Diplomatie et relation internationale

La Conférence de Bagdad: l'Amérique compte imposer ses diktats


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



IRIB
Mercredi 7 Mars 2007

Faut-il en rire ou en pleurer, y rester indifférent ou s'en méfier? A 3 jours d'une Conférence cruciale sur la sécurité de l'Irak, en quoi la région entière voit une possible sortie de ses cauchemars, l'Amérique mène un jeu trouble. Mardi, à Bagdad, l'Ambassadeur américain, Zalmay Khalilzad, a tenté d'endosser les habits de l'hôte incontournable de la conférence, quitte à faire de l'Irak et de ses maux une vitrine où exposer au regard des Etats de la région les exigences de la politique moyen-orientale de Bush. "Washington, a dit Khalilzad à la presse, détient le rôle d'acteur-clé, dans cette conférence, et c'est à lui de demander une participation plus active des voisins de l'Irak, dans le processus de stabilisation de ce pays". Difficile de ne pas cerner, dans ces propos, la volonté de Washington de canaliser les débats et de les orienter dans le sens qui lui conviendrait mieux.

Et c'est sans doute là qui le bât blesse. Impliquer l'Iran et la Syrie, dans le règlement de la crise irakienne, est une bonne chose, encore faut-il que Washington y consente réellement; ce que d'aucuns qualifient de "virement stratégique des Etats-Unis ", en direction de Damas et de Téhéran, risque de ne paraître, à terme, que comme un simple "réajustement tactique", dans lequel cas, ni la conférence du 10 mars, ni aucune autre conférence, ne pourrait prétendre au succès. Samedi prochain, à Bagdad, outre la Syrie et l'Iran, sera présente une kyrielle d'Etat arabes de la région, qui, face à la détérioration de la situation, aspirent à s'assigner un rôle plus actif dans la solution du dossier irakien. Reste à savoir comment ces Etats comptent s'y prendre. Chercheront-ils à s'engager, aux cotés des Irakiens, pour combattre le démon terroriste ou seront-ils plus portés sur des calculs politiciens, ceux-là même qui les ont, jusqu'ici, cloitré dans un misérable passivisme? A l'approche du rendez-vous décisif du 10 mars, beaucoup de questions se posent. Espérons qu'elles trouveront des réponses adéquates.


Mercredi 7 Mars 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires