Diplomatie et relation internationale

La Chine frappera de toutes ses forces en cas de guerre en péninsule coréenne


Dans la même rubrique:
< >

Ce n’est guère un secret: La Chine, superpuissance mondiale, frappera de toutes ses forces les instigateurs et agitateurs du chaos en cas de conflit en péninsule coréenne. C’est même le consensus sacré au sein des plus hautes instances politiques et militaires chinoises. A la différence de 1950, la Chine est cette fois-ci infiniment mieux armée et totalement préparée pour défendre son espace géostratégique immédiat.


wikistrike.com
Vendredi 1 Septembre 2017

La ligne rouge a bien été tracée par Pékin à travers un éditorial du Global Times. La Chine ne bougera pas si la Corée du Nord procède à une première attaque délibérée contre des cibles US; par contre, toute agression militaire contre la Corée du Nord verra une intervention très musclée des forces armées chinoises contre les agresseurs. Les règles du jeu sont claires et n’ont pratiquement pas changé depuis 1952.

Le ton est encore plus virulent au sein du commandement militaire. On évoque une guerre-éclair tous azimuts et multidimensionnelle susceptible de sanctuariser en très peu de temps les lignes de défense chinoises. Depuis plus de 50 ans, conscient de son retard technologique vis à vis des Etats-Unis, Pékin s’est préparé avec une rare ferveur à une forme de guerre inédite en cas d’un remake de la guerre de Corée.

On ne connaît rien des capacités militaires chinoises réelles. Tous les chiffres concernant l’Armée Populaire de libération de Chine sont loin et même très loin de la réalité. La Chine aspire à la paix mais les tentatives de propagation du chaos près de son espace vital et la guerre financière que lui mène la banque fédérale US (laquelle n’appartient pas aux Etats-Unis mais à d’autres entités ayant déclenché les deux guerres mondiales du 20ème siècle) commencent à exaspérer ses dirigeants.

Une agression contre Pyongyang éveillera définitivement le grand géant à semi-endormi. Surprises garanties.

La Chine amasse ses troupes avec la Corée du Nord

Dans un mouvement significatif, la Chine est en train de déployer deux corps d’armée en renfort au niveau de ses frontières avec la Corée du Nord.

Près de 150 000 soldats chinois sont en train de se déployer en renfort tout le long de la frontière de la Chine et la Corée du Nord.

Ces renforts font suite à la décision US de dépêcher au Pacifique Occidental un groupe aéronaval destiné à menacer Pyongyang. Une mesure irritant au plus point le leadership Nord-coréen, qui n’a pas fait mystère de son intention à faire face à toute forme de guerre avec les États-Unis.

Avec les renforts en cours, Pékin amasse plus de 1 100 000 soldats avec la Corée du Nord.

Une source anonyme au sein de l’armée populaire de libération de Chine, désignation officielle des forces armées chinoises, estime que si Washington s’aventure à une nouvelle guerre en péninsule coréenne, Pékin pourrait mobiliser en un temps record un peu plus de 12 millions de soldats dans un premier temps, puis près de 55 millions à terme moyen.

Les Chinois redoutent une frappe subite US sur la Corée du Nord, ce qui aurait pour conséquence une guerre bien plus dévastatrice que la terrible première guerre de Corée (1950-1952).

source:https://strategika51.wordpress.com/2017/08/31/la-chine-frappera-de-toutes-ses-forces-en-cas-de-guerre-en-peninsule-coreenne/
https://strategika51.wordpress.com/2017/04/11/la-chine-amasse-ses-troupes-avec-la-coree-du-nord/


Vendredi 1 Septembre 2017


Commentaires

1.Posté par bob le 01/09/2017 19:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon Donald, je crois que tu peux rentrer voir Mickey !

2.Posté par Saber le 01/09/2017 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par le passé les militaires chinois ont déjà libéré la Corée du nord en chassant les soldats us de façon expéditive.

3.Posté par Bina le 01/09/2017 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je n'aime pas du tout le vocabulaire employé pour parler de la Chine. Trop de haine et de violence dans ce condensé synthétique que certain(e)s appellerait analyse. Ce qui n'est pas du tout approprié à la philosophie Orientale !

"Les troupes chinoises maintiendront résolument la souveraineté territoriale et les droits légitimes du pays", a-t-il indiqué, ajoutant qu'elles utiliseraient également la diplomatie militaire et les canaux de contact frontalier pour promouvoir une résolution appropriée de ce problème.

Le 18 juin, plus de 270 soldats indiens armés ont franchi la frontière sino-indienne avec deux bulldozers et pénétré dans la zone de Dong Lang (Doklam) sur le territoire chinois, afin d'empêcher la construction d'infrastructures.

La Chine a confirmé lundi le retrait par l'Inde de son personnel et de son matériel de Dong Lang (Doklam), après un face-à-face militaire qui a duré plus de deux mois.



Intensification des manœuvres militaires en Asie :les divers intérêts qui agissent dans la coulisse

Le début de l'année 2012 a été caractérisé par l'intensification de manœuvres militaires conjointes qui non seulement ont eu lieu sans cesse, mais en plus ont gagné en ampleur. Certains pays de la région, profitant du réajustement stratégique des Etats-Unis, participent à ces manœuvres militaires dans le but d'améliorer le niveau de leur défense respective. Par contre, certaines puissances régionales, dont l'Inde, tentent de promouvoir activement la coopération régionale de manœuvres militaires afin de pouvoir exercer la domination dans la structure de la sécurité régionale.

Un spécialiste thaïlandais en la matière, lequel est professeur au Département de la politique der l'Institut de l'Administration de Thaïlande, a indiqué que pour pouvoir maintenir la confiance politique et militaire envers eux de leurs pays alliés de l'Asie Pacifique et pour que ceux-ci soient convaincus et persuadés que dans les « moments critiques » ils pourraient être protégés par les Etats-Unis, le meilleur moyen c'est de saisir toute occasion de manifester leur puissance sous diverses formes et la manœuvre militaire est justement une plate-forme susceptible d'être utilisée à cette fin.

Les Américains et les Philippins se lancent dans une autre manœuvre militaire dans la Mer de Chine méridionale tout juste après la fin de celle du « Naja doré ».

Du 20 au 24 février, la Corée du Sud et les Etats-Unis effectuent conjointement dans la Mer jaune un exercice anti-sous-marin d'une envergure sans précédent. Selon l'Armée sud-coréenne, cet exercice a pour objectif principal de rehausser et de renforcer la capacité de défense des deux armées sud-coréennes et américaines, ce qui leur permettra de faire face plus efficacement aux « attaques potentielles » de sous-marins nord-coréens.

Au même moment, une autre manœuvre militaire conjointe d'une ampleur plus grande encore est en cours. Le 11 février, l'USAF (United States Air Force), la FAAJ (Forces aériennes d'autodéfense japonaises) et la RAAF (Royal Australian Air Force) ont commencé à procéder à Guam à la manœuvre conjointe « Résistance au Nord – 2012 », laquelle est prévue pour une durée de trois semaines. A cet effet, plus d'un millier de militaires américains, australiens et japonais ainsi que plusieurs types d'avions de chasse des trois pays participeront à toutes sortes d'exercices aériens.

Ayant transféré leur centre stratégique vers la Région de l'Asie Pacifique, les Etats-Unis procèdent d'urgence à l'établissement d'un nouveau « réseau de partenaires sécuritaires ».

Toutes les manœuvres militaires susmentionnées ci-dessus sont sans exception contrôlées, dominées et dirigées par les Etats-Unis. Un professeur du département de la Politique de l'Université thaïlandaise de Chulalongkorn a déclaré que deux principales raisons sont à l'origine du « retour » des Américains en Asie Pacifique. La première c'est que le gouvernement Obama déploie beaucoup d'efforts pour promouvoir et développer dans cette région l'idée américaine de la démocratie et de la liberté. La deuxième c'est pour face à la Chine dont l'influence s'est beaucoup accrue ces dernières années dans la région, ce qui gêne et dérange beaucoup les Etats-Unis qui pensent que s'ils ne prennent des mesures énergiques pour s'opposer à cette situation, leurs intérêts à long terme en seront affectés. C'est pourquoi il est d'une grande importance pour les Américains de renforcer leur présence dans la région afin de pouvoir maîtriser et contrôler la structure de la sécurité régionale.

Il y a peu de temps que le CNAS (Center for a New American Security), un brain-trust américain dont on dit que la Maison blanche écoute les avis, a publié un rapport sur la stratégie à appliquer au Nanhai (Mer de Chine méridionale), dans lequel il est dit qu'il est nécessaire de créer et mettre sur pied un mécanisme multilatéral dominé, contrôlé et dirigé par les Etats-Unis. Il y est indiqué que pour faire face aux opérations effectuées par la partie chinoise en Mer de Chine méridionale, le mieux à faire pour les Etats-Unis ce sera de créer un nouveau réseau de partenariat sécuritaire, lequel doit être en forme d'axe dissipant et éparpillant, tels que le mode d'alliance « Etats-Unis, Japon, Corée du Sud, Australie et Philippines ».

Quant à Chen Gang, chercheur à l'Institut d'études sur l'Asie orientale de l'Université nationale de Singapour, il a fait remarquer que les manœuvres militaires conjointes organisées de manière serrée ces derniers temps par la partie américaine dans la Région de l'Asie Pacifique sont en fait intimement liées à la nouvelle stratégie américaine qui insiste sur l'importance de celle-ci pour les intérêts des Etats-Unis qui la placent au centre de leurs préoccupation. Il a dit que vu de la situation actuelle, il est encore tôt de prédire que la nouvelle stratégie militaire américaine serait liée à la politique d'endiguement appliquée par la partie américaine à l'encontre de la partie chinoise et qu'il faut attendre pour voir l'évolution de la situation. Toutefois, il est tout à fait naturel que le renforcement et l'intensification des opérations militaires de l'une des deux parties suscitent le doute, l'inquiétude, la méfiance et le soupçon de l'autre partie qui prend à cet effet des mesures adéquates pour renforcer sa capacité militaire de faire face à la situation. Chen Gang a insisté sur le fait que la présente manœuvre militaire sud-coréenne—américaine est en fait une manœuvre de routine, laquelle vise principalement la Corée du Nord et qu'elle n'a nécessairement aucun rapport avec la nouvelle stratégie militaire américaine en Asie Pacifique.

Les manœuvres militaires revêtent un caractère de combats réels : prise d'îles, attaques lancées contre plates-formes de forage pétrolier, ……

Les analyses démontrent que ces dernières années, les Etats-Unis ont intentionnellement l'intensification des manœuvres militaires conjointes en instaurant de nouveaux objectifs compte des besoins des pays participants. Par exemple, les manœuvres conjointes américano-philippines ont pour sujet attaques contre plates-formes de forage pétrolier ; Lors de la manœuvre « Naja doré », les forces combinées, composées de troupes de l'infanterie marine américaine, thaïlandaise et sud-coréenne, sont montées à l'assaut d'îles pour les prendre et les occuper. Bref, toutes ces manœuvres revêtent un caractère de combat réel.

Etant donné que nombreux sont les pays de l'Asie Pacifique dont les équipements militaires sont importés ou bien achetés des Etats-Unis, ce qui fait que les manoeuvres militaires en question constituent une bonne occasion pour exposer et démontrer l'efficacité des armes américaines. D'autre part, c'est également une excellente occasion pour renforcer le mécanisme d'alerte et d'urgence, la capacité de commandement ainsi que les échanges d'informations et de renseignements entre l'Armée américaines et ses armées alliées. Des personnalités du milieu analyste militaire indiquent que la coopération en matière de système de prévention constitue en général la base de la coopération bilatérale de deux armées.

Pour certains pays de la Région de l'Asie Pacifique, ils souhaitent renforcer et rehausser, par le biais de manœuvre militaire conjointe avec la partie américaine, leur capacité militaire personnelle. Le commandant thaïlandais de la manœuvre militaire « Naja doré » a déclaré à notre correspondant que la manœuvre en question contribue non seulement à renforcer et à resserrer les liens et les rapports déjà excellents entre les soldats des armées alliées, mais en plus elles aident les soldats à mieux connaître et comprendre les règles d'action des forces alliées, ce qui permettra d'améliorer la capacité de coordination dans le combat et d'élever l'efficacité de combat réel en cas d'urgence.

Certains des pays de l'ASEAN souhaitent renforcer la coopération militaire avec la Chine.

Des spécialistes en la matière de l'ASEAN (Association des Nations de l'Asie du Sud Est) ont indiqué qu'il n'est pas question que toutes les manœuvres militaires visent la Chine. Un général thaïlandais a affirmé qu'en participant à la manœuvre « Naja doré », la Thaïlande a pour objectif de renforcer et d'améliorer sa capacité militaire. Notre correspondant, qui a suivi tout le processus de cette manœuvre, a constaté que les médias thaïlandais ne s'intéressaient pas tellement à son déroulement et que chaque jour seulement une dizaine de journalistes locaux la couvraient. Un correspondant de la chaîne neuf de la Télévision thaïlandaise a dit à notre correspondant que vu que c'était la trente et unième manœuvre qui se déroulait, c'est pourquoi peu d'habitants locaux s'en intéressaient. Quant à l'Armée thaïlandaise, une personnalité de son milieu a affirmé que les armées chinoise et thaïlandaise procèdent également à des manœuvres militaires conjointes.

4.Posté par Depositaire le 02/09/2017 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Espérons que les américains, dans leur folie, ne vont pas déclencher une guerre localement !

Quant à dire qu'ils défendent "la liberté et la démocratie", si c'est une blague, elle est de très mauvais goût !

Comme le disait un individu particulièrement retors, Kissinger : "les états unis n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts". On ne saurait mieux dire. Étant donné qu'ils considèrent que le monde entier leur appartient, on voit tout de suite où sont leurs intérêts.

Un auteur polonais disait que les états unis sont un pays en passe de devenir un pays peuplé de psychopathes. C'est peut-être exagéré au niveau du peuple, mais en ce qui concerne les dirigeants c'est incontestable. La question est : quand et qui va faire cesser l'action de ces dérangés mentalement ? Ce sont des fous dangereux.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires