’opération Plomb durci».
 
Une source française  affirme que  « les services français ont suivi le directeur de la communication du Hezbollah après son arrivée à Massawa, en Érythrée, l'une des stations d’intervention en Somalie, où le Hezbollah opère dans la région comme étant le  bras de l'Iran, et qui avec Asmara arment le mouvement des Chabab dans leur lutte contre Cheikh Sharif Ahmed, un pro-occidental ».
 
Selon des sources à Paris «  les services français sont entrain de réévaluer leurs relations avec le Hezbollah, en raison du fait qu’il est devenu  un acteur majeur, et un numéro difficile dans la région. Ils ont reçu des conseils de la part de certains pays arabes de ne pas limiter  leur contact avec le Hezbollah à travers les voies diplomatiques habituelles à Beyrouth, ils ont décidé d'engager un dialogue direct avec le Hezbollah dans la première phase, afin d'éviter toute tension résultant de l'acte d'accusation qui sera émis par le Tribunal spécial du Liban, et dans lequel sont visés certains  éléments du Hezbollah »!

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Mercredi 15 Septembre 2010


Commentaires

1.Posté par Al damir le 15/09/2010 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les forces françaises au sein de la FINUL ne font qu'espionner la résistance libanaise pour le compte de l'entité sioniste. L'ONU n'ose même pas protester contre les violations quotidiennes par air, mer et terre des sionistes sur le sol libanais. Et ses forces en fait, sont postés sur le sol libanais afin d'assurer la sécurité de l'entité sioniste et non point celui du territoire libanais. Squarcini sait tout cela et ceci ne peut que l'interpeller quelque part et lui apporter quelques inquiétudes.

2.Posté par Al damir le 15/09/2010 12:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alors! vous avez une peur bleue lorsque la vérité est dite. Et en plus vous prétendez vouloir apporter une autre alternative pour l'information. Je pense qu'à présent " la messe est dite" comme on le dit si bien

3.Posté par Aigle le 15/09/2010 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est beau le Numero du SQUARCINE ......Soupconne t il lui meme que cette " Fameuse " troupe francaise au sein de la FINUL n'est pas NETTE ???? Quand au reste...........causes toujours la Source ........

4.Posté par rachi le 15/09/2010 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh voilà qu'en France aussi nous avons droit à la stratégie de la tension. Stratégie qui a fait ses preuves en Italie et en Belgique : création d'un ennemi imaginaire, fomenter des attentats et les attribuer à cet "ennemi imaginaire". Faut-il que le pouvoir soit à ce point aux abois ?


5.Posté par machiavélamitiés le 15/09/2010 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On parle souvent de sources françaises dans l'abstrait; il faut appeler les choses par leur nom; les autorités françaises sont derrière toutes ces magouilles de leurs unités militaires au sein de la finul : assurer d'abord la protection du cancer sioniste, espionner la résistance musulmane libanaise au profit de la gangrène sioniste, créer des troubles au sud Liban pour destabiliser et affaiblir le dispositif de défense contre l'ennemi sioniste, mettre en oeuvre toute une machine de propagande contre le Hezbollah pour ternir son image aux yeux de l'opinion publique et ces annonces concernant l'investissement du Hezbollah à Gaza, en Iraq et en somalie participent de cette cynique démarche française pro-sioniste, le tout mélangé à une sauce boueuse mettant en avant Al Qaïda, les français convertis, les commandos islamistes, les menaces d'attentats dans l'Hexagone, autant d'ingrédients destinés à apeurer le citoyen lambda et lui faire oublier ses malheurs et sa misère dûs à la mauvaise gestion du pays; sans perdre de vue aussi le besoin des autorités de faire avaler aux français, les pilules des réformes iniques en cours, des pilules bien amères.
A contrario, aucun mot n'est soufflé à propos de cette bête immonde armée jusqu'aux dents, aux cheveux que sais-je, et qui reçoit généreusement et ostensiblement, aides et soutiens financiers , technologiques et militaires de la part de ces manipulateurs hexagonaux ; ça c'est HALAL ; la résistance c'est HARAM, interdit ; et bien non chers experts et chers diplomates, chacun se défend comme il peut et chacun noue ses alliances comme il veut et sur ce plan, les reproches sont à adresser d'abord aux oppresseurs, dominateurs, forts de leur puissance de feu et du jeu inégal qu'ils mènent dans cette partie du monde. Si on n'a rien à se reprocher, on n'a rien à craindre des autres, c'est clair comme l'eau de roche .

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires